Salvini a raison

Italie Salvini
Le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini. D. R.

Par Karim B. – L’interrogation fort pertinente du ministre italien Matteo Salvini sur les raisons qui poussent des jeunes Algériens – parmi d’autres – à s’embarquer dans les rafiots de la mort n’a pas plu à certains en Algérie. Est-ce parce que le ministre de l’Intérieur italien aurait tort ou parce qu’il appartient à l’extrême-droite ?

Qu’avons-nous, en tant qu’Algériens, à nous mêler de la politique intérieure d’un pays tiers ? Pourquoi reprocherions-nous à un ministre de tenir des propos que nous estimons blessants, pour peu qu’il appartienne à cette mouvance politique nationaliste qui rejette non seulement les étrangers venant des pays du Sud mais s’oppose, y compris à l’Union européenne ?

C’est le complexe d’infériorité qui fait réagir des Algériens qui se sentent insultés dès qu’un Occidental les cite dans une déclaration qui ne flatte pas notre ego démesuré. Matteo Salvini n’a dit que la vérité. Oui, aucune raison ne justifie le choix hasardeux des harraga de quitter le pays pour s’installer en Europe et y être humiliés et déconsidérés.

Un jeune doit retrousser les manches dans son pays et y travailler dur pour s’imposer et construire son avenir. Si les portes se ferment devant lui, c’est à lui qu’il incombe de les ouvrir en persévérant et en apprenant à suer pour gagner sa croûte.

Le candidat algérien à l’émigration clandestine ne peut être comparé à un migrant issu d’un pays pauvre ou en guerre. Le clandestin algérien embarque pour l’Europe plus par aventure que par nécessité vitale. De nombreux récits nous parviennent sur l’identité de ces aventuriers dont beaucoup ne manquent de rien en Algérie, sinon d’un visa Schengen qui devient de moins en moins accessible.

L’erreur que commettraient l’Europe et Matteo Salvini serait d’empêcher les Algériens de se rendre dans l’espace européen de manière légale, en maintenant la chape de plomb qui leur est imposée depuis la restriction de l’établissement des visas. Car, de toute façon, l’Europe continuera de recevoir les bateaux de la mort, alors autant permettre à ces migrants d’y parvenir dignement et en toute sécurité.

K. B.

Comment (17)

    Anonyme
    14 juillet 2018 - 8 h 24 min

    Généralement, les algériens qui tentent la traversée de la méditerranée sont des v…, en Algérie rien ne leur manque et les autorités n’en sont pas responsables, c’est ces jeunes qui ont eu une enfance pas très stable qui croient bien faire en ce jetant dans la mer. Ceci n’a rien à voir avec les déplacements des populations africaines…, les migrants algériens sont une petite minorité alors pas de comparaison.

    4
    3
    Anonyme
    13 juillet 2018 - 21 h 15 min

    Très belle analyse, la harga est devenu aux yeux des algériens un défi pour la traverser de la méditerranée…sans plus. le pire, c’est oublié que parfois la traversée a son côté macabre et celui-là, les naifs de chez nous ne le calcul pas trop.
    Le pays offre les possibilités de vivre décemment sauf pour ceux qui…veulent la Mercedes tout de suite, je veux dire après la puberté. Et cela, c’est une autre paire de manche.
    Retroussez les manches et apprenez… Le Laboureur Et Ses Enfants.

    8
    4
      benchikh
      13 juillet 2018 - 22 h 32 min

      [email protected] c’est bien ce que vous dite ,mais l’état est là pour régulariser une défaillance qui se trouve dans sa société ,ce n’est pas à la façon d’Ali Baba ,mais à la façon d’un sage qui veut du bien à ses enfants pour qu’ils puissent se tenir sur leurs propres jambes et leur apprendre à gérer et comprendre mieux leur environnement pour qu’ils puissent réussir comme dit Helary Clinton « il faut tout un village pour élever un enfant » parce-que un enfant est un projet sérieux .

      4
      1
      Ahmed Nacer
      14 juillet 2018 - 19 h 51 min

      Si vous êtes convaincus de votre démarche, pourquoi restez-vous anonymes? Vous répétez à l’envi qu’il suffit de retrousser les manches pour bien gagner sa vie, mais elle est où cette entreprise qui vous fera gagner autant? Pour les jeunes sans diplôme, le max qu’ils peuvent espérer c’est 20.000 dinars par mois, soit un peu moins de 100 euros PAR MOIS. Le jeune doit bosser dur pour faire plaisir à son boss, ses parents, l’état.

      5
      1
    RODEO
    13 juillet 2018 - 21 h 02 min

    Pourquoi ? Parceque tout simplement le mot rafiot n’a pas plus à certains , ils auraient aimé le mot embarcation

    4
    1
    Yeoman
    13 juillet 2018 - 20 h 07 min

    Et nous ne pouvons même pas dire que c’est la faute à nos responsables car nos responsables c’est nous. Je suis convaincu qu’il n’y a pas de pays au monde où les autorités sont autant issues des rangs du petit peuple qu’en Algérie. Il est donc temps que nous ayons enfin le courage de regarder nos affreuses figures dans le miroir et de nous demander ce que nous pourrions faire pour arrêter de nous faire honte. Je me suis rendu à la mairie pour un problème de sécurité posée à ma maison par des travaux effectués par la commune. Toutes les personnes que j’y ai trouvées, y compris le président d’APC, étaient des anciens camarades de classe qui, comme moi, pestaient contre le pouvoir, le FLN, etc. Maintenant, ils sont pire que ceux que nous critiquions, que nous accusions d’être la cause de tous nos maux, que nous insultions, que nous agressions même. Alors arrêtons de chercher loin: nous sommes nos propres ennemis.

    11
    2
    abdel
    13 juillet 2018 - 17 h 54 min

    toute vérité n’est pas bonne a dire,le pays le plus riche d’afrique voit des jeunes et moins jeunes vouloir quitter le pays,pourquoi?? surement la stagnation économique et politique,un citoyen né après 62 n’a connu que les memes individus se succedant au poivoir,souvent incompétents, sans jamais réussir a développer le pays, malgrès ses richesses

    11
    3
      Zenaty
      14 juillet 2018 - 5 h 59 min

      Il faut de la Liberté… Et une vie sociale.. Pour Les jeunes et les plus âgés. JUSTE des Citoyens Algériens qui sont épris de relations fraternelles et D Amour. Entre Algériens et Algériennes… Et ils resteront Chez Eux.. Quand ont trouve l Amour Chez soit pas Besoin d Aller Ailleurs.. ?e

      2
      4
    benchikh
    13 juillet 2018 - 16 h 32 min

    La France coloniale ne veut pas quitter ses anciens colonisations ,elle fait tout pour y rester ,prenons le cas de l’Algérie des l’indépendance, ils nous on choisi le socialisme qui a détruit la terre agricole, et ensuite ils nous on ramener les frères musulmans qui ont détruits les usines Allemandes pour finir avec la présence Allemande en Algérie. Et aujourd’hui, après avoir détruit la vie sainte au niveau familiale par leur parabole, ils posent un visa qui ressemble à une entrée au paradis, tout en détruisons le système politique économique par des dirigeants téléguidés, pour que la mort sera en douceur (par finesse) tfou comme hypocrisie ,trouvons nous des solutions sérieuses pour nos enfants loin des vampires.

    3
    11
    الهوارية في كندا
    13 juillet 2018 - 16 h 24 min

    J’ai pour voisin une famille dont l’un de leurs fils est homosexuel après que 2 de ses femmesJ mariées en Algérie, ont pris peur et se sauvée. Maintenant. Cet homo fait rentrer des jeunes hommes algériens haraga et les fait rentrer chez lui, il a la 40aine et les jeunes haraga ont à peine 20 ans, il les prostitue pour quelques euros. Dites à vos proches que les harraga, ce n’est pas rose 🌹 à leurs arrivées. Il faut arrêter ces voyages illégal où on peut tomber plus bas que terre. À bon entendeur salut !!!

    4
    13
    MELLO
    13 juillet 2018 - 16 h 02 min

    A ceux qui ont obtenu un visa, que pouvez vous faire avec un change de 15000 DA qui vous donne droit à 100 Euros ? Que pouvez faire ,sinon que de s’alimenter de ce marché parallèle détenu par tous ces nababs qui sortent comme ils veulent et quand ils veulent. Dites moi comment ces charlatans puissent « sortir » et  » rentrer » quand ils veulent ?, ils occupent tous les sièges des avions en partance ou à destination d’Alger.

    10
    3
    MELLO
    13 juillet 2018 - 15 h 50 min

    Mr Karim Bouali, un article mi-figue, mi-raisin qui nous apporte des réponses et des inquiétudes , en même temps. La réalité de la jeunesse Algérienne est ,beaucoup, trop complexe, avec un environnement qui lamine toute possibilité d’entreprendre ou d’avancer . D’abord cette bureaucratie lourde qui s’érige en face de vous ,telle cette muraille de chine, au point de lâcher toute envie d’avancer, puis tous ces privilèges accordés aux enfants des détenteurs de pouvoir ,sans qu’ils aient à retrancher les manches, comme vous le dites. Sans omettre de signaler tous ces empêchements de voyager pour voir et apprendre ce qui se fait ailleurs. Ne dit on pas que  » les voyages forment la jeunesse  » ?. Les pays Européens, en particulier, font tout pour que l’Algérien ne vienne pas les  » déranger  » en mettant en place des conditions draconnienes d’obtention de visas. A ce jeu là, nos gouvernants, dont les proches voyagent en toute quiétude, ne réagissent pas pour négocier ces conditions, mais réagissent ,maladroitement, lorsque ces pays leur demandent de bien respecter les droits des citoyens à avoir leurs droits : droit d’agir, droit d’entreprendre, droit de voyager et de disposer de leur propre personne. Sur ce principe Salvini,comme tant d’autres, à raison .

    10
    2
    Abou Stroff
    13 juillet 2018 - 15 h 42 min

    je pense qu’il y a une mal-vie à laquelle les jeunes et les moins jeunes veulent échapper.
    au risque d’être réducteur (en faisant abstraction des activités de loisirs au sens large), j’avance que le mal tourne ESSENTIELLEMENT autour du sexe et de l’incapacité des arabo-muslims à entreprendre une révolution sexuelle en adéquation avec leur vécu du moment.
    en effet, les jeunes plein (s, es) de vie débordent d’énergie mais le carcan idéologique imposé par l’idéologie religieuse les empêchent de vivre pleinement leur vie (les deux sexes vivent quasiment séparés et chacun sait que la libido ne peut pas être facilement « atténuée »).
    ainsi nous vivons dans une société composée ESSENTIELLEMENT de schizophrènes où nos pulsions naturelles sont constamment contrariées par l’hypocrisie ambiante.
    moralité de l’histoire: la formation sociale algérienne est en transition entre un monde ancien qui ne veut pas mourir et un monde nouveau qui ne parvient pas à naître (Gramsci). cette transition se caractérise par, entre autres, une lutte entre des valeurs appartenant aux deux mondes en lutte. l’issue est certaine ( le monde nouveau dominera nécessairement) mais la transition peut durer si les couches sociales représentant le monde nouveau ne se prennent pas rapidement en charge.

    14
    3
      Argentroi
      13 juillet 2018 - 17 h 29 min

      Il n’ y a aucune révolution sexuelle à faire, il suffit de revenir aux fondamentaux de l’Islam ! Nos parents et grands-parents se mariaient très, très jeunes. Le garçon dès sa puberté à 16,17 ans dès qu’on remarque que ses yeux commencent à briller comme on dit. Et la fille dès 12, 13 ans qui parfois dormait à côté de sa belle-mère jusqu’à s’habituer pour consommer son mariage. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour marier ses adolescents : le choix est vite fait, on achetait quelques tissus, on demandait la main de la fille et le lendemain, juste le lendemain, c’est les noces. Dans les villes et villages, on aménageait ou on construisait avant quelques jours du mariage une petite chambre par la touiza. Et dans les campagnes le couple s’éloignait à la tombée de la nuit du campement ou du gourbi familial et revenait au petit-matin. Simple comme bonjour ! Donc nos islamistes ne sont pas aussi musulmans qu’on le croit puisqu’ils participent eux-même à dénaturer la société. Ce n’est pas avec les cérémonies de mariages en commun que la question sexuelle va être réglée puisque les couples qu’on rencontre sont déjà âgés et rongés par la continence sexuelle qui a entamé leur structure libidinale qui se reflétera sur la normalité de leur existence. Qu’une nouvelle génération de sociologues, psychologues, sexologues et autres prennent en main ce problème de société et ne prennent pas peur devant ceux qui veulent castrer notre jeunesse pour en faire des zombies ou des harragas et enfin des terroristes.

      7
      8
    Far-West-Republic
    13 juillet 2018 - 14 h 27 min

    La vérité blesse,la vérité dérange,la vérité est amère,pour les incapables,les bras cassés,et les grandes gueules,pourquoi ?les enfants de nos corrompus dirigeants ne prennent pas les risques,je ne connais aucune vie qui prendrait le risque de mourir pour se faire plaisir,comment voulez-vous vivre dans un pays où tu es concéder comme un bon à rien aucun droit ni estimé par ceux qui dirigent ni le droit au travail ni au logement et des personnes de 45 ans restés célibataire,comment supporté l’injustice en 2018 comment puis-je vivre racketté toute ma vie et encore et encore,notre pays est riche mais ses dirigeants très pauvre

    15
    3
    Argentroi
    13 juillet 2018 - 12 h 04 min

    Il était minuit passée quand une voiture s’arrêta en dessous de ma fenêtre toute ouverte pour m’apporter un peu de fraicheur. Une conversation s’engagea entre les deux occupants de la voiture et un groupe de jeunes. A leurs voix, on pouvait déjà affirmer qu’ils étaient tous bourrés à l’alcool et à la drogue. Le conducteur de la voiture jurait de vive voix de ne plus revenir en Algérie s’il obtenait un visa et demanda aux autres de prier pour lui pour qu’il obtienne son visa qu’il attend sous de charbons ardents.
    Je me suis alors demandé pourquoi ce jeune à l’abri de tout besoin puisqu’il a à sa disposition une voiture, de quoi acheter de l’essence, de quoi se fournir en alcool et en drogue malgré les prix prohibitifs, mais qui veut quand même partir loin de ce cocon ! C’est à cause de la mal-vie que personne ne supporte, ni les vieux ni les jeunes. Tout le monde étouffe dans ce désert total qui n’est pas propre à l’Algérie. Pas de cinéma ni en salle ni en plein air. Pas de parcs de verdure ni de loisirs. Des plages à dégouter. Aucune animation culturelle sinon embryonnaire. Bref, tout le monde attend l’autorisation ou une fetwa des islamistes pour faire démarrer une industrie de loisirs pour que nos jeunes aient la joie de vivre dans leur pays !

    26
    12
      Lghoul
      13 juillet 2018 - 13 h 38 min

      Mais on a des mosquées, nouvelles et anciennes pour y passer notre temps et surtout discuter du paradis et de la dernière nouvelle, venant des autres galaxies rapportée par les porte-paroles de Dieu non ? Justement c’est pour que les gens fuient, partent ailleurs, se suicident et disparaissent qu’ils en contruisent par milliers.
      Alors on a deux choix: Soit on s’enferme dans ces lieux, soit on se suicide.
      Pendant ce temps, faite la chaine pour un 5e pour que les ali belhadj, les bouchers et consorts du monde se la coulent douce sur le dos des 250.000 victimes.

      20
      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.