Le mouvement Mouwatana appelle Bouteflika à «quitter le pouvoir sans tarder»

Mouwatana
Les membres fondateurs du mouvement Mouwatana. D. R.

Par Hani Abdi La porte-parole du mouvement Mouwatana appelle le président Bouteflika et son entourage à quitter rapidement le pouvoir afin de permettre un changement politique sans violence ni déstabilisation.

Intervenant aujourd’hui en conférence de presse, la porte-parole du mouvement Mouwatana explique ainsi la démarche de ce mouvement politique qui ne voit aucune autre issue à «la crise acerbe qui secoue le pays en dehors du départ sans tarder de Bouteflika et de tous ceux qui gouvernent avec lui».

La clé de voûte à la crise passe donc selon Zoubida Assoul et le mouvement Mouwatana par le retrait du président Bouteflika de la présidence. Zoubida Assoul, qui fait état de la résolution politique du mouvement Mouwatana, affirme que le président Bouteflika ne gouverne plus, et ce, depuis son AVC de 2013. Elle considère que l’Algérie vit dans une situation de vacances de pouvoir tout au long du quatrième mandat.

Cette situation est très préjudiciable pour le pays et dangereuse pour sa stabilité et sa sécurité, estime la porte-parole du mouvement Mouwatana. «Le président Bouteflika est sur le point de gagner son pari de rester au pouvoir jusqu’à la mort, quitte à sacrifier l’Algérie», dénonce-t-elle, qualifiant cette attitude de «haute trahison» pour le pays.

La porte-parole du mouvement Mouwatana assure que le maintien de Bouteflika au pouvoir aura un coût des plus élevés et qu’il provoquera des dégâts incommensurables dans le pays, à tout point de vue. «Le changement n’est pas seulement une nécessité mais une exigence inévitable», assène-t-elle.

Pour le mouvement Mouwatana, le meilleur scénario espéré pour le pays est que «toutes les forces politiques qui activent arrivent à provoquer un changement politique à la faveur de la prochaine présidentielle de 2019 ». Le mouvement Mouwatana réitère son opposition totale au cinquième mandat et à toute autre forme de prolongement du système actuelle. Il demande la tenue d’élections sous observation des instances internationales.

Le mouvement Mouwatana veut également doter le pays d’une Constitution qui instituera un régime semi présidentiel en Algérie. Ce mouvement affirme qu’il ne reculera devant rien et que l’interdiction de sa conférence débat sur la citoyenneté qu’il devait tenir aujourd’hui ne va pas refroidir les ardeurs de ses adhérents et ses militants «plus que jamais engagés».

H. A.

Comment (61)

    anonyme
    16 octobre 2018 - 9 h 37 min

    Le mouvement Mouwatana appelle Bouteflika à «quitter le pouvoir sans tarder»

    Bouteflika n’est plus au pouvoir depuis fort longtemps, cherchez ailleurs

    Anonyme
    16 octobre 2018 - 7 h 14 min

    Elle parle au nom de qui ? et je ne l’autorise pas à me représenter…vous avez la liberté de causer dans le vide et bien, causez…. par ce que, dans un autre pays arabe , cette liberté n’existe pas…

    MEHSIS
    15 octobre 2018 - 20 h 53 min

    « Le mouvement Mouwatana » de vrais femmes et hommes, d’authentiques algériens

    3
    1
    Rayés Al Bahriya
    15 octobre 2018 - 8 h 02 min

    Même malade, il travail…
    Cette classe politicienne , bras cassés, langues bifurchees… .
    Écoutons ça, une vraie leçon de morale politic et
    De travail acharne!

    2
    7
    anonyme
    15 octobre 2018 - 0 h 20 min

    Bouteflika n’est plus au pouvoir et vous le saviez tres bien
    Il faut plutôt le demander à Ali el goudronne et autres parvenus
    Ils pillent le pays au nom de Bouteflika

    10
    5
    Rabah
    14 octobre 2018 - 19 h 41 min

    Il est effrayant de constater sur ce forum combien les algeriens sont inconscients de la situation du pays et des risquent qui le menacent
    Certains trouvent le moyen de faire du pedantisme alors que d’autres sont dans le noir complet parlant a tors et a travers
    Ils ne voient pas que cinquieme mandat amenera leur ruine et leur perte
    Il se peut que des agents du systeme soient infiltres pour ajouter a la desoriebtation des gens
    Alors que des gens reagissent courageuseument dans le but d’ouvrir les yeux aux autres et d’entrainer plus de forces dans cette contestation du 5me mandat les plus naifs sont la inactifs les bras croises et observant le « match »

    12
    3
      Kouder Belala
      15 octobre 2018 - 13 h 51 min

      Ya Si RABAH ne te fâche pas ( J’estime que tu n’a pas compris) et la 5éme colonne l’as tu oubliés ??? elle existe pourtant et malheureusement avec nos BARBOUZES qui interviennent dans ce forum???

      Abou Langi el KeDaSi
      15 octobre 2018 - 17 h 25 min

      Koum on dit chinou:  » a3eqa netcheth a3ed aqarni3″ , Jissipas kouma tradwizi en arabe : Mi safidir apipri on a mangé la pomme on va pas avoir peur des pépins kamim ! Quatre mandats sont passés tant bien que mal, elbegra mazelha tehleb lhemdoullah, le pétrole caracole aux sommets, la planche à billets 3la didenha, et vous nous faites peur avec le  » sinkyeme mandat?

    K. DZ
    14 octobre 2018 - 17 h 16 min

    Je presume qu’ils ont déjà commandé un long Koursi pour qu’ils s’y assoient tous pour nous gouverner avec un autre non-programme. Vous avez vu leurs tranches, des psychopathes en puissance.

    13
    9
      La Viriti
      14 octobre 2018 - 20 h 16 min

      Va nettoyer la wilaya 13 et 31 de son infection de marocains dans tous les rouages…Après tu viendras critiquer des algériens

      8
      6
    Karamazov
    14 octobre 2018 - 16 h 59 min

    Il y aurait donc ceux qui ont compris dès la naissance ceux qui ont anticipé la révélation, comme ces rois mages , et qui ont été à la rencontre du Messie. Et nous autres les contempteurs : elladhina youkadhibou bi eddini. Vous savez ce qui arriva aux grenouilles qui demandaient un roi ? C’est ce qui arrive aux peuples qui attendent Godot, un sauveur ou le Mahdi.

    Après, tout ce qui vient dans le filet c’est du poisson, forcément.
    Je veux bien que ceux qui étaient las d’attendre yadkhoulouna fi sabilihi afwadjène ma3za oula ghourab ou la bellaridj. Je compatis !

    Mais moua y’en a pas avoir attendu. Je n’attendais pas de sauveur a Sidi.
    Hadek houa essouq techri bessif oula tmout beldjou3 , on me dit.

    Iben non je suis dans une autre dimension et dans une autre alternative ,Mouwatana est le cadet de mes soucis !

    6
    4
    Souk-Ahras
    14 octobre 2018 - 16 h 14 min

    Il faut veiller à bien séparer l’acte citoyen (Mouwatana) de l’acte partisan (Ould Abbes et consorts).

    Le 5ème mandat tel qu’il est planifié sous-tend la reconduction des us et coutumes précédents sous la direction d’une même caste communément appelée Système. Il est le seul et unique frein à une avancée réelle en direction de l’état de DROIT tant souhaité par une grande majorité d’entre-nous.
    Actuellement, l’État en tant que tel est inexistant. L’institution Armée mise à part, aucune autre ne fonctionne dans la légalité, le droit et la transparence. Tout est vacant, laissé à l’appréciation du responsable local soumis à allégeance. Tout contrôle tout, et rien ne contrôle rien. L’informel, le trabendo, la débrouille, l’illégalité, sont les conséquences directes de cette vacance institutionnelle.
    Ceci me fait dire que problème de société est un faux problème qui trouvera sa solution dans l’application stricte et pour tous, des lois de la république. Le contraire se produit aujourd’hui, il se reproduira au-to-ma-ti-que-ment « demain ». Chassez le naturel, il revient au galop.

    Beaucoup de nos concitoyens sont dans une attitude hésitante, velléitaire même pour certains, tout en pressentant, eux aussi, que notre système de gouvernance, fondé sur la violence et une avidité dangereuse, est à bout de souffle, fissuré de partout, acculé dans ses derniers retranchements, animé d’une tentation suicidaire qui porte la griffe du 5ème mandat. Bien noter que je ne dis pas « hélas », estimant que c’est un choix personnel que chacun assume de la façon qui lui convient.

    Mais alors, pourquoi l’individu « séparé » d’une réalité aussi criante qu’est la nôtre, regarde celui qui s’engage avec un mélange d’admiration, de jalousie allant jusqu’à la critique acerbe non justifiée ?
    Pourquoi alors dénigrer une démarche hautement citoyenne et la réduire à une simple fonction partisane ?
    De cet individu « séparé », Sartre en faisait un « salaud qui se paie d’excuses et tombe dans la mauvaise foi ». (P.S. c’est une figure subtile qui écarte toute intention d’insulter).

    L’engagement citoyen ne se prépare pas, il ne se dessine pas, il ne se décide pas. Il n’a ni odeur, ni couleur, ni étendard. C’est une réaction interne chimique intense et indéfinissable, sensible aux écarts méprisants de l’action humaine.
    Mouwatana incarne l’audace de proférer publiquement, quoi qu’il en coûe, ce que le citoyen estime vrai.
    S’engager au nom stricte de la vérité, dans un libre choix, quel qu’en soit le prix ! C’est ça Mouwatana, c’est ça la parrhésia.
    Je suis pour l’acte citoyen, je suis Mouwatana.

    8
    8
    Anonyme
    14 octobre 2018 - 15 h 55 min

    Bravo au mouvement MOUWATANA pour les leçons que vous nous donnez tous les jours malgré la répression.Tous les Algériens devraient être derrière vous pour sauver l’Algérie notre pays du naufrage programmé.

    18
    6
    TARZAN
    14 octobre 2018 - 14 h 50 min

    alors vive chakib khelil, pour que les hizb frenssa meurent de jalousie. et d’ailleurs il est grand temps de virer ouyahia et son gouvernement d’incompétents pour un gouvernement de khelil, qui est l’homme de l’action et compétence; déjà ce qui est certain c’est que le polisario aura son indépendance dans les 6 mois, l’administration trump est derrière lui et ce qui explique la haine, les attaques et la peur des franco marocains envers khelil et bouteflika

    9
    14
      Farida
      14 octobre 2018 - 17 h 10 min

      Chakib est maroco-americain. Il est ne a oudjda et a vecu PRESQUE toute sa vie entre les USA et le maroc. Alors Qu’a t il d’algerien STP ? La preuve: Ou est il et ou vit il maintenant ?
      Le pays est noyaute par Les francs macons monsieur !

      14
      6
        TARZAN
        15 octobre 2018 - 21 h 07 min

        farida la marocaine viceuse je ne suis pas un berger comme ta race, je ne suis pas un mouton, et khelil tout comme bouteflika ne sont pas marocains, et khelil n’a pas vécu longtemps au maroc comme tu le prétends par mensonge vicieux. je laisse les algériens apprécier tes écrits et découvrent par eux même que khelil vous dérange, pourquoi? parce que le sahara occidental sera libre et indépendant dans 6 mois avec lui. sache que je suis à des années lumière de toi en matière de patriotisme, et khelil est 100% algérien 100% anti marocain et 100% anti français. vous inondez la presse avec vos mensonges pour manipuler et induire en erreur les algériens, et j’espère que les supporter de l’usma et du mouloudia vont chanter une chanson pour le polisario, ça va vous calmer

        2
        1
      Dahmane
      14 octobre 2018 - 17 h 16 min

      Khelil ! Ca fait rire et on sent la frousse dans certains cercles. Il est ou ton khelil ? Aux USA ?

      7
      3
    Karamazov
    14 octobre 2018 - 12 h 47 min

    Ce qui est triste c’est que Mouwatana n’apporte rien de nouveau, rien de ce qu’il dit au fait n’a pas été tenté auparavant. Il ne fait que surfer sur nos amésies.

    J’ai l’impression qu’on nage dans la confusion entre expérience et habitude et qu’en se perd en conjectures sur les chemins de la pratique à la théorie et en retour de la théorie à la pratique.

    Non , et je suis ravi de ne pas être le seul à l’affirmer, le cinquième mandat n’est pas le problème. Non la solution ne passe pas par la voie, quoi que séduisante , ou justement parce qu’elle est séduisante, proposée par Mouwatana.

    Toute solution commence par la la réduction effective de la fragmentation de l’opposition. Je dis effective. C’est à dire par celui qui réussira à la réduire par n’importe quelle moyen et non par des vœux et des incantations à son sujet.

    Y’a t-il ans le champs politique un seul parti, ou organistion, à qui on pourrait confier la tâche de gouverner ce pays ?

    Et combien même cela serait-souhaitable, en sera-t-il vraiment capable dans ce foutoir qu’est de venu l’espace politique actuellement. L’existence m^me de Mouwatana est une preuve suffisante qui nous interdit tout espoir de ce coté-là.

    Aucune organisation politique n’est assez forte pour gouverner ce pays à cause de la saturation de l’espace politique par les opportunistes de tous bords et par des partillons qui ne se représentent qu’eux mêmes.

    Et là des appels du pied ont été fait sans s’avouer en tant que tels du coté de la muette.

    Une gestion militaire transitoire consentie. Vouala ma proposition.

    4
    13
      Farida
      14 octobre 2018 - 17 h 22 min

      « le 5ie mandat n’est pas le probleme ». Heureusement qu’ils se demasquent un par un car la frousse les a pris apres ould abbas. Vous etes des pro rente camouffles. Abou langi inclu. Votre role est d’infiltrer. Des KDS craches. Fakou.

      10
      4
        Abou Langi
        14 octobre 2018 - 17 h 41 min

        Je passe sur le qualificatif de KDS car la pudeur m’interdit de répondre sur ce fil. Ji kiti le piyi il y a maintenant plus près de sakanta , et je n’ai jamais reçu le moindre dinar du pouvwar

        Mais il me semble que ni Karamazov ni mwa n’avions dit que nous étions pour le cinquième mandat. Pour ma part je dis ce n’est pas là le problème . Nous avons un problème de société. Et il n’en sortira rien, cinquième mandat ou pas.

        Pour vous si Fakhamatouhou, renonçait c’est la fin de vos soucis, je ne vous interdit pas de le croire.

        Vous avez le bonjour d’Abou Langi.

        4
        6
      Samir
      15 octobre 2018 - 13 h 47 min

      « Aucune organisation politique n’est assez forte pour gouverner ce pays à cause de la saturation de l’espace politique par les opportunistes de tous bords et par des partillons qui ne se représentent qu’eux mêmes. » – LAseule solution est d’ éliminer tous ces opportuniste sans oublier leur source pouravoir un pays de droit. Il y a un commencement a tout.

    Souk-Ahras
    14 octobre 2018 - 10 h 15 min

    Intervenant CITOYEN bonjour,

    En juillet 1962, j’allais sur mes 14 ans. Des formulations sur le mode opératoire à suivre pour amorcer un changement de gouvernance, structurées comme la vôtre, ont été émises depuis cette date. Pléthoriques mais essentiellement théoriques car dans les faits, la situation n’a pas évolué d’un iota à ce jour.
    Pourquoi je dis théoriques ?
    On peut définir la théorie comme le produit d’une activité de l’esprit, d’une spéculation abstraite et désintéressée. Il va sans dire que cette théorie s’oppose alors à la pratique. C’est le domaine de l’empirisme.
    Comparativement, une théorie scientifique est un système de lois, fondé sur des hypothèses, qui rend intelligible le monde des phénomènes. Et c’est justement ici qu’entre en jeu la notion d’expérimentation. C’est le domaine du rationalisme.
    Votre discours confronte ces deux domaines qui en fait, loin d’être opposables, s’informent mutuellement.
    Or, à la lecture de votre commentaire, et donc selon vous, c’est la théorie qui doit précéder l’expérience. Mais, n’est-ce-pas que l’expérience, ou expérimentation, ou en somme, tout ce qui est à observer, se doit d’abord d’être rationnellement construit, bâti, mis sur pieds ?
    Vous nous proposez tout simplement de pousser, jusqu’à la station service prochaine, pour réparations diverses et multiples, un véhicule usagé, dont le moteur a coulé. C’est aussi la demande officielle du système et de ses représentants, tous ses représentants.
    Est-ce sensé ?

    L’expérimentation, cher CITOYEN ! rien de tel pour pouvoir affirmer si ça marche ou pas.

    Amicalement en toute sympathie.

    3
    2
    Nour
    14 octobre 2018 - 9 h 49 min

    Moi personnellement je trouve que cette femme a beaucoup de courage et de bon sens qui manquent a beaucoup d’entre-nous.Que ceux qui ne sont pas d’accord expriment leur point de vue avec respect et non aux insultes qui ne font que rabaisser ceux qui les prononcent sous le couvert de l’anonymat. Bravo une fois encore a Mme Assoul et si le vote serait libre, je crois qu’elle drainerait pas mal de gens qui reflechissent reellement au sort de ce pays un joyau aux mains d’incompetents !

    19
    5
      CYTOYEN
      14 octobre 2018 - 14 h 14 min

      A Souk-Ahras
      Merci d’avoir accordé de l’interet pour mon commentaire je viens seulement vous préciser que mon résonnement découle du principe que rien ne se perd , rien ne se crée et que tout se transforme comme disait Lavoisier et que l’évolution est une accumulation des connaissances vérifiées après expérimentation je vous le concède .Mais cette expérimentation fait suite à l’observation ,théorisation pour que vienne, in fine,l’ expérimentation pour confronté la réalité à la théorie ceci étant le principe scientifique établit
      trés amicalement aussi .

        Nour
        14 octobre 2018 - 15 h 22 min

        Desole CYTOYEN, la politique n’etant pas une science experimentale, je ne peux suivre ton raisonnement et le lui appliquer.

        3
        2
      CITOYEN
      14 octobre 2018 - 17 h 23 min

      A Souk Ahras
      Merci d’avoir accordé de l’interet pour mon commentaire je viens seulement vous préciser que mon résonnement découle du principe que rien ne se perd , rien ne se crée et que tout se transforme comme disait Lavoisier et que l’évolution est une accumulation des connaissances vérifiées après expérimentation je vous le concède .Mais cette expérimentation fait suite à l’observation ,théorisation pour que vienne, in fine,l’ expérimentation pour confronté la réalité à la théorie ceci étant le principe scientifique établit
      trés amicalement aussi .

    Anonyme
    13 octobre 2018 - 23 h 17 min

    tout ce qu’ils attendent de Bouteflika c est la signature du budget annuel après c est le royaume des affairistes des corrompus et des escrocs

    8
    3
    Kouder Belala
    13 octobre 2018 - 21 h 56 min

    A lire les différentes interventions dans ce forum y a de quoi se demandé et se posé des questions? : Pour qui roulent tous ces gens qui prennent position contre la participation de ce mouvement à s’exprimé et qui pourrait utile et à aidés à éclairé des idées venant d’opposants; peut être qu’ils ont un programme qui mérite D’Être étudier/Ecouter ??? Moralité, la majorité opte contre et donc fervent pour la DICTATURE ??? Que cela soit ainsi. Donc!!!Mais faites attention au fusible ou au couvercle de la cocotte en ébullition pour qu’il ne saute pas!!!

    21
    23
      Tredouane
      13 octobre 2018 - 23 h 26 min

      Chacun de nous donne son avis,les avis son fondé sur l’analyse et nous nous surpassons peut être ,mais en aucun cas nous souhaitons une dictature ou ébullition,il y a certainement une autre solution qui conviendrais a notre spécificité qui es nous sommes une Nation dont l’acte de naissances viens tout droit d’une glorieuse Révolution, Fraternellement.

      26
      1
    CITOYEN
    13 octobre 2018 - 21 h 17 min

    Pourquoi je ne peux pas être solidaire MOUATANA
    Il est en effet dans le droit de tout citoyen de non seulement critiquer l’action du président mai en plus de porter un jugement positif ou négatif sur son bilan. iI est souhaité que tout jugement soit exprimé suite à l’élaboration s’une synthèse avec la meilleure des objectivités possibles tout en se gardant de croire détenir la vérité absolue, devoir de circonspection oblige.
    Ceux qui se focalisent avant terme sur le cinquième mandat ,aurais dus avant toute exclamation donner une vraie perspective pour l’édification d’un système politique qui puisse d’une part libérer les énergies au sein du peuple et d’autre part permettre les synergies nécessaires afin d’engager la marche vers un mieux être général . Se focaliser sur l’élection présidentielle avec comme seul credo le départ du président c’est ; de mon point de vue; ne servira qu’a pérenniser le même système qu’ils s’égosillent à décrier avec le risque de basculer dans l’inconnu. Avec tout le respect que je dois à ces concitoyens dont certains sont vraiment impressionnants par leur savoir qui pourrait les élever au rang de personnalités éclairantes de la nation , je pense qu’il gaspillent de l’énergie qu’il serait mieux utile de consacrer à éclairer le peuple pour donner âme à des convergences qui pourraient concourir à l’émergence d’un un idéal national qui ne peut être bâti qu’en s’imprégnant de l’esprit bâtisseur , c’est dire conscience , patience et persévérance . .
    Ressasser les vieux discours d’opposition ne fait en fait que détourner le peuple des vrais défis et accentuer l’émiettement patent du tissu social .Il est temps que les Algériens tirent les leçon de plus d’un demi siècle de la vie de la nation.
    En effet depuis l’indépendance le discours rébarbatif du pouvoir et de l’opposition s’attaquant mutuellement sans proposer un véritable contrat national n’a en fait réussit qu’a les discréditer auprès du peuple avec toutes les fragilités internes et externe induites ; sans voir émerger l’amorce d’un idéal nationale .Pire encore le désespoir a envahit le terrain .Les exemples sont légion.
    Le devoir à mon sens c’est de ressouder la nation avec l’engagement responsable de tous. Là nous sommes interpellés par le devoir Celui d’invoquer avec la méthode qui sied. Cette lucidité qui nous apprend que se focaliser sur le cinquième mandat est contre productif comme cela a été le cas pour la stigmatisation du quatrième qui n’ont produit en bout de course que la possibilité d’ un cinquième mandat avec ou sans BOUTEFLIKA et ce malgré lui.
    Le peuple n’a besoin ni du chant des sirènes ni des oraisons funèbres, il a juste besoin de justice qui malheureusement est chancelante et pas seulement par la faute du pouvoir il faut l’admettre. Mais il est vrai que c’est un long et laborieux débat en soit.

    35
    16
      Tredouane
      13 octobre 2018 - 23 h 18 min

      De citoyen à citoyen,tout ce que vous dite est si objectif, réaliste et honnête,à mon humble avis il nous faut un homme pour accomplir cette mission,un chef,pour donner et/ou redonner confiance et cette Homme ne peut être que le Chef D’État,les Institutions doivent accomplir leurs missions sans interférences.Fraternellement.

      11
      4
        Tredouane
        14 octobre 2018 - 19 h 00 min

        je me suis rendu compte que la confusion,j’ai dit « cette Homme ne peut être que le chef D’État » et non pas chef D’État actuel,prenez moi au mots.à l’heure je n’est aucune position concernant les Présidentiels.

    Tredouane
    13 octobre 2018 - 20 h 58 min

    Personnellement ,et je l’avais dit,j’ai énormément d’estime pour Mme Assoul et Mr Benbitour ,de part leurs positions Nationalistes,je les invites à y aller doucement ,les élections ne sont pas vraiment une solutions,c est mon avis de citoyens.

    18
    5
    Ch'ha
    13 octobre 2018 - 20 h 31 min

    Causes toujours tu m’intéresses !
    Que ces terroristes de mouwatana retournent auprès de leurs maîtres à Londres Paris …
    Ils brassent de l’air.
    « Je ne suis PAS mouwatana ».

    43
    38
      Anonyme
      14 octobre 2018 - 10 h 41 min

      Tu es quoi alors?…donne des solutions au moins!!!!
      A moins que tu ne sois un cacique bien nourri du pouvoir actuel?

      14
      4
      Hamid
      14 octobre 2018 - 17 h 12 min

      Tu es seule. Prepare tes valises.

      2
      1
    G. Aziz
    13 octobre 2018 - 20 h 23 min

    Le mouvement Mouwatana est tout à fait conscient du risque qu’il vient de prendre en appelant un chat un chat. Tout le peuple algérien devrait être contre ce cinquième mandat et soutenir ainsi Mouwatana dans cette revendication légitime. Le président Abdelaziz Bouteflika est bien malade depuis son AVC en 2013. Il ne gouverne pas. Il ne contrôle rien parce qu’il n’est au courant de rien. Sinon comment expliquer le fait qu’il ne réagisse pas à ce qui se passe au niveau de l’APN par exemple ? Pourquoi avons-nous peur de dire la vérité et de dénoncer le mensonge ? Mouwatana a eu le courage de dire cela. Que ceux qui en sont convaincus le soutiennent et le suivent sur cette voie, la voie de la sagesse qui permettrait au pays de devenir un pays NORMAL comme diraient nos jeunes.

    32
    17
      lhadi
      14 octobre 2018 - 0 h 11 min

      Mon cher docteur,

      La ruse de Satan, celle qui consiste à faire croire qu’il n’existe pas, est la marque de fabrique du florentin d’Alger qui, comme Louis XIV, considère « l’Etat c’est moi ! » ou comme le rapporta Léon Trotsky dans la bouche de Staline : « la société, c’est moi !  » et cela au mépris de la loi fondamentale de la république.

      Il faut stigmatiser le président du conseil constitutionnel afin de le faire sortir de sa tanière dans laquelle il s’est assoupi d’un sommeil hiémal.

      C’est le tendon d’Achille de ce Président qui, la main sur le coran, prêta sermon de respecter à la lettre la constitution de la république algérienne semi présidentielle bi camériste.

      5
      1
      lhadi
      14 octobre 2018 - 6 h 49 min

      Mon cher docteur,

      Je vais être clair avec vous.

      J’ai le sentiment que ce que disent les autres n’intéressent pas les responsables du mouvement Mouwatana, car la seule chose qui compte pour eux, c’est ce dont ils sont convaincus.

      Grossière erreur !!!

      L’expérience m’a appris que Parler est un besoin, mais écouter est un art que tout le monde ne maitrise pas.

      j’invite les responsables de ce mouvement à réfléchir à cela.

      6
      1
      Karamazov
      14 octobre 2018 - 12 h 11 min

      Simplifiée ainsi, l’équation nous réduit à un simple choix binaire d’une désespérante banalité. Si ceux du cinquième mandat ont tort tous ceux qui sont contre ont raison. Et comme ils sont kamikazes cela ajoute à leur crédibilité. Ça tombe sous le sens et ça interdit toute perplexité.

      Iben moua, sans chercher à décourager les initiatives d’où qu’elle viennent je suis désespéré par cette confortable proximité alors que mes trois derniers pauvres neurones sont écartelés dans une profuse polarité.

      Oui je suis contre le quatrième mandat et je soutiens la Mouwatana dans sa démarche en ce sens. Mais une fois dit cela j’ai kamim un problème de conscience : c’est que je suis dans mon for intérieur que celle-ci est vaine et à la limite complètement inutile.

      Je me splik :

      La démarche de Mouwatana est élitiste est complètement déconnectée de la réalité sociale , elle ne prends en compte qu’un aspect de la configuration : C’est à dire les mandats révolving de l’actuel président en éludant la société.

      En clair le fait que Mouwatana ait raison contre le pouvoir d’une part ne suffit pas et d’autre part n’implique pas qu’elle est totalement raison pou qu’elle ait raison sur tous les points, quoi que me concernant je suis prêt à lui passer ce point là.

      Cependant, comme nous pouvons le remarquer ici tout le monde n’est pas d »accord avec ce mouvement qui n’est qu’un mouvement parmi la multitude d’autres qui lui font concurrence sur ce sujet ( élections).

      Or le problème vient justement de la fragmentation de l’espace politique occupé par l’opposition. En s’ajoutant à cet espace il ne fait qu’exacerber cette fragmentation.

      Ce que fait Mouwatana en focalisant sur ce cinquième mandat fausse la problématique et la lecture de la situation car il ne tient pas compte du mur « de  Planck » qu’est la société .

      Il aurait pu s’opposer de Mars ou de Saturne que ça n’aurait rien changé.

    mouatène
    13 octobre 2018 - 17 h 54 min

    ya kh’ssara ! cette dame ne devrait pas etre là ou elle se trouve. sa place est plus haut. plus important !!! elle mérite plus que ça !!! et elle a choisi plus bas. est elle consciente ? je me demande comment qu’il vit el-maghboune entaaha.

    7
    43
      Mus
      13 octobre 2018 - 19 h 45 min

      Ya si Mowatene, permets moi de douter de ta prétendue mouwatana car tu n’as pas trouvé plus « intelligent » que l’insulte gratuite à débiter comme insanités à l’encontre d’une Dame digne de respect et de considération en poussant ton égarement jusqu’à salir sa vie familiale. C’est de la bassesse. Dans le cas où tu l’ignorerais, cette Dame prend des risques énormes et réels en défendant non seulement ses idées qui semblent te manquer, mais surtout elle se bat pour toi et tes semblables qui vous cachez derrière l’anonymat (mouwtane? çà fait rire). Si son combat politique pour la libération de l’Algérie te dérange ou ne t’intéresse pas, libre à toi. Mais fais mieux qu’elle et que ses courageux compagnons. En tout cas, il n’y a rien à attendre de ce régime et Mme Assoul le dit haut et fort. Soyons honnêtes et reconnaissons lui au moins ce courage que des milliers de prétendus Redjel (hommes) n’ont pas. Sans rancune.

      45
      6
        mouatène
        14 octobre 2018 - 14 h 21 min

        messieurs bonjour. je constates que vous n’avez rien compris. qu’est ce qui vous a fait comprendre que c’est une insulte ? tous les algériens connaissent Madame Assoul. et qui oserait proférer quoi que ce soit envers elle. en politique, je vois que vous etes des novices, mais ça viendra un jour, et peut etre vous atteindrez la maturité. et si vous croyez qu’il existe un algérien qui dit tout bas ce qu’il pense, moi je vous dis non ou peut etre qu’ils ne sont que deux seulement et vous les connaissez certainement. allez !!! bonne journée.

        1
        2
        TARZAN
        15 octobre 2018 - 21 h 11 min

        mus mouatene est un marocain, et ils sont nombreux avec farida et bien d’autres, méfiez vous ils vous manipulent, et ravi que tu l’a détecté

      Anonyme
      14 octobre 2018 - 10 h 45 min

      Toujours en train de dénigrer les femmes !!!
      Madame a au moins le courage de dire tout haut ce que des millions d algériens pensent du cinquième mandat,est ce que son mari le fait?

      6
      2
    Souk-Ahras
    13 octobre 2018 - 17 h 51 min

    La théorie de l’Évolution qui traite d’événements très anciens, détruit la position dite privilégiée de l’espèce humaine non seulement comme couronnement, mais aussi comme finalité de la création. Je pousserais le développement jusqu’à dire qu’elle foule aux pieds la majorité des « croyances indues » que supporte la planète Algérie.
    Aussi, rien n’est acquis et rien n’est définitif, s’agissant en particulier « de cette folie planifiée » pour le 17 avril 2019 dont la nocivité n’est plus à démontrer.
    Il est avéré que pour une expérience reproduite à l’identique, le résultat escompté aujourd’hui peut différencier de celui de la veille. Effets d’aléas intempestifs par définition non maîtrisables. L’issue d’un cinquième mandat serait inévitablement catastrophique, de nombreux signes sont là pour l’attester.
    Un petit récapitulatif s’impose :
    De 1962 à 1965, c’était le règne du bricolage, de l’approximation ; c’était la diminution drastique des salaires ; c’était le « sandouq et’tadhamoun » et son détournement au profit des aparatchiks, Ben Bella bradait l’Algérie à Nasser.
    Du 1965 à 1999, l’État était omniprésent. la muselière et le bâton étaient de mise. On étouffait de misère et d’oppression. C’était la révolution agraire, les queues interminables, les autorisations de sortie du territoire ; c’était les plantons analphabètes devant chaque bureau des administrations ; le kolkhozien Boumediène, non aligné de façade, parlait à son époque de redressement.
    Depuis le 27 avril 1999, l’État est absent, inexistant. La laisse et le nonoss ont remplacé la muselière. On étouffe de bazar et de répression. Le Régent et sa cour parlent d’essor, nous sommes, dans les faits, dans une pataugeoire infâme. Et pour cause !
    On élève, depuis 20 ans, dans le secret des alcôves privées et obscures, des grands monuments en argile aux pseudos : liberté, stabilité, continuité et paix. On construit des autoroutes au mensonge, à la corruption et à la dilapidation effrénée. On manipule et canalise outrageusement la volonté populaire réduite à une marchandise négociable. On réprime l’éveil collectif en prolongeant un crépuscule à l’agonie, qui n’en finit pas de finir.

    Alors oui ! Ça suffit ! Bouteflika doit partir, il doit rendre l’Algérie à ses vrais propriétaires.

    28
    8
    Chibl
    13 octobre 2018 - 17 h 22 min

    Vous avez remarqué que dans le mouvement Mouatana il n’y a pas d’islamistes et si jamais ce mouvement arrive à déboulonner Boutef ils sortiront comme des (…) de leurs trous .

    30
    10
    lhadi
    13 octobre 2018 - 17 h 19 min

    Une formule de bon sens recommande « de savoir quitter le pouvoir avant qu’il vous quitte ».

    Malheureusement, rares sont les hommes d’Etat ou simples dirigeants qui se résignent facilement à mettre en pratique cette sage résolution.

    Quel est le comportement qui s’impose à un citoyen algérien face à celui, qui, la main sur le coran, a promis de défendre la constitution algérienne ; cette loi fondamentale de la république qui lui a beau tracé la voie : malheureusement, il marche dans la sienne ?

    Je réponds qu’il ne peut, sans honte, y être associé.

    Tous les hommes admettent le droit à la révolution : c’est-à-dire le droit de refuser l’allégeance au florentin d’Alger, et celui de lui résister, quand sa tyrannie ou son inefficacité sont grandes et insupportables.

    Il importe de stigmatiser le Président du conseil constitutionnel et le faire sortir de sa tanière dans laquelle il s’est assoupi d’un sommeil hiémal car l’Algérie, selon les directives de la constitution algérienne, est, non pas une monarchie, mais une république semi présidentielle bi camériste

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    15
    6
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 17 h 13 min

    Bouteflika a décidé que la fin de son règne,c’est la fin de l’Algérie.

    31
    11
    La Viriti
    13 octobre 2018 - 17 h 03 min

    En tous les cas on peut au moins saluer leur courage! Dans un pays où beaucoup rampent pour un sandwich ou un strapontin en allant toujours dans le sens du vent…

    36
    32
    Kaci
    13 octobre 2018 - 16 h 50 min

    Il est temps de faire une transition. Sinon c’est krack boum, l’histoire nous l’enseigne. L’Algérie pour tous ses enfants qui doivent décider dans un débat serein de leur avenir. Et qu’on ne nous chante pas les réalisations. les seules c’est à l’époque de l’industrialisation sous la présidence de Feu Boumédienne. Mais tout a été détruit. On assiste à un capitalisme puant (avec la complicité de certains infiltrés au pouvoir) et sans pitié. Il faut restaurer le mérite par le travail et combattre sans pitié la corruption. C’est une honte d’arriver là avec toutes les ressources engrangées par le pétrole durant 15 ans. C’est le seul pays au monde où l’enrichissement par la corruption surpasse l’enrichissement par le travail. .

    30
    5
    Anonyme
    13 octobre 2018 - 16 h 40 min

    « Le mouvement Mouwatana appelle Bouteflika à «quitter le pouvoir sans tarder» » Il ne peut pas le quitter parce qu’il ne peut pas bouger.

    31
    17
      Anonyme
      14 octobre 2018 - 10 h 48 min

      Ha ha ha….!!!

      2
      2
    Karamazov
    13 octobre 2018 - 16 h 39 min

    Le mouvement Mouwatana se répète. IL me semble qu’il n’a pas compris que Fakhamatouhou n’est plus au pouvoir depuis des lustres et qu’il le quittât ou pas maintenant ça ne changera rien.

    Notre problème est un problème de culture et de société qui repose sur une économie rentière ou est-ce l’inverse jissipas ! On a entendu les même rengaines au quatrième mandat, on nous les ressort maintenant et on les réentendra au sixième. si la biologie en décidait ainsi.

    Et cette foutue Apophis qui lambine…

    61
    7
    Chibl
    13 octobre 2018 - 16 h 37 min

    Mouatana est seul sur le terrain et chaque jour il fait une action et les (…),les paresseux et les lâches se demandent quel est le degrés de représentativité de ce mouvement.

    33
    41
      MELLO
      13 octobre 2018 - 19 h 42 min

      Oui, chaque jour il fait une action ,chaque jour il nous sort un mot, une phrase sans réelle portée. Mouwatana est entrain de tourner en rond avec ses: il faut , il doit , ce pouvoir est illégitime, pour une période de transition , etc… Qui des Algériens ne rêvent pas de ça, mais rêver ne suffit pas. Moi je demanderais à Mouwatana de rejoindre ces partis d’opposition porteurs de plan de sortie de crise.

      58
      10
        Chibl
        14 octobre 2018 - 11 h 53 min

        ok, quels sont ces partis d’opposition?

        Anonyme
        15 octobre 2018 - 8 h 56 min

        @Mello,Mouwatana a au moins le mérite d’exister…et d’activer sur le terrain.Il faut un début à tout,soutenons et encourageons ce mouvement citoyen dont tous les Algériens doivent être fier.Merci à ces hommes et ces femmes courageux qui bravent tous les jours la répression d’un régime autiste hors du temps.

    zigzag
    13 octobre 2018 - 16 h 21 min

    Quelle est la part réelle de représentativité de ce mouvement ?

    12
    24
      Séhab
      13 octobre 2018 - 17 h 00 min

      ce mouvement il lui manque vous et moi et tout les autres
      le soutiens de tout les algériens qu’aiment leurs pays!
      pour éjecter Bouteflika et sa clique de corrompus!!
      sinon boutef il a dit il veut mourir au pouvoir!! OK compatriote? il faut bien que quelqu’un ou un mouvement
      comme vous dite face quelque chose pour ce pays qui par a la dérive le bateau est entrain de coulé il n y a plus de commandant a bord!!

      bien Cordialement Séhab

      27
      10
      La Viriti
      13 octobre 2018 - 17 h 00 min

      1 million de fois plus que ton avis…

      13
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.