Héritage : la réponse cinglante du RCD aux islamistes

Mohcine RCD
Mohcine Belabbès, président du RCD. New Press

Par Hani Abdi Attaqué pour avoir appelé à l’égalité entre l’homme et la femme en matière d’héritage, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) apporte une réponse cinglante aux «rentiers du culte» et aux forces de l’obscurantisme.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, le RCD précise qu’il n’avait fait que rappeler sa position sur la question clairement expliquée dans son programme. «En marge du colloque international sur la promotion de la participation socioéconomique et politique de la femme dans les pays d’Afrique du Nord organisé à Alger, la question de l’héritage a été soulevée lors d’un point de presse. Le rappel de la position du parti sur un sujet tranché au premier jour de sa création a été saisi par les rentiers du culte pour occulter le travail mené, souvent seul, par le RCD autour des grandes questions politiques et sociétales demeurées en suspens depuis l’indépendance», dénonce le RCD qui estime qu’il y a bien matière à débattre du sujet de l’héritage. «Il suffit, souligne ce parti, de lire la Constitution pour savoir que la loi fondamentale garantit la complète égalité des droits et des devoirs entre les deux sexes».

Le RCD fait remarquer qu’il subit ces attaques au moment où «la guerre des clans fait rage au détriment des intérêts vitaux de la nation». C’est dans ce contexte, dénonce le RCD, que «les marchands des versets assaisonnés à la cocaïne veulent encore faire diversion pour empêcher les Algériens de débattre sur des questions conditionnant et impactant frontalement l’avenir de leurs enfants».

Le RCD estime qu’«en plus des charges politiques qui incombent à toute formation de l’opposition démocratique, le retrait des élites sur ces dossiers vitaux rend encore plus impérative l’intervention de notre parti car combattre le terrorisme intellectuel est la condition de la mise en déroute du terrorisme tout court».

H. A.

Comment (13)

    GHEDIA Aziz
    20 septembre 2018 - 6 h 16 min

    A Leilaelkadr.

    Merci. Vous m’avez mis du baume sur le coeur en citant Jil jadid. Effectivement ce parti, dont je suis fier d’appartenir, veille au grain. Sur toutes les questions politiques et sociétales. Il faut y adhérer donc massivement afin, qu’ensemble, nous puissions rebâtir le pays sur des bases saines.

    3
    2
    2 choix
    20 septembre 2018 - 3 h 53 min

    Peut etre laisser les deux lois applicables et chaque groupe decide ce qu’il veut faire.

    4
    2
    Karim
    19 septembre 2018 - 21 h 54 min

    Ceux qui veulent faire la part égale entre filles et garçons en héritage sont libres de la faire.Mais pourquoi vouloir imposer cela par la Loi à tout un peuple?!!!!!!!!

    11
    11
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 21 h 10 min

    La question soulevée par ce parti extrémiste n’est pas une question anodine et les Algériens ne sont pas dupes pour laisser le RCD instrumentaliser leur religion
    Dire que seuls les islamistes sont contre cette provocation est un mensonge grossier et une insulte à la majorité écrasante des algériens et algériennes

    11
    29
    Anonimi
    19 septembre 2018 - 20 h 01 min

    Pour la galerie et pour faire moderne et ouvert d’esprit, certains Algériens se vantent d’être pour l’égalité homme- femme dans le partage de l’héritage parental. Mais dès que la même personne est réellement confrontée à ce sujet, les vieux réflexes font surface : on fait tout pour empêcher ses sœurs de bénéficier de leur droit à l’héritage même pour la demi part qui leur est accordée par l’islam. Dans certaines régions du pays dont la Kabylie les femmes doivent s’effacer au profit des garçons pour soit disant pérenniser l’héritage au sein de la famille. Donc commençons par faire respecter la loi actuelle en matière d’héritage avant d’aller plus loin.

    20
    12
    Comme il a dit lui
    19 septembre 2018 - 19 h 36 min

    Mes parents ont des garçons et des filles pour lesquels ils ont le même amour, la même éducation et les mêmes exigences. Pour ma part, j’ai le même respect pour frères, mes sœurs ainsi que le même amour pour chacun d’eux. Je veux et je leurs souhaite le même bonheur, la même prospérité, la meilleur santé et je souhaite que frères, sœurs, mère ayons les mêmes droits et devoirs MÊME dans le cadre de l’héritage. C’est du bon sens.

    37
    8
    Nationfirst
    19 septembre 2018 - 18 h 59 min

    Un journaliste ou le porte parole enflammé d’un parti (RCD?). Hier c’était Ouyahia et aujourd’hui Belabbas? En tant que lecteur, je préfère quand le journalisme est neutre et impartial. Pour ma part et en mon nom seulement je ne veux ni islamistes ni laïcards lais seulement du journalisme, le vrai, celui d’investigation pas celui d’Abdou AlgeriePart pompé sans vergogne sur celui de Plenel MediApart…

    9
    19
    CEUX QUE NE DISENT PAS LES ISLAMISTES
    19 septembre 2018 - 17 h 48 min

    ce qu’il est impératif de noter , est le fait que la majorité écrasante des islamistes tentent de travestir les écrits dans la compréhension notamment .
    les islamistes sont les premiers donc à ouvrir leurs grosses gueules pour réclamer des dus à hériter (2/3 , 1/3) , mais sont absents quand il faut prendre la responsabilté (financiérement ..) pour accompagner des enfants et des femmes ayant justement perdu leurs parents sur qui les islamistes viennent se greffer pour bouffer ce qui reste …
    quand il s’agit donc de prendre en charge à 2/3 des études des enfants , de leur mariage , de …de…et de …alors les islamsites ne sont jamais là , et dés qu’il s’agit de prendre les 2/3 du 1/8éme du…du …qu’a laissé une grand mére …ils sont les premiérs à montrer leurs gueules béantes !!!
    donc ce n’est pas le contenu des écrits qui sont à revoir …mais la compréhension

    29
    6
    Lady Faria
    19 septembre 2018 - 17 h 48 min

    Même pour le demi-droit à l’héritage pourtant consenti par la loi religieuse et par celle de la République, et donc tout autant licite que légitime, il faut trop souvent galérer et affronter les cohéritiers devant les tribunaux pour obtenir gain de cause. Encore aujourd’hui, dans les faits, des femmes sont parfois mises au ban de la famille si elles ne se désistent pas devant notaire de leur part d’héritage au bénéfice des frères. Qu’on invoque des versets et des hadiths ou qu’on perpétue des us et coutumes, le résultat est que la femme ne peut actuellement prétendre, au mieux, qu’à une demi-part d’héritage. C’est bien d’appeler à l’égalité homme-femme en matière d’héritage mais en l’état actuel des mentalités, il reste beaucoup à faire pour promouvoir les droits de la femme. Il y a lieu d’affronter les forces rétrogrades sur tous les fronts, qu’elles fassent valoir la religion ou la tradition. Sous peine de se tromper encore de société…

    20
    4
    zetla connection
    19 septembre 2018 - 16 h 12 min

    les intégriste algériens sont les relais des trafiquants mokokos, chevilles ouvrières de sa grande nullité momoche le 6e et dernier du nom!

    26
    11
    Farida
    19 septembre 2018 - 15 h 42 min

    « les marchands des versets assaisonnés à la cocaïne ». Une belle phrase qui dit la vérité. Les services de sécurité viennent d’ailleurs d’attraper un salfiste a annaba en possession de 200 kg de resine de cannabis.

    51
    10
      LeilaElKadr
      19 septembre 2018 - 18 h 56 min

      @FARIDA
      La plus grande plaie dans notre pays,c’est bien les islamistes.Ils incarnent l’immobilisme,la médiocrité,la laideur,la saleté,l’opportunisme,la corruption sous couvert de versets,l’opportunisme à son meilleur,l’iincompétence.Leur existence constitue un frein sérieux au développement et à l’émancipation de nos enfants,de notre pays.Heureusement que le RCD,DjilElDjadid veillent au grain,mais ce n’est pas suffisant quand le régime ferme les yeux sur eux et s’en prend violemment aux mouvements démocratiques patriotes.

      35
      6
        n'oubliez pas ...
        19 septembre 2018 - 19 h 47 min

        LA PRÉCARITÉ MENTALE !

        12
        2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.