Londres et Rome accusés d’être responsables de la mort de migrants

Méditerranée Londres
Plus de 700 migrants morts en Méditerranée , rien que pour le mois dernier. D. R.

De Londres, Sonia L.-S. – «La politique des Etats membres de l’Union européenne, comme l’Italie et la Grande-Bretagne, sont en grande partie à l’origine de la mort, depuis le mois de juin dernier, de plus de 700 migrants qui avaient tenté de rejoindre l’Europe lors d’une série de traversées périlleuses à travers la Méditerranée», dénonce l’organisation de défense des droits humains Amnesty International, dont le siège central est à Londres. Dans son dernier rapport, l’ONG accuse l’Europe d’avoir délibérément abandonné les réfugiés et les migrants en mer. 564 d’entre eux ont péri ou sont portés disparus en juin, et 157 autres le mois suivant.

Selon Matteo de Bellis, expert des questions de l’asile et de la migration à Amnesty International, «malgré une baisse constatée du nombre de personnes qui tentent de traverser la Méditerranée ces derniers mois, le nombre de décès en mer continue à grimper. La responsabilité de la recrudescence du nombre de morts incombe indiscutablement à l’indifférence des Etats membres de l’Union européenne dont le premier souci est d’empêcher les migrants de gagner l’Europe». L’expert accuse ces mêmes Etats qui, «parfois, s’érigent en donneurs de leçons en matière de défense des droits humains» et qui «ne se sentent pas concernés par leurs obligations d’intervention dans les situations de péril pour sauver des vies».

L’organisation de défense des droits humains considère que la poursuite de cette catastrophe humanitaire qui se joue aux portes de l’Europe, «a été accentuée par les récents développements sur la scène politique italienne, dominée par la victoire, en juin dernier, de l’extrême-droite qui a, dès son accession au pouvoir, brandi la menace d’une guerre sans merci contre les migrants». La mesure phare de l’actuelle direction politique italienne est le refus d’autoriser les bateaux de sauvetage de migrants d’accoster dans les ports italiens. «L’acte le plus frappant, souligne Amnesty, reste le refus par les autorités italiennes d’autoriser le bateau Aquarius qui transportait 630 personnes, dont des enfants, des femmes enceintes et plusieurs blessés souffrant de brûlures chimiques et d’hypothermie, d’accoster en Italie pour atténuer les souffrances de ces centaines de migrants en détresse».

Amnesty International, qui tire la sonnette d’alarme sur les manquements de certains Etats de l’UE en matière de respect de leurs engagements internationaux en matière de défense des droits humains, dénonce, dans la foulée, le fait que ces mêmes Etats mettent la pression sur la Libye dont ils exigent qu’elle contienne les flux incessants de réfugiés et de migrants qui se trouvent sur son territoire, «malgré les conditions inhumaines dans lesquelles ils se trouvent» dans ce pays en proie à une guerre civile.

S.-L. S.

Comment (10)

    Moha
    11 août 2018 - 8 h 11 min

    L’europe N’est pas responsable de ce désastre Leurs dirigeants sont responsables. Ces réfugiés sont responsables de leurs malheurs
    Ils n’ont qu’à rester chez eux et apprendre à travailler comme les chinois et les coréens, partis de rien!!

    Anonyme
    10 août 2018 - 22 h 18 min

    Ces subsahariens exagèrent, ils doivent rester au calme chez eux.
    Je viens de lire que l’oim a récupéré il y a 2 jours des migrants pas loin de la frontière algerienne ils étaient 128 et 6 d’entre eux sont partis pour retourner en Algérie ??? Ça c’est trop ces subsahariens nous cassent trop la tête.

    5
    1
    anonyme
    10 août 2018 - 18 h 50 min

    Il ne faut plus jamais les laisser traverser la frontière, ces subsahariens doivent être refoulés à la frontière.

    8
    1
    RODEO
    10 août 2018 - 13 h 56 min

    Mais sachant pertinemment qu’ils ont 1 chance sur 100 de pouvoir traverser le désert et ainsi qu’une chance sur 100 de traverser la méditerranée , pourquoi donc ces subsahariens s’acharnent-ils à vouloir coûte que coûte mème au péril de leurs vies à vouloir quitter leurs pays à n’y rien comprendre , il faut qu’ils comprennent que l’Eldorado n’existe pas et qu’ils ne sont pas les bienvenus dans les pays qui ne sont pas les leurs.

    20
    2
      Anonyme
      10 août 2018 - 18 h 41 min

      L’exode à la subsaharienne c’est du jamais vu, on dirait que ces subsahariens manquent d’oxygène dans leurs pays pour ces risques qu’ils prennent en se jetant n’importe où sauf rester chez eux sachant pourtant qu’aucun pays ne voudra de ces peuples.

      10
      1
    Il y a aussi des algeriens qui meurent en mer en haraga!
    10 août 2018 - 10 h 28 min

    Sans les dictatures qui vivent comme des rois et leurs peuples livrès au dèsespoir il n y aurait ni poussée demographique incontrollée ni misère….

    15
    7
      Anonyme
      10 août 2018 - 18 h 47 min

      Les algériens qui tentent la traversée de la méditerranée ne sont pas des centaines de milliers par semaine comme font ces subsahariens mais une dizaine à 20 personnes de temps en temps. Arrêter de comparer avec les algériens, l’immigration à la subsaharienne c’est du jamais vu, c’est plus qu’alarmant.

      10
      5
        Anonyme
        12 août 2018 - 12 h 55 min

        C’est plus drammatique dans la mesure où l’Algerie est riche…

    Anonyme
    10 août 2018 - 9 h 25 min

    C’est la bonne « solution » pour mettre fin à cette invasion. Puisque cela vient de pays dits développés, prenons-en de la graine et laissant les migrants qui réussissent à traverser nos frontières, errer dans notre sahara à la recherche de mirages et le tour est joué.

    6
    12
    JAGUAR
    10 août 2018 - 8 h 45 min

    Les premiers responsables sont leurs dirrigeants qui ne partagent pas les richesses avec son peuple et qui ne pense qu’à developer leurs comptes en banques à l’étranger au lieu de développer leurs pays d’ou ils sont normalement responsable. Une sanction doit être prise contre chaque dirrigeants africains dont leurs présidents !

    20
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.