Contribution de Bachir Medjahed – Le FLN et Bouteflika : qui soutient l’autre ?

FLN
Ould-Abbès revendique le soutien exclusif de Bouteflika. PPAgency

Par Bachir Medjahed – Deux questions se posent avant toute analyse sur le FLN. Est-ce le parti FLN qui soutient le Président ou est-ce le Président qui soutient le FLN ? Est-ce le Président qui soutient une majorité présidentielle ou est-ce l’inverse ?

Le FLN est revenu – ou plutôt est retourné – à ses anciens pêchés de parti du pouvoir et non de parti au pouvoir. Il se sait fort vulnérable s’il se produit une rupture avec le pouvoir, c’est-à-dire le Président, ou s’il se produit une grave crise en son sein, ce qui est le cas avec le refus de Bouhadja de démissionner de son poste de président de l’APN.

Le FLN a survécu à tous les évènements et ce n’est jamais de son fait. Rappelons-en quelques-uns.

Il ne devait pas survivre à l’Indépendance pour que reviennent les partis qui avaient accepté de geler leurs activités pour que leurs militants rejoignent le FLN pour lutter pour l’indépendance du pays de façon unitaire. Il a survécu au 5 Octobre 1988. Il a survécu aux élections de 1991-1992 où il a dû sa survie en tant que première force politique à la dissolution du FIS, puis au refus de reconnaître le parti Wafa. Aux premières élections pluralistes, il a été démontré que le FLN était une administration et un parti de militants.

Il fut un temps où le FLN n’avait pas besoin de montrer sa force pour intimider et soumettre principalement ceux qui ne peuvent sacrifier leurs intérêts sur l’autel de leurs idées et ce, pour plusieurs raisons. La première signifie que se placer hors de l’influence du FLN et davantage travailler à contenir celle-ci fait courir le risque certain de se poser en ennemi du pouvoir et d’en subir les conséquences ou les foudres. Serait-il assez fort aujourd’hui pour que des partis ainsi que des personnalités soient ainsi appelés à s’inscrire dans le champ des influences du FLN pour mettre leur stabilité à l’abri de toute menace ? La deuxième est celle de les convaincre que leur avenir dépend de la perception qu’ils ont que celui-ci est lié à la nature des relations qu’ils auront avec le pouvoir ou ses représentants.

S’il demeure tout de même une contradiction flagrante quand on fait le constat que le FLN, majoritaire à l’Assemblée, ne semble avoir aucune influence sur les populations – en témoigne son incapacité à apaiser les facteurs de crise ou les émeutes tournantes, à moins que cette double incapacité n’en soit réellement pas une, mais voulue pour des raisons à élucider –, il n’en demeure pas moins que tout semble fait pour qu’il apparaisse comme étant le pilier du régime ou du pouvoir. Même les membres du gouvernement dont on dit qu’ils sont les hommes du Président pour n’être pas partisans, émargeaient au FLN avant la légalisation de ce qu’on avait appelé pluralisme politique, multipartisme et démocratie.

Nous nous trouvons alors dans une situation où le FLN ne pourra jamais supporter de n’être pas la première force politique et d’une manière écrasante en plus.

L’opposition l’explique par l’inexistence du champ politique, l’interdiction des marches et de la tenue des meetings et l’inexistence du droit à accéder aux médias lourds. Est-ce également par hasard que le FLN revendique pour lui l’appropriation exclusive du Président-candidat ?

Nous serions tentés de nous poser la question de savoir pourquoi le FLN semble avoir pour vocation de toujours être au pouvoir ou à soutenir le pouvoir, et à nous demander également qui, du Président ou du FLN a réellement plus de pouvoir.

Sans nul doute que tout parti pouvant se trouver dans la position d’une quasi-domination car son président est aussi président de la République, car il est la première force politique en termes de sièges parlementaires et dans la plupart de APC et des APW, ne peut que se comporter en hyperpuissance et céder fatalement au péché de l’unilatéralisme ou, du moins, à la tentation de procéder par la pratique de la politique des faits accomplis ; ce que, justement, lui reprochait constamment son allié, le RND, qui n’arrive pas à le détrôner.

Il ne peut pas non plus renoncer à tenter de faire de l’Exécutif et du Parlement les instruments de son hégémonie pour redéfinir le tracé de la carte nationale de son influence et qu’il agira dans le sens de l’irréversibilité de celle-ci et même à faire évoluer le champ politique en sa faveur.

C’est ainsi que le Parti des travailleurs (PT, gauche) présidé par Louisa Hanoune, et le Mouvement national pour la renaissance (MNR, islamiste) d’Abdallah Djaballah, avaient dit inscrire les tentatives de leur déstabilisation dans la stratégie du FLN de leur affaiblissement dans le champ politique, voire même dans la disparition politique de leurs leaders. A leur encontre, il serait mis en œuvre le principe américain de la guerre préventive pour éliminer une éventuelle double menace qui n’est pas forcément axée sur le registre électoral.

Les partis de l’opposition qui disent n’œuvrer que dans le champ défini par la loi perçoivent qu’ils ne doivent en aucune façon atteindre un niveau d’enracinement populaire suffisant pour porter, défendre, répandre leurs opinions et, surtout, ne pas atteindre le seuil à partir duquel ils pourraient constituer une menace pour le projet de domination du FLN. Leur conviction est pratiquement ancrée, selon laquelle le FLN ne cherche pas à devenir puissant par son enracinement au sein des populations, mais plutôt par les implosions de ses adversaires.

Mais, compte tenu du fait que ses militants et ses élus n’arrivent pas à occuper le terrain pour servir de facteurs d’apaisement en donnant des réponses locales à des émeutes locales, le FLN douterait de ses capacités réelles de mobilisation qui ne correspondent pas sur le terrain à ses représentativités au sein des assemblées élues. Le format de ses propres forces n’est pas conforme aux exigences du traitement partisan des crises locales, encore moins lorsque celles-ci sont simultanées.

Il sait bien qu’Il ne suffit pas de réitérer sans cesse son soutien au Président s’il s’avère que le parti  est incapable d’éteindre les sources d’instabilité. Par contre, le soutien se valide par un acharnement à sans cesse pousser ou soutenir le Président à se présenter au mandat suivant quel qu’en soit le nombre, et c’est ce qu’il avait fait avec succès.

Quant aux partis de l’opposition, ils savent très bien qu’ils ne sont pas en situation de peser sur les orientations du pays et cela ne leur serait pas imputable, à moins qu’ils acceptent tous d’intégrer l’alliance ou, du moins, l’Exécutif pour donner le caractère d’union nationale au gouvernement en place et donner ainsi un sens à la réconciliation nationale.

Même les autres partis de l’alliance n’étaient, en réalité, pas à l’aise devant un FLN qui leur rappelle sans cesse qu’il est la première force politique et qui avait même affirmé sa conviction que l’alliance existera même sans le RND, étant convaincu que le MSP, qui est pourtant exclu de l’alternance au poste de président de la République, de président de l’APN, de président du Sénat, de Premier ministre, de président du Conseil constitutionnel et des ministères régaliens, ne se «désarrimera» jamais du pouvoir même s’il en sort apparemment.

Le FLN leur rappellera toujours qu’ils sont minoritaires et qu’ils ne pèsent qu’autant qu’ils s’allient à lui en tant qu’électrons éjectables qui gravitent sur une orbite dont lui-même est le noyau lourd.

Notre paysage politique, bien que d’essence pluraliste, a perdu de sa multipolarité depuis que le fait majoritaire au sein de l’Assemblé nationale est instrumenté pour rendre les partis hors alliance impuissants législativement.

En tout cas, il apparaît qu’aussi bien pour les partis de l’opposition légale que pour les partis hors FLN au sein de l’alliance, pas un parmi eux ne dispose d’atouts de puissance pour influer sur le cours des événements.

Mais, il faudrait tenir compte de la realpolitik, des réalités du pouvoir, à savoir que pour un bon moment encore, le pouvoir ou l’apparence d’en être sera encore FLN, ou du moins jusqu’à l’horizon des limites biologiques naturelles de ceux qui ont participé ou qui disent avoir participé à la guerre pour l’indépendance nationale.

Ce sont autant d’objectifs qui doivent asseoir la domination du FLN selon la vision qu’il y va de l’avenir du pays.

La cartographie des influences est bien sûr à dessiner bien avant que des événements imprévus ne surviennent et qui redistribueraient les cartes pour de nouveaux équilibres, le pays ne pouvant pas s’accommoder trop longtemps d’une domination unipolaire correspondant à l’unilatéralisme.

Jusqu’à ce jour, la réalité reste celle d’un paysage politique unipolaire dominé par le FLN auquel l’appartenance du Président confère une finalité d’hégémonie à son aspiration à devenir (ou à redevenir) le guide du pays.

B. M.

Comment (16)

    Hakikatoune
    17 octobre 2018 - 11 h 57 min

    Tant que l’Algérie reste un pays rentier et clientéliste, le FLN survivra et même il peut se renforcer encore plus si le pouvoir a besoin de lui d’une manière déterminante politiquement parlant ! Le pouvoir utilisera toujours « la légitimité révolutionnaire » par FLN interposé ! Donc, il aura toujours besoin du FLN . Tant que Sonatrach , la vache nourricière du pouvoir, est là , tant que la cagnotte est disponible et qu’on peut y piocher sans contrôle et sans justification, le FLN survivra et continuera de servir de piédestal au pouvoir ! Et ce , même si le FLN se ridiculise de plus en plus avec des personnages comme les Saidani, Ould Abbes and Co !!

    PS : Cette affirmation est aussi valable pour les nouveaux partis présidentiels comme le RND, le TAJ, le MPA, le FCE, l’UGTA etc… etc..(…. oui, Messieurs l’UGTA et le FCE sont des partis politiques, je le dis solennellement, car tout le monde le sait …) !

    CITOYEN
    16 octobre 2018 - 14 h 54 min

    je comprends d’après l’article que le FLN est partie du problème que vit le pays au lieu d’être partie de la solution chose que je partage entièrement parce que le maintien du sigle FLN après l’indépendance est un fait qu’on peut considérer contre nature meme si on peut comprendre l’attachement sentimentale de ce qui est appelé famille révolutionnaire à ce symbole de la lutte de libération et on peut même lui invoquer une raison philosophique dans le sens que le combat pour l’indépendance qui est une action permanente n’est pas encore achevé . Mais il ne faut pas occulter non plus que la plupart des membres qui ont donné naissance à ce front l’ont quitter pour créer d’autres partis pour ceux qui étaient encore en vie ou bien se sont simplement retirés de la vie publique .
    Cet état de fait à contribué à créer de grands malentendus au sein de la nation qui ont donné naissance au shismes qui ont fragiliser les liens qui doivent souder la nation .
    Le néo FLN n’arrivant pas à développer une pensée qui puisse dépasser cette déformation fait qu’il use de surenchères politiques et de brutalités lorsqu’il est déstabilisé ou le leaderships remis en cause aidé en cela par le pouvoir pour qui le maintien de ce ce néo FLN qui fonde son discours sur une légitimité révolutionnaire qu’il s’est approprié de crainte que cela ne retombe fatalement sur le véritable FLN .
    Je pense que le président de la république qui est lui même un moudjahid et les quelques vrais moudjahid , à ne point douter de leur sincérité ; encore en vie ont entièrement conscience de tout les risques que cette situation engendre et le dénouement de cette crise de l’APN déterminera la nouvelle voie que prendra le pays .

    Souk-Ahras
    15 octobre 2018 - 16 h 42 min

    Le produit d’une somme est égal à la somme des produits (principe de distributivité).

    Le FLN est un parti monopolistique.
    Son président est Président de la République.
    Le Président de la République est issu du FLN.
    Le FLN, donc, représente le Président de la république.
    Son idéologie se veut donc « vérité officielle de l’État ».
    La grande majorité (99,9 % pour ne pas dire la totalité) des gouvernants depuis 1965 émargeait et émarge encore au FLN.
    Dans l’Armée aussi on émarge au FLN (congratulations de Gaïd Salah au SG Drabki et vote par procuration des bidasses).
    Nominations ministérielles en cercle restreint au FLN.
    Partis de l’alliance présidentielle ayant prêté allégeance au FLN.

    Le FLN avait mis genoux à terre lors des événements d’octobre 1988, mais a été ressuscité suite au vide politique créé par l’irruption brutale du FIS.
    C’est ce même FLN qui donna un coup de pouce à l’ « embauche » du civil Bouteflika et qui mène aujourd’hui campagne pour un 5ème mandat.

    Le FLN est le Système.

    10
    3
      Zaatar
      16 octobre 2018 - 9 h 15 min

      Comme rapporté dans ton commentaire cher Souk Ahras, il important de mentionner que le FIS a été une béquille du FLN lorsqu’il avait un genoux à terre. Ce qui nous amène à dire que toute l’économie informelle qui gangrène le pays et qui l’a mis à genoux est bel et bien l’oeuvre du système donc du FLN.

        Souk-Ahras
        16 octobre 2018 - 11 h 35 min

        Exact ya çahbi, le FLN de Boumédiène, qui exerce encore aujourd’hui, n’est pas un parti, c’est une entreprise étatique au service exclusif du pouvoir et de la cooptation. Cette entreprise d’État est à la base de la ruine matérielle, sociétale et morale du pays.

    lhadi
    15 octobre 2018 - 15 h 52 min

    L’apathie politique est le plus grand malheur de l’Algérie.

    fraternellement lhadi
    ([email protected])

    12
    Argentroi
    15 octobre 2018 - 10 h 23 min

    Ça existe le FLN ? Prenez un député FLN qui a signé contre Bouhadja et demandez-lui que cache cette campagne contre ce dernier ? Il sera incapable de vous répondre correctement puisqu’il ne maitrise ni les tenants ni les aboutissants de cette affaire.
    Le FLN a toujours été un instrument, un simple instrument, aux mains du pouvoir. Ce n’est pas un parti, même pas une officine politique. Il n’y a pas de militants ni élite politique mais des exécutants.
    Quand le consensus règne entre les clans du pouvoir, c’est le calme plat au sein du FLN. Mais dès qu’il y a une tentative d’un clan, surtout présidentiel, de s’émanciper, alors commencent les manœuvres pour renverser le secrétaire général ou quelque chose comme cela. Belayat en est devenu le missionné attitré puisqu’il est arrivé à faire admettre Benflis comme candidat du FLN aux présidentielles de 2004 contre Bouteflika !
    Tout porte à croire qu’on veut étendre ce genre de pratique à l’APN non pas pour éliminer Bouhadja mais pour ramener tous les députés FLN dans le giron présidentiel pour qu’ils deviennent les exécutants fidèles d’une campagne dont les contours ne sont pas assez clairs pour le moment : sinon c’est la dissolution que certains voudraient quand même éviter pour faire passer dans le calme ce qu’ils ont en tête.
    Alors le FLN est-il un parti de militants ou une simple cellule d’exécution d’une officine ?

    19
    Anonyme
    15 octobre 2018 - 9 h 15 min

    L’ANP est la colonne vertébrale du pays, et la seule institution qui reste crédible dans ce pays. L’ALN et le FLN ont accompli leur mission (l’indépendance nationale) le 03 juillet 1962 et ont, depuis cette date, rejoint le glorieux musée de l’histoire Algérienne.
    Seulement à partir de cette date un parti unique s’appuyant sur la légitimité historique et la probité de certains anciens militants de la cause nationale a confisqué le prestigieux sigle FLN pour s’emparer du pouvoir.
    Sans l’aide et le soutien de de l »ANP qui a cru bien faire l’ ex-parti unique n’aurait pas fait long feu.. Finalement poussé à la sortie par la jeunesse Algérienne en octobre 1988, il vit vit sous perfusion et n’existe plus en tant que parti, mais en tant que comité de soutien tout juste bon à faire campagne pour tel ou tel individu pendant les échéances électorales.

    Zaatar
    15 octobre 2018 - 7 h 43 min

    Pardonnez mon ignorance, en lisant cet article j’en ai déduit que si on est arrivé à se poser ce genre de questions c’est que nous n’avons plus d’état, plus de pays. Que c’est une république fantoche, que c’est la foire fouille partout et que tout marche à peu près…reste à savoir juste quand est ce que ça s’éteindra, car la flamme est juste maintenu à l’étincelle du silex…

    20
      Souk-Ahras
      15 octobre 2018 - 17 h 55 min

      L’Algérie vit encore à l’heure du Soviet Suprême et du parti unique entouré, pour la forme, de partis satellites en orbite stationnaire en attente d’injonctions de faire.

      11
    awrassi
    15 octobre 2018 - 7 h 23 min

    Dans la psyché de l’Algérien de base, le FLN le fusil qui l’a libéré, la main qui le nourrit et son bâton de pèlerin. Seuls quelque centaines de milliers Algériens voient le FLN autrement. Ceux qui sont politiquement instruits et qui cherchent le salut de leur pays – on ne sait pourquoi d’ailleurs ! Seule l’Armée populaire pourrait faire bouger les choses et changer les donnes idéologique et politique. Mais elle est actuellement aux mains des anciens de l’ALN … Attendons que leur génération ait disparu physiquement et que leurs enfants aient fui du pays. Ma tante touche une pension de femme de moudjahid supérieure au salaire de ma professeur d’épouse, va faire sa omra quand elle veut, profite de nombreux autres avantages et vous voudriez qu’elle vote pour un autre parti, plus éthique, plus populaire, plus démocratique ? Vous rigolez …

    13
    11
      Vector
      15 octobre 2018 - 12 h 52 min

      Si votre tante touche une pension, c’est que son époux peut se prévaloir d’une fraction, même minime, de l’indépendance de l’Algérie donc elle est légitimement prioritaire pour percevoir une fraction de la rente des hydrocarbures !
      Un diplôme ne vous donne pas un droit automatique à un salaire plus élevé contrairement à ce que pense la plupart des diplômés algériens !!!

      18
      8
        awrassi
        15 octobre 2018 - 15 h 05 min

        Les moudjahidines ne sont pas engagés pour une solde et une allocation veuvage … Comme leur nom l’indique, ils se sont battus, au nom de Dieu. Que l’Etat aide les veuves et les orphelins, c’est normal, mais que l’on ait ramené les moudjahidine à de simples mercenaires ou à des ayant-droits, cela devrait nous interpeller sur le « djihad » …

        6
        13
          Anonyme
          15 octobre 2018 - 15 h 20 min

          Ils se sont engagés pour leur pays leur patrie.
          Ne pas confondre avec le terrorisme !

          13
          Vector
          15 octobre 2018 - 16 h 04 min

          Vos propose sont hypocrite !!!
          C’est vous qui parlez d’argent !!!!
          Si les moudjahidines ne se sont pas engagés pour une solde et une allocation veuvage, votre épouse est-elle devenu professeur pour un salaire ou pour éduquer les enfants algériens ?
          La Guerre d’Algérie est une guerre de libération
          nationale comme les successives guerres au Vietnam !!!
          Ce sont des hommes qui se sont battu pour la dignité de la communauté algérienne et non pour avoir 72 vierges au paradis…

          14
          3
          awrassi
          15 octobre 2018 - 19 h 41 min

          Visiblement, il y a en qui n’ont rien compris ! Je répète : les moudjahidine se sont bel et bien battus pour libérer l’Algérie, mais le FLN du 19 mars les a récupérés pour diriger à jamais le pays ! Avec leur famille et celles des chouhada, cela fait toujours au minimum 6 millions de voix. De quoi gagner toutes les élections à coup sûr … Nous qui étions trop jeunes pour nous battre contre l’ennemi français, nous devons aujourd’hui nous battre contre nos anciens ! Car ils nous empêchent de vivre décemment. J’espère que j’ai été assez clair cette fois !!! Le FLN du 19 mars est une caste de non patriotes qui jouent aux patriotes et va mourir à Paris. En bas, la base ne sait rien de rien et profite de son vote pour essayer de survivre.

          8
          1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.