Mémoire nationale

mémoire Commémoration
«La commémoration est un devoir de mémoire.» New Press

Par Nouredine Benferhat – La commémoration est le moyen de transmission d’un patrimoine qui implique l’idée de quelque chose qui nous a été transmise par ceux qui nous ont précédés.

La commémoration, «c’est l’histoire de la mémoire nationale, de ses rites, de ses mythes», selon Pierre Nora. C’est une reconnaissance de la grandeur de ceux qui ont produit l’objet du patrimoine. C’est une construction du passé à travers les lieux qui sont constitués des symboles les plus divers de la mémoire collective nationale ; des guerres puniques à Saint-Augustin, de l’islamisation du pays à la période ottomane, de la résistance à l’occupation coloniale à la Guerre de libération, en passant par les camps de regroupement.

La commémoration consiste à réveiller l’engouement pour le passé à travers les livres d’histoire, les documentaires-fiction, les musées et les mémoriaux qui consistent à rendre hommage aux grandes figures de la nation et à célébrer les grandes victoires. «Les lieux de mémoire s’attachent moins aux discours tenus par les morts sur les vivants qu’à celui que tiennent les vivants sur les morts.» (Mona Ozouf)

La commémoration, ce sont aussi les symboles matérialisés par les manifestations et les objets de vénération où s’incarnent la mémoire nationale et le lien avec les hommes du passé. Les grands événements historiques – 1er Novembre, 5 Juillet, etc. – doivent être célébrés, de même que les batailles de l’Emir Abdelkader, de Bouamama, d’El-Mokrani, etc. Comme il faut rendre hommage aux personnages historiques et aux grands hommes de la culture et du savoir.

L’Algérie doit instituer des Journées du souvenir matériel et immatériel pour incarner cette mémoire nationale, car la commémoration est un devoir de mémoire.

En effet, la mémoire collective est un élément essentiel de l’identité, elle est liée à la construction nationale. Elle est le pivot central de l’existence sociale et la seule manière de faire triompher l’esprit sur le néant et, par-là, d’établir la chaîne des générations. Elle participe de la construction de l’identité sociale. «La mémoire ne cherche à sauver le passé que pour servir au présent et à l’avenir.»

Nous assistons depuis quelques années à une multiplication des mémoires – régionale, religieuse – et à une multiplication des témoignages. Les témoins cherchant à légitimer leur propre vision du passé sans être soumise à la critique classique du témoignage.

Il devient urgent de se réapproprier la mémoire au-delà des fidélités et des mémoires particulières, particulièrement la mémoire collective religieuse dont les gourous cherchent à imposer une autre lecture de l’histoire de la nation. Comme le dit le sociologue des mémoires Maurice Halbwachs, «la mémoire religieuse n’admet aucune autre mémoire».

Dans cette période où le citoyen a besoin de repères, il devient urgent de déterminer la matrice constitutive de l’espace politique nationale et de valoriser les sciences humaines en insistant sur le rôle de l’historien.

L’historien a un rôle primordial dans sa mission de la construction de la conscience historique et sa participation de la construction de la mémoire collective sinon des mythes. Mais aussi dans l’analyse de la façon dont le passé n’a pas réussi à se cristalliser dans le présent, en alliant la fonction civique et éthique dans une dialectique passé-présent, le passé servant à éclairer l’action à entreprendre.

N. B.

Comment (6)

    Vertu
    8 juillet 2018 - 9 h 33 min

    Ceux qui nous ont précédé ne sont pas un exemple a suivre.
    En effet, l « Algérien » d aujourd’hui est un Algérien par excellence aimant tendre un bâton pour se faire battre par l étranger sous différentes formes: (visas,mariages blancs,,corruptions,dénigrements anti-Algérien, incivilité,,enrichissement illicite,arabophobie etc… ).
    Par contre,il a la qualité d etre un exemple dans la contrefaçon en imitant l étranger.




    2



    4
    Anonyme
    7 juillet 2018 - 18 h 40 min

    La commémoration,la vraie, c’est la restitution ,pendant un temps t ,des événements tels qu’ils ont été vécus ou  » produits » par ceux là mêmes qui les animés. La commémoration ce n’est pas des jours fériés pendant lesquels on étend des drapeaux qui peuvent témoigner d’une usurpation du pouvoir. La commémoration , c’est un retour de la mémoire collective de tous nos parents et arrières grands parents qui avaient lutté pour nous permettre une vie saine et sereine. Aujourd’hui, les commémorations sont des événements fictifs qui nous sont imposés dans le désespoir. Mais l’espoir de revoir l’histoire véridique n’est jamais loin.




    7



    3
    prredator
    7 juillet 2018 - 16 h 26 min

    HOMMAGE A TOUS NOS MARTYRS
    MAIS IL FAUT CESSER DE REGARDER DANS LE RÉTROVISEUR ET ALLER DE L’AVANT




    10



    4
    En colère
    7 juillet 2018 - 11 h 12 min

    A force d’aller chercher des référents au Moyent Orient, en Occident nous avons négligé notre « Algériannité » qui prend ses racines dans « l’amazighité ».Nous devenus des incultes de notre propre identité. Notre histoire est Nord africaine, Méditerranéenne, Africaine, concentrons nous sur notre espace géopolitique / géostratégique. L’arabe fait partie aussi de notre culture par l’apport de l’Islam mais nous devons assumons notre spécificité ancestrale et rester loin des influences Moyen Orientale avec qui nous partageons que très de chose.




    11



    5
    Zalzale06
    7 juillet 2018 - 8 h 59 min

    Chaque fois que je vois Zéro commentaire Je Comprends Qu’on est Face a Un Mur Idéologique




    10



    11
    Zalzale06
    7 juillet 2018 - 6 h 08 min

    Lorsque l’On Voit Un Enfant avec Des Sandales Déchirées au Coté Des Officiels Pour Honorer l’Indépendance
    Expliquez a Cet Enfant Qui Represente l’Avenir De l’Algerie ce qu’On Lui a Transmis




    10



    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.