Il y a 12 siècles naissait Ibn Sina, le philosophe musulman père de la médecine

Ibn Sina
Portrait d'Ibn Sina. D. R.

Il y a 1200 ans, en 980, naissait à Boukhara  Ibn Sina (Avicenne pour les Occidentaux). Dès sa petite enfance, il fait preuve d’une mémoire phénoménale. A 10 ans, il connaît le Coran par cœur et parle le grec en plus de sa langue maternelle, le persan. Dès 14 ans, il étudie seul les sciences naturelles et la médecine. A 16 ans, il a déjà sous sa direction des médecins célèbres. Ayant guéri un prince samanide d’une grave maladie, il est autorisé à fréquenter la très riche bibliothèque du palais. A18 ans, il maîtrise toutes les sciences alors connues. A 21 ans, il écrit son premier livre de philosophie. A 22 ans, il est contraint par la mort de son père de gagner sa vie. Il travaille la nuit à ses grands ouvrages, le jour aux affaires de l’Etat, où il acquiert une solide réputation.

Plusieurs fois ministre, il jouit d’une telle influence qu’il fait l’objet de pressions, sollicitations, jalousies, tantôt poursuivi par ses ennemis, tantôt convoité par des princes adversaires de ceux auxquels il voulait rester fidèle. Il est obligé de se cacher, vivant de ses seules consultations médicales. Il mène une vie itinérante et mouvementée, parsemée de fuites, d’emprisonnements et d’évasions. En 1023, il se réfugie auprès de l’émir d’Ispahan et y trouve une certaine paix. Ibn Sina meurt en1037, emporté par une affection intestinale.

Ibn Sina croit en Dieu créateur, selon l’islam. Pour les musulmans comme pour les juifs et les chrétiens, la source du savoir est la Révélation faite par Dieu aux hommes par l’intermédiaire des Prophètes.  Il tente de réintégrer le dogme dans son élaboration philosophique. Pour lui, la métaphysique doit apporter la preuve de l’existence du Dieu créateur.

-Du XIIe au XVIIe siècles, l’enseignement et la pratique de la médecine musulmane et occidentale sont fondés sur son monumental Canon de la médecine, traduit par Gérard de Crémone entre 1150 et 1187. Ainsi, en Europe, les médecins chrétiens tiraient parti, pour soigner les maux du corps, de la sagesse de ce médecin musulman. Il est alors surnommé «prince des savants» et «père de la médecine».

R. C.

Comment (35)

    Anonyme
    21 août 2018 - 8 h 03 min

    Reellement flippant
    Il suffit de dire « je suis musulman pour avoir un max de pouces en bas
    Bande de ch… galeux!

    socrate
    12 août 2018 - 19 h 07 min

    Le « Père de la médecine » s’appelle Hippocrate et il est grec. Les arabes ont permis la transmission du savoir grec puisqu’ils ont conquis des pays comme l’ Egypte où celui-ci était présent mais il est abusif de dire qu’ Avicenne a « inventé » la médecine comme si rien n’avait été fait avant lui. Tout au plus a-t-il complété, amélioré, codifié le savoir existant, ce qui n’est pas si mal.

      Kaci
      12 août 2018 - 20 h 21 min

      respectes au moins la mémoire de ce grand savant. Jusqu’en 1940 son Canon était enseigné en France. Ton So(chrate) a été laissé loin derrière. Un grec ne défendrait pas autant socrate. Alors qui es tu (problème d’identité).

      Anonym
      20 août 2018 - 21 h 43 min

      Et toi en 2018 tu trouves dès difficultés à écrire ton alphabet , tu viens de reconnaitre et confirmer que lès arabes étaient beaucoups en avance, merci!

    Fellaga
    11 août 2018 - 23 h 29 min

    Merci AP Excellent article.
    Très bien de rappeler que les musulmans ont contribué à la science la médecine.
    Le Coran est très clair sur l’importance de la science et de nombreux éléments avancées scientifiques y sont décrits. J’ai souvenir lors de mes 1ères de fac en médecine en France (attention je ne suis pas toubib) de nombreux Professeurs français n’hésitaient à faire mention du Coran lors de leur enseignement.
    Quant à Ibn Sina, Avicenne, dans le milieu médical médecins il n’est plus à présenter un hôpital de l’AP-HP (parisien) porte son nom Hôpital Avicenne à Bobigny.
    Tout comme Averroès Ibn Rochd de Cordoue que l’on ne présente plus.
    Ils sont musulmans et présentés et reconnus d’ailleurs comme tels en Occident.

    Anonyme
    9 août 2018 - 2 h 15 min

    Regardez la photo, a t-il la tête d’un bédouin

      Nostalgia
      14 août 2018 - 16 h 02 min

      Photo ? Je ne savais pas que l’appareil photographique existait déjà à l’époque d’Avicenne. Merci de l’information !

        Anonyme
        15 août 2018 - 12 h 39 min

        @Nostalgia
        Bon, je voulais dire portrait.
        C’était pas ça l’essentiel !!
        Photo ou portrait, il n’a pas une tête d’un Bédouin d’Arabie.

          Nostalgia
          15 août 2018 - 16 h 06 min

          Là, oui…et je suis d’accord. Je voulais juste vous taquiner…(clin d’oeil).

    tell the truth or go home
    8 août 2018 - 17 h 20 min

    c.est ridicule de voir ce genre de commentaire .alors ya pas de civilisation mesulmane sans arabes le prophete etait arabe non!!! et pour info ibn khaldoun est de hadramout de yemen c.est un pur arabe …..bref votre commentaire n.a aucun sens ….le racisme c est l.arme des debiles

      Nostalgia
      15 août 2018 - 16 h 36 min

      Les arabes ont eu leur part dans ce qui fut réalisé par les musulmans, cela personne ne peut le nier, et ce serait injuste de tenter de le faire. Quant à Ibn Khaldoun, il rapporte, en tant qu’historien, que les deux plus grands groupes berbères, les Sanhadjis et les Zénètes, étaient originaires du Yemen, dont le Hadramout. De cette façon, étant lui-même Sanhadji, il était originaire du Yemen et donc arabe. Ce subterfuge, utilisé dans tout le monde musulman, de l’Atlantique à l’Asie centrale, de l’époque était la seule clé qui permettait à non-arabe de briguer les dignités de l’état, calife, sultan, vizir ou même cadi ; si vous n’êtes pas de sang arabe tout cela vous était inaccessible et c’est pour cela que la plupart des noms historiques musulmans se faisaient passer ou bien pour la descendance du prophète ou bien pour des arabes. De tels cas pullulent aussi bien parmi les Perses, les Berbères, Les Indiens, Les turco-mongols que chez les peuples de l’Afrique noire islamisés. Ce subterfuge était très courant en Afrique du nord où des malins se faisaient passer pour descendants du prophète pour instaurer des dynastie ; iul n’y a qu’à se remémorer le cas du fondateur des Fatimides qui était en réalité Berbère Kutama ; plus proche de nous, l’émir Abdelkader et les sultans du Maroc, qui étaient tous berbères mais à qui il fallait ce pédigrée fabriqué pour prétendre au commandement. U temps de la colonisation, en Algérie, et avec al complicité des autorités coloniales, de grands notables algériens corrompaient des confrérie et zaouias pour se fabriquer un pédigrée qui les feraient descendre du prophète ; une fois fabriquée la descendance, le notable donnait une grande fête avec des centaines de méchouis que les berrahs criaient partout jusqu’à des centaines de km pour que tout un chacun sache que Sidi était descendant du prophète. C’était une forme d’investissement dans le pouvoir politique….juste comme maintenant adhérer au FLN post-indépendance qui ouvre toutes les portes du système. L’Histoire, disait un certain Napoléon, était une Grande Menteuse !

    kahina-DZ
    8 août 2018 - 12 h 28 min

    Il n’ya pas de civilisation arabe, mais une civilisation musulmane…Il faut faire la différence.
    Ibn Sina est un Perse (iranien), Ibn Khaldoun est un AMAZIGH numide.

      Anonyme
      8 août 2018 - 15 h 45 min

      Il y a une civilisation grecque et une civilisation latine ; il n’y a pas de civilisation islamique, si l’on désigne sous ce vocable l’effort personnel, original d’un peuple vers le progrès. Ce que tu appelles « civilisation musulmane », cette « civilisation » ne doit rien aux Arabes, ni
      même à l’islam, les peuples, devenus musulmans, ne réalisèrent des progrès que parce qu’ils appartenaient à d’autres races que la race arabe et la religion musulmane et parce qu’ils n’avaient pas encore
      subi trop profondément l’empreinte de l’Islam. Leur effort fut accompli malgré les Arabes et malgré le dogme islamique.
      Les prodigieux succès de la conquête arabo-islamique ne prouvent rien. Attila, Genseric, Gengis-
      Khan ont soumis nombre de peuples et cependant la civilisation ne leur doit rien.
      Un peuple conquérant n’exerce une action civilisatrice que s’il est plus civilisé que les peuples conquis. Or, tous les peuples vaincus par les armées du Calife étaient parvenus,longtemps avant les Arabes, à un haut degré de culture, de telle sorte qu’ils purent leur
      communiquer un peu de leur savoir, mais qu’ils n’en retirèrent rien.

      Fellaga
      11 août 2018 - 22 h 59 min

      @Kahina-DZ
      Ibn Sina est perse né en Ouzbékistan, mort Allah Yarhmiu en Iran.
      Perse ne signifie pas iranien systématiquement.

    Chibl
    7 août 2018 - 22 h 47 min

    Maintenant Ibn Sina EST musulman, vous dites que le CHIITES ne sont pas musulmans, quels sont vos critères, j ai rien compris.

      Anonyme
      8 août 2018 - 19 h 23 min

      @Chibl: Sont musulmans, tous les peuples du monde qui disent « La ilaha illa Allah wa Mohamed rassoul Allah » et qui pratiquent les 5 piliers de l´islam, et les Perses (Shiáa) en font partie.
      Le problème est survenu qu´aprés la mort du prophète entre Sunna et Shiaa, ce différent est politique et non religieux. Aprés la mort de prophète Mohamed (sws), les Shiaa voulait que le prochain leader soit de la famille du prophète (Ali) et les Sunna voulait le successeur soit celui qui est le plus compétent parmi les « Sahabas ». Donc le problème entre eux est politique (sur la succession du prophète) et n´a rien avoir avec la religion.

      Fellaga
      11 août 2018 - 23 h 07 min

      @Chibl
      Perse ne signifie pas systématiquement chiite.
      Les chiites sont des musulmans et comme l’a dit @Anonyme les chiites sont les partisans de Ali et qui croient en son imamat.
      Perse ne signifie pas systématiquement Iran et chiisme.
      Certes plus 90% de la pop iranienne est chiite donc musulmane.

    Anonyme
    7 août 2018 - 17 h 20 min

    Les historiens arabes, sont presque tous d’accord sur le fait que la civilisation occidentale moderne a énormément tiré profit d’Avicenne (980-1037) et surtout d’Avérroes (1126-1198) et d’Ibn Khaldun (1332-1406), et que l’Europe n’aurait pas pu avancer sur la voie du progrès sans leurs écrits. En fait, il n’en a rien été. Sinon, on serait en droit de se demander pourquoi les principes énoncés par Avérroes auraient été un facteur décisif de la Renaissance en Europe alors qu’ils n’ont eu, à la même époque, aucune influence sur la civilisation arabe. La réponse à cette question est très simple. En fait, Avérroes, Ibn Khaldun et Avicenne se trouvaient en quelque sorte en dehors du courant dominant d’une culture arabe qui les a d’ailleurs refusés et rejetés. Une culture arabe qui, déjà à l’époque, sombrait, tout comme aujourd’hui, sous le poids des fatwas de ses oulémas et des théologiens du Coran

      Anonyme
      8 août 2018 - 12 h 25 min

      Ceux que tu as cité ne sont pas des arabes.

        Nostalgia
        14 août 2018 - 16 h 17 min

        Anonyme 7 août 2018 – 17 h 20 [email protected] C’est exactement cela. Mes félicitations pour cette excellente analyse !

    Anonyme
    7 août 2018 - 16 h 28 min

    Calmez vous Ibn Sina était iranien chiite ,Avicenne, de son nom complet Abu ‘Ali al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina, est né au mois d’août 980 à Afshéna, près de Boukhara, à l’est de la Perse (Transoxiane, c’est à dire en actuel Ouzbékistan). Son père était musulman chiite et sa mère d’origine juive, elle pourrait néanmoins avoir eu une influence sur l’éducation qu’il aurait pu recevoir. Avicenne était proche du chiisme ismaélien, le courant auquel appartenaient son père et son frère; d’ailleurs son autobiographie rapporte leurs efforts pour entraîner son adhésion à la dawat ismaélienne. Toutefois, le couvert que lui apporte les princes de Hamadan et d’Ispahan, chiites duodécimains, laisse à penser qu’il se serait rallié à cette obédience. Aujourd’hui, il serait fortement dénoncé par les wahabbites et les salafistes, nombreux parmi les musulmans sunnites.

      Mohamed
      7 août 2018 - 16 h 43 min

      Salam aleikoum,

      A cette époque, les différents courants ne se différenciaient pas beaucoup comme aujourd’hui après que ces courants ont été reformés. A leur époque, les différences étaient minimes mais avec le temps les différences sont devenues énormes et vous pouvez constatez par vous même en se demandant si c’est la même religion ou plusieurs…

        Anonyme
        7 août 2018 - 18 h 39 min

        « … A leur époque, les différences étaient minimes mais avec le temps les différences sont devenues énormes… » Les différences étaient énormes juste après la mort du prophète puisque des guerres ont éclaté qui ont fait des milliers de morts musulmans pour la succession de Mohamed .La plus connue est celle de Aicha la femme enfant du prophète contre Ali son cousin et gendre( وقعة الجمل ). De là est né le chiisme (atba3e Ali qui voulaient que la succéssion revient à ahl al bayte c’est à dire Ali) et les fidèles de Abu Bakr qui deviendront les sunnites.

          Mohamed
          7 août 2018 - 19 h 35 min

          Salam aleikoum,

          Oui en répondant vous m’avez donné raison sans le savoir, au début, la différence était dans la succession et maintenant avec les réformes initiées dans ces deux courants par des Hommes qui avaient réformé la religion divine (la créature qui change la création du créateur), les écarts et les différences sont devenues énormes et à se demander combien y a de religion musulmane.
          Depuis, tous les courants s’inspirent des faux ahadiths et des réformes (comme chez les sunnites et les chiites), l’Islam parallèle a pris la place de l’Islam authentique. (Alors que le religion est simple, le musulman est le garant du bien sur la terre pour ses semblables et pour lui, c’est le gentil, pas le méchant, c’est un ami qui vous veut du bien)

          Mohamed
          7 août 2018 - 20 h 22 min

          Salam aleikoum,

          Voilà le hadith de notre Messager Muhammad (QSSSL) qui est parmi l’un des véridiques et c’est pour méditer : « Si la fin du monde venait à survenir alors que l’un d’entre vous tenait dans sa main une plante, alors s’il peut la planter avant la fin du monde, qu’il le fasse ! »
          Est ce qu’il a demandé que nous prions plus qu’il en faut pour cette circonstance ? Que nous jeûnions pour cette circonstance ? Mais à faire une bonne œuvre car un bon musulman sera récompensé pour ses travaux, car un musulman sans les bonnes œuvres est une coque vide.

        Anonyme
        8 août 2018 - 5 h 15 min

        Vous avez toujours une échappatoire, vous utilisez a chaque fois les mêmes méthodes des hadiths et c’est toujours la même histoire de la fin du monde, vous n’avez par contre aucune solution pour améliorer nos vies.

    Kouder Belala
    7 août 2018 - 15 h 45 min

    CALMOS::::….Notre cheikh IBN BABADIS était aussi Amazigh mais un illustre et humble musulman. Dieu dans sa bonté dis « LA FARK BINE 3AJAMI OUA ARABI ILLA BI TAKAOUA »

    Anonyme
    7 août 2018 - 15 h 41 min

    Très bons articles. Les musulmans se réfugient dans leur passé et oublient le présent et et l’avenir. C vrai ya de quoi etre fier du passé,mais les autres ont avancé et nous avons stagné ou régressé ( surtout les arabes)

    Anonyme
    7 août 2018 - 15 h 29 min

    L’art de plagier. L’inde et la chine puis la Grèce, tout devient arabislamique puis arabe tout court…Ni avicène ni Averoe n’ont rien inventé outre que copier et plagier.

      Mohamed
      7 août 2018 - 16 h 11 min

      Et vous ? Vous avez trouvé quoi ? Faites nous l’immense honneur de nous faire profiter de votre immense savoir, connaissance et sagesse, nous vous serons redevables.

      Chibl
      7 août 2018 - 22 h 51 min

      il faut pas repondre aux incultes, vous avez raison, nos compatriotes ne savent meme pas d ou ils viennent donc…

    Mohamed
    7 août 2018 - 15 h 10 min

    Salam aleikoum,

    Dommage que l’auteur n’a pas approfondi les recherches pour trouver que cet imminent médecin et ce musulman pieux (guérissait des pauvres gratuitement au nom d’Allah (SwT) pour les bonnes œuvres), fut persécuté par nos chers intégristes à son époque (à se demander si les intégristes, destructeur des civilisations ne sont pas ces hajoujs et majoujs sous contrôle d’une entité sataniste qui se pérennise à travers le temps en continuant ses méfaits jusqu’au jour d’aujourd’hui)

      Mohamed
      7 août 2018 - 17 h 13 min

      Salam aleikoum,

      Pour bien préciser ma pensée, quand j’avais dit qu’Ibn Sina était persécuté par les intégristes, par intelligence normalement vous devriez deviné que c’était par les intégristes chiites car il était chiite et vivait parmi les chiites, car oui les intégristes sont dans tout les différents courants comme chez les sunnites, car seul un ignorant devient intégriste, même s’il est de confession bouddhiste.
      Un musulman pieu, humble qui n’associe pas Allah avec une autre divinité, qui fait surtout des bonnes œuvres (j’insiste sur ça plus que sur la prière car la prière est parmi la sphère personnelle qui le lie lui et uniquement lui « et pas toute la société avec » à Allah (SwT) et les bonnes œuvres sont les actes qu’Allah (SwT) adore, elles calment sa colère, prolonge la vie de ce bienfaiteur, ou change son destin en positif ou l’éloigne du mauvais sort, même si ce bienfaiteur est un non musulman alors qu’en est-il si c’est un musulman, il ne faut pas mélanger entre les bonnes œuvres (صَّالِحَاتِ) que Dieu a mentionné et a insisté par 61 fois dans le Coran avec « hassanates », y a une grande différence).
      Je suis un musulman (ni suni, ni chii, ni wahhabi, ni tutti quanti) tout comme furent Ibrahim, Moussa, Issa et Muhammad (AS) craignant Allah et cherchant uniquement à leur satisfaire par les bonnes œuvres envers mes semblables et envers moi même si je peux.
      Les intégristes quel que soit leur courant mènent le même combat, dénaturer l’Islam authentique la même et la seule religion pratiquée par tous les prophètes et Messagers qui sont les fidèles serviteurs d’Allah (SwT).

      Anonyme
      12 août 2018 - 13 h 03 min

      Sans anatomie point de medecine. C’est apres la renaissance que l’on peut parler de medecine, en outre les arabes ont juste plagié ii et là les oeuvres de Grece ou d’inde voire choises.

    calmos
    7 août 2018 - 14 h 24 min

    les arabes …calmez vous …ibn sina est un perse avant tout , et musulman .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.