Le Mucem accueille des collections de musée d’histoire de la France et de l’Algérie

Mucem
Le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, à Marseille. D. R.

La décision de transférer quelque 5 000 objets et documents, dont 3 000 écrits et une centaine de tableaux, d’une valeur de 2,6 millions d’euros, a fait l’objet de la signature, mardi à Marseille, d’une convention entre le maire de Montpellier et le président du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem).

Les collections du projet «musée d’histoire de la France et de l’Algérie», abandonné à Montpellier, ont été transférées au Mucem, à Marseille, ont annoncé le maire de Montpellier, Philippe Saure, et le président du musée marseillais, Jean-François Chougnet.

Malgré une pétition réunissant 4 000 signatures françaises et algériennes, avec le soutien du président de l’Institut du monde arabe (IMA), le conseil de l’agglomération de Montpellier, où le musée d’histoire de la France et l’Algérie devait élire domicile, av décidé en 2014 l’abandon de ce projet. L’objectif du musée, initié par l’ancien maire de Montpellier, Georges Frêche, était de permettre de croiser les mémoires et les regards, au travers d’objets en provenance d’Algérie, du XIXe siècle jusqu’à l’époque contemporaine, afin de «ne jamais dissocier» les deux mémoires.

La collection qui va être transférée au Mucem renferme une grande diversité typologique de pièces (photographies, cartes postales, affiches, peintures, objets, manuscrits, textiles) qui retracent l’histoire croisée de la France et de l’Algérie. Ce fonds documentaire de l’histoire de la France et de l’Algérie pourra être consulté par le public et les chercheurs et sera diffusé largement au Mucem et dans d’autres lieux par le biais de publications et expositions.

Le Mucem, basé à Marseille, est consacré aux civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. C’est un forum, un lieu de débats, où la programmation artistique et culturelle ainsi que les expositions permanentes et temporaires s’articulent autour de grandes questions des sociétés européennes et méditerranéennes

R. C.

Comment (2)

    anonyme
    27 juillet 2018 - 23 h 16 min

    Montpellier ayant été infestée de mokokos , tout ce qui touche à notre pays est torpillé ! c’est bien dommage !

    2
    35
      Anonyme
      28 juillet 2018 - 21 h 24 min

      Il semble que vous n’ayez pas bien lu l’article ci-dessus. En effet, il n’est pas question d’installer ce Musée à Montpellier car la nouvelle municipalité l’a refusé. Donc il va rejoindre le Mucem à Marseille.
      J’espère que vous voilà rassuré, Marseille ce n’est pas Montpellier.
      Enfin, l’important est qu’il y ait ce témoignage du passé de notre beau pays et que tout le monde, et particulièrement nos descendants puissent s’y référer pour comprendre le présent.

      4
      34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.