Mourad Medelci reçu à Astana par le président du Kazakhstan

Kazakhstan
Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci. New Press

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, a été reçu mercredi par le président de la République du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, à Astana où il prend part à la conférence sur le thème «La Constitution : consécration des valeurs de l’Etat de droit, de la société civile et de l’Etat moderne», indique un communiqué de presse du Conseil constitutionnel.

Dans une allocution au nom des délégations prenant part à la conférence, M. Medelci a adressé ses félicitations au Kazakhstan à l’occasion de la célébration de la fête nationale de la Constitution (30 août) ainsi que les «salutations et les félicitations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à son homologue Noursoultan Nazarbaïev et ses vœux de progrès et de prospérité au peuple kazakh». A cette occasion, M. Medelci a mis en relief «les bonnes relations de coopération existant entre le Conseil constitutionnel algérien et son homologue kazakh», soutenant que les deux instances «jouent un rôle important dans l’édifice institutionnel des deux pays».

Pour sa part, le président du Kazakhstan a exprimé à cette occasion «le souhait de voir les relations bilatérales entre l’Algérie et le Kazakhstan se développer davantage dans tous les domaines».

Par ailleurs, M. Medelci a mis en avant «l’importance de l’accord de coopération qu’il a signé à Astana avec son homologue kazakh au nom de la conférence des juridictions constitutionnelles africaines qui fédère la conférence des juridictions constitutionnelles africaines et la conférence des organes de contrôle constitutionnel des pays de jeune démocratie (pays de l’Europe de l’Est et Centrale), présidée actuellement avec dynamisme et mérite par le Conseil constitutionnel kazakh», précise la même source. Dans son allocution mardi devant les participants à la Conférence, M. Medelci a mis en exergue les «dimensions de l’accord conclu entre la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines et la Conférence des organes de contrôle constitutionnel des pays de jeune démocratie visant à établir et développer des relations de coordination et de coopérationentre ces deux instances et les organes membres dans le domaine du contrôleconstitutionnel, et à approfondir les visions communes sur la contribution de la justice constitutionnelle au renforcement de l’Etat de droit, de la démocratie, de la gouvernance et de la protection des droits de l’Homme».

Le président du Conseil constitutionnel a évoqué, en outre, «les étapes de la création de la Conférence des juridictions constitutionnelles africaines qui a vu le jour, à l’initiative de l’Algérie, le 8 mai 2011 à Alger qui abrite son siège permanent».

M. Medelci a salué les actions de cette organisation au double plan continental et international, rappelant qu’elle regroupe 45 instances africaines et trois membres observateurs (Brésil, Russie et Turquie).

R. N.

Comment (9)

    Bouzorane
    30 août 2018 - 22 h 48 min

    Le kazakhstan étant un pays d’asie, on se demande comment peut-il présider cette mystérieuse « conférence des organes de contrôle constitutionnel des pays de jeune démocratie (pays de l’Europe de l’Est et Centrale) »???
    Cette approximation démontre bien qu’il s’agit d’un déplacement bidon pour assister à une conférence bidon!
    Pour info, le kazakhstan est le premier producteur d’uranium au monde. à un moment donné, ce pays a tenté de devenir actionnaire dans areva, une société française spécialisée dans le nucléaire, qui exploite des sites aux frontières sur de l’Algérie (mali, niger).
    Le déplacement actuel aurait eu toute sa justification s’il s’était déroulé à l’époque des pourparlers commerciaux autour d’areva, car l’Algérie aurait du s’intéresser à ce dossier.
    Aujourd’hui que le dossier areva est clos, on se demande de quoi va parler medelci avec ses interlocuteurs kazakhs?

    2
    2
    Anonyme
    30 août 2018 - 16 h 24 min

    Oui il peut lui apprendre beaucoup de choses et entre-autre sa fameuse phrase : ‘ » Si j’avais été moins bête j’aurais …… » prononcée lors de son audition à l’instruction de l’affaire khalifa.

    3
    4
    Anonimi
    30 août 2018 - 8 h 12 min

    .. le Kazakhstan et la boucle est bouclée. Ce Gus à dû aussi remettre une lettre de Fakhmatouhou au Chef de ce bled où il est question de promouvoir la coopération bilatérale dans les domaines du nucléaire, des technologies digitales, de la nanotechnologie des polymères, de l’astrophysique et surtout des techniques de bourrage d’urnes, de répression des foules, de muselage de la presse et les stratégies d’hypnose des masses très maitrisees par les deux régimes siamois.
    Plus sérieusement, ce voyage folklorique a dû coûter au trésor public une somme importante en devises laquelle aurait pu servir ne serait-ce que pour nettoyer le siège du Conseil Constitutionnel et tout les quartiers environnants, choléra oblige.

    3
    6
    Gatt M'digouti
    29 août 2018 - 22 h 51 min

    Président « anticonstitutionnel » du Conseil constitutionnel tel est sa vraie fonction !

    4
    6
    Anonyme
    29 août 2018 - 19 h 41 min

    Amèn!

    3
    7
    Génial !
    29 août 2018 - 18 h 38 min

    Prochaines missions : Mandchourie et Nouvelle-Guinée-Papouasie, toujours dans le même thème. Pour une fois, il ne manque pas d’intelligence le gus !

    8
    6
    Séhab
    29 août 2018 - 17 h 05 min

    C pour leurs apprendre quoi sur la constitution algérienne?

    peut-êtres pour leurs demander de prendre exemple du sérieux et de l’application a la lettre de la constitution dans notre pays!?

    5
    6
    innamoramento
    29 août 2018 - 15 h 42 min

    Kazakhstan …venezuala …bref : on aurait dû me demander où naitre !!!

    8
    7
      Rascasse
      29 août 2018 - 16 h 48 min

      Au mauvais pays au mauvais moment c’est tout

      9
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.