Emeutes à Ouargla : vers un nouveau cycle de contestations dans le Sud ?

Ouargla, Ouargla
Manifestations à Ouargla en mars 2013. New Press

Par R. Mahmoudi – La ville d’Ouargla a été dimanche le théâtre de violentes émeutes, lorsque les forces de l’ordre sont intervenues pour essayer de disperser une manifestation de jeunes chômeurs qui se sont rassemblés devant le siège de la wilaya dans le centre-ville, pour réclamer des emplois, et exiger, à l’occasion, la démission d’un responsable de la direction d’emploi, soupçonné de népotisme et de pratiques frauduleuses.

D’après des témoignages recoupés, les affrontements ont fait plusieurs blessés parmi les manifestants. Des animateurs de ce mouvement affirment qu’ils sont décidés à poursuivre leur action, jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications. Ce qui fait craindre la reprise des émeutes dans cette ville, qui risque de faire tache d’huile dans toute la région du Sud.

A noter que la ville de Béchar, dans le sud-ouest du pays, avait aussi connu des émeutes, il y a deux semaines. Les protestataires réclamaient l’amélioration de leur cadre de vie et reprochaient aux autorités la non-tenue de leurs engagements.

Pour rappel, la ville d’Ouargla a été, en 2016, le point de départ d’une vague de contestation qui s’est ensuite propagée dans plusieurs villes et localité du Sud du pays. Née au départ d’une protestation de chômeurs, le mouvement a vite pris une dimension plus large et plus politique, en axant son discours contre la politique énergétique du gouvernement, en s’opposant notamment à l’exploitation du gaz de schiste dans le sud algérien, et en réclamant «une distribution équitable des richesse du pays», à travers un plan de développement urgent en faveur des région du Sud.

Les autorités ont essayé, sur le coup, de répondre favorablement aux doléances des populations du Sud, en accélérant certains projets de développement, mais aussi, en mettant momentanément en veille le projet d’exploitation du gaz de schiste.

R. M. 

Comment (21)

    Anonyme
    24 juillet 2018 - 7 h 51 min

    l ennemi de l algerie c est son systeme pourris sans aucune legitimité (barbou)proteger par la france

    5
    1
    B.M
    24 juillet 2018 - 7 h 32 min

    Parmi ces jeunes certains préfèrent travailler à L’ENSP, ENAFOR. …celles qui maillent le mieux et ne cherchent même pas à faire une formation.
    Par ailleurs, si y avait une réelle volonté il n’y aurait plus de chômage à Ouargla.
    Exemple concret, les habitants du village Sidi Khouiled sont tous au chômage ils vivent dans des conditions lamentables.
    Le hic est que ses terres sont très fertiles et la Sonatrach a couper le forage d’eau???

    2
    1
    Anonyme
    24 juillet 2018 - 1 h 37 min

    Malheureusement y’a des algeriens qui pensent Algerie du nord Algerie du sud. Le sud sera en voie de devrloppement quand sonatrach quittera hydra pour aller s’installer à ouargla,ainsi que sonelgaz..

    Karim
    23 juillet 2018 - 22 h 38 min

    « Le feu du désordre est latent qu’Allah maudisse celui qui le réveille. »(Hadith). Pour cela, nous devons nous opposer aux aventuriers qui veulent allumer le feu du désordre dans nos pays. Et « Le plus grand Jihad, c’est une parole de vérité à la face d’un despote. »(Hadith). On peut assimiler cela à toute forme d’opposition et de lutte non violente, sur tous les fronts.

    3
    3
      Dormez braves citoyens !
      24 juillet 2018 - 5 h 11 min

      Seuls les voleurs ont peur des contestations car le statut quo ça les arrange.
      Ils ont fait de l’Algérie un royaume à la marocaine, pourquoi pas un 5,6,7 est mandats dans ce cas.

      5
      1
    Alerrte !
    23 juillet 2018 - 20 h 39 min

    En France les consulats, l’ambassade, le centre culturel algérien, l’école algérienne internationale et d’autres institutions sont devenus depuis ces dernières années des centres de recrutements aux profits des proches des responsables.

    Les licenciements des fonctionnaires compétents mais sans protections ont explosés pour les remplacer par des personnes recommandées depuis Alger, ces licenciements abusifs coûtent des fortunes à l’Algérie en justice mais les responsables sont couverts par le MAE.

    11
    2
    fatigué
    23 juillet 2018 - 16 h 20 min

    Il ne faut plus dire « occidentalo sioniste » mais dorénavant il faudra dire  » occidentalo arabo sioniste  » Hé oui, nous en avons la preuve sous les yeux avec BMS de l’Arabie Yehoudite et les autres microbes du khalij et surtout surtout la dernière info sur l’exfiltration des tangos islamo wahabistes de Syrie par Israel et leur acheminement et hébergement en Jordanie.
    Y a plus rien à démontrer; GAME IS OVER.

    9
    6
    Hibeche
    23 juillet 2018 - 12 h 38 min

    Le propre des régimes totalitaires c’est d’étouffer dans l’œuf par la violence toute protestation pour, croit-il, éviter que ça ne fasse tâche d’huile. Le problème c’est que, quand ce pouvoir n’est pas populaire, ou n’est pas légitime, c’est le sentiment inverse qu’il provoque chez la population. Du coup, de quelques manifestants pacifiques au départ, ça se transforme en une opposition violente au pouvoir, et parfois même à une révolte armée qui peut aboutir à la destruction de tout un pays. Les exemples récents, ou en cours, sont nombreux. A méditer, que le dialogue et l’ouverture l’emporte sur la répression qui engendrera à son tour la violence.

    19
    8
    AGENTS DESTABILISATEURS
    23 juillet 2018 - 12 h 00 min

    C’est signé !!

    8
    14
    Rayah
    23 juillet 2018 - 10 h 22 min

    L’image des manifestants a Ouargla est datee Mars 2013. Je ne comprends pas! Fake news peut etre ?

    26
    11
    Anonyme
    23 juillet 2018 - 10 h 01 min

    Rappelez vous de la révolution de jasmin zerma ou de la Libye ou même la Syrie, idem Iran.
    Toutes ces pseudocontestations ont pour origine l’étranger et la déstabilisation du pays en question.
    Ça vaut pour le MAK = Mossad.

    30
    31
      Anonyme
      25 juillet 2018 - 5 h 31 min

      Vous voulez que ça continue comme ça pour vous protégez contre la colère du peuple.

      1
      1
    صالح/ الجزائر
    23 juillet 2018 - 9 h 35 min

    un dilemme proprement Algérien : les employeurs se plaignent de manque de main d’œuvre , tandis que les  » jeunes chômeurs  » exigent du travail .

    46
    10
      PREDATOR
      23 juillet 2018 - 20 h 00 min

      il semblerait selon certains dire que ces jeunes voulaient des postes dans des sociétés étrangères sauf qu’ls ne savent pas que chez les sociétés étrangères il faut bosser dur même très dur , ce n’est pas comme chez nous « ragda ou taalef »
      Avis aux amateurs

      9
      4
    Zaatar
    23 juillet 2018 - 8 h 52 min

    Brave H’mida, même dans le jeu il manie la carotte et le bâton… là il annonce tringla après avoir annoncé randa juste avant… à vous l’honneur semble t’il dire aux manifestants..

    25
    4
    Hakikatoune
    23 juillet 2018 - 8 h 36 min

    Je ne comprends cette propension maladive du pouvoir a réprimer à tous prix toutes les manifestations ! Je pense que ce pouvoir autiste, sourd et brutal gagnerait plus à autoriser ses manifestations dans un cadre organisé plutôt que d’attiser le feu qui se retourne contre lui ! Il faut juste faire des réunions préalables avec les responsables des associations ou des partis politiques en les responsabilisant sur le caractère non violent de leur manifestation ! Voici un exemple de la procédure d’autorisation de manifester sur la voie publique chez un pays dit « kafer » ou un pays de « koufars » !

    La demande se fait environ entre 3 et 15 jours avant la date déclaration et doit préciser :
    – les coordonnées de l’association à l’initiative de la manifestation (nom, adresse, téléphone, nom et adresse du représentant légal),
    – les nom, prénom, adresse (et moyens de contact : numéro de téléphone, adresse électronique) des personnes physiques en charge de l’organisation de la manifestation,
    – l’objet de la manifestation, le ou les lieux de la manifestation, la date et les heures de début et de fin, l’itinéraire si la manifestation implique le déplacement de personnes (défilé, cortège),- une estimation du nombre de participants attendus,
    – le descriptif des dispositifs de sécurité mis en place par le demandeur d’autorisation
    – les particularités de la manifestation (déploiement de banderoles, installation d’une sonorisation, etc.).

    Elle doit être signée par le président ou par un membre de l’association ayant reçu délégation et par 3 responsables de l’organisation de l’événement, domiciliés dans le département où a lieu la manifestation. Les services de sécurité de l’Etat seront là pour accompagner le convoi des manifestants dans le but de garantir la sécurité du déroulement du cortège et non de tabasser et de violenter les manifestants !

    Mais je rêve ou pas ? Je dis n’importe quoi ?? J’ai oublié que je suis dans un pays arabo-musulman avec un pouvoir autoritaire, autocratique et antiu démocratique qui refuse toute contestation quelle qu’elle soit ! J’ai dit c’est interdit, c’est interdit, c’est interdit épisitou !! C’est comme dans le divorce à la musulmane, il suffit que l’homme répète 3 fois « je répudie » et l’affaire est classée !

    87
    46
      Vous rêvez effectivement
      23 juillet 2018 - 9 h 56 min

      @Hakikatoune
      Il n’y a pas d’opposition tous ces groupuscules antifa qui n’ont d’antifascistes que le nom etc…servent le bras de l’oligarchie sioniste.
      Les syndicats tous politisés donc quand on a dit ça on a tout dit ils servent également le système : le jour où vous verrez les syndicats défendre les salariés et les droits des salariés faites moi signe. Quant aux casseurs idem ils servent la soupe au système qui aime à entretenir la violence le clivage etc….
      Donc vous idéalisez un monde que vous ne connaissez pas et dont vous faites une projection totalement VIRTUELLE.
      La réalité du terrain du vécu est tout autre.
      Arrêtez de regarder le monde occidentalo-sioniste et vous vous rendrez compte que vous n’êtes pas mal loti, machallah.

      35
      64
        Hakikatoune
        23 juillet 2018 - 12 h 20 min

        Cher tonton qui se fait appelez @Vous rêvez effectivement , pourquoi vous m’insultez ? Pourquoi vous me dîtes d’arrêter de regarder le monde occidentalo-sioniste ? Que vient faire dans ce débat le « monde occidentalo-sionniste » ? Et puis, je ne suis pas dupe dans mes propos puisque je dis moi-même : je rêve, je dis n’importe quoi ! Donc je n’ai pas besoin de me faire insulter, je suis conscient de ce qui se passe dans mon pays! Je donne juste un avis. Je n ‘ai pas besoin de leçon de quiconque ici sur AP y compris de ceux qui voit le monde avec des yeux d’arabo-islamo-sioniste qu’on vient de découvrir depuis peu ! Je m’exprime point barre ! Ok ? Allez ce n’est pas grave et que Dieu vous protège !!

        21
        1
        Brahim
        23 juillet 2018 - 13 h 01 min

        @Vous rêvez effectivement

        Cher Monsieur, c’est quoi ce « machallah » qui ponctue à la fin votre post ? Que vient faire ce « machallah » ici ? Ya kho, s’il te plait garde pour toi ce type d’expressions débitée depuis peu dans notre pays inconsciemment par par-coeurisme, par mimétisme et par endoctrinement venu d‘ailleurs ! Je suis algérien, j’ai l’âge de ma retraite et je n’entends ce mot dans notre pays que depuis quelques années! Avant nous les Algériens, on n’utilisait pas du tout cette incantation … divine.. ! On disait « ahk rebi », et çà suffisait !!! Enfin, je parle des ALGERIENS, des anciens quoi !!!

        PS : je ne comprends pas la tournure ou le sens de votre réponse à l’internaute hakikatoune !!

        36
        3
        Anonyme
        24 juillet 2018 - 4 h 17 min

        Il y a une fascination, pour la mascarade pseudo-démocratique de l »occident chez certaines personnes qui me fait penser qu’il est très facile de manipuler ces personnes pour le plus grand bien des ennemis de l’algérie.

    fatigué
    23 juillet 2018 - 8 h 09 min

    Les gens du sud ont en marre de posséder une vache et voir que tout son lait va au nord et qu’il n’en reste aucune goutte pour eux.

    49
    38

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.