Seddik Chihab : «Le RND œuvre à construire un front populaire pour préserver la sécurité et la stabilité»

Le RND, Seddik-Chihab
Seddik Chihab, porte-parole du RND. D. R.

Le porte-parole du parti du Rassemblement National Démocratique (RND), Seddik Chihab, a affirmé que son parti œuvrait quotidiennement sur le terrain pour construire «le front populaire solide», tel que prôné par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en vue de préserver la sécurité et la stabilité du pays. 

Dans une déclaration à l’APS, Chihab a indiqué que le RND «œuvre quotidiennement à expliquer le contenu de l’initiative du front, à faire prendre conscience de son importance et à souligner l’impératif de prendre part à son édification», ajoutant qu’il n’y avait «nul besoin d’adhérer à une formation politique pour concrétiser ce front populaire qui a pour objectif de préserver et renforcer la stabilité et la sécurité nationales». 

La conjoncture actuelle, marquée par des défis nationaux, dont la nécessité de surmonter les difficultés économiques, les menaces et défis régionaux et internationaux, «implique l’édification de ce front populaire pour préserver les acquis nationaux», a-t-il dit. 

Le président de la République avait, dans un message adressé à l’occasion de la Journée nationale du Moudjahid (20 août), appelé à l’édification d’un «front populaire solide afin de garantir la stabilité de l’Algérie et sa résistance face à toutes les manœuvres internes et menaces externes» et à une mobilisation pour la poursuite de l’édification et la mutualisation de toutes les potentialités de notre pays, considérant que «les crises extérieures qui se jouent à nos frontières» sont «porteuses des dangers du terrorisme abject et des réseaux du crime organisé, deux fléaux désormais transfrontaliers».
 R. N.

Comment (10)

    Felfel Har
    23 septembre 2018 - 14 h 30 min

    Les partis politiques, qu’ils soient de la majorité présidentielle ou de l’opposition, surestiment leurs forces et leur rayonnement: ce ne sont que de petits clubs de seconde division. Ils se surprennent à rêver d’un parti populaire dans lequel ils se voient à la barre, aux commandes, mais j’ai beau passer en revue le cheptel politique, je ne vois personne que je puisse accepter comme timonier, au fait de son métier et en qui je peux avoir confiance. Un front populaire suppose un objectif commun, suffisamment mobilisateur pour intégrer la palettte des tendances politiques. Il va sans dire que le 5ème mandat n’est pas ce dénominateur commun. Il suppose aussi des leaders compétents, honnêtes, nationalistes, légalistes, reconnus comme tels par la majorité du peuple. Comme Diogène, nous cherchons encore ces hommes providentiels, … en vain. Le seul front populaire que je respecterais est celui qui se mobilisera pour faire échec aux saltimbanques du pouvoir qui s’époumonnent pour nous imposer les mêmes losers qui n’ont qu’un seul but, perpétuer le chaos pour mieux profiter. Déjouons alors ce complot!

    3
    1
    Anonyme
    23 septembre 2018 - 12 h 48 min

    L’opportunisme,la mentalité rentière,l’hypocrisie et la félonie sont devenu une seconde nature chez nos pseudos politiciens que Zeus nous protège d’eux.

    Classe 60B
    23 septembre 2018 - 10 h 44 min

    La peur de voir les résultats de la présidentielles tellement bas, en dessous de 10% du corps électoral, qu’ils sont conscient de faire un front populaire pour sauver les meubles. Cela mettrait l’Algérie au banc de la communauté international avec une preuve par les urnes que notre pays n’est ni démocratique mais un pays de corrompu aux mains d’une poignée de mercenaires mafieux, incompétents et médiocres qui n’aspirent pas au bien être du pays. Maintenir en vie artificiellement un Président pour avoir une caution internationale afin de pouvoir continuer à sucer le sang de ce pays et de son peuple jusqu’à la mort total. Voilà la vérité. Boycottons les élections, refusions le viol de la constitution, faisons connaître notre opposition à ce système corrompu, disons non au 5ème mandat. Refusons le chantage à l’insécurité, le peuple algérien est bien plus mature que ce que veulent faire penser cette secte mafieuse qui nous gouverne. L’armée, l’ossature de notre République qui est à 95% Patriote et qui a l’amour du pays au ventre sera être la garante de notre sécurité. N’ayons pas peur, l’avenir ne peut pas être pire que ce que nous avons aujourd’hui. Nettoyons les écuries d’Augias, il est temps de recouvrir notre vrai indépendance, notre liberté spolié par une secte.

    5
    1
    Par Le Peuple ET Pour Le Peuple !!!
    23 septembre 2018 - 8 h 16 min

    Sur tous les frontons de nos administrations qui n’est pas illettré, (Car nous avons encore de vrais illettrés, mais, hélas, également des lettrés aveugles etc.), est écrit « Par le peuple et pour le peuple ». Les partis politiques, pseudo « politiques », sont des peuples à part, étrangers, c’est au vrai peuple de reprendre son territoire et ses biens, alors il y aura le vrai Front Populaire, et ce peuple doit d’abord reprendre….Conscience de son existence !

    1
    1
    Djemel
    23 septembre 2018 - 2 h 06 min

    L’idée de créer un front populaire est certainement motivée par un constat amer : les partis politiques sont des coquilles vides, sans influence sur les algériens. Alors, on essaye de trouver une autre façon pour faire accepter un candidat par le peuple. Le candidat sera celui qui garantira la pérennité de ces quelques personnes qui pensent que le pays leur appartient et surtout qu’ils ne sont pas remplaçables. Pour eux, la sécurité et la stabilité désignent un candidat, comme si sur les 42 millions d’algériens, il y a seulement une seule personne capable d’atteindre ces objectifs.

    2
    1
    Gatt M'digouti
    23 septembre 2018 - 1 h 29 min

    AP il faudra penser à organiser un concours du plus grand chyate du jour en fonction de l’actualité !
    Un petit sondage auprès des lecteurs d’AP ! ainsi ils verront l’estime qu’ont les citoyens pour eux !!

    1
    1
    Didou
    22 septembre 2018 - 23 h 00 min

    Vous pourrez construire un front ou tout ce que vous voulez,mais vous n’avez pas le droit de lui accoler le mot Populaire,car ce mot vient de Peuple,lequel ne vous a jamais mandaté pour décider en son nom,vous ne représenter que vous même et,a la rigueur,les militants de votre parti.

    4
    1
    Anonyme
    22 septembre 2018 - 22 h 06 min

    Malheureusement, dans certains partis,
    L’opportunisme, la démagogie, le populisme, le mensonge, la tromperie, la diversion, le clientélisme,
    Et la courtisanerie ont, encore, de beaux jours en Algérie,…..

    2
    1
    Tredouane
    22 septembre 2018 - 21 h 32 min

    ÊTES VOUS VRAIMENT CONSCIENT DE CE QUE VOUS DITE SI C EST VRAIMENT CA .

    3
    1
    Tredouane
    22 septembre 2018 - 21 h 21 min

    Récupération,mais vous êtes un parti politique que je sache ,restez dans votre vocation et encor.

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.