Sonatrach : une nouvelle procédure de passation des marchés pour promouvoir le contenu local dans les projets

Marchés, Ould Kaddour
Sonatrach peut faire émerger une véritable industrie autour de ses activités. New Press

Une nouvelle procédure de passation des marchés devant permettre au groupe Sonatrach d’intégrer pleinement la promotion du contenu local dans ses projets, sera incessamment opérationnelle, a indiqué lundi à Alger un haut responsable auprès du groupe public pétrogazier.

«Nous sommes en train de finaliser une nouvelle procédure de passation des marchés qui intègrera pleinement la promotion du contenu local, à travers des dispositions innovantes (..) Ainsi, ce nouveau dispositif devra être incessamment opérationnel», a précisé le Directeur central des marchés et logistique auprès du groupe Reda Dafous. Dafous intervenait lors d’une table ronde tenue sous le thème : «Comment contribuer à maximiser le contenu local dans les projets de développement de Sonatrach» , et ce, dans le cadre des journées d’information sur les opportunités pour les entreprises algériennes. Sonatrach vise, dans le cadre de sa stratégie SH 2030, à promouvoir le contenu local de ses plans de développement de manière à porter d’ici à 2030 le taux d’intégration industrielle nationale à 55%, ce qui va se décliner impérativement sur le plan de passation des marchés du groupe, a-t-il expliqué.

Ainsi, selon Dafous, ce dispositif devra contribuer à maximiser le contenu local dans les projets de développement de Sonatrach. En outre, lors de son intervention, ce même responsable a tracé le cadre réglementaire et législatif en Algérie en matière d’intégration nationale. Il a, à ce titre, signalé que ce cadre législatif et réglementaire est «très riche», citant ainsi l’exemple de l’article 83 du code des marchés publics qui accorde une marge de préférence de 25% aux produits d’origine algérienne.

Evoquant par ailleurs l’ingénierie nationale, le directeur central EPM (Energy Project Management) auprès de Sonatrach, Faize Zane, a mis l’accent sur l’impératif de mettre sur pieds une industrie d’engineering pour réussir à maximiser le contenu local.

Soulignant que l’engineering est la clé de réussite de toute politique visant à promouvoir le contenu local, le Conseiller du P-dg de Sonatrach, Hammoudi Bouhaddouda a, pour sa part, mis en exergue la nécessité d’investir dans la ressource humaine. «Il  faut dégager des programmes de formation de la ressource humaine pour se déployer dans le domaine de l’engineering», a-t-il recommandé.

Ainsi, Bouhaddouda a également mis l’accent sur l’impératif de constituer des groupements entre les petites et moyennes entreprises (PME) qui activent dans ce domaine afin d’asseoir une base nationale solide en matière d’engineering.

R. E.

 

Comment (3)

    Anonyme
    10 septembre 2018 - 22 h 20 min

    Sonatrach est devenue une vache laitière sociale en Algérie
    Au lieu d’etre comme une Entreprise, où Compagnie énergétique et pétrochimique rentable, recentrée
    Uniquement sur son métier de base qu’est la transformation, et l’exportation de produits pétroliers
    Comme Total, Eni, B.P, Royal Dutch Shell, Exxon Mobil, Gazprom, Statoil, Repsol,…..

    Sonatrach avec ses charges sociales ne peut plus devenir leader africain, rentable, compétitive,
    Et concurrente à l’échelle mondiale

    1
    3
      Scags
      11 septembre 2018 - 18 h 37 min

      Encore des histoires à dormir debout vous nous prenez vraiment pour des demeurés pauvre Algérie.

    djamimi
    10 septembre 2018 - 21 h 13 min

    OH ne me dites pas que les gens vont vous croire!
    Marre des slogans aspirine ! On attend les faits. Trop d’annonces et très peu de réalisations.
    L’interdiction des sachets en plastiques et de lait.
    La sanction serieuse contre ceux qui jettent le pain à la poubelle.
    Le crachat par terre, l’atteinte aux fleurs, arbres, oiseaux en cage …
    J’ai vu la joie de Noël, celle du Nouvel an chinois et celle de l’Aïd de la tuerie.
    Je respecte le sourire d’une jolie femme, sans arrières pensées et je déplore le regard agressif d’une enfoulardée prétentieuse.
    J’ai assez étudié l’Arabe mais je le trouve lourd et peu de gens regardent les vidéos en arabe même celles intéressantes.
    Ma mère ne comprend rien à la télé (elle n’est pas kabyle) quel gachis! Les expatriés et leurs enfants non plus, ils n’osent pas rentrer servir le Bled parceque mal vus et parlant Européen. Comment vont ils regarder la Télé…
    Vous avez cassé la jonction entre les générations pour plaire aux golfistes. Complices de sabotage !
    Remplir les papiers en Arabe, quelle histoire! Laissez cette langue au Coran !
    On exporte des oeufs, mais qu’en est-il des vaccins, aliments, poussins…nourris au pain subventionné? Prix de revient?
    Il est temps de maitriser les filières de A à Z. Matière brute, transformation, adjonctions, production, Vente et Exportation.
    Dire qu’on importe encore les emballages.
    Avec les 100 millions $ d’aide offerts à ceux qui nous les rendront en coups bas, je construirais 100 petites fabriques…
    Les sanctions ont permis à des pays d’innover de créer de compter sur eux mêmes; Attendons nous inconsciemment le Chaos pour nous décider enfin à retrousser les manches?

    4
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.