Yémen : Plus de 5 millions d’enfants menacés de famine

guerre Yémen
Un million d'enfants yéménites supplémentaires risquent de souffrir de la famine. D. R.

L’ONG britannique Save the Children a mis en garde, ce mercredi, contre «une famine d’ampleur sans précédent» au Yémen. Dans un rapport diffusé ce jour, Save the Children a estimé qu’un million d’enfants supplémentaires risquaient de souffrir de la famine alors que les prix des denrées alimentaires et des moyens de transport augmentent, portant à 5,2 millions le nombre total d’enfants menacés par la famine dans ce pays pauvre de la péninsule arabique.

La reprise, depuis lundi, d’une offensive des forces progouvernementales sur le port stratégique de Hodeida, principal point d’entrée des importations et de l’aide internationale, met en péril l’accès à l’aide humanitaire et a déjà un impact économique sur les civils, notent des experts. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), le prix des denrées alimentaires a augmenté de 68% depuis 2015, date à laquelle une coalition sous commandement saoudien est entrée en guerre aux côtés du gouvernement pour combattre les éléments du mouvement des  Houthis qui contrôlent de vastes territoires dont la capitale, Sanaa, et le port de Hodeida.

Selon l’Ocha, le coût d’un panier alimentaire de produits de base a augmenté de 35% tandis que les prix de l’essence, du diesel et du combustible pour la cuisine ont augmenté de plus de 25% depuis novembre 2017. Dès octobre 2017, le Programme alimentaire mondial (PAM) avait averti qu’au-delà des combats et des raids aériens, la nourriture était désormais «une arme de guerre» au Yémen.

L’interruption de l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires par le biais du port de Hodeida, sur la mer Rouge, «mettrait la vie de centaines de milliers d’enfants en danger immédiat, tout en poussant des millions d’autres vers la famine», a déclaré Save the Children. Des affrontements meurtriers ont repris autour de la ville portuaire après l’échec de pourparlers plus tôt ce mois-ci à Genève.

Les Nations unies ont averti que tout combat majeur dans la ville de Hodeida pourrait mettre un terme aux distributions de nourriture à 8 millions de Yéménites qui en dépendent pour leur survie.  Sur 20 enfants de moins de 5 ans, au moins un souffre de malnutrition aiguë sévère à Hodeida, selon l’Unicef.

Selon l’ONU, 3 Yéménites sur 4 ont aujourd’hui besoin d’aide, notamment alimentaire, et le pays est menacé par une troisième vague de  choléra.  Depuis mars 2015, quelque 10 000 personnes ont été tuées, en majorité des civils, et plus de 56 000 blessées dans le conflit.

R. I.

Comment (4)

    Vroum Vroum
    20 septembre 2018 - 21 h 18 min

    Comme plat de résistance pour Med Ben Salman c’est un Enfant Yéménite par jour !!

    Ch'ha
    19 septembre 2018 - 21 h 33 min

    La coalition saoudoUS EAU en service commandé pour l’entité sioniste avec complices occidentalosionistes, notamment pour la vente d’armes et pad que aux EAU Arabie Saoudite ..dont France UK Espagne l’Allemagne a stoppé ses ventes suite à ce crime contre l’humanité.
    Puisque les civils sont bombardés mariages enterrements hôpitaux écoles infrastructures etc etc etc bus scolaires et là Hodeida port où s’acheminait l’aide humanitaire.
    Ce peuple qui se bat pour la souveraineté de son pays, ses richesses pétrolières gaz, patrimoine mondial de l’UNESCO l’île de Socotra….position géostratégiques et géopolitiques qui dérangent l’axe sioniste.
    Ces yéménites forcent l’administration.
    Que la communauté internationale ne fasse pas semblant de découvrir ce qu’elle couvre depuis plus de 3 ans en toute impunité.
    Certains pays comme l’Allemagne ont cessé leur vente d’armes aux Saoud pas la France qui vend également aux EAU.
    Sachant que les soudanais et pas que servent l’Arabie Yahoudite au Yémen avec un taux de décès à 90% qui a fait changer son fusil d’épaule au gouvernement soudanais qui devait stopper l’envoi de ses ressortissants. Présence de militaires français aussi.

    3
    1
    Karim
    19 septembre 2018 - 18 h 38 min

    Dans le tiers-monde et le quart-monde, il y a deux courants de pensée opposés qui se disputent la vérité.
    Le premier pense que ressembler au puissant, nous sortira de la médiocrité dans laquelle nous baignons en abandonnant ce que l’histoire et nos ancêtres nous ont légués,
    Le second pense au contraire que revenir à nos fondamentaux nous projettera vers un avenir meilleur.
    Entre temps le sud, qu’il soit musulman, chrétien, capitaliste, communiste ou autre est dans une léthargie qui devrait nous faire réfléchir sérieusement, à l’abris du martelage politico-médiatique international.
    Oui, d’accord, les soumis ont plus de miettes, mais vraiment un peu plus.

    2
    2
    Anonyme
    19 septembre 2018 - 18 h 15 min

    Le Yemen est la tragedie de ce siecle….une injustice flagrante,d une atrocite incomparable…et l Europe tourne la tete.Qu il sache que ceux qui savent et ne reagissent pas sont des criminels…..et complices et il faut les denoncer a l opinion internationale.

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.