Le suffisant Ouyahia, la cacophonie politique, le boucher et les rabâcheurs

Ouyahia
Ahmed Ouyahia. New Press

Par M. Aït Amara – Fidèle à ses habitudes. Egal à lui-même. Incorrigible. C’est avec sa sempiternelle arrogance que le secrétaire général du RND a «affronté» les journalistes ce samedi au siège de son parti pour, comme toujours, ne répondre à aucune de leurs questions.

Tout au plus, Ahmed Ouyahia a donné son avis sur les questions qui, pour certaines, préoccupent l’opinion publique, pour d’autres, n’intéressent que les protagonistes qui se crêpent le chignon pour des considérations politiciennes ou matérielles.

Il en est ainsi de l’affaire de la cocaïne à propos de laquelle le Premier ministre ironise en laissant entendre qu’il ne se «rabaisserait» pas à commenter des pacotilles de «boucher ou de boulanger ou que sais-je encore» (dixit Ouyahia). La tentative d’introduction d’une gigantesque quantité de drogue dure qui se chiffre à plusieurs centaines de kilogrammes – une première en Algérie – et les révélations qui se sont corrélées à l’affaire principale et qui ont mis à nu une corruption endémique au cœur de l’administration, ne méritent donc pas d’être analysées et commentées par le chef de l’Exécutif. «Laissons la justice travailler !», aurait-il pu dire en toute humilité, sans recourir à ses habituels sarcasmes.

La démission de Bouhadja est une affaire qui ne concerne que l’APN, a encore argué le patron du RND qui s’est ligué avec son frère-ennemi du FLN pour demander le départ du président de l’Assemblée à qui il demande de «faire prévaloir l’intérêt général», car la situation actuelle qui a conduit au blocage de l’instance législative est «insensée». L’ancien directeur de cabinet de la présidence de la République avoue ensuite – s’en rend-il compte ? – que l’APN est inutile puisque le chef de l’Etat est habilité à signer la loi de finances sans recourir au Parlement. Pourquoi tout ce cinéma, alors ?

Le cinéma, Ahmed Ouyahia en a justement parlé aussi, accusant les médias de faire dans la fiction hollywoodienne en inventant mille et un scénarii. C’est que le Premier ministre excelle dans ce jeu de cache-cache où il aime à apparaître comme l’éternel vainqueur en s’adonnant à son sport favori – la conférence de presse – qu’il convoque à sa guise pour répondre aux «questions» quand ça lui chante et où il veut. Les règles, c’est lui qui les fixe et quand il décide de parler, c’est pour faire porter à la presse toutes les misères et tous les maux vécus par le citoyen auquel les journalistes-cinéastes «font avaler n’importe quoi».

Les conférences de presse d’Ahmed Ouyahia, qu’il les anime sous la casquette de secrétaire général de son parti, dans la peau du Premier ministre ou dans le costume des deux réunis, ont le mérite de confirmer à chaque fois l’immense écart qui sépare l’orateur de l’audience, les deux navigant sur deux fleuves qui coulent séparément.

Ahmed Ouyahia ferait mieux de se taire, tant ses interventions aussi intempestives que superflues n’ont jamais rien apporté au débat.

M. A.-A. 

Comment (58)

    Anonyme
    8 octobre 2018 - 13 h 05 min

    Ces pseudo hommes politique ont tellement menti et sont si incompétent en plus de leur âge avancé qu’ils ont le visage du mensonge et de la folie. Ils sont tous devenus fous.
    Le PIB de l’Algerie est plus faible que celui d’une entreprise moyenne. De quoi vivent ces pays dans le PIB est inferieur au chiffre d’affaires d’une societé moyenne en occident? Je n’en sais rien. Le service public est quasi-inexistant et on ne pense pas au lendemain avec assurance.

    La vague
    8 octobre 2018 - 8 h 39 min

    Mille neuf cent quatre vingt deux. Il y a deux ans qu’un tremblement de terre de sept virgule sur l’échelle de Rishter éventra boulevard, rue et terre agricole dans la région d’El Asnam ancien Orléan ville à l’est d’Alger. Un nouveau président, celui là moins dictateur que le précédent règne sur l’Algérie. Il a l’air d’être gentille et moins violent que le précédent. Un air de liberté souffle sur le pays.
    Une abondance de produit subventionnés rend la vie moins dure. Certains problèmes comme l’absence d’eau courante commence par devenir plus fréquentes. De l’eau sommâtre dans les robinets et les citoyens s’échinent à aller chercher de l’eau douce pour faire cuire leurs aliment et préparer le café.
    Pour avoir un semblant de vie acceptable, il fallait rester unis en réunissant plusieurs salaires dans un même foyer.
    Notre sujet puisque c’est une femme qui écrit ces lignes, c’est du comment et du pourquoi toutes ces femmes commencent à se voiler tout en poursuivant leur études et tout en travaillant. Les femmes quittent la civilisation pour renoncer à leur droits déjà presque inexistants. Les hommes les menacent implicitement de ne pas les épouser si elles ne portent pas le foulard. Certaines résistent et refusent de porter ce foulard qu’elles considèrent comme un linceul qu’elle doivent porter durant toute leur vie. La religion commence à prendre trop de place dans la vie du citoyen. Certains hommes en robe prêchent trop souvent dans les madrassas qui se sont transformées en paroisse à recruter des moudjahidines que l’on devait envoyer à Peshawar tout frais payés par l’Arabie Saoudite.
    Un jours, il n’y aura plus de femmes non voilées dans ce pays se dit-on déjà. Les femmes qui résistent aux son du foulard sont celle qui ont encore un niveau de vie un peu élevé. Le hidjab est devenu une sorte de cache misère ou une preuve de vertu pour des femmes qui en manquent parfois car ça leur permettait parfois de faire les quatre cent coup sans que personne ne les reconnaissent. Une petite fenêtre de liberté s’était ouverte pour se refermer en apportant un cortège de régressions des droits des femmes.
    Les prix flambait du jour au lendemain et à chaque mois de Ramadhan. Un mois très difficile avec son cortège de violence sans compter la violence économique qu’il véhicule. Mais ici en Algérie, il n’y a pas d’INSEE pour avoir une images économique du pays. Tout va bien madame la marquise. Sauf que la violence monte crescendo d’année en année.
    Le sucre, le café, la farine ont flambé de trois cent pour cent en une seule année. Le citoyen devient de plus en plus pauvre et de cette misère, les islamistes qui reviennent d’Afghanistan commencèrent à monter au Djebel pour imiter la gloire de leur ancêtres, ceux qui ont vaincu l’ancienne puissance coloniale. Les macabres légendes urbaines ou les femmes ont un rôle de victime se multiplièrent pour justifier la nécessité de porter le voile, une voile hideux faisant ressembler la femme à un sac poubelle.
    Parfois des revues francophones comme Le point étaient vendues dans les kiosques et les librairies destinées à une clientèle de coopérants montraient des femmes voilé et n’ayant comme lucarne vers la lumière qu’un fin grillage bleu. En Afghanistan, les femmes ont déjà perdu tous leurs droits et se cachent derrière un grillage. Celle qui ne sont pas encore venues au monde, on les tue illico grâce à l’échographie des que l’on voit que le sexe du fœtus est féminins. Elles sont rares les femmes en Afghanistan et pour celles qui sont arrivées à naître, elle sont emprisonnées derrière un grillage.
    C’est fini, l’Algérie prend le chemin de la régression et cela commence par la perte des libertés des femmes et leur étouffement sous un linceul les faisant ressembler d’avantage à un sac poubelle.
    Les islamistes sont en train de gagner. Ils ont deja gagné le droit de retirer aux femmes leurs place dans la civilisation.

      Tredouane
      9 octobre 2018 - 21 h 40 min

      Juste la dernière phrase,et par une question à quant remonte le droit de vote des Femmes en occident? alors que la Femmes continuer a presque tout depuis l’avènement de L’ISLAM,restons juste objectif et sans haine.

    Felfel Har
    7 octobre 2018 - 20 h 36 min

    Il faut bien qu’il fasse l’intéressant pour émuler l’autre coco de Ould Abbess pour s’attirer les faveurs du roi qui les a faits. Ah, s’ils pouvaient se taire et s’arrêter de dire des âneries, ils feraient plaisir à toute la terre. L’un comme l’autre adore se couvrir de ridicule pour faire la une. J’ai du mal à croire que l’être humain puisse tomber si bas. Si Molière était encore de notre siècle, ces deux lascars lui auraient inspiré Les Précieuses Ridicules!

    Mehsis
    7 octobre 2018 - 20 h 11 min

    Il accepte le rôle qu’on lui donne il résiste même habilement, il sait aussi qu’il est la cible du véritable clan au pouvoir, dure sera sa chute.

    Anonyme
    7 octobre 2018 - 12 h 23 min

    H’mimed a toujours un fil à la patte, toujours un maître, pas le même , mais son maître du moment. N’est ce pas lui qui encense la ploutocratie genre ‘ el goudrone ‘ et ‘ le montage de pneu ‘ ? N’est ce pas lui qui a déclaré que le yaourt à 10 dinars ne devrait pas faire partie de l’alimentation des Algériens ?

    hakim
    7 octobre 2018 - 10 h 04 min

    humilité et modestie, des valeurs que ne connait pas ce Ouyahia, installé dans une zone de confort, incapable de travailler, cynique et vautré, on découvre en lui du premier coup d’œil, l’arrogance la plus affectée, un orgueil de grossièreté un mépris stupide pour tous son entourage et pour le peuple.

    8
    1
    Souk-Ahras
    7 octobre 2018 - 8 h 00 min

    Ouyahia, n’a absolumant aucune envergure politique. Sa suffisance n’a d’égale que son insuffisance managériale et intellectuelle. Grand adepte du par-coeurisme il aime s’écouter parler
    Tebboune parti pour cause « d’agissements incontrôlés », Il y avait un poste à pourvoir. « Ils » ont pensé à lui. pour ses qualités reconnues de « berrah » des temps anciens. C’est un « sas » qui fut engagé par un système en fin de cycle aux abois.

    9
    1
    Anonymeplus
    7 octobre 2018 - 0 h 09 min

    Il a la langue bien pendue le sieur ouyahia, c’est parce que toute sa vie il n’a fait que lécher des bottes, du coup je ne vois personne dans la tchektchouka boulitique faire mieux que lui, c’est un expert en chitta, on devrait lui décerner une médaille, une langue en ébène ou en acajou, comme ça il se souviendra toute sa vie qu’il n’est en définitif que le digne représentant de la langue de bois, ni plus ni moins.
    Pour le reste, faire de la politique n’est pas donné au premier plouc descendu de je ne sais quelle montagne, fut-il premier sinistre d’une Algérie devenue aux abois par la faute des incompétents de son espèce.

    18
    2
    Lecteur
    6 octobre 2018 - 23 h 36 min

    J’ai lu tout les commentaires et j’ai l’impression que 2 ou 3 personnes seulement ont tout écrit en changeant de pseudo.

    1
    11
      Anonyme
      7 octobre 2018 - 8 h 19 min

      A priori oui, on a l’impression que seules 2 ou 3 personnes sous des pseudos différents, commentent contre l’indécrottable PM. Mais, même si les mêmes propos et les mêmes appréciations reviennent, la différence des styles est de taille ce qui démontre que les commentateurs sont nombreux et unanimes à penser la même chose de cet apparatchik.

      6
      2
    bedraham
    6 octobre 2018 - 22 h 27 min

    Un virtuose dans l’art de transformer le negatif en positif, le mensonge en verite et les echecs en reussites ca c’est Ouyahia.

    19
    2
    Vulpis
    6 octobre 2018 - 22 h 27 min

    La messe est dite, Ouyahia probable futur vice-président !

    7
    3
    K. DZ
    6 octobre 2018 - 21 h 26 min

    H’mimed fait décidément l’unanimité, ou presque, contre lui. C’est un fait irréfutable. La question est : Quelles sont les réelles motivations de chacun. Les uns sont ouvertement contre car H’mimed ne travaille pas pour leur clan, d’autres parceque il travaille justement pour l’autre clan, d’autres encore pour n’avoir rien fait pour leur clan (qui n’en est pas un) enfin il y a ceux qui le détestent parceque simplement c’est la tendance, un souffre douleur. Ceci dit, personne, où peu se pose la question sur qui tire réellement les ficelles. H’mimed n’est qu’un exécutant des sales besognes qu’il semble apprécier, on dirait une espèce de sado mazo, aïe.

    13
    2
    algerian
    6 octobre 2018 - 21 h 20 min

    Je ne comprends pas cette charge de A. Amara contre Ouyahia, qui, en cette période ou tout le monde nage en plein brouillard, doit trouver ses raisons ailleurs que dans sa récente intervention…

    5
    9
    moiras
    6 octobre 2018 - 20 h 20 min

    Dégage, le peuple ne veut pas de toi ni de ton gouvernement, symbole de détresse et décadence sociale.

    18
    2
    Abdelkader
    6 octobre 2018 - 19 h 30 min

    C’est Marie Antoinette bis repetita, avec cette histoire de bouchers et de boulangers, lui le nanti n’ose pas parler de ces métiers nobles salis par des parvenus qui ont pignon sur rue avec les hautes sphères. Il dénigre ceux qui se sont soulevés en octobre 1988, quand bien même qu’ils aient été manipulés, ils se sont soulevés parce qu’il y avait de la hogra, la mal vie, ils se sont soulevés contre les passe-droit, le piston. L’Algérie a besoin de gens compétents, des personnes qui ont du talent pour gérer, à tous les postes. Beaucoup de nos responsables n’ont ni talent, ni probité, quand on voit le gaspillage de devises pour l’acquisition de véhicules à monter en CKD ( je dirais plutôt SKD déguisé) , on se demande où est l’état dans tout cela, et ceci n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

    24
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 19 h 17 min

    Cher tonton Ahmed il ne sert à rien de se donner des airs de premier de la classe quand on ne l’est pas , ni à se prendre pour un coq au milieu des poules quand on n’est pas coq et que les autres ne sont pas des poules. (dixit un sage Chinois d’une célèbre dynastie dont le nom m’échappe)

    21
    1
    Zen
    6 octobre 2018 - 18 h 38 min

    Hypocrite! C’est lui et le médecin guignol qui ont instruit respectivement leurs  » diputis » en catimini pour créer la zizanie et faire la pluie et le beau temps à l’APN,pour forcer S.Bouhadja à démissionner,quitte à mettre le pays en danger. Les intérêts bassement matériels c’est plus important pour eux.
    Ouille yaya ne se sent concerné ni de près ni de loin par les problèmes du peuple. Il y’a belle lurette qu’il est au garde à vous ailleurs, devant les copains pieds noirs bien nantis, et il baisse la tête à faire le chiatt,au lieu de la relever avec fierté et faire face aux défis pour relever le pays.
    Y’a 3adjaba,il s’est même laissé rabaissé par le roi des pauvres!
    Rouh ya zmane, rouh,du jamais vu! Abane Ramdane,Krim Belkacem,Boudiaf et tous les artisans de la révolution algérienne doivent se retourner dans leurs tombes. Lui c’est l’artisan de la khalouta dans le bled, grâce à son usage excessif de la planche à billets,et aux privatisations de la honte. Il attend d’être primé du Prix Nobel de la langue de bois et de l’arrogance. Son ennemi numéro 1:la presse et les journalistes. Le petit peuple?Il s’en lave les mains,et il piétine ses droits comme on piétine une carpette.

    46
    1
    Anonyme2
    6 octobre 2018 - 18 h 19 min

    Ceux qui vous ont précédé ont a vu comment ils ont fait.
    Ils font semblant de travailler et se surveillent du coin de l’œil, chacun d’eux à des visées EL KOURSI.
    C’est devenu l’obsession de tous.
    L’ancien ministre des moudjahidine, avait demandé la repentance du temps de Sarkozy, et il était si intransigeant et a bousculé certains politiciens français, que tout le monde pensait qu’il finirait bien par obtenir quelque chose.
    Peu de temps après on apprend que ce ministre est actuellement au Sud de la France à couler des jours heureux.
    Un autre Saidani, avait agit de même mais en s’y prenant autrement il avait proposé à ce que l’Algérie ait des contacts avec les israéliens, peu de temps après de même Saidani, est en France dans un appartement qui se trouve dans le même quartier là ou habite Sarkozy et d’autres juifs de France.
    On ne parle pas des autres ministres qui font semblant de travailler puis partent en France ou dans un autre pays européen pour récupérer leurs biens, argent ou appartements.
    On voit que tous vous travaillez, mais uniquement pour vos intérêts. Car si réellement vous faisiez votre travail, depuis longtemps on aurait vu ces marchés de gros et de proximité dont vous ne cessez de parler depuis plus de 10 ans. On aurait vu cette flambée de fruits et légumes s’estomper une fois pour toutes. On aurait vu moins de saleté dans les rues que l’administration s’organise pour ce faire, selon un des leurs, il disait que ce sont les citoyens qui sont sales, c’est donc aux citoyens de ramasser les ordures c’est aux citoyens de ramener les camions pour ce travail ya Abbas.
    Un mépris total pour les citoyens et pour la chose publique.
    Il y a des bandes de voleurs qui s’attaquent et pillent les appartements dans certains quartiers d’Alger, tous les jours des vols tous les jours des plaintes et aucune suite aucun résultat. Ici aussi c’est aux citoyens d’aller enquêter et arrêter le ou les voleurs.

    20
    2
    djazoul
    6 octobre 2018 - 18 h 13 min

    égal à lui même haineux arrogant des réponses évasives et se souciant de tout et de rien.je ne savais pas selon Ouyayia que la démocratie se mesure aux nombres de partis et de journaux publiés.je pensais que la démocratie etait une vision de société de relations entre institutions de transparence de justice d’équité de droit.d’expression de libertés d’égalité des chances .la vitrine de la démocratie ce n’est pas des partis représenté par des dictateurs déguisés et bahamou de karama et de sahli.
    arrêtons le massacre.au final il a encore coulé et enfoncé Bouhadja 1- la présidence n’ a rien à voir faisant croire que l’ exécutif ne s’immisce pas dans le legislatif quel mensonge? 100 dipités ont signé la motion 3- pour conseiller au valeureux Moudjahid de démissionner .quelle misère pathétique ce jeu de « oui mais » .le jour où tous les algériens auront la chance de venir des milliardaires comme Haddad benamor DJEMai et Tliba et la progéniture des apparatchiks qui pilote l’ économie et le jour où un algérien sera payé au m^me titre que le turc le chinois et le cadre que l’ expat ce jour l les algériens travaillerons.pour le moment ils ne sont pas esclave des prédateurs et vorace qui pillent l’ économie.

    26
    2
    ZORO
    6 octobre 2018 - 17 h 52 min

    Les descendants de GHOUL diront qu ouyahia etait arabe marocain ,voisin de khalil et disciple de Benbella .
    Signe ZORO. …Z….

    9
    6
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 16 h 30 min

    Mon rêve que le président de la république d’un coup de revers, renvoyer tout le monde chez lui, ce n’est pas des bosseurs, ils ne sert à rien dans dans tout ses institutions, autant les envoyer faire la grasse matinée, ils perturbent la circulation, ils siphonnent le trésor public et on aura la paix tant recherchée.

    17
    4
      anonyme II
      7 octobre 2018 - 0 h 29 min

      C’est le reve des impuissants

      3
      1
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 16 h 10 min

    OUYAHIA A EU LA SAGE DÉCISION DE RESTER AU DESSUS DE LA MÊLÉ ce qu il fait qui a réussi a susciter mon respect

    5
    50
      Anonyme
      6 octobre 2018 - 18 h 19 min

      Tu prends les gens pour des idiots.
      Ouyahia n’est pas neutre. Le RND est mouillé dans cette affaire de l’APN.
      Ouyahia a bien demandé à Bouhadja de partir, mais d’une façon diplomatique.

      21
      3
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 15 h 58 min

    H’mimed toujours égal à lui même, arrogant, suffisant, mais sans cesse allégeant et constamment dans l’impérieux besoin de se faire cornaquer , jamais il ne changera,

    21
    3
    Aile brisée
    6 octobre 2018 - 15 h 53 min

    Juste pour dire Merci Ait Amara toujours égal à lui même, un journaliste patriote, intègre qui nous élucidé de bien des magouilles
    Quand à « El abd edhaif » on vous assez vu, vous n’avez aucune crédibilité, vous êtes complement effacé
    « BIEN LE COUCOU A HADDAD ET COMPAGNIE »

    14
    4
    Le roi est nu
    6 octobre 2018 - 15 h 51 min

    Changer de peuple, si ce dernier se derobe de son devoir d’ obeissance au regime.  » Les mosquees pleines » sont le fruit de votre choix. Les ecoles/mosquees servent votre permanence malgre’ les urnes(6% seulement votent)! Ailleurs on demissionne pour moins, la republiquette arabe fait rebelot….

    18
    4
    Rascasse
    6 octobre 2018 - 15 h 34 min

    Ces gens méprisent le peuple, malheureusement une partie du peuple fait d’eux des gouvernants, l’affaire el Bouchi concerne l’Algérie et le peuple, qu’il soit innocent ou coupable, l’affaire el Bouchi ne concerne pas ouyahia parceque tous ce qui le concerne c’est le pouvoir , ouyahia ne représente pas le peuple, ça il le sait , ouyahia a choisit depuis longtemps de vivre seulement comme passager sur cette terre et de profiter de ses largesses, ouyahia a trancher sur l’essence de son existence c’est celle de la poubelle de l’histoire

    24
    2
    lhadi
    6 octobre 2018 - 15 h 32 min

    Au lieu de toucher les gens par le coeur mais aussi par la sincérité des propos, le premier… des ministres s’égare dans les dédales et les méandres de la politique politicienne qui cachent les luttes de pouvoirs internes.

    Son rôle n’est pas de faire de la chronique mais d’ouvrir la page blanche de la dimension sociale pour établir un bouclier social qui permettra de construire l’alternative à l’inertie d’un système méprisant.

    Son devoir est de redonner l’espoir au peuple d’Algérie et l’arracher au scepticisme, à l’angoisse, au dégoût que lui inspire un système qui n’a plus rien de beau, ni de grand à lui offrir.

    Le peuple algérien est toujours prêt à entendre le langage du sacrifice et de la patience, pour peu qu’il reste un langage d’espérance.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    13
    2
      Gatt M'digouti
      6 octobre 2018 - 15 h 53 min

      Il a eu un aperçu de l’amour que lui lui porte le peuple lors d’une certaine finale de football au stade du 5 juillet qui est et qui reste un tribunal populaire !

      24
      2
    LOUCIF
    6 octobre 2018 - 15 h 25 min

    Ce ..Ouyahia rusé mais … a dit lors de cette dernière interview à propos de l’affaire Bouhadja :  » la Présidence n’y est pour rien et ne peut pas s’immiscer dans les affaires internes à l’Assemblée du fait que la Constitution ait clairement énoncé la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. »

    Tiens, tiens depuis quand le pouvoir algérien se préoccupe de la séparation des pouvoirs ??? Moi je suis persuadé que si affaire ne profitait pas au pouvoir algérien et à la Présidence, dans l’heure qui avait suivi l’affaire tout serait réglé par injonction d ‘en haut comme d’habitude ! Moi je soupçonne que cela a été provoqué par le pouvoir pour mettre à mal l’APN et pour qu’une décision de dissolution soit justifier ! Si dissolution il y a , il faudra organiser des élections législatives et l’élection présidentielle sera donc reportée de fait ! C’est que cherche le pouvoir, à savoir reculer l’échéance de la présidentielle car il ne semble pas encore trouvé une solution sûre pour l’après Bonaparte Bouteflika ! Plus on recule l’échéance , mieux c’est ! Voilà, c’est mon avis !

    13
    2
      Anonyme
      6 octobre 2018 - 21 h 14 min

      Salut loucif. Je crois que tu te trompes ,ouyahia avoue que la présidence ne s’immisce pas . Or ould Abbas prétend que c la présidence qui lui a demandé,et bouhadja dément et dit qu’il n’a reçu aucun signe de cette présidence! Ça démontre qu’il a 2 clans qui ont chacun un candidat à l’élection et ils s’entredéchirent pour imposer chacun le sien. Bouhadja défie les députés : » chiche provoquez la dissolution,yaura nouvelles élections et on verra qui d’entre nous sera réélu »! C soit disant députés vont se coucher de peur de perdre leurs priviléges révoltants.

    Algérienne-DZ
    6 octobre 2018 - 15 h 09 min

    Je résume le programme de Ouyahia:

    Vendre les entreprises d’ÉTAT ( publiques) à ses amis les privés ( Haddad et sa bande)
    Se battre pour le retour des Harkis ( ses partenaires dans le T’bazniss).
    Et aujourd’hui, il sort pour nous dire qu’il faut maintenir la chambre des trabendistes et de la Chakara pour l’intérêt de tous les pilleurs.

    20
    2
    Soldat Schweik
    6 octobre 2018 - 15 h 07 min

    Wetchou m’taless… un vrai harki du système..
    Son seul merite est d’avoir publiquement reconnu qu’il est l’homme des basses besognes et des coups bas, au moins il ne se trompe pas sur sa valeur reelle!!!

    37
    30
    Kaddour
    6 octobre 2018 - 15 h 03 min

    Q’ua t-il fait de bien pour notre pays si ce n’est qu’il a toujours été au service de de ses maîtres et encore des plus forts. Quand il recommande à la société d’éduquer ses enfants, et lui que réserve t-il dans son programme de gouvernement concernant ce cas précis ? Rien de tout cela. Alors, de grâce monsieur Ouyahia, votre démagogie a trop duré. Sincèrement, nous méritons mieux

    17
    2
    Tarass Boulba
    6 octobre 2018 - 14 h 59 min

    Moi je n’ai plus rien à dire sur cet individu à peau de crocodile et à sang reptilien ! Il est indécrottable, indéboulonnable, indécrassable !!! C’est un individu qui prétend avoir du caractère, de la personnalité. Mais il n’a rien de tout çà pour ceux qui le connaissent bien. Cet individu n’a d’existence politique d’en étant au service d’un autre, son maître à penser dont il peut baiser la main à la « marocaine » sans aucun souci. Il s’en fout de la dignité, de l’amour-propre, de l’honorabilité ! Même s’il se contredit çà ne le dérange nullement ! Même s’il est pris en flagrant délit de mensonge, çà ne le dérange nullement ! Il s’en contrefiche pourvu qu’il arrive à ses fins … vaille que vaille !

    28
    1
    Escoqueries
    6 octobre 2018 - 14 h 47 min

    Il vient de déclarer qu’il n’ y a aucun problème avec la France parce que son fils est associés avec des pieds noirs depuis des années.
    Comme d’autres associés avec des escrocs Marocains, Tunisiens, Palestiniens, Libanais, Jordaniens, Egyptiens etc.
    L’Algérie est entre les mains de traitres.
    Une O.S. s’impose comme en 1954.

    60
    1
    Gatt M'digouti
    6 octobre 2018 - 14 h 10 min

    Aujourd’hui AP nous bombarde avec des déclarations du Premier Ministre avec une telle cadence que nous nous voyons dispersés.
    Aussi je reprends dans un seul commentaire, mes réponses à ces déclarations.
    1 : «Ce qui se passe à l’APN n’a pas de sens»
    Et le boycott honteux, infâme et tbahilda de vos sénateurs à la session l’ouverture du sénat, venant soutenir un sénateur emprisonné pour corruption et pris en flagrant délit, a-t-il un sens à votre avis ?
    Pour rappel le montant de corruption s’élève à 5 millions de DA !
    2 : «Nous attendons de Bouhadja qu’il fasse prévaloir l’intérêt général»
    Tliba qui a recruté plus de 37 personnes à l’APN et qui garde encore 5 vehicules à son niveau et qui emploit de voyous au niveau du complexe El Hadjar, Djemai, Saidani le drebki, Belkhadem l’iranien, Mokri et Aribi le turkmène, Naima Salhi qui déclare être la plus grande chiyatta de l’Algérie, font prévaloir l’intérêt général ??
    Et cet intérêt général c’est pour qui ? Pour la pérennité des privilèges ou pour le bien être du peuple ?
    3 : «L’Assemblée populaire nationale ne sera pas dissoute»
    Vous parlez en tant que chef de parti ou comme premier ministre qui n’a pas la majorité ? Vous-même vous êtes une erreur au sein de ce gouvernement médiocre.
    Etes vous décideur pour en être sur ? est ce que cette APN et ce Sénat sont ils décideurs ?
    4 : «L’Algérie appliquera la réciprocité avec la France sur les visas»
    Uniquement sur le visa ? Pour quand la réciprocité au bras d’honneur de Gérard Languet fait à l’Algérie ? Aux sarcasmes de Sarko et de Hollande ?
    Vous nous foutez la honte !!!
    5 : «Bajolet veut porter atteinte aux relations entre l’Algérie et la France»
    Quelles relations ? Wech mel khir djana min franssa ? Les relations avec la France sioniste qui assiste le Maroc en toutes affaires, qui est contre la Palestine, qui bombarde la Syrie et qui veut impliquer notre glorieuse et valeureuse ANP dans les bourbiers du Sahel et de la Libye ? Mais normal, syndrome de Stockholm oblige !
    Barjolet n’a dit que la vérité et vous la connaissez tous !!!
    Le monde entier est au courant de la santé de notre président ( rabi ichaffih incha allah) mais vous le tenez en otage pour vos propres intérêts !
    VOUS NOUS FATIGUEZ !
    Et je termine par ceci, des millions d’Algeriens ont soutenu le FIS non par ferveur religieuse mais a cause de la HOGRA ! ya chari dala !

    18
    1
    faiza
    6 octobre 2018 - 14 h 06 min

    les bouchers et les boulangers qui se lèvent à 4h du matin pour pétrir le pain des algériens devraient faire une marche de contestation pour dénoncer son mépris.

    61
    1
    Djeha Dz.
    6 octobre 2018 - 14 h 05 min

    Il fait partie d’un système, obsolète mais toujours en fonction, loin des réalités du pays du peuple et du monde.
    Tout s’est transformé, a évolué dans un sens ou un autre, sauf cet individu, ses semblables et leur système désuet.
    Il n’a pas compris encore que lui et tous ses compères sont prisonniers de leur système diabolique, même la constitution qu’ils n’arrêtent pas de refaire et défaire, n’est jamais à la hauteur de leurs appétits démesurés et insensés. Ils sont atteints de cécité et de surdité, ils ne voient pas le navire qui chavire et n’entendent aucun son .
    Lui et ses semblables sont dans une autre sphère, dans une autre dimension, ce qui pour nous est un problème pour eux c’est des futilités, que voulez-vous que soit cette histoire de boucher, de cocaïne, de crise des institutions ? c’est des fantaisies de journalistes de fabulateurs, des manipulés par la main de l’étranger, enfin ce ne sont rien du tout, pas de cinéma SVP.
    Les journalistes peuvent toujours écrire, et les lecteurs commentés, les déclarations et attitudes abjects de dirigeants arrogants. Ça ne les inquiète pas.
    Quel culot !?

    12
    1
    moi
    6 octobre 2018 - 13 h 58 min

    Ouyahia soutient son partenaire Ould Abbes. Qui a dit qu’ils ne s’entendent pas. C’était juste du cinéma

    Il faut dissoudre l’APN et les corbeaux qui veulent se l’accaparer.

    14
    1
    Karim
    6 octobre 2018 - 13 h 55 min

    Mr Ait amara je suis tout ou oui avec le tableau que vous avez tracè sur ce cynique personnage,champion ta3 tbel3it qu’on veut faire passer pour un cadre hors paire .Il part et il revient dans les entrailles des Algeriens comme une maladie chronique difficile a eradiquer ,Aux decideurs d’avoir pitiè de nous pour qu’il s’eloigne à jamais de notre champ visuel ou politique precisement.

    13
    2
    Tredouane
    6 octobre 2018 - 13 h 52 min

    Passons à une autres étape ,l’Algérie mérite beaucoup mieux,les Algériens sont plus lucide que leurs représentants,il faut un énorme filtre.

    25
    2
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 13 h 45 min

    Avoir une personnalité constante est la condition ultime pour accéder au poste de premier ministre.
    Ce n’est pas le cas pour ouyaya.
    Insulter le peuple, c’est son seul programme.

    20
    5
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 13 h 38 min

    Quand on vit du pillage, on ne peut saisir l’importance du travail d’un boulanger qui travaille de sa sueur.

    62
    3
    nectar
    6 octobre 2018 - 13 h 33 min

    Ou…aïe…aïe, est un zombie du système et il le restera jusqu’à la fin de ses jours..Ne pas oublier aussi que la politique est l’art des flibustiers et des menteurs..Que peut-on attendre de ce genre de monsieur, à part faire dans l’autosatisfaction, en faisant prendre des vessies pour des lanternes……

    19
    2
    Tinhinane-DZ
    6 octobre 2018 - 13 h 32 min

    Le masque de Ouyahia est tombé le jours où il s’est rabaissé devant moumou-Hascisch, le roi des esclaves.

    Arrogant envers le peuple Algérien, mais tête rabaissée ailleurs.
    Qu’il parte. Incapable de défendre les intérêts du peuple.

    74
    4
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 13 h 28 min

    On veut un autre premier ministre. Il ya urgence.
    Le peuple n’a jamais voulu de ce Ouyahia, pourquoi lui avoir offert ce poste. Il ne le mérite pas. Aucune compétence.

    26
    7
      manman1954
      6 octobre 2018 - 14 h 00 min

      @Anonyme 6 octobre 2018 – 13 h 28 min
      Eh Marroqui ! Ahmed Ouyahya est plus compétent que l’ensemble des membres du gouvernement du Makhzen augmenté de ton maître Mohamed VI.

      49
      29
    Karamazov
    6 octobre 2018 - 13 h 15 min

    « Le cinéma, Ahmed Ouyahia en a justement parlé aussi, accusant les médias de faire dans la fiction hollywoodienne en inventant mille et un scénarii.  »

    En d’autres circonstances quand je vois comment il balaie d’un revers de main toutes les questions qui ne font même pas mal pour signifier qu’il s’attendait à des questions plus taclantes ou que même il ne s’attendait à rien et qu’il n’est là que parce ‘il a un excédent de grains à donner aux moulins à vent que sont les jarnanistes , ce n’est pas sans admiration que j’ose un soupire d’impuissance: Soubhanek ya 3adhilm echène ay gue3ley anda seflène que je me dis tout émoustillonné par tant d’audace et détachement. Safidir ya yemma dik lkherdja , en derdja de chinou.

    Ya3ni ontarnous c’est le moins qu’on puisse lui faire dire à ce sujet. Il n’a pas tout à fait tort. Y’a qu’à voir comment on nous a baladés de supputage en supputage. Non seulement il y a eu des supputages 3ilm-el-yaqiniens mais aussi ceux qui savent qu’il ne savent pas tout en sachant en nous disant un max sur ce que ça pourrait être. et sur ce que ça n’est pas.

    Wollah loukane j’avais ses moyens wollah que je serais tenté d’être aussi condescendant.

    6
    1
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 13 h 10 min

    DÉGAGE.

    20
    19
    DYHIA-DZ
    6 octobre 2018 - 13 h 09 min

    Personnellement je découvre que je me suis trompée, Ouyahia ce n’est pas Ouyahia que l’on croyait être.
    Il faut se rendre à l’évidence, Ouyahia n’a rien à donner à l’Algérie.
    Ouyahia manque de visions et de stratégie socio-économique, alors il comble ce vide par son arrogance sans valeur ajoutée.
    L’arrogance est l’arme de ceux qui n’ont rien à proposer.
    D,ailleurs les deux positions qu’il occupe est une insulte au peuple. Il parle comme étant premier ministre et président du RND…Une vraie khalouta. Aucune crédibilité, du n’importe quoi.

    32
    5
    MELLO
    6 octobre 2018 - 13 h 06 min

    Mr Ait Amara, j’adhère pleinement à votre position ,en ne peu plus claire, sur ce personnage qu’on a mis à la tête d’un gouvernement d’une République bannaniere . Son arrogance, son sens de l’énigme ne mérite pas de se déplacer dans une conférence de presse où rien n’est dit, ou plutôt tout et son contraire. Dorénavant, les journalistes ne doivent pas se déplacer ni accorder de l’importance à un personnage « personnifiant  » à merveille ce pouvoir. Les coulisses de l’État sont trop obscures pour pouvoir tenter de savoir ce qui se trame. Les questions relatives à l’affaire du Boucher, à l’affaire des mises à l’écart de hauts responsables, à l’affaire du président de l’APN ou encore à l’affaire du 5e mandat ne concernent pas le peuple . Ouyahia nous dit clairement que tout ce qui se joue en haut ne vous concerne pas, alors inutile de chercher à comprendre. Qui pourra nous dire comment une toile d’araignée est tissée par cete dernière ?

    22
    5
    Kahina-DZ
    6 octobre 2018 - 13 h 01 min

    Un comportement irresponsable de la part de Ouyahia.
    Comme d’habitude ses réponses sont juste des humiliations aux question se rapportant à la situation amère de l’Algérie.
    Il n’est pas l’homme qu’il faut comme premier ministre ou pour 2019. En Algérien on dit  » champion fi TBAL3IT  ».
    L’Algérie a besoin des hommes avec un QI plus élevé que ces charlots qui rodent autour du Kourssi.
    Il est temps de chercher un remplaçant pour Ouyahia.

    41
    3
    Slam
    6 octobre 2018 - 13 h 00 min

    Vous espérez quoi de cet apparatchik élevé aux frais de l’Etat ? Il n’a jamais travaillé de sa vie pour se rabaisser au niveau des boulangers et des bouchers. Toute sa vie et celle de sa smala est prise en charge aux frais de la République. Biberonné à la Rente. Echitta est son seul outil de production.

    34
    3
      Abou Stroff
      7 octobre 2018 - 14 h 44 min

      pendant que ses « collègues » comptaient le nombre de scorpions au mètres carré à aïn m’guel et ailleurs, h’mimed passait son service national à la présidence avec boumediène.
      ceci pous dire que h’mimed est né sous une bonne étoile.
      remarquez que si, par un curieux hasard, je pouvais m’approprier la villa qui servaient d’ambassade à un pays aujourd’hui disparu, je ne m’abaisserai jamais à commenter des futilités du genre la qualité de la « coke » que sniffe les fils et les filles de parvenus algériens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.