Cinq individus arrêtés dans le cadre de l’affaire de l’agression de Zoubir Aïssa à Béjaïa

individus, Parkings
Deux cent dinars sur une balance et la vie d'un homme sur l'autre. D. R.

Les investigations menées par les autorités judiciaires dans l’affaire de l’agression physique contre Zoubir Aïssa, dans la commune de Souk el Ténine (wilaya de Béjaïa), causant son décès, ont permis le placement de cinq individus en détention préventive, en attendant les résultats de l’enquête, indique un communiqué du ministère de la Justice.

Selon les faits rapportés lors d’une conférence de presse animée, jeudi, par le procureur de la République près le tribunal de Kherrata, il s’est avéré «qu’en date du 01/08/2018 les services de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Souk el Ténine ont reçu un appel téléphonique du brigadier du centre d’opérations du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Béjaïa, les informant de l’évacuation du dénommé Zoubir Aïssa, victime d’une agression physique à la plage Lota, commune de Souk el Ténine (W. Béjaïa), vers le CHU Khelil-Amrane de Béjaïa», ajoute le communiqué.

Les informations préliminaires recueillies auprès des accompagnateurs de la victime font état «d’une agression menée par un groupe d’individus contre le dénommé Zoubir Aïssa, après le refus de ce dernier de payer sa place de stationnement par des individus autoproclamés gardiens d’un parking à la plage précitée», précise le document.

«Face au refus de la victime de payer sa place de stationnement, le groupe de malfaiteurs l’ont attaqué en lui assénant plusieurs coups à l’arme blanche, pour succomber à ses blessures, quelques jours après à l’hôpital», selon la même source. «Dès que nous avons reçu ces informations et faits, nous avons ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire sur cette affaire en vue de déterminer l’identité des auteurs et les arrêter, a fait savoir le procureur, révélant que «l’enquête a permis, jusqu’à l’heure, de procéder à l’arrestation de 5 individus ayant été placés en garde à vue et qui seront présentés devant nous dimanche 12 août, après finalisation de la procédure légale».

«Tous les moyens ont été mobilisés pour la collecte des preuves relatives aux faits et la loi sera appliquée avec rigueur, afin de lutter contre ce genre de crimes et assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens», a-t-il affirmé.

R. N.

Comment (7)

    Gatt M'digouti
    10 août 2018 - 17 h 04 min

    Ce ministre préférè taper sur les jeunes internes des hôpitaux et montrer ses muscles, sachant pertinemment que ces intellectuels, wlad el familya, bien éduqués ne sont pas des voyous et ne se promènent pas un gourdin à la main. Qu’en pense le docteur « Cosa Nostra » Ould Abbés ?

    15
    aderre
    10 août 2018 - 13 h 15 min

    Monsieur Le Ministre, agissez! Vous ne cessez de dire:  » Que la force d’un pays est dans la force des ses institutions » Vous êtes la tutelle (le chef décisionnaire) des collectivités locales, (APC), vous êtes le 1ere responsables des préfets de police( wali) , par la même, des sous-préfets (chefs de Daïra) et de la PJ ( police judiciaire). Ces INSTITUTIONS sont ENTRE VOS MAINS , NON! . Donc il suffit de le DÉCIDER, pour que vos sous-fifres affectent 1 ou 2 agents de votre police pléthorienne (200 000 agents, qui tournent leurs pouces dans les commissariats ou casernes) et rerpendre en mains ces territoires abandonnés par vous même, c’est à dire par l’État, à une mafia polotico-financiere qui organise ces « gardiens » de parkings rue et plages .
    La décennie noire n’est plus, selon les officiels, alors de quoi avez vous peur! y’a t’il des organisateurs bénéficiaires et hauts placés de ce phénomène ? Qu’attendent vos services pour monter la présence de l’État dans toute sa vigueur sur le moindre Cm2 de notre territoire. Vos services , monsieur le Ministre ont inventé le concept de « gestion démocratique des foules ». Exclusivité et invention algérienne : nous avons tellement de policiers à rien faire, que vos services affectent 3 agents pour un manifestant, au moindre mécontentements populaires de rue.

    21
    MELLO
    10 août 2018 - 11 h 54 min

    Quand la balle est tirée plus personne ne pourra la bloquer ou la devier, trop tard le jeune Zoubir Aissa est parti rejoindre tous ces enfants d’Algerie qui avaient le coeur au patriotisme. Malheureusement, le laxisme de l’impersonnel Etat Algerien n’a pas pu ou su prendre les mesures préventives adéquates. Comme tous ces « parkingueurs », il existe des milliers d’individus qui vivent et se sucrent de ce vide autoritaire, des faits divers sont legions et rapportes quotidiennement par la presse. Dans toute cette histoire, le citoyen est désarmé, pris entre le marteau de la violence verbale et physique , et l’enclume d’une justice injuste qui considère souvent comme agresseur ,la victime. Que ces auteurs du crime soient châtiés a la mesure de la gravite’ de l’acte.

    13
    2
    Sprinkler
    10 août 2018 - 11 h 09 min

    Le  » 1 août 2018 « …Probablement le premier jour de congé du jeune AÏSSA…Qui a préféré les plages de Bejaïa à celles de Tunisie où l’Algérien laisse toujours un peu de sa dignité…A Souk El Ténine, Zoubir laissera sa vie et toute une famille ! Pour avoir refusé de se plier au diktat de la rue et des parkings sauvages que l’Etat – Oui ! l’Etat ! – a abandonnés aux désoeuvrés et autres  » pensionnaires de la collectivité  » ( détenus vivant au crochet de la société…). Nous attendions du Ministre de l’Intérieur qu’il marque ce jour du 1 août 2018 par l’abolition de cette  » dîme du baltagui « , symbole de la démission de l’Etat, qu’il fasse du martyr du jeune AÏSSA le premier jour de la  » reconquête  » de l’espace public par le Droit et la Force de l’Autorité ! Le criminel et ses complices arrêtés et jetés au cachot, la vie reprendra son cours et les  » parkingueurs  » sauvages – comme ces  » déchets  » qui jonchent les trottoirs – ne céderont pas un empan de leur territoire ! Le jeune Zoubir avait-il au moins ces 200 dinars ( 1 euros !) que lui réclamait ses bourreaux contre sa vie ?

    19
    1
    Anti khafafich
    10 août 2018 - 6 h 38 min

    Au lieu de s attaquer à l origine du cancer par son éradication, vous bricolez comme d habitude. INCOMPÉTENCE flagrante des bouhayoufs qui d un coup de sont trouvé en des postes a quoi ils n’ont jamais rêvé, le rêve algerien !!!!

    24
    5
    Bled Mickey
    10 août 2018 - 0 h 17 min

    Je ne les crois pas ce sont tous des menteurs.
    La mobilisation des citoyens les a obligés de se bouger …, complices avec les mafieux de tout genre .
    S’il navaient pas bouger ce sont les citoyens qui allaient se rendre justice eux mêmes.

    24
    2
    Anonyme
    9 août 2018 - 23 h 15 min

    Trop tard ,il est décédé le pauvre….il fallait agir avant et mettre toute cette pourriture qui vit sur le dos de pauvres citoyens,en prison où les envoyer au Sud pour des travaux d intérêts généraux…

    42

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.