Contribution – Une seule alternative face au sous-développement local

Sud territoire
Il faut une politique d’aménagement du territoire pour répartir harmonieusement les richesses nationales. D. R.

Par El-Hadi – On ne peut que plaider pour une politique d’aménagement du territoire qui aura pour but principal de répartir harmonieusement sur le territoire la production des richesses.

Cette politique visera d’abord à résoudre les problèmes de l’emploi, conséquence du développement très inégal des activités et des régions. En particulier, elle tendra à réaménager et réanimer les régions, à rééquilibrer, à faire sortir les régions de leur sous-développement régional.

La définition des objectifs et des moyens de l’aménagement du territoire sera un des aspects du plan démocratique. La détermination des opérations à engager, région par région, sera établie après une consultation démocratique des intéressés dans le cadre des orientations du plan.

Des critères d’implantation industrielle doivent être fixés aux grandes entreprises publiques et privées. Une action volontaire sera menée en matière d’infrastructure, en particulier de transport et de télécommunication, pour développer les régions désavantagées.
 Les pouvoirs seront décentralisés et les activités économiques, sociales et politiques au niveau de la région, du département et de la commune coordonnées. 
Décentralisation et coordination permettront, avec le concours d’un personnel qualifié et grâce aux techniques actuelles, d’adapter les services communaux aux tâches et au rythme de la vie de la nation moderne.

La coopération intercommunale doit être favorisée, s’associer démocratiquement pour élaborer ensemble le plan d’avenir, pour réaliser les équipements fonctionnels dans les conditions financières les plus avantageuses. Cette coopération permettra d’assurer de façon démocratique l’évolution nécessaire des structures communales. 
Elles doivent pouvoir se réserver tous les terrains indispensables à l’implantation de zones d’emplois, aux équipements publics et aux logements. L’expansion rapide exige de gros investissements qui doivent bénéficier de mesures spéciales dans le contexte d’une programmation régionale.

La mise en œuvre de la réforme régionale doit assurer la collaboration active des citoyens à la vie économique et sociale de leur région. Elle doit se réaliser dans le respect des collectivités locales.

L’organisation de la région ne doit pas être conçue comme un simple échelon administratif, éloignant un peu plus les administrés de l’administration. Il s’agit d’assurer une véritable décentralisation des décisions au niveau de la région. Les attributions devant lui êtres conférées doivent résulter d’un transfert de compétences du pouvoir exécutif central à la région. Dotée de ses propres services administratifs, techniques et économiques, elle en assumera la gestion. Ils devront être consultés par le gouvernement sur toutes les questions relatives à la politique économique et sociale de la région ; ils seront consultés pour l’élaboration du plan national chargé de mettre en œuvre le plan régional de développement, partie intégrante du plan national.

L’existence d’une organisation régionale ne peut en aucun cas mettre en cause le caractère indivisible de la République proclamée par la Constitution.

C’est autour d’un programme, d’un contrat de législature, qu’on doit apporter l’adhésion afin de contribuer à instaurer dans notre pays la politique économique et sociale dans le respect des libertés publiques, de la souveraineté du peuple et des spécificités et différences de chaque partie de ce vaste pays.

Ce programme élaboré permettra d’assurer et de développer l’initiative et la responsabilité personnelles des citoyens dans tous les secteurs de l’activité économique.

L’élaboration des idées neuves et des conceptions nouvelles sur des bases solides et d’actions concrètes dans la fraternité active seront un des socles de la volonté politique pour trouver les remèdes à tous les maux inhérents au sous-développement.

E.-H.

Comment (6)

    ZORO
    16 septembre 2018 - 23 h 04 min

    Face a l arabisation deux choix s imposent:
    1- recyclage
    2- pli bagages
    SigneZORO. ..Z…

    4
    2
    Felfel Har
    16 septembre 2018 - 18 h 09 min

    L’abandon par les réformateurs, séduits par les thérapies du FMI, de la fonction de planification et de son organe, a privé les décideurs d’un instrument vital pour assurer un équilibre sectoriel et spatial dans l’effort du développement du pays. On a accentué le déséquilibre en localisant des projets dans le nord du pays sous le fallacieux prétexte que celà coûtait moins cher et parce que c’était là que la population s’était établie en masse. Nous n’avons fait qu’accentuer l’exode rural et amplifier le retard du développement du sud. Ne faisons pas preuve de myopie ni d’autisme, reconnaissons nos erreurs et mettons en oeuvre IMMÉDIATEMENT des plans de rattrapage pour doter les populations algériennes partout dans le pays, là où les infrastructures économiques et sociales font cruellement défaut!

    4
    2
    prolifiques
    16 septembre 2018 - 12 h 47 min

    Il n’y a pas que cette région.
    Le premier responsable de notre ensablement est la démographie et l’arabisation!
    Aucun plan en ce sens en vue, alors que le feu ravage tout, l’émigration c’est fini.
    Ce n’est pas les mosquées qui donneront du travail au gens.
    Subventions signifie :Tu peux manger sans travailler.
    Corriger illico tout ce qui empêche le tourisme chez nous.
    Si on ne craint plus la justice alors on fait ce qui nous plait!
    Si la France permet au voisin de jouer au coquelet de batterie, montrez à Faffa qu’elle est trop perdante à ce jeu. Agissez!
    Montrez aussi qu’il ne suffit pas de manifester et de casser pour que les problèmes soient résolus; C’est du donnant donnant!
    Désormais, il faut du COURAGE A NOS RESPONSABLES. Le peuple est assez intelligent pour comprendre que parfois une
    main autoritaire est utile pour l’ensemble et que la baguette magique n’existe pas: Travail, temps, récolte.

    8
    4
    geronimo
    16 septembre 2018 - 11 h 28 min

    PS.
    Sauf que c’est gangrené par le haut

    4
    2
      LeilatElKadr
      16 septembre 2018 - 16 h 08 min

      @Géronimo
      Quand on veut ,on peut sauf que ce régime allié aux islamistes moyenâgeux n’a aucune volonté politique de bien faire,de sortir notre pays du sous-développement économique,culturel,social…
      Ce régime comme d’ailleurs les précédents sont autistes et sourds aux recommandations des experts.L’arabisation à outrance qui plus est,est mal enseignée et imprégnée de religiosité,l’islamisation imposée à la société,la prolifération des chaines privées qui font la l’apologie du salafisme en toute impunité,qui ont pour effet la clochardisation de notre société sont des signes évidents de l’orientation politique du régime qui va à contre sens du développement,mais dans le sens des islamistes démagogues,des prédateurs et j’en passe.

      9
      4
    geronimo
    16 septembre 2018 - 11 h 27 min

    il faut s’attaquer à tous les corrompus c’est la tache premiere avant de parler s/développement

    10
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.