Ce que le journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi pensait de l’Algérie

Jamal Khashoggi
Photo de Jamal Khashoggi prise à Istanbul quelques mois avant son assassinat. D. R.

Par Karim B. – Le journaliste saoudien assassiné à Istanbul, Jamal Khashoggi, avait consacré un tweet à l’Algérie à propos de laquelle il avait émis son avis. On ne sait pas à quelle occasion Jamal Khashoggi a rédigé son court message, mais il va sans dire que sa position traduit le respect et l’estime que le défunt journaliste nourrissait pour notre pays.

«L’Algérie est un pays [avec lequel] nous sommes à l’aise. Il exprime clairement ses divergences avec nous et ces divergences nous les accueillons avec respect pour leur clarté en dépit du reproche [que nous pourrions lui faire]. Le problème se pose plutôt avec l’allié [hypocrite] qui cache des desseins inavoués», a écrit Jamal Khashoggi sur son compte tweeter. On pourrait comprendre que le journaliste saoudien, opposé au régime des Al-Saoud, faisait allusion au refus de l’Algérie de s’aligner sur les thèses saoudiennes sur de nombreuses questions. Mais il est peu probable que cette position ait une quelconque relation avec la guerre au Yémen à laquelle Jamal Khashoggi s’opposait.

L’Algérie a, jusqu’à présent, préféré ne pas s’immiscer dans l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, en Turquie, s’empêchant de la commenter, contrairement à de nombreuses capitales occidentales qui ont dénoncé ce crime et exigé que toute la lumière soit faite sur la disparition du chroniqueur du Washington Post qui aurait été commanditée par le fils du roi Salmane.

L’affaire Khashoggi a déstabilisé le régime de Riyad. Des sources concordantes s’accordent à dire, en effet, que la succession de Mohammed Ben Salmane à son père est sérieusement compromise et que les dignitaires du royaume cherchent d’ores et déjà un remplaçant au prince héritier contesté.

L’Algérie s’est toujours tenue à l’écart des décisions imposées par les Al-Saoud au reste du monde arabe, notamment à des régimes monarchiques – le Maroc et la Jordanie – ou militaires – l’Egypte et le camp pro-saoudien au Yémen – dont la survie dépend des aides et des dons fournis par les richissimes Etats du Golfe.

K. B.

Comment (31)

    Alfa
    22 octobre 2018 - 0 h 25 min

    Pensez-vous que cet MBSile de prince a une quelconque relation concernant le meurtre de ce journaliste. Toute l’affaire avait été commandité à partir de la Maison Blanche à Washington et c’est les agents de la CIA qui ont eu la tâche macabre de son exécution.
    Ce journaliste dérangeait et les USA et les Al-Sahioun, ils ont eu peur qu’il mettrait à nu leurs stratégie à savoir vider les coffres de cette monarchie maudite et les faire saigner jusqu’à l’os.
    Donc l’ordre de le liquider venait principalement de la haute sphère américaine et pour laver leurs mains sales, la CIA devrait impliquer un bouque émissaire qui n’est autre que ce bougredondouille de prince héritier.

    10
    17
      Pauvaisse
      22 octobre 2018 - 5 h 12 min

      Vous vivez ou ?

      9
      2
        Alfa
        22 octobre 2018 - 17 h 01 min

        Instruis toi avant de dire des imbécilité.
        voici ce qu’avait dit Poutine sur le meurtre de ce journaliste:
        Affaire Khashoggi:
        Poutine accuse Washington
        Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les Etats-Unis avaient une «certaine responsabilité» dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.
        Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les Etats-Unis avaient une «certaine responsabilité» dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, estimant qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes d’une implication de l’Arabie saoudite. «Pour autant que je sache, le journaliste qui a disparu vivait aux États-Unis. Dans ce sens, bien sûr, les États-Unis ont une certaine responsabilité dans ce qui lui est arrivé», a affirmé M. Poutine au cours d’un forum organisé à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie.

    Kahina-DZ
    21 octobre 2018 - 21 h 28 min

    Il était un wahhabite pur sang… Ses objectifs n’étaient pas différents des autres wahhabites.
    Il est devenu opposou ( opposant) une fois que la fortune des milliardaires Wahhabites a été touchée par Ben-Salman.
    Il n’est même pas un opposant, il défendait ses intérêts et ceux de son clan.
    la guerre des tubes digestifs. Comme les …

    36
    5
    Anonyme
    21 octobre 2018 - 21 h 17 min

    موسكو تعلن «تصفية» 88 ألف مسلح في سوريا

    5
    6
    Massi 05
    21 octobre 2018 - 20 h 40 min

    Heureusement que les arabes n’ont pas de bombe atomique , sinon ils auraient détruit toute vie sur terre …

    26
    18
    Brahms
    21 octobre 2018 - 19 h 37 min

    Ce journaliste a dû être liquidé à la scie circulaire, marteau, perceuse et meuleuse. Il a dû énormément souffrir restant à l’agonie pendant au moins 07 minutes. Chaque musulman devrait arrêter d’aller à la Mecque pendant au moins 25 ans en protestation face à ce crime odieux puisque les prétendus Rois ne respectent pas les préceptes de l’Islam qui interdit le meurtre (grave péché). Ce crime ne doit pas passer inaperçu sans oublier les nombreux crimes d’enfants au Yémen. Agissons en supprimant la rente de la Mecque à ses tueurs sans vergogne.

    57
    2
    صالح/ الجزائر
    21 octobre 2018 - 19 h 29 min

    Le journaliste saoudien assassiné à Istanbul n’était pas toujours opposé au régime des Al-Saoud . c’est à partir de son exile aux États-Unis en 2017 qu’il est devenu ouvertement opposant au prince héritier de la monarchie wahhabite . avant cette date et depuis 1982 , il avait occupé plusieurs fonctions au sein du régime des Al saoud comme rédacteur en chef et correspondant des journaux .
    Parallèlement à son travail de journaliste, il avait entretenu des liens étroits avec les services renseignements saoudiens dirigé par le prince Turki Al-Faycal , avant de devenir son conseiller .
    Il avait des liens avec » les frères musulmans » , il avait soutenu  » le printemps arabe » et l’islam politique .
    Sa position politique , avant son exile en 2017 , ne différait en rien de celle de la monarchie wahhabite des Al saoud .
    Il ne faut pas oublier que le Qatar faisait partie de la coalition arabe dirigée pas le serviteur des EU avant de faire , lui aussi , défection et changer de veste après la crise qui l’oppose au reste des pays du CCG .
    Le journaliste saoudien faisait effectivement allusion au refus de l’Algérie de s’aligner sur les thèses saoudiennes sur de nombreuses questions : sur les guerres du Golfe , sur l’Iran , sur le printemps arabe , sur les frères musulmans , sur Hizballah , accord du siècle , la destruction du Yémen … et surtout sur le Sahara occidental .
    L’Algérie d’un coté n’accepte pas la charité , mais de l’autre coté elle n’est pas de ses habitudes de tirer sur des ambulances .

    24
    3
    Anonyme
    21 octobre 2018 - 16 h 40 min

    Les occidentaux des vrais hypocrites ; la Russie a été accusé pr l assassinat ou l empoisonnement dernièrement par Londres sans apporter aucunes preuves et jusqu’ à aujourd hui la GB n a tjrs pas prouvé que c’était les russes en désignant Poutine ;presque tt les européens ont fait bloc et se sont solidarisé avec la GB et srtt les va en guerre France USA ect ect; ils ont demandé aux diplomates russes de quitter les ambassades et le pays de représentations ;alors ds ce cas pkoi ne pas le demander a tt les ambassadeurs d Arabies saoudites de quitter les lieux ds ses pays occidentaux ds les 48 heures
    ??? ils sont pas cons ses mêmes occidentaux cherche une issue de sortie pr les Saouds car premièrement rien ne se fait sans ses lâches de bédouins ds la région plus leur fortune et leur pétrole et srtout pour préserver Israël pr rester le vrai patron des occidentaux chez les arabes ; ils ont besoin d eux pr leurs basses besognes , Poutine lui les empeche et ca les embêtes énormément mis c est la force et le respect l Ours Russe qui parle et pas pr les caniches d arabes ; c est stratégique ; la preuve ces meme Saouds sont les premiers a avoir trahi la cause arabe et musulmanes déjà et ont sali le vrai Islam de tolérance avec leurs salafismes ds le monde entier ; ils ont tjrs roulé pr les USA et Israël donc bien fait pr eux si il se retrouve ds une situation pareille. Pauvres diables de Saouds gardien sois disant de la Mecque ; le seul paramètre que vs n avez pas calculé avec vos diables d alliés occidentaux que ce soit en Syrie ou sur cet épisode de meurtre c est tt simplement Allah le tt puissant . Vs avez brulé détruit des peuples et des pays aux ordres du diable car seul le diable aime détruire brulé divisé faire les guerres ; vs avez oublié que Dieu est au dessus de Tout ; voila le paramètre que vs avez omis . Mangez vous maintenant le diable s est barré .

    42
    3
    The dark Knight
    21 octobre 2018 - 16 h 25 min

    Ce journaliste Saoudien est lui même un islamiste ce n’était pas vraiment un opposant mais quand il a commencé a critiquer l’émir Ben Salman et sa politique, ce dernier a ordonné son exécution, et ce pauvre (…) est entré dans l’ambassade comme si il va être reçu avec des fleurs et des bonbons mais au lieu de ça il s’est fait buté comme un (…).
    Pour L’Algérie bah leurs politique étrangère est 🙈🙉🙊

    18
    12
      zad
      21 octobre 2018 - 19 h 05 min

      c’est même un agent

      1
      6
    Anonyme
    21 octobre 2018 - 16 h 11 min

    Mohamed Ben Salman l’Ignorant, né et a grandi dans un déni fait d’or et de pétrole, s’est entouré d’une pléiade de technocrates imbéciles qu’ils lui ont fait croire qu’il n’en est pas un aussi. Le drame de l’histoire et qu’il incarne sur l’échiquier mondial ce cavalier devenu fou comme un Trump.

    18
    1
    ZORO
    21 octobre 2018 - 16 h 02 min

    Moi je pense que l instigateur de cet assassinat n est autre que le pouvoir americain qui detient une fois encore un autre outil de chantage contre ses valets saoudi ennemis des arabes et des musulmans.
    SigneZORO. ..Z….

    21
    15
    Nous sommes tombés bien bas.
    21 octobre 2018 - 15 h 38 min

    Le seul leader que l’Algérie à eût à sa tête depuis l’indépendance de l’Algérie c’est Houari Boumédiène Allah yarhamou.
    Personne n’a peut faire que 1/10 ème de ce qu’il a fait.

    58
    28
      Anonyme
      21 octobre 2018 - 21 h 35 min

      On paye jusqu’à maintenant les erreurs de ton Boumediene.

      23
      27
    Larnaque
    21 octobre 2018 - 15 h 05 min

    Et la Ligue arabe dans tout ça? Aux abonnés absents! Un membre influent de la Ligue qui assassine sur ordre officiel un de ses citoyens dans son consulat à Istanbul, le démembre et rapatrie les morceaux dans des valises et la Ligue ne dit rien, n’a rien à dire. Posture des 3 singes: rien vu, rien entendu donc rien à dire.

    37
    5
    Bir Djebah
    21 octobre 2018 - 13 h 14 min

    Oui, mais on a vu la célérité avec laquelle l’Algérie s’est empressé de prendre position avec les saoudiens dans l’affaire récente qui les a opposés aux Canadiens, sans aucun égard aux dizaines ( voir centaines ) de milliers d’Algériens que le Canada continue d’accueillir. l’arabie saoudite n’a jamais exprimé la moindre petite compassion lorsque des milliers d’Algériens étaient massacrés par les barbares du fis.

    92
    6
      MELLO
      21 octobre 2018 - 14 h 42 min

      Le citoyen Algérien n’est pas considéré comme une partie intégrante de la Nation . Qu’il soit en Algérie ou ailleurs, l’État ne s’empresse nullement à le defendre.
      Maintenant que ce journaliste n’est plus, il ne sert à rien de rabâcher ses positions. Allah irrahmou.

      26
      5
    Rayés Al Bahriya
    21 octobre 2018 - 11 h 29 min

    L’Europe exige, soit disons, pour mieux créer la zizanie….
    L’Europe ne dénonce jamais les crimes sionistes en terre de Palestine, ou aussi les crimes saoudiens au Yémen….et les crimes coloniaux marocains contre le peuple sahraoui…..
    La honte soit sur vous,
    Lisez .
    John Saul…
     » Les bâtards de Voltaire, de la dictature de la raison en occident « 

    61
    12
    Zombretto
    21 octobre 2018 - 11 h 21 min

    La position de l’Algérie officielle (celle du pouvoir) est simple et claire : Laissez-nous tranquilles à l’intérieyur de nos frontières et nous vous laisserons tranquilles à l’intérieur des vôtres. Massacrez votre peuple ou vos voisins si ça vous chante, ce n’est pas notre affaire tant que vous ne vous mêlez pas de nos affaires intérieures.
    Il y a là un parallèle très clair avec la maffia et avec les traditions tribales des algériens et d’autres peuples du monde entier. Dans mon village de montagne par exemple, il y avait deux vieillards qui étaient des truands notoires dans les années 40 et 50, l’un en France l’autre à Alger. Ils avaient commis toutes sortes de crimes odieux. Personne au village ne les a jamais blâmés pour leurs actions en dehors du village. C’est comme si ce côté de leurs vies n’avait jamais existé. Mais si jamais ils commettaient la moindre petite entorse à l’intérieur du village ils se feraient massacrer. Fais ce que tu veux à l’extérieur mais tiens-toi à carreau à l’intérieur. Même mentalité que chez la mafia. Et aussi chez tous les systèmes tribaux depuis toujours.

    45
    27
      Ch'ha
      21 octobre 2018 - 13 h 26 min

      @Zombretto
      Ça n’a rien à voir.
      Le pays s’est opposé officiellement à l’invasion de l’Irak, idem Libye idem Syrie et s’est même illustré dans sa diplomatie par son soutien au Président LÉGITIME Bachar Al Assad, sans parler du Yémen où le pays s’est également opposé à cette guerre.
      Ne pas tout mélanger.
      À quoi sert d’ouvrir sa gueule quand ces mêmes soi-disant démocraties occidentales qui crient leur indignation à GÉOMÉTRIE VARIABLE soit dit en passant sont elles-mêmes complices que de TARTUFFERIE.
      Pourquoi ces mêmes soi-disant démocraties occidentales ne s’indignent JAMAIS des assassinats commis par le mossad de DIRIGEANTS PALESTINIENS DE MEMBRES DE PARTIS etc….les scientifiques ingénieurs enseignants chercheurs universitaires palestiniens etc …..
      Que de TARTUFFERIE.
      Surtout ne pas mêler le pays à cette mascarade.
      MBS a fait ce que ses maîtres lui disent de faire.

      40
      5
      Abou Stroff
      21 octobre 2018 - 14 h 12 min

      pour prendre position contre la famille al saoud, il faut les avoir en bronze. or, tout porte à croire que le pouvoir de boutef les a aussi molle que de la pâte à modeler.

      29
      23
        Ch'ha
        21 octobre 2018 - 15 h 06 min

        @Abou Stroff
        Le Président Bouteflika en a toujours eu sa prise de position pour la Palestine parle d’elle-même et ses actions envers le Palestine et le peuple palestinien idem inutile de rappeler son parcours en la matière depuis 1974.
        Concernant ce journaliste qui est un prosioniste pro frères musulmans….à quoi sert de PISSER DANS UN VIOLON !

        17
        17
        Anonyme
        21 octobre 2018 - 15 h 39 min

        En fait, lorsqu’on se presse et s’empresse à présenter les plus plates excuses de l’État algérien à ces enturbannés coincés dans les âges les plus éculés de l’humanité, il faut se rendre à l’évidence : cela fait presque 20 longues années que le pouvoir algérien ne les a même plus !

        17
        8
        Farid1
        21 octobre 2018 - 23 h 29 min

        Pourtant le Journaliste Jamal dit le contraire

        3
        2
    Tredouane
    21 octobre 2018 - 11 h 10 min

    Quant on ce respecte,l’opinion internationale vous respectera malgré les divergences,avoir des principes claires et non négociables c’est avoir une autonomie de décision;je pense que c’est ce qu’a voulu dire ce Monsieur Dieu ait son âme,’l’assassinat politique ‘est un acte abjecte dont les répercutions ce retournerons sur ces commanditaires tôt ou tard.

    43
    3
    Dajazairia
    21 octobre 2018 - 11 h 02 min

    La mort qu’a connu ce journaliste est terrible et inhumaine les soud se distinguent de plus en plus par leur cruauté et leur manque d’humanité, cet homme ne méritait pas une telle mort. Cela étant dit peu importe les tweets qu’il a pu faire sur notre pays, n’oublions quand même pas qu’il était peut-être un opposant aux saoud mais il l’était à partir des Etats Unis et du Washington post. Comme tout le monde sait les saoud ne faisaient qu’obéir aux anglo-saxons, ce sont les anglais qui ont mis en place les saoud et encore eux avec les américains qui leur ont fait commettre le pire des crimes: bafouer l’Islam. Nous ignorons quelle était la nature de l’opposition de Mr Jamal Khashoggi ni sur quoi au juste elle portait mais il semblerait que ce crime ne resterait pas impuni, ce serait bien le seul de tous ceux que les saoud ont commis, quelle lâcheté quand même tuer un homme au sein d’un consulat ! Si quelqu’un avait encore un doute sur la monarchie saoudienne voilà leur réponse.

    45
    6
    Si Kadout
    21 octobre 2018 - 11 h 01 min

    Un pays d’un million et demi de martyrs ne peut pas baisser les yeux devant les éleveurs de chameaux.

    52
    10
    Ch'ha
    21 octobre 2018 - 10 h 38 min

    Principe de non ingérence du pays. D’autant que ces capitales occidentales sont plus que mal placées pour émettre des commentaires après l’assassinat des plus barbares du Guide le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou Saddam Hussein Allah Yarhmou …etc…sans parler des palestiniens et des yéménites…etc..Ben Barka…etc…
    Il disait qu’il accepterait bien sûr un poste de conseiller auprès de MBS, alors qu’il était opposé à sa politique c’était vraiment faire preuve de naïveté tout comme s’être jeté dans la gueule du loup … Ça vaut pourcMBS tombé dans le piège.
    Je ne vois toujours pas l’intérêt d’avoir assassiner ce journaliste…si ce n’est de vouloir mettre MBS sur la touche car à qui profite le crime…

    25
    10
    عفاف
    21 octobre 2018 - 10 h 37 min

    رحم الله السيد خاشقجي، لدي قناعة تقول انه في حالة ما كان حيّا رسول الحق محمد عليه أفضل الصلاة و السلام لتبرأ من اسلام ال سعود و حسبي الله و نعم الوكيل

    11
    6
    Vangelis
    21 octobre 2018 - 10 h 35 min

     » L’Algérie a, jusqu’à présent, préféré ne pas s’immiscer dans l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, en Turquie, …  »

    Et pour cause, des journalistes sont également morts dans des prisons en Algérie. Elle ne peut donc pas dénoncer des crimes commis ailleurs alors qu’elle en pratique chez elle.

    Vous en tant que journalistes, vous auriez du faire cette observation qui coule de source au lieu de faire dans le patriotisme primaire pour défendre le pays au détriment de ceux que subissent vos confrères et à travers eux, tous les algériens dont on se rappelle que des centaines sont disparus sans que le régime daigne autoriser ou ouvrir une enquête en bonne et due forme.

    33
    26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.