Necib pour des aménagements qui mettent fin aux noyades dans les barrages

Necib, Barrage
Le ministres des Ressources en eau entend endiguer les noyades au niveau des barrages. New Press

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a révélé jeudi, à Jijel, que son ministère œuvre dans la perspective d’octroyer des concessions pour des aménagements aménager les berges des barrages, comme «alternative pour mettre un terme au phénomène des baignades dangereuses dans ces retenues d’eau qui emportent chaque année 40 personnes».

Le ministre a fait état du «lancement prochainement de 4 projets d’investissement au niveau de 4 barrages, qui ont été avalisés cette semaine, pour l’octroi de concessions en vue d’aménager des espaces destinés aux divertissements, aux sports nautiques ainsi que des piscines surveillées».

Necib qui s’exprimait dans une déclaration à la presse au niveau du barrage de Kissir (commune d’El Aouana), en marge de l’ouverture de la campagne de sensibilisation contre les dangers de la baignade dans les barrages, a ajouté que «les investisseurs doivent se conformer aux cahiers de charges, préserver l’environnement et les ressources en eau, en sus d’assurer la sécurité au niveau de ces barrages».

Afin d’éviter le déficit enregistré dans l’approvisionnement en eau potable de 15 communes de la wilaya de Jijel, le ministre a également évoqué l’existence de programmes de développement visant à remédier à la situation, à l’instar du projet de transfert d’eau à partir du barrage de Agram vers la commune de Taher et 7 concentrations urbaines, relevant de cette collectivité. Cela permettra de fournir, selon le ministre, 10 000 m3 d’eau par jour à cette ville dès la mise en service du projet à partir de septembre prochain, afin de «satisfaire cette commune en matière d’alimentation en eau potable d’autant qu’elle bénéficie actuellement d’un projet de renouvellement et d’extension du réseau d’eau potable en plus d’une opération de réhabilitation du réseau d’assainissement».

S’agissant du projet de transfert d’eau du barrage Tabellout de cette même wilaya, et qui touche les wilayas de Sétif et Mila (plusieurs communes du Nord) et 7 communes de la wilaya de Jijel, le ministre a indiqué que les problèmes soulevés, relatifs à la réalisation du projet, ont été résolus notamment ceux liés à la nature du terrain. Faisant savoir que les travaux avancent à un bon rythme, Necib a précisé que ce projet sera réceptionné, y compris la phase d’expérimentation nécessaire, à la «fin de l’année en cours».

Le ministre a également réitéré l’importance de sélectionner des bureaux d’études algériens concernant les projets relevant de son secteur, mettant l’accent sur la qualité du travail de ces derniers afin, selon lui, de «valoriser leurs capacités d’une part et de préserver la monnaie forte accordée aux bureaux étrangers d’autre part».

Il a également rappelé le plan d’urgence d’alimentation en eau potable ciblant 25 wilayas, avec un total de 592 communes, assurant que le problème de chaque commune a été identifié de manière séparée et qu’un programme d’urgence pour un montant de 31 milliards de DA a été mis en place pour résoudre les problèmes constatés. Il a indiqué, à ce titre, que 279 communes ont bénéficié jusqu’à présent d’un approvisionnement quotidien en eau potable, en attendant de pouvoir desservir le reste des communes avant la fin de l’année en cours, relevant que «le développement se poursuit en vue de résoudre les problèmes posés à la faveur de programmes de réalisations de puits et de forages pour renforcer l’alimentation en eau potable et satisfaire les citoyens».

Concernant l’augmentation des superficies irriguées à travers le pays, le ministre a réaffirmé que son département «œuvre en coordination avec le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche pour atteindre l’objectif fixé avant la fin de 2018, à savoir atteindre 2 millions d’hectares de terres irriguées», précisant qu’actuellement la superficie irriguée est de 1,3 million d’hectares, en plus de travaux en cours au niveau de 345 000 hectares, concrétisant ainsi un taux de 80% sur l’objectif tracé.

Pour rappel le ministre avait auparavant assisté, au niveau du barrage de Kissir, au lancement de la campagne de sensibilisation sur les dangers de la baignade dans les barrages et les retenues d’eau, au cours de laquelle des dépliants ont été distribués aux enfants et aux familles qui ont également assisté à diverses activités.

Le ministre a donné, par ailleurs, le coup d’envoi d’un concours d’aviron et procédé à la libération de 50 canards dans le barrage dans le cadre d’un protocole de recherches avec l’Institut national de recherches de Zéralda (Alger). Outre cela, Necib a donné le coup d’envoi, dans la forêt de Kissir, des travaux de construction d’un espace récréatif de 40 hectares, deuxième projet du genre dans la wilaya, en attendant le lancement de 5 autres projets de forêts récréatives.

R. E.

Comment (5)

    HOMBRE
    21 juillet 2018 - 20 h 09 min

    quand c est marque INTERDIT cest INTERDIT non mon frere cest INTERDIT

    Belaid
    17 juillet 2018 - 20 h 46 min

    Les mesures annoncées par Mr le Ministre sont louables. On peut cependant noter l’absence de mesures pour protéger nos barrages du mal qui les ronge: l’envasement. Parmi les mesures sur les zones en amont des barrages,
    – interdire le labour des terres et le remplacer par la technique du semis-direct,
    – raisonner le pâturage des animaux d’élevage afin de favoriser la croissances des plantes qui retiennent la terre lors des orages.
    Djamel BELAID. ingénieur agronome.

    anonymette
    13 juillet 2018 - 17 h 55 min

    Chacun y va de son incompétence dans cette Algérie devenue synonyme d’anarchie et même de chienl… Là où d’autres peuples ont brillé par leur génie en élaborant des solutions propres à leurs situations, des solutions Rationnelles mais aussi Esthétiques, célébrant la Nature et l’Héritage Culturel de leurs pays, nous avons fait de l’Algérie, jadis l’une des plus belles destinations mondiales, par l’incompétence tapageuse et criminelle des uns et le silence complice des autres, un cirque, un zoo d’une Laideur affligeante! Ainsi la violence des aménagements de barrages est-elle inversement proportionnelle à la prétendue intelligence qui les a produits, d’où l’hécatombe que l’on constate tous les étés mais aussi la défiguration de paysages majestueux et la disparition, sous des eaux boueuses le plus souvent non raccordées aux villes ou aux champs de culture, de vestiges de grande valeur. Qu’à cela ne tienne ! il faut donner les projets aux « bureaux d’études algériens » qui font du bon travail selon le ministre et qui font faire des économies en « monnaie lourde » à l’État, que de vilains bureaux d’études étrangers veulent lui piquer alors qu’ils sont mauvais, il n’y a qu’à voir ce qu’ils réalisent dans leurs propres pays… Je crois que c’est plutôt votre incapacité à juger de ce qu’un projet est bon ou mauvais qui est en cause ! et là il n’y a rien à faire , ça porte un nom qui commence par incom et se termine par pétence !

    7
    1
    Hakikatoune
    13 juillet 2018 - 10 h 57 min

    Ya… Hocine Necib , arrêtez de faire de la démagogie ! Il faut donner les concessions de berges à des professionnels voir à des sociétés étrangères spécialisés dans l’aménagement et la gestion des berges. La dernière fois j’ai fait un tour en famille aux sablettes, je vous épargne l’indigence, l’incommodité voire la répugnance des locaux commerciaux donné en gestion à des algériens non professionnels !

    Ya sahbi , si on donne des concessions aux abords des barrages , on est pratiquement sûr, sauf miracle, que çà deviendront des gargotes au poulet-mayonaise avec p.. en guise de gazouz ! Je ne dénigre pas , c’est la réalité dans la beaucoup de cas. Non il faut être sérieux ! L’aménagement des berges de barrages, c’est une question d’ entreprises spécialisées pas une affaire d’Ansej ! Il y a beaucoup d’exigence sur le plan des infrastructures, de l’environnement, du professionnalisme, des équipements, des compétences, de la formation, de l’hygiène, de la sécurité. Ce sont des projet qu’il faut intégrer dans la politique global de développement du tourisme nationale et internationale ! C’est tout un programme qu’on n’annonce pas comme on annonce des importations de bananes. Cà ne devrait pas être juste des projets qui consiste à mettre des plots de délimitation sur les plans d’eau, des maîtres nageurs avec bouée de sauvetage, quelques barques, des planches à voile, une gargote ou dans le but des sauver des vies ….. et le tour et jouer !

    10
    2
    Zalzale06
    13 juillet 2018 - 6 h 21 min

    Il etait Temps De Faire Quelque Chose
    Imaginez Une Victime Dans Une Famille Et C’est Toute La Famille Qui Va Vous Hair a Vie
    Besoin d’Electeurs ?

    3
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.