Le limogeage du wali de Blida annonce un vaste mouvement imminent

Zoukh walis
Vers un changement dans le corps des walis ? New Press

Par R. Mahmoudi  Des observateurs de la scène nationale voient dans la décision prise par le président Bouteflika à l’encontre du wali de Blida le prélude à un mouvement imminent dans le corps des walis. Annoncé depuis plusieurs semaines, ce mouvement, qui devrait toucher aussi les chefs de daïra, semble s’inscrire dans le cadre des changements en série opérés au sein des différents corps de sécurité sur décision du chef de l’Etat.

Le président de la République a mis fin, ce lundi, aux fonctions du wali de Blida, Mustapha Ayadhi, selon un communiqué de la présidence de la République transmis à la Télévision publique.

Aucune explication officielle n’a été donnée à cette décision surprise, mais tout porte à croire qu’elle est liée à l’attitude scandaleuse dont le désormais ex-wali de Blida s’était rendu coupable, lors d’une visite qu’il avait effectuée à un hôpital de Boufarik, comme le montrent des vidéos partagées sur les réseaux sociaux, où l’ex-premier magistrat de cette wilaya durement touchée par l’épidémie de choléra a demandé à une patiente atteinte de choléra de ne pas s’approcher de lui pour ne pas le contaminer. Cette scène a soulevé une vague d’indignation et de colère chez les Algériens.

Il est reproché à ce responsable son «laxisme» et sa «faible réactivité» face à l’épidémie qui a frappé sa wilaya, où des dizaines de cas avaient été enregistrés dès les premiers jours. Des sources locales ont rapporté que l’ex-wali était totalement absent durant les premiers jours de l’apparition de l’épidémie. Ce qui expliquerait ces scènes de joie, lundi soir à Blida, où des dizaines de voitures défilaient dans la rue en signe de satisfaction suite à l’éviction de ce wali impopulaire.

R. M.

Comment (20)

    Samiaa
    28 septembre 2018 - 0 h 18 min

    Li yji omrou la kharmen li rah !

    Anonyme
    5 septembre 2018 - 1 h 40 min

    messieurs les les prefets ,si j ose,vous devriez avoir honte pour avoir eu l idée d une telle revendication indigne de ce que vous représentez ,,ce n est pas de compassion mais de la complicité ,l ahchouma ne fait pas parti de vos fonction ,je vous plaint et si jamais vous décidez de démissionner croyez moi ce n ai pas moi qui vous retiendrai

    Anonym
    4 septembre 2018 - 22 h 51 min

    Je suis contre le systeme de l’ancien hizb el wahed un wali comme un senateur et j’irai même un peu loin je dirai même le juge doivent être élu par le peuple,je pense cette affaire du wali c’est comme lès entraineurs de club de football,juste pour calmer le public et gagner du temps,un connard allait ouvrir la porte le wali avait dit non,je crois que le wali avait raison cette femme savait qu’elle était malade ,ayi inssane fera la même chose.

    Anonyme
    4 septembre 2018 - 19 h 35 min

    les sénateurs prennent soins des leurs les préfets aussi

    Anonyme
    4 septembre 2018 - 19 h 32 min

    limogé et changer de fonctionnaires autant de fois que cela s avère nécessaire jusqu’a tomber sur la bonne personne qui convient a chaque poste ou sinon accepter les rompus a la corruption

    1
    1
    Anonyme
    4 septembre 2018 - 17 h 47 min

    si cette femme souffrait du choléra je me demande comment elle pouvait apostropher le Walid de cette manière normalement elle doit être quarantaine et ne pas pouvoir tenir sur ses jambes Ou je me trompe ou je n’ ai pas compris cette mise en scène et vraiment je ne défend ni le Wali ni personne

    9
    2
    karimdz
    4 septembre 2018 - 17 h 44 min

    Bonne décision du pouvoir, pour qui se prend celui qui est censé représenté l Etat, ce wali doit confondre l Algérie et le du marouk où les habitants sont des sous êtres.

    Si cela pouvait être le prélude à un nettoyage visant à mettre fin à la corruption, ce serait une excellente initiative.

    4
    3
    Anonyme
    4 septembre 2018 - 14 h 58 min

    Un vaste mouvement qui perpétue l’immobilisme .

    10
    Anonyme
    4 septembre 2018 - 14 h 13 min

    Les walis et comme les senateurs doivent être élu par le peuple,comme dans tout lès pays du monde démocratique,tahia dzair.

    10
    2
    Noureddine
    4 septembre 2018 - 13 h 49 min

    UN Wali est un fonctionnaire de l’Etat et si on veut rendre le peuple souverain , On doit réduire les prérogatives du Wali et il doit rendre des comptes au Ministre de l’intérieure dans des missions bien définies par la loi et laisser les maires et l’assemblée des élus gérer la citée et rendre des comptes aux citoyens et ainsi éviter toute cette pseudo gestion des régions et des Wilayas avec des fonctionnaires qui ignorent le citoyen et appliquent des programmes pensés par des bureaucrates loin des besoins de la population et qui de surcroît utilisent ce poste à des fins personnel pour s’enrichir , se servir ou bien tout simplement sont les serviteurs de leur parrain et se trouvent dans l’obligation de se soumettre et exécuter les ordres pour ne pas gâcher leur carrière

    12
    scags
    4 septembre 2018 - 13 h 44 min

    ca nous fait une belle jambe a quoi ils servent?

    Anonimi
    4 septembre 2018 - 13 h 19 min

    Remercier un Wali juste pour un comportement inapproprié devant une malade potentiellement contagieuse relève plus du populisme et de l’improvisation que des US et coutumes d’un État fort, serein et doté d’une stratégie à long terme.
    Puisque on réagit aussi vite à la moindre bourde, à ce que je sache le Wali de Boumerdes est toujours en fonction et aspire même à devenir ministre. Lui qui a humilité un groupe de femmes venues juste réclamer le droit au relogement et ce, devant les médias d’ici et d’ailleurs.

    26
    3
      Anonyme
      4 septembre 2018 - 14 h 09 min

      Ils veulent juste montrer qu’ils s’occupent de la Bactérie du choléra. La malade devrait être dans une salle en quarantaine et non pas en train de parler au Wali.

      18
      1
    MOHAMMED BEKADDOUR
    4 septembre 2018 - 11 h 38 min

    Le Wali est le représentant de l’état présidence et ministères confondus, sa manière d’être, de gérer, de recevoir, d’agir dévoilent ce qu’est l’état, le limogeage de ce wali est un minimum, il est le reflet de la médiocrité, et il est même hors champs, car il n’a pas les pieds dans le monde, un monde qui a changé, on l’a fait atterrir, maintenant il va goûter à SON Choléra !

    13
    3
    Mohamedz
    4 septembre 2018 - 10 h 33 min

    Si ce wali avait un gramme de dignité il aurait démissionné dès la signalisation du premier cas de choléra dans sa wilaya.

    15
    2
    Anonyme
    4 septembre 2018 - 10 h 17 min

    JE suis d avis que les walis qui ne sont pas d accord avec la décision du président n on qu a déposer leurs insignes (ou leurs tablier) pour la bonne raison qu on ne peut laisser continuellement des gens incompétents ,incapables parachuter qui pour certains font de la déco pour d autres gonfler la chkara,, a des postes de hautes responsabilité
    Merci ,ce n est pas les gens du peuple diplômés et (et j espère) honnêtes qui manquent chez nous et a qui il faut désormais passer un concours serré pour être admis
    SKUZ ce n ai que mon avis

    9
    2
    Anonyme
    4 septembre 2018 - 9 h 41 min

    son limogeage est largement justifier par son comportement indigne d ailleurs je me demande comment a il pu obtenir ce poste ?

    18
    2
    Slam
    4 septembre 2018 - 7 h 57 min

    « un vaste mouvement de walis » . Cette phrase on la connait par coeur. Chaque année c’est le même disque rayé. c’est Lui qui les nomme, c’est Lui qui les dégomme. Quel est le rôle exact de ces gens ? Distribuer la rente? Développer la bureaucratie et donc la corruption ? Recruter des Larbins pour dire Oui le moment venu ? Il est temps de supprimer cette fonction et de donner à un simple « prefet » des pouvoirs de police et administratifs réduits, et de laisser l’économie et la rente aux mains des ELUS !! Un Wali doit être élu et non pas désigné comme un simple fonctionnaire, et il doit répondre de son bilan devant ses administrés et pas devant son Fakhamatouhou qui ne vient même pas visiter sa wilaya depuis 10 ans.

    39
    1
      Anonyme
      4 septembre 2018 - 9 h 23 min

      un wali est un fraudeur en puissance lord des élections afin de montrer ses capacité a gérer les bulletins de votes , et ainsi prétendre a un poste ministériel alors que la sagesse et que ce poste de wali soit électif par les citoyens de la wilaya comme gouverneur !il est temps de se débarrasser de ces énarques qui bloquent le citoyen et le développement local des wilayas !

      19
        Slam
        4 septembre 2018 - 13 h 26 min

        Et pourquoi pas ré-inventer notre propre système de « Wilayanisation » (ça a bien marché pendant la guerre de libération non?), prélude à une régionalisation progressive qui se fera dans l’union entre des wilayas pour leur co-développement, selon la volonté des citoyens et pas dans le séparatisme et la guerre civile. Le Wali doit être élu car il concentre trop de pouvoirs entre ses mains.

        11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.