Deux nouveaux limogeages à la DGSN : la purge n’est pas encore terminée

DGSN Lahbiri
Mustapha Lahbiri, patron de la DGSN. New Press

Par R. Mahmoudi – Le patron de la DGSN, le colonel Mustapha Lahbiri, a mis fin aux fonctions du chef de la police des frontière du poste frontalier d’Oum Tboul, situé sur le territoire de la wilaya de Tarf, indique le quotidien arabophone Ennahar, qui ne précise pas les motifs de ce énième limogeage dans le corps de la police. La même source rapporte que le colonel Lahbiri a également limogé le chef de sûreté de la daïra d’El-Kala dans la même wilaya.

Pour rappel, le colonel Lahbiri avait, il y a un mois, limogé le chef de la PAF de l’aéroport international d’Alger Houari-Boumediene, avant que celui-ci soit réhabilité quelques jours plus tard par le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui. Selon des sources, le patron de la DGSN reprochait à cet officier de police de n’avoir pas interdit à l’ancien chef de la 2e Région militaire, le général Saïd Bey, de quitter le territoire national.

Ce cafouillage n’a pas empêché l’ancien patron de la Protection civile de poursuivre sa réorganisation en profondeur du corps de la police. Ainsi, depuis sa nomination à la tête de la DGSN, le 26 juin dernier, en remplacement du général Abdelghani Hamel, Mustapha Lahbiri a limogé l’ex-chef des Renseignements généraux de la police, Djilali Boudalia, et changé, jusqu’ici, six chefs de sûreté de wilaya.

R. M.

Comment (7)

    Mimi
    19 octobre 2018 - 8 h 06 min

    J’espère que ce n’est une guerre de clans ni du régionalisme (du divisé pour régner).

    SPEED
    17 octobre 2018 - 19 h 44 min

    Juste de la comédie de rue;les vrais corrompus voleurs courent toujours ou et ils sont très bien protégé,seulement ne pas critiqué,et d’autres petits voyous payent pour les grands,c’est la loi de la mafia Algérienne

    8
    1
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 15 h 54 min

    Le temps nous dira le pourquoi de tout cela.
    Est-ce-que c’est pour le bien de l’Algérie ou pour le bien de l’estomac.

    10
    djamel
    17 octobre 2018 - 15 h 28 min

    quelle honte pour l’Armée si cela est vrai seule la justice le prouvera d’ailleurs. Ils ont touché à l’honneur et la délicatesse de notre Armée. Ces véreux qui ont eu des grades grâce à leurs subordonnées qui faisaient leur travail et eux faisaient les affaires Que la justice tranche mais d’une manière équitable.-

    14
    2
    le salut de l’Algérie viendra seulement de la vérité
    17 octobre 2018 - 10 h 41 min

    Si ces responsables puissants du corps de la police et de l’armée sont limogés ou inquiétés par la justice militaire dans le cadre d’une opération mains propres, ou dans le cadre d’une réorganisation desdits corps, les algériens ne peuvent que s’en réjouir.
    En effet, depuis longtemps on n’a pas assisté à une telle purge, ni entendu parler de poursuites judiciaires contre des responsables militaires pour corruption, et ce, depuis l’ère du défunt Chadli Bendjedid .
    Mais, si ces scandales qui ont ébranlés la hiérarchie militaire et policière ont une relation avec les prochaines élections présidentielles qui devront avoir lieu en 2019 où des règlements de comptes et des luttes claniques, il n’y a pas plus dangereux que ce fléau pour l’avenir du pays.
    Oui à l’Etat de Droit basé sur la franchise et la sincérité dans la gouvernance des affaires, mais non aux terrorisme.

    18
    3
    Abou Stroff
    17 octobre 2018 - 9 h 50 min

    ceux qui ont déjà mangé doivent laisser la place à ceux qui mangeront et ainsi de suite.

    30
    4
      Zaatar
      17 octobre 2018 - 10 h 38 min

      Salut Abou Stroff,

      Apparemment la diarrhée n’est pas prête de se terminer. La maladie devient « impondérablement » chronique….

      10
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.