Affaire Toufik-Tartag-Saïd : trois leaders islamistes dans le viseur de la justice

Mokri mouvance islamiste
Les islamistes devant la barre ? Question de temps. New Press

Par R. Mahmoudi – Noyés jusqu’au cou dans toutes les combines politiciennes échaudées par le régime de Bouteflika pour se maintenir, les différents partis de la mouvance islamiste sentent qu’ils seront tôt ou tard rattrapés par les enquêtes et les poursuites tous azimuts qui visent à déterminer les responsabilités dans le fameux complot contre l’autorité de l’Etat et de l’armée.

La polémique a commencé par une déclaration-confession du chef du MSP, Abderrazak Mokri, laissant dire qu’avant de partir à la rencontre de Saïd Bouteflika, quelques semaines avant le début des événements, il avait pris le soin de consulter son alter égo, Abdallah Djaballah. Histoire de dire que sa rencontre n’était pas si secrète que certaines mauvaises langues laissaient croire. Mais le porte-parole du parti de Djaballah, Lakhdar Benkhellaf, a très vite démenti les propos de Mokri, affirmant que la rencontre entre les deux leaders islamistes a eu lieu après l’entrevue entre Mokri et Saïd Bouteflika. Ce qui change tout.

Le MSP riposte, ensuite, en évoquant le lourd passé du bras droit de Djaballah, le député Hacène Aribi, avec l’ex-DRS et son chef, le général Toufik. Ce qui suppose que les différents partis créés par Abdallah Djaballah depuis 1989 (Mouvements Ennahda, El-Islah et, enfin, El-Adala), et systématiquement agréés par l’Etat, ont toujours activé sous la houlette du puissant chef des renseignements et que, de ce fait, ses dirigeants ne pouvaient être à l’écart des grandes manœuvres qui ont accompagné la chute de l’ancien pouvoir.

Prenant la défense de son chef dont il se fait le porte-parole, Hacène Aribi jure, dans un long commentaire posté ce mercredi sur son compte Facebook, que Djaballah a toujours refusé de rencontrer le général Toufik. Mais, en même temps, Aribi avoue par la même occasion qu’il a bien connu l’ex-patron du DRS et qu’il a servi de «médiateur» auprès de lui. On se souvient qu’à une certaine époque, Aribi se vantait même d’être un «confident» du généralissime.

Le plus curieux chez ces islamistes est que, parallèlement à leurs grenouillages tous azimuts, ils se permettaient de tisser des relations encore plus suspectes avec des organismes étrangers, affiliés pour la plupart à l’Internationale des Frères musulmans, aujourd’hui basée à Istanbul. Leurs déplacements fréquents, qu’ils annonçaient eux-mêmes dans les médias, n’ont jamais inquiété les autorités algériennes.

Il est peut-être temps de leur demander aujourd’hui des comptes !

R. M.

Comment (24)

    Anonyme
    17 mai 2019 - 17 h 58 min

    VOUS TIREZ UNE BALLE DANS LE PIED.
    C’est le scénarios 90 que vous voulez reproduire. Vous disqualifier tous les partis islamistes qui s’inscrivent dans la démocratie pour pousser tout les islamistes dans les bras du fis.
    Les démocrates aussi sont discrédités depuis longtemps avec des étiquettes made in drs. Partis kabyles, communistes, athées etc.
    Quand aux partis fantoches du pouvoir ils sont encore plus haîent qu’en 90.

    1
    5
      AMMI ROUCHE
      18 mai 2019 - 0 h 41 min

      Tous les algériens ont droit de créer des associations, fondations ou partis politiques, mais pas des partis basées sur la religion ou la langue. Car imaginez que la génération Facebook et Y nous feront sortir des partis basées sur d’autres religions, vont-ils se battre ouvrant la voie aux pays prônant d’autres religions d’intervenir pour protéger leurs coreligionnaires? Et s’ils nous sortent des partis de l’amour, des partis basées sur le genre ( partis des transgenres,…etc.)? Devrions-nous les accepter ou bien les laisser lyncher par des extrémistes de tous bords? Il reste que seule une assemblée constituante qui pourra nous épargner de futures batailles fratricides si on ne règle pas une fois pour toutes la question des langues officielles et leurs enseignement, la question de laïcité en sortant la religion des griffes de l’état et des groupes religieux.

      19
    AMMI ROUCHE
    16 mai 2019 - 21 h 54 min

    Je lance un appel à tous les algériens jaloux de leur Algerie patrie des hommes libres à dénoncer les islamistes, leurs pratiques, leurs magouilles et leurs desseins et hypocrisie et ce partout dans le monde, dans tous les pays où vous vous trouvez, faudra informer les gens, la police, les hommes politiques, les autorités de ces pays de toutes les pratiques et méthodes connues des islamistes afin d’imposer leurs merdes et leurs accommodements. Dans certains pays, ils font semblant d’ouvrir des centres culturels , ils affichent cela dans les pancartes et les enseignes alors qu’il s’agit en réalité de mosquées dans lesquelles ils magouillent. Que ces centres soient infiltrés par les différentes polices, que les caisses pour dons exposées dans des magasins leur appartenance soient contrôlées. À chaque fois que des islamistes réclament une construction d’une mosquée dans un pays occidental, ils devraient signer une pétition reclamant une construction d’une église ou monastère dans leurs pays d’origine! C’est là que l’Occident constatera les vraies natures de ces gens d’un autre âge.

    81
    5
    HAMDOULLAH
    16 mai 2019 - 20 h 28 min

    Effet dominos.
    Le premier pion tombe et le reste suivra.
    Boutiflica est tombé et le reste sera entraîné dans sa chute car il sont tous liées par les mêmes magouilles et les mêmes méfaits.
    Chacun n’acceptera pas de payer seul pour les autres et balanceront leurs complices.

    20
    MELLO
    16 mai 2019 - 19 h 40 min

    Dans une longue interview de Ali Ghediri, alors candidat à la présidentielle du 18 Avril 2019, au journal Sputnik.fr :
    –  » Le pouvoir n’a eu, de cesse, brandi l’épouvantail islamiste pour dissuader les Algériens de descendre dans la rue, au prétexte que l’on pourrait repasser les mauvais moments des années 90 . Ce qu’il y a lieu de rappeler , c’est que l’islamisme a été vaincu militairement et politiquement. Les islamistes ont compris qu’ils n’ont de place dans cette Algérie , qu’en se conformant à l’ordre établi . C’est bien dans la démocratie qu’ils peuvent jouir de la liberté politique , sans pour autant chercher à imposer par la violence , leur point de vue au reste de la population . C’est une question réglée . Nous l’avons fais dans la violence et dans le sang , mais nous l’avons réglée.
    Le pouvoir a instrumentalise’ à l’infini cette question . Aujourd’hui , nous sommes confrontés à une situation où tout lla population Algérienne est descendue dans la rue . Des millions dans la rue , mais sans la présence d’islamistes , au sens slogans du terme. L’islamisme, beaucoup plus un alibi pour limiter le droit des citoyens à la manifestation et aux contestations , reste une arme entre les mains du pouvoir . »
    Une arme entre les mains du pouvoir , tout est dit

    15
    1
    Émigrés BXL
    16 mai 2019 - 17 h 26 min

    Le nouveau Islam en Algérie crée par des hommes ni conscience ni morale et surtout aucune dignité,pour l’argent le Haram devient Halal et Halal Haram, et pour une carte de séjour en Europe ils trahissent leur religion leur mère patrie et aussi les mère de naissance qui regrettent de les avoir misent ou monde enquête sur certains dignitaires du FIS réfugiés en Europe en particulier en Belgique et vous découvrez le pot aux roses

    39
    2
    AMMI ROUCHE
    16 mai 2019 - 16 h 35 min

    Bravo! Là on peut dire que les choses sérieuses commencent vraiment. Que tous ces partis islamistes qui s’enrichissent sur le dos des algériens et de l’Algerie en recevant de l’argent de l’étranger, particulièrement dès micro pays du golf et de la Turquie, ces partis créés dans le but de saboter l’instauration de la démocratie en minant le débat et qui étaient et sont aux ordres de Toufik, soient enfin jugés pour haute trahison et complot contre le pays. Notre ANP ne devra pas oublier que c’est à cause des desseins de ces islamistes que notre Armée a perdu de valeureux djoundi, sous-officiers, officiers de réserves, officiers de carrière et officiers supérieurs ainsi que de valeureux journalistes, comédiens, chercheurs et citoyens aimant leur pays. Qu’une enquête soit diligentée contre eux afin que le peuple récalcitrant encore aux idéaux démocratiques sache que le temps des khalifes est révolu, que l’Algerie pays des hommes libres ne se soumettra jamais au dictat du moyen orient, et les valeureux hommes et femmes des Aures , du pays chawi n’ont pas oublié le kidnapping de milliers de belles femmes pour les offrir aux Khalifs abbassides comme Butin des foutouhates islamiques. Notre Dihya et notre Aksil n’ont pas combattu ces pillards pour le rien durant plus de 70 ans.

    141
    4
      passager
      17 mai 2019 - 0 h 58 min

      je me trompe ou non , sommes nous en 2019 en train de rever à construire l’Algerie Nouvelle en harmonie avec toute ses composantes et fiere de ses origines Berberes , son islam de tolerance loin des extremes wahabistes et autre , ou bien sommes nous au septieme siecle en train d’assister à la confrontation musulmans-berberes …mon cher , si les berberes consideraient les nouveaux arrivants comme des pillards comme vous dites , il n’auraientt jamais épouser leur religion ,et la Kabylie ne serait pas aujourd ‘hui la region ou il y’a plus de mosquées …la kabylie est certainement la region qui a su le plus illustré l’islam de la tolerance et c’est bien la politisation de la religion aussi bien par le pouvoir que par les partis qui a donné tant de dérives …alors la confrontation dhihya _ okba fait partie de l’histoire , …et cette histoire ne saurait provoquer une nouvelle fissure entre berberes et non berberes si tant il existe des non Berberes en Algerie…

      4
      80
        Laid chaoui
        17 mai 2019 - 7 h 06 min

        Faut parler de ces 70 ans de guerre, des ghanayim, des femmes, filles et enfants enlevés à leurs familles, si les batailles ont duré plus de 70 ans c’est que le peule s’est soumis par la force et tout ce qui se fait par la force finit par disparaître quelque soit le temps que ça va durer. Les berbères ont accepté la religion car exténués par les guerres et vidés par les pilleurs des femmes en âge de procréer. Islamiser signifie toujours arabiser pour vous et vous n’acceptez jamais de reconnaître l’amazighite de l’Afrique du nord alors que les arabes vous rejettent. Pour vous islam et arabe vont forcément ensemble, pourquoi l’Indonésie, Malaisie, le Nigeria ne sont pas arabisés alors si votre théorie est juste?

        55
        2
    Felfel Har
    16 mai 2019 - 14 h 14 min

    Ce serait une bonne façon de dire à leurs mentors étrangers (Arabie Satanique, Qatar, EAU, Turquie) que leur complot n’a pas réussi. Bas les pattes!
    Il est temps de mettre fin aux activités de ces partis pseudo-islamiques, tant leur status et leur plateforme sont loin d’être en conformité avec les lois du pays, surtout celle relative aux associations à caractère politique qui interdit l’utilisation de la religion à des fins partisanes et, en dernière instance, la Constitution qui consacre l’Islam comme religion officielle de l’État.
    Ces partis qui ont tenté de régenter l’activité spirituelle en imposant leur vision et leur compréhension étriquées du Coran, ont voulu s’organiser à la manière d’un clergé en s’imposant comme intermédiaire entre le musulman et son Créateur. Eux aussi ont contribué à bloquer et empêcher notre développement économique et à affaiblir le pays. Du sabotage!
    Mettons tous ces illuminés en prison en attendant l’enfer!

    83
    3
    Si j'étais une justice indépendante ...
    16 mai 2019 - 12 h 29 min

    …J’aurais jugé dans l’ordre des responsabilités pratiquement tous ceux qui ont approché le pouvoir de prêt ou de loin depuis 1962 :

    1) En 1er, l’armée des frontières qui a usurpé le pouvoir en transgressant les engagements arrêtés au
    congrès de la Soummam.
    2) Le bloc de l’Est qui nous a imposé la dictature comme plat quotidien jusqu’à vomir ses tripes !
    3) Le bloc de l’Ouest (le Clan d’Oujda) qui a inoculé jusque dans les veines des algériens la corruption.
    4) Le bloc kabyle (kabyles de services) qui a mangé à tous les râteliers. Mais, attention ! Ce serait bien
    commode de se contenter seulement de leur changer de statut de KDS à « Boucs émissaires » en
    oubliant les mains qui les ont actionné (le diable se niche dans les détails). Sans pitié, Etnahaw Gâa et
    Ethasbou Gâa. Ils ont tous, sans exception mangé la laine sur le dos du peuple.
    Alors, de l’air, faisons confiance aux jeunes, avec comme seul critère de jugement « la compétence » !
    Et comme système politique « la Démocratie participative à l’algérienne à inventer » 1 personne = 1 voix
    pour mettre fin au régionalisme et au clanisme et instaurer entre tous les algériens des relations saines
    et modernes.

    77
    8
      LeilatElKadr
      16 mai 2019 - 13 h 57 min

      Enfin,enfin,la justice se penchent sur les islamistes qui ont toujours su tirer leur epingles du jeu,alors que ce sont les plus grands comploteurs,les plus grands opportunistes éa la recherche du pouvoir tout en restant des affidés d’erdogan et de l’arabie saoudite et du qatar.
      On parle d’oligarques,mais on oublie que les plus grands oligarques tapis dans l’ombre sont effectivement des islamistes qui ont pourri l’économie algérienne en faisant prospérer l’informel et l’importation.Les islamistes ne l’oublions pas ont le monopole avec leur reseaux multiple maffieux,sur la distribution alimentaires et des matériaux de construction.La corruption islamiste est la partie cachée de l’iceberg.

      77
      2
    kad
    16 mai 2019 - 12 h 20 min

    Mais alors, tout le monde est pourri à ce point? La politique chez nous est un véritable cloaque.

    32
    Digage!
    16 mai 2019 - 11 h 56 min

    Mokri, Djaballah, Aribi. Une belle brochette de militants qui luttent pour la liberté et la démocratie.
    Il ne reste que Tliba et son gang de Annaba pour équilibrer les choses, si vous voyez ce que je veux dire.
    Allez Messieurs les juges encore un petit effort ! on y est presque !

    41
    4
    Amirouch
    16 mai 2019 - 11 h 29 min

    Hamdoulillah, des imposteurs sur le chemin…. C’est ceux la, les plus ennemis qui detournent le vrai message de l’islam.

    36
    2
    Anonyme
    16 mai 2019 - 10 h 48 min

    RIEN QUE DES LÂCHES.LES HYÈNES DEHORS.VOUS AVEZ DETRUIT UN PARADIS SUR TERRE..L ALGÉRIE..

    52
    3
    PASSAGER
    16 mai 2019 - 10 h 17 min

    drôle de démocratie à l’Algerienne , une démocratie chapeautée par la sécurité militaire , où les chefs de partis passent plus de temps à discuter avec le chef de la DRS qu’avec les civils

    47
    3
    Anonyme
    16 mai 2019 - 9 h 49 min

    ÇA C EST L EFFET DOMINO QUE J ATTENDAIS

    41
    1
    Anonyme
    16 mai 2019 - 9 h 35 min

    Ce n´était pas un secret pour le peuple.
    Tous les partis sont involvés dans les magouilles du pouvoir.
    La preuve que le peuple en savait quelque chose: yroho ga3!!!
    Veut dire que toutes les tetes connues, soit du système soit de la soi.disant opposition doivent voir ailleurs!
    On veut de nouvelles tetes, des jeunes compétents et qui aiment vraiment leur pays, sans exclusion aucune, les expatriés qui sont disposés à servir leur pays sont vivement recommandés, car en dehors de leur compétence avérée, ils ont aussi appris le sérieux et la rigueur dans leur travail.

    53
    2
    Nationaliste
    16 mai 2019 - 8 h 55 min

    Afin de ne plus faire confiance au barbues, au islamistes 95% sont des traîtres des commerçants de l’islam.
    Ses chefs de parti qui ont toujours étaient de complot avec les sevices secret (mains des services) et parfois des puissances étrangères, mérite la perpétuité.

    60
    3
    صالح/ الجزائر
    16 mai 2019 - 8 h 51 min

    Pour toutes ces raisons, le peuple algérien les rejette en gros et en détail, peut-être plus que leurs parrains corrompus et corrupteurs .
    D’un côté, ils ne cessent d’affirmer haut que le « régime » est illégitime depuis 1962 et surtout depuis 1992 , et en même temps, ils se battent secrètement et ouvertement , avec des méthodes et procédés qui n’ont rien à avoir avec la piété islamique , afin de gagner les faveurs du « Nidham » , manger dans la même assiètte , et en même temps de bénéficier avec lui de ce dont il bénéficie lui- même, c’est à dire de la rente des Hassis .
    L’Algérie est musulmane, de manière pratique et constitutionnelle, de rite malékite. Quelle est la différence donc entre l’Islam de Belhaj , d’Abou-jerra /Mokri/Menasra , de Djaballah , de Boukrouhh , de Goul , de Bengrina … , si l’on exclut la vérité saillante qu’ils exploitent l’Islam comme cheval de Troie pour tromper les croyants naïfs , autrement dit ils sont hypocrites envers la religion , envers le monde d’ici bas et de l’au-delà .

    71
    2
    La Viriti
    16 mai 2019 - 8 h 31 min

    Finalement ils mangeaient tous avec le fossoyeur en chef de l’Algerie, c’est dégoûtant.
    Comment ont ils pu se compromettre avec ce petit homme narcissique, apatride et traitre à la nation ?
    Comment ont ils pu autant se coucher devant cette famille marocaine de prédateurs qui a régné durant 20 ans ??? Comment ont ils pu cautionner que notre pays soit offert à la France et ses richesses volées par milliards ??

    J’espère que Gaid va poursuivre le nettoyage au karcher de cette classe politique abjecte ! Ensuite il sera temps qu’il remette le pouvoir au peuple et selon la volonté unique du peuple.

    58
    3
    Anonyme
    16 mai 2019 - 7 h 12 min

    Tant qu’on ne conteste pas la fonction et l’autorité de Gaïd Salah, tout est hallal ! Tant qu’on ne franchit pas cette ligne rouge, on peut faire toutes les magouilles.

    36
    43
      Anonyme
      16 mai 2019 - 9 h 25 min

      Tu regrettes les 20 années de Bouteflika ? Tu regrettes que des voleurs et corrompus soient en prison ? Ou tu souhaite que l’ANP change son fusil d’épaule avec le Maroc et la France ?
      Vive Gaid ! Merci à lui d’avoir dégommer les marocains au pouvoir et leurs maitres francais…

      53
      19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.