Qui arrêtera Trump ?

Etats-Unis Trump
Le «Führer» américain Donald Trump semble plus que jamais décidé à aller jusqu'au bout de sa folie. D. R.

Par Akram Chorfi Comment arrêter Trump dans sa folie guerrière et sa tyrannie impériale ? Une question que se pose tout le monde au sens littéral de l’expression, autrement dit, le monde entier.

Rien ne semble y faire pourtant, même pas la résistance molle, mais outrée, de ses alliés outre Atlantique qui multiplient les appels, autrefois en direction de Trump, aujourd’hui vers les Etats-Unis d’Amérique, pour raisonner la Maison-Blanche et l’amener à revoir sa stratégie belliqueuse au Moyen-Orient, par trop risquée et trop coûteuse pour l’Europe.

Ce milliardaire excentrique semble aimer les bras de fer qu’il refuse de perdre et ce qui semble le faire rager davantage, dans son for intérieur, c’est la bataille qu’il a perdue en Syrie alors qu’il était conforté, dans son action, par son alliance avec Israël et l’Arabie Saoudite.

C’est d’ailleurs cette alliance et cet engagement inconditionnel de ces deux alliés dans la région qui lui assurent, d’une part, l’assentiment bienveillant des sionistes d’Amérique, décidés, au nom des intérêts supérieurs de l’Etat hébreu, à en finir avec la République islamique d’Iran et, d’autre part, les pétrodollars saoudiens pour financer son expédition vindicative contre les Ayatollah.

Trump semble vouloir frapper vite et fort, en maximisant ses sanctions mais il perd de vue l’effet politique inverse qu’auraient celles-ci si l’Iran montrait, encore une fois, une résilience à toute épreuve et si, par ailleurs, des Etats «désobéissants» faisaient fi des menaces américaines en commerçant avec les Iraniens.

Comme à leur habitude, les Etats-Unis veulent gagner sur tous les tableaux, y compris sur le plan de l’image. D’où la campagne qu’ils engagent en direction des Iraniens et le média qu’ils créent, à ce titre, pour dire au peuple iranien en farsi de tenir bon et que Trump leur veut du bien.

C’est la première fois dans l’histoire du monde, depuis l’accession du Führer au 3e Reich, qu’on a l’impression qu’au timon de l’Etat le plus puissant du monde, il y a un fou «inarrêtable», que confortent des fanatiques sionistes et… saoudiens !

Et l’opinion américaine dans tout cela ? Elle doute et hésite car la lisibilité politique à laquelle elle était habituée a été brouillée par la gouvernance inédite de Trump. Il faut aussi préciser que l’Amérique se porte mieux économiquement, l’égoïsme des insulaires ne devant jamais être perdu de vue.

A. C.

Comment (11)

    Anonyme
    13 août 2018 - 9 h 48 min

    Avec Trump, on sait à qui on a affaire et où on en est. Fini l hypocrisie. Si tous les présidents étaient comme Trump, on ferait l économie des diplomates qui ne serviraient plus à rien et donc, chacun pour soi et dieu pour tous, ça serait la loi du plus fort et ce serait mieux ainsi!

    Anonyme
    11 août 2018 - 12 h 08 min

    Qui arrêtera Trump ? Ses électeurs,c’est un président élu dans le sens propre du terme ,pas un président de 3ouhdate.

    L
    11 août 2018 - 1 h 26 min

    Un 🦀 crabe logé dans son cerveau 🧠

    1
    3
    226
    10 août 2018 - 19 h 31 min

    Avec tous mes respects,je crois que vous n’avais rien compris a la situation.

    4
    1
      abrest
      11 août 2018 - 4 h 24 min

      « Qui arrêtera Trump ?’ Allah arrêtera Trump et ses semblables, à chaque fois que les juifs allume un feu Allah l’éteint (verset coranique)

      3
      4
    Anonyme
    10 août 2018 - 18 h 51 min

    « Qui arrêtera Trump ?’ Tayrou ababil !

    4
    4
    Anonyme
    10 août 2018 - 18 h 18 min

    Alors pour reprendre une expression très très intelligente d’un lecteur assidu d’AP il ne faut pas regarder par le trou de la serrure toute cette propagande publicitaire.
    Attention qu’on aime ou pas Trump il a été élu par les américains pas par Beyoncé De Niro et cie qui faisait la promo pour cette pourriture de Clinton, c’est un homme charismatique qui a le sens des affaires et il fait ce pour quoi il a été élu : le chômage aux USA est au plus bas niveau et ce depuis 40 ans et ça vaut pour toutes les communautés j’aime pas ce terme pour tous les américains qu’ils soient afroaméricains hispanoaméricains etc etc etc.
    Ensuite il a toujours dit que DAECH était une création d’Obama et alliés américains l’entité sioniste Arabie Yaoudite etc…
    Il n’est pas responsable de la Syrie Libye Yémen….Irak….
    Pour la Syrie il n’a eu de cesse de dire qu’il allait rappatrier les soldats au bercail y compris avant son élection même si dans les faits ce n’est pas le cas. C’est l’entité sioniste qui a perdu la guerre terroriste sioniste par procuration en Syrie dont le but était la destitution du Président LÉGITIME Bachar Al Assad avec partition de la Syrie création d’un Kurdistan etc échec machallah.
    Par contre, pour l’Iran il poursuit dans la logique sioniste et tente de faire plier l’Iran toujours en service commandé pour l’entité sioniste même s’il a appelé à plusieurs au dialogue, c’est là que l’on voit l’oligarchie sioniste car il ne s’agit pas de Trump à proprement parlé d’autant que la reconnaissance d’Al Quds comme capitale de l’entité sioniste n’est que ce dont tous les gouvernements précédents ont dit et lui l’a actionné sans hypocrisie. Attention je ne suis pas pour la Palestine est aux PALESTINIENS seule et UNIQUE solution selon moi GUERRE DE DÉCOLONISATION.
    Juste pour terminer arrêtez de stigmatiser Trump il est loin d’être le débile et malade mentale que les meRdias occidentaux nous présentent avant même son élection présidentielle que j’ai toujours qu’il gagnerait et encore après son élection.
    L’économie américaine se porte bien. Donc il fait ce pour quoi il a été élu, pour l’Iran comme toujours l’entité sioniste à la manoeuvre comme pour tout : oligarchie sioniste.

    11
    2
      Anonyme
      10 août 2018 - 21 h 58 min

      PS : je complète mon message.
      Attention je ne suis pas en train de faire de Trump un saint mais il n’est pas pire que Georges Bush fils.
      Trump a monté un empire financier avant d’accéder à la présidence.
      Je rejoins également Biskra dans son excellent commentaire même si Trump représente l’Amérique profonde nationaliste et que son élection il ne l’a pas volée.

    Rayés Al Bahriya
    10 août 2018 - 15 h 04 min

    Un président fort, qui répond aux aspirations de son électorat ..
    De ce côté là, 1000 BRAVO…
    100 % gagnant….

    11
    4
    BISKRA
    10 août 2018 - 9 h 30 min

    Bonjour, « …..c’est la bataille qu’il a perdue en Syrie alors qu’il était conforté, dans son action, par son alliance avec Israël et l’Arabie Saoudite….. » Est-ce c’est Trump qui a déstabilisé la Syrie, le Yémen, la Libye? Bah c’est NON! C’est le soi disant Obama prix nobel de la paix qui a pris à bras de corps les guerres depuis le discours en Égypte. Est-ce que les president d’USA controle la politique exterieur Non ! cela etait clair depuis Jimmy Carter. Est-il un danger pour l’Algérie? Il est moins dangereux que Hillary Clinton mais les USA savent qui sont contrôlés par Israël ( selon le discours de l usurpateur Sharon). Dans tous les pays du mondes si un président n’a pas la confiance de tous les services de renseignement (Interieur, Exterieur, contre Espionnage), l’armée et les corps constituer de la diplomaties des affaires étrangères il ne pourra pas reussir. cela est vrai pour les pays democratiques ou non. Pour moi la démocratie n’existe pas.

    71
    2
    Pourri Gaté
    10 août 2018 - 9 h 12 min

    seul le peuple US pourra arrêter cet enfer en demandant sa destitution .

    6
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.