Bedoui réhabilite le directeur de la PAF limogé par le patron de la DGSN

Bedoui PAF
Le ministre de l'Intérieur, Noureddine Bedoui. New Press

Par Sadek Sahraoui − Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a pris la décision, hier, de faire annuler le limogeage par le DGSN, Mustapha Lahbiri, de Hamid Goucem de son poste de directeur de la Police de l’air et des frontières (PAF). Selon certains sites d’information qui rapportent ce matin l’information, M. Bedoui aurait estimé «excessif» le limogeage de Hamid Goucem auquel il avait été reproché d’avoir laissé le général-major Saïd Bey se rendre, la semaine dernière, à l’étranger à partir de l’aéroport d’Alger. Les mêmes sources indiquent que Hamid Goucem n’avait aucune raison de s’opposer au départ de l’ancien commandant de la 2e Région militaire du fait qu’à ce moment-là, il n’était sous le coup d’aucune interdiction.

Certaines sources ont rapporté, au début  de la semaine, que le général-major Saïd Bey aurait contrevenu à la décision de la justice militaire en se rendant en France mardi dernier, en compagnie de sa famille, par un vol d’Air Algérie, avant de regagner le pays, vendredi, dans  un avion de la même compagnie. Les mêmes sources avaient soutenu alors que l’ex-chef de la 2e Région militaire avait réservé son billet d’avion sous un autre nom : Saïd El-Bey. Suite à quoi, le chef de la DGSN, Mustapha Lahbiri, a diligenté une enquête pour déterminer «les complicités» à l’intérieur de l’aéroport qui auraient permis à cet officier de quitter le territoire national de façon « illégale». Mais l’intervention, hier, du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales vient disqualifier cette lecture. Cela à moins qu’il ait eu, entre-temps, de nouveaux éléments.

S. S.

 

Comment (47)

    Adam
    21 septembre 2018 - 9 h 23 min

    Même si le limogeage ait été une erreur d’appréciation, le patron de la DGSN est maitre à bord et seul responsable de ses décisions. La victime, si lésée, disposait de voies de recours pour aboutir, ou non, à sa réhabilitation. La décision de limogeage étant prononcée, même à tort, devait être soutenue et non annulée, car il y va aussi de la réputation d’une institution sécuritaire, ce qui semble avoir échappé à la perspicacité du ministre ??

    Nasser
    20 septembre 2018 - 22 h 53 min

    Ce nouveau DG de la police, qui semble faire dans la précipitation, a donc été trompé par sa « commission d’enquête »!
    Il commence bien ses fonctions!
    Nous doutons qu’il fasse, à l’avenir, quelque chose de bien dans son secteur!

    2
    4
    Anonyme
    20 septembre 2018 - 21 h 42 min

    L’air grave, et sérieux, le regard froid, ?!,…..
    « le premier regard, souvent suffit, pour nous faire fuir  »
    1er faust 1808, du célèbre écrivain, romancier, et,…..n’oublions pas,homme politique allemand
    Johannes, Wolfgang Von Goethe (Frankfurt 1849 – Weimar 1832)
    Qu’en dire de la situation , et de l’état de nos institutions ???,…..
    Quand au peuple désemparé, il vaut mieux ne pas parler,…..

    Anonyme
    20 septembre 2018 - 21 h 06 min

    Le peuple algérien demande la stabilité des institutions, la modération, et la sagesse de leurs responsables
    L’instabilité, et la lutte pour le pouvoir, et pour l’appropriation de la rente pétrolière par une minorité trop riche
    Au sein des institutions de l’état ne contribuent, nullement pas, à asseoir la stabilité, et la paix
    Dans le pays victime de luttes de clans, et malheureusement,parfois allant jusqu’aux règlements de comptes,
    En l’absence, et à la passivité coupables, et graves de la justice algérienne (ou est-t – elle ???,…)

    1
    1
    AmiAhmed
    20 septembre 2018 - 18 h 36 min

    Ce n’est pas normal, dès que quelqu’un commence à faire le vrai boulot on l’empêche, mais où va l’Algérie?

    4
    3
    icialG
    20 septembre 2018 - 11 h 46 min

    Faut que la tolérance zéro entre dans la tette des gens et surtout de l encadrement même si le processus risque d être exigeant et long il le faut pour se libéré d un système pourri par des centaines d individus sans envergures dont leur seul maître est argent sale et abroger l héritage de la corruption

    4
    2
    Bamar
    20 septembre 2018 - 2 h 36 min

    Le peuple Algerien n est pas pres de sortir de l auberge bedouine

    9
    10
      Zaatar
      20 septembre 2018 - 6 h 13 min

      Si tu voyais l’auberge makhzanou-barouitane tu ne dirais peut être pas tant du peuple algérien. Bientôt les marocains entreront deux par deux dans l’arène, épées à la main, pour le bon divertissement de sa majesté mokhokho6.

      8
      8
      Algerien révolté
      20 septembre 2018 - 8 h 15 min

      Tires-toi d’ici … Mokoko !

      2
      5
    Anonyme
    20 septembre 2018 - 1 h 21 min

    Ça rappele un peu beaucoup .le coup de Tebboune . Nommé par qui??? Dégommé par qui….???

    4
    2
    Macluff
    19 septembre 2018 - 18 h 02 min

    Toute cette symphonie tonitruante et cacophonique aux plus hauts niveaux de l’État est, paradoxalement, une composition bien orchestrée ! Ce sont des ballons d’essai …en l’espèce, il s’agit de sonder ou de vérifier les réactions de l’opinion ! Et si erreur il y a, c’est au plus haut sommet du pouvoir ! Les rôles sont soigneusement distribués : L’un envoie, l’autre corrige !

    Lahbiri limoge parce que du haut du Mont Olympe, Zeus, caché par les nuées, invisible aux mortels, le lui a demandé !

    Bedoui réhabilite parce que du haut du Mont Olympe, Zeus, caché par les nuées, invisible aux mortels, le lui a demandé !

    Kif-kif pour Zemali et Hasballaoui…etc. Personne ne peut prendre de lui-même une quelconque décision, une quelconque initiative, c’est pourquoi tout l’appareil est paralysé, le pays en panne !

    46
    4
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 17 h 35 min

    Quand viendra enfin le vrai limogeage? Celui du premier responsable du désastre national, celui a fait de l’Algérie la risée du monde? Je veux dire celui de Bouteflika.

    39
    5
      Anonyme
      19 septembre 2018 - 21 h 26 min

      Il viendra tôt ou tard. Et plus tôt que tard. Qu’ils le veuillent ou pas et malgré eux !
      C’est ce que certains appellent «justice immanente».

      21
      3
    oh que non
    19 septembre 2018 - 16 h 19 min

    c’est simple : aucun haut placé quel que soit son grade ou sa fonction , n’est limogé ou installé sans le seul et l’unique ordre de tout à fait en haut …
    le seul qui peut c’est le signataire de la nomination sur le JO .

    22
    4
    Lghoul
    19 septembre 2018 - 16 h 19 min

    Une preuve que PERSONNE n’est compétent. A ajouter un président inactif depuis 2013 et le pays est presque a l’arrêt et paralysé. Et dans tout ce décor, le rigolo d’ould abbas agé de 84 ans qui court dans tous les sens comme un poulet sans tête – « headless chicken ».

    39
    6
    Felfel Har
    19 septembre 2018 - 16 h 18 min

    Y a-t-il un pilote dans l’avion? Sur quelle planète vivons-nous? Quelle mouche a donc piqué Mr. Bedoui (se prend-il déjà pour le PM?) pour désavouer publiquement et sèchement son Chef de la Police? Sait-il que la décision de limoger le chef de la PAF a été prise plus haut que lui? A-t-il été instruit de réhabiliter un fonctionnaire qui a délibérément désobéi à ses supérieurs? Quelle image donne-t-il du pays? Toute cette cacophonie nous renseigne sur l’état de déliquescence des institutions de l’État et de la gravité de l’affrontement acharné entre différents clans pour le pouvoir. Va-t-on vers une reprise du Duel à OK Corral?

    31
    8
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 16 h 18 min

    Les institutions de l’état sont exposées à l’instabilité, et à la course pour le pouvoir, (luttes de clans,…..)
    Et pour l’expropriation de la rente pétrolière
    (le privé algérien, aujourd’hui, se mele dans la sous-traitance, à Sonatrach,…..)
    Et demain,…..petit à petit,….., par malices, par ruses, et détournement des lois, bien sur, en sa faveur
    Le privé algérien sera actionnaire de plein droit dans le capital de Sonatrach,…..
    (Feu Président Houari Boumedienne, الله يرحمهم جميعا, ne comprendra rien, et retournera dans sa tombe)
    Grace aux fils de dignitaires, de hauts responsables, et de personnalités très influentes
    De la Nomenklatura, pour la plupart, incompétents, protégés, et parasitaires
    Dans l’Etat, aux institutions faibles, et surtout complices, qui a crée ces nouveaux capitalistes « Raiders »
    Le Capitalisme bureaucratique d’état, en l’absence de Démocratie, de Justice, et de Transparence Générera une classe libérale, marchande, et de services, parasitaire, protégée, et incompétente
    Qui lui succédera

    19
    4
    Ah bon
    19 septembre 2018 - 15 h 42 min

    BLED SIMPSON

    20
    4
      Anonyme
      19 septembre 2018 - 21 h 40 min

      La cour du roi Pétaud.

      6
      2
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 14 h 59 min

    Je pense que Bedoui a fait une grosse bourde qui rajoute de l’anarchie à l’anarchie.Où allons-nous avec de telles pratiques?

    33
    5
      Anonyme
      19 septembre 2018 - 21 h 31 min

      la «bourde» ne vient pas de lui. Il a dû recevoir l’instruction de la faire car, dans le royaume imaginaire de fakhamatouhou wa hachiyatouhou, il ne peut se permettre de prendre une telle décision par lui même.

      16
      2
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 14 h 43 min

    Une anarchie institutionnelle, et des interférences dans les prérogatives, et les pouvoirs, ?
    Où des luttes de clans occultes, sournoises, et secrètes, pour plus de pouvoir, et de domination ?
    A la fin c’est la crédibilité, et la stabilité de l’état, et ses institutions qui encaisseront, encore une fois

    26
    15
    Soldat Schweik
    19 septembre 2018 - 14 h 40 min

    La guerre des gininars de la ripoux-blique fait rage, jusqu’ou ira-t-elle? Quid de l’algerie qui navigue a vue au grès des vents et sans pilote??? …. rebi yestar berk… on entend deja les bruits de bottes, les crepitements des kalash et vrombissements des chars dans les rues. When to free!!!

    13
    25
      LeilatElKadr
      19 septembre 2018 - 15 h 10 min

      @soldatShweik
      cacophonie et guerre des clans au sommet.
      Lahbiri n’a pas agit seul en limogeant le chef de la Paf (qui ,soit dit en passant, le mérite puisque l’aéroport d’Alger est devenu une passoire…) et Bedoui également n’a pas les coudées franches pour réhabiliter de son propre chef Hamdi Goucem.Et dans tout cela,ou est le premier ministre et quel est son rôle.

      23
      3
        anonyme
        20 septembre 2018 - 0 h 14 min

        le premier ministre est a la recherche d’un traducteur

        2
        2
      Anonyme
      19 septembre 2018 - 15 h 18 min

      @soldatShweik
      cacophonie et guerre des clans au sommet.
      Lahbiri n’a pas agit seul en limogeant le chef de la Paf (qui ,soit dit en passant, le mérite puisque l’aéroport d’Alger est devenu une passoire…) et Bedoui également n’a pas les coudées franches pour réhabiliter de son propre chef Hamdi Goucem.Et dans tout cela,ou est le premier ministre et quel est son rôle.
      La France est devenue le lieu de résidence de la Nomenclatura algérienne.On se demande pourquoi 1,5 million de chouhaddas se sont sacrifiés pour la chasser.Tel est décédé dans un hopital parisien suite à une longue maladie,tel a été evacué d’urgence en france suite à un malaise,une réunion S’est tenue à Paris pour prendre des décisions qui concerne le pays…waoo,ou va-t-on comme cela..L’algerie est redevenue un departement d’outre-mer de fafa

      36
      5
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 13 h 18 min

    limoger à vue et sans modération. Est ce le début du début ou la fin de la fin? A quand la cohérence et la rigueur ?

    19
    4
    Lghoul
    19 septembre 2018 - 13 h 09 min

    On ils limogé le directeur de la PAF de l’aéroport d’oran quand les contôles ont fermé les yeux sur chakib l’intrépide ? Mais chakib est l’ami intime d’enfance du prince, donc il est intouchable.

    40
    6
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 13 h 04 min

    Ils feignent un Etat, mais c’est la culture bedouine qui fait surface, le chef!

    27
    5
      Zaatar
      19 septembre 2018 - 13 h 56 min

      En référence à Bedoui?

      10
      10
        Anonyme
        19 septembre 2018 - 15 h 23 min

        A’ toute la subculture politiche nee du coup d’ Etat. Les institutions qui fonctionnent reposent sur la confiance, une convention sociale qui ne peut etre extrapolee du contexte. Qui est au pouvoir par la force meme si le personnel est brillant le resultat est vicie’ en amont donc en aval aussi

        6
        3
          Zaatar
          19 septembre 2018 - 17 h 50 min

          Voila qui nous avance bien dans l’affaire et le projet…

          3
          2
          Anonyme
          19 septembre 2018 - 19 h 24 min

          De part le monde quand il y a erreur au depart on revient et on corrige, plutot que de superposer d’autres couches suplémentaires. Un mensonge couvert de bonne volonté restera mensonge et le prix pour ses effets croissent avec le temps.

          1
          1
          Zaatar
          20 septembre 2018 - 7 h 01 min

          Parfaitement d’accord, mais comment affirmer que c’est un mensonge? quels sont les critères et sur quelles données peut on l’affirmer? à priori personne ne détient la vérité. Tout assertion pour l’affirmer repose sur un consensus de majorité à priori.. on restera dans le flou donc si on se réfère à l’absolu…n’est ce pas.

          1
          2
    Lady Faria
    19 septembre 2018 - 12 h 56 min

    C’est fou ce que certains ont le bras long en haut lieu! On se fait parachuter de nulle part, dégommer comme un malpropre puis réhabiliter illico presto le plus officiellement du monde, comme si de rien n’était…

    25
    3
    LOUCIF
    19 septembre 2018 - 12 h 53 min

    C’est la grosse, grosse, grosse pagaille ! Il n’y a plus de pilote , de commandant de bord dans l’avion Algérie ni dans le bateau Algérie. L’Algérie est gouvernée sous la forme d’une organisation mafieuse, c’est clair !

    Comme pour la mafia Sicilienne ou la camorra Napolitaine, la mafia algérienne n’a pas de zaim, de chef suprême. Elle fonctionne sous une direction collégiale ! Et donc si un membre ou un clan de cette mafia arrive, de par sa puissance du moment, à faire admettre son point de vue, le reste du groupe fait profil bas et ne cherche pas à saboter l’équilibre des forces car çà peut être préjudiciable , fatale à l’ensemble de l’organisation ! Les clans se surveillent, se jaugent et donc dès qu’un clan prend le dessus sur les autres à un moment donné, il n’hésite pas à agir, à frapper fort !

    17
    11
    Anonimi
    19 septembre 2018 - 12 h 48 min

    C’est le cirque Amar sans Amar . L’Algérie a perdu la tête. Mais dans cette cacophonie il ressort une certaine vérité. Gaid Salah tient en mains tous les responsables sécuritaires, L’hbiri à leur tête. Si Bédoui ne fait pas marche arrière et s’il garde son poste après le prochain remaniement, celà prouvera qu’il y a deux clans du système qui sont en désaccord concernant le 5eme mandat.

    16
    4
    nectar
    19 septembre 2018 - 12 h 40 min

    Ce cafouillage donne une image piteuse du système. Ces hommes qu’on dégomme sans aucune poursuite judiciaire pour le moment, montre à quel point, le pays est livré à des prédateurs. Tout l’avenir du pays est ente les mains d’une secte qui se croit au dessus de toutes les lois, même divines…Buvons notre lait en sachet pourri, notre cauchemar continue…

    16
    4
    karimdz
    19 septembre 2018 - 12 h 36 min

    Il aurait réservé son voyage sous un faux nom, donc il a présenté soit de faux papiers soit il a passé la douane sans encombre. Il y a donc eu bien complicités ou au moins une grave négligence des services de sécurité. ET cela est déjà grave.

    Une enquête s imposait pour déterminer les responsabilités, les défaillances… et de suspendre et non limoger le directeur de la PAF, avant de prendre une décision définitive.

    Mais il est vrai que le limogeage suivi d une réhabilitation, sans enquête, c est pas très crédible…

    36
    7
      Abou Loune
      19 septembre 2018 - 12 h 54 min

      C’est le pays où il est difficile d’être en accord avec soi même.

      9
      85
    Zaatar
    19 septembre 2018 - 12 h 22 min

    Les voies qui mènent aux commandes du système sont vraiment impénétrables…

    15
    10
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 12 h 19 min

    Cet ex limogé va lui aussi limoger.Une sorte de guerre des gangs du pouvoir.

    7
    8
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 12 h 16 min

    Ça c’est un mauvais signe.

    Est ce que c’est Bedoui ou ce sont les amis de celui qui a commis une effraction à la loi qui auraient intervenu pour lui. Peut-être que ses amis auront besoin de ses services en cas où ils aimeraient prendre l’aéroport d’Alger.

    13
    4
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 12 h 00 min

    Sois pour une fois sérieux: ce ministre est il vraiment en mesure de prendre des mesures?? Il obeit a l’oeil et aux doigts a ses mentors, il est grasseement paye comme d’ailleurs tous les autres pour exécuter ce soi-disant programme du président …

    16
    3
    Aile brisée
    19 septembre 2018 - 11 h 49 min

    c’est la pagaille

    15
    3
    Slam
    19 septembre 2018 - 11 h 46 min

    Panique au sommet ! ça limoge à vue, sans sommation. Si tout le monde se met à limoger tout le monde, qui limogera le dernier limogeur ??

    30
    3
      Vox populi
      19 septembre 2018 - 12 h 28 min

      Le peuple…

      22
      8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.