Une députée FLN : «Nous n’avons pas empêché Bouhadja d’accéder à l’APN»

APN Bounab
Lors du rassemblement des députés devant l'APN pour empêcher Bouhadja d'accéder à son bureau. ©Anis Belghoul

Par Kamel M. – La députée FLN Saïda Bounab a affirmé, dans une déclaration ce jeudi matin à France 24, que les députés qui se sont rassemblés devant l’entrée du Parlement n’avaient pas pour but d’empêcher son président déchu, Saïd Bouhadja, d’accéder à son bureau. «Nous nous sommes rassemblés devant l’entrée principale du Parlement et avons effectivement cadenassé le portail mais le bâtiment comporte plusieurs autres accès», a affirmé la députée qui accuse la presse d’avoir «focalisé» sur ce rassemblement et interprété la démarche des députés frondeurs comme une tentative d’interdire à Saïd Bouhadja d’accéder au Parlement.

C’est la première fois qu’un député de l’alliance présidentielle fait une telle déclaration, contredisant ainsi tous les intervenants qui, durant le sit-in, expliquaient que leur action visait essentiellement à signifier à Saïd Bouhadja son limogeage effectif et que, de ce fait, il ne lui était plus permis d’occuper son bureau au sein de l’APN.

Mauvaise foi ou changement de discours ? Les députés opposés à Bouhadja ont-ils mis de l’eau dans leur vin maintenant que le perchoir a été libéré de son président contesté et est occupé par un député désigné par l’alliance présidentielle conduite par le FLN ?

Le silence de Saïd Bouhadja, principal concerné par cette crise qui semble le dépasser, n’aide pas à éclairer l’opinion publique incrédule sur les véritables causes de ce bras de fer entre lui et la direction du FLN, son parti.

Algeriepatriotique a appris, selon des sources proches de Bouhadja, que ce dernier ne compte pas s’exprimer sur cette crise, se contentant de déclarations sporadiques et spontanées à quelques organes de presse, entre deux thés sur une terrasse de café à Alger, non loin de son ancien bureau «indûment occupé» par son successeur, Mouad Bouchareb.

K. M.

Comment (23)

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 9 h 18 min

    Vous bloquez le passage et puis vous déclarez la vacance du poste. La loi de la Jungle.

    Maintenant Le monde comprend pourquoi l’Algérie n’a pas besoin de prix Nobel.
    L’Algérie a besoin du bétail de l’APN
    En plus elle débite ses débilités sur France 24.
    Vous avez froissé l’Algérie avec votre comportement d’analphabètes voyous.

    saxo
    25 octobre 2018 - 3 h 38 min

    Je me demande ce qui se serait produit si Saïd avait osé venir ce jour là .
    Il l’auraient concassé dans un cadenas à molettes . C’est logique avec
    70 brise-roches .

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 3 h 20 min

    c’est avec cette espece que le pays est dirigee depuis 62 un cancer qui s’est metastase dans toutes les institutions et qui est acctuellent arrive au dernier stade..

    10
    Tarass Boulba
    24 octobre 2018 - 22 h 39 min

    Ya nana Saïda Bounab , pourquoi tu mens en disant que vous les députés du pouvoir vous n’avez pas empêcher Saïd Bouhadja d’accéder à son bureau. Je suis sûr que tu portes un hidjab visible ou non visible, que tu fais la prière 5 fois par jour , que tu ne rates jamais la prière du vendredi, que tu as été au Hadj et à la Omra plusieurs fois mais tu mens quand même !! Maatehech’miche !

    10
    Anonyme
    24 octobre 2018 - 21 h 11 min

    Ils ont cadenassé la porte principale puis ils ont constaté la vacance de la présidence de l’APN, ils nous prennent vraiment pour des abrutis.

    23
    Lghoul
    24 octobre 2018 - 19 h 25 min

    « Ils ne l’ont pas empêché » mais ils cadenassent l’entrée principale ! Comment le bougre va rentrer a son bureau ?Comme un fontôme invisible ? Ces gens sont synonymes de médiocrité et de manque d’intelligence sans fin. Comment se sont ils retrouvés a de tels postes ?
    Incroyable mais vrai. Pensent ils que les gens sont des (…) comme eux ?

    13
    Vieillard
    24 octobre 2018 - 19 h 23 min

    Si par ce guet-apens on a voulu za3ma dire que maintenant c est le moment pour les jeunes d occuper les postes importants alors que fait encore Ould Abbas ben farnass est au parlement lui qui est âgé de plus de 80 ans???

    16
    benchikh
    24 octobre 2018 - 19 h 22 min

    quand on brûle une allumette on peu plus la brûler pour une deuxième fois,c’est ce geste que ces (…) de gardent ont faits ,le parlement à perdu sa législatif ,qu’ils continu à prendre les ordres de ses maîtres .

    20
    Anonyme
    24 octobre 2018 - 19 h 09 min

    Les mollusques sans cervelle parlent

    20
    Cadenas
    24 octobre 2018 - 19 h 04 min

    🔐 🔐🔐
    Tout est bloqué, rien à espérer de ces hallabas du parler et rien que parler en parlant pour rien dire. Ils montrent au gâchis comment se cadenasser se verrouiller se bloquer en d autres termes Ne pas discuter ne pas argumenter et ne pas proposer puisque ce sont ces hallabas qui parlent et personne d autres. Je vous vomi 🤮 tous autant que vous êtes

    DYHIA-DZ
    24 octobre 2018 - 18 h 56 min

    «Nous nous sommes rassemblés devant l’entrée principale du Parlement et avons effectivement cadenassé le portail mais le bâtiment comporte plusieurs autres accès».

    Quelle Honte…Quelle Honte.
    Cadenassé une porte c’est encore pire que empêcher….
    Une satellite Analphabète de Abbes en mission pour expliquer aux gens que Cadenasser les portes ne veut pas dire empêcher Le président de l’APN d’accéder à son bureau.
    Un prototype du cerveau des habitants de l’APN.

    22
    Kahina-DZ
    24 octobre 2018 - 18 h 50 min

     » Ma3za wa law Taret »…C’est une chèvre même si elle vole ( elle a des ailes pour voler).
    Un échantillon des CHIYATINES _MENTEURS sans dignité.

    30
    3
    GHEDIA AZIZ
    24 octobre 2018 - 18 h 36 min

    Mais elle est culotté e celle-là !!!!

    25
    elhadj
    24 octobre 2018 - 15 h 57 min

    le fait d avoir cadenassée la porte principale d entrée a l APN institution républicaine et permis la diffusion de cette image a travers les médias du monde a donne une triste image de notre pays , ridicule les citoyens, piétiné les lois de la république pour tenter au mépris des règles constitutionnelles fomenter un putsch contre le président légitime qui demeure aux yeux de la société civile et en vertu de la loi le seul président. Comment peut on admettre qu on reproche a M BOUHADJA son inaptitude a assurer sa fonction et introniser 2 présidents pour une APN , l un légal et l autre parachute alors qu une autre institution majeure semble être vacante depuis des années sans qu on connaisse le véritable état de sante de son titulaire absent de la scène politique. l exemple est donc donné de cadenasser toute institution qui pour une raison ou une autre en instaurera la loi de la jungle par le viol de la loi fondamentale .les citoyens observent avec une patience contenue ces agissements perturbateurs mais jusqu a quand cela va encore durer.

    14
      diogene
      24 octobre 2018 - 23 h 10 min

      vous voulez certainement dire .: déculottée.. corrigez moi si je me trompe , merci d’avance.

    anonyme
    24 octobre 2018 - 15 h 51 min

    tais toi chiyata
    et c’était quoi le fait d’avoir cadenassé l’entrée principale
    Retourne à la « cousina »

    12
    1
    Vérité
    24 octobre 2018 - 14 h 57 min

    Mme Bounab vous devriez avoir honte déja de mentir et de craché sur ce lui qui vous a pistonnée pour devenir la ou vous etes; une pompe à Dinars;une démagogue;une tricheuse,ce que vous faites ce n’est pas de la politique;c’est bien de la complicité à pilier la nation et son peuple;dites nous combien vous recevez chaque mois comme salaire et avantages, environs 400 000 DA;plus les cadeaux non déclarer;vous touchez le salaire annuel d’un soldat au front,intempéries; la faim et la soif,plus le risque de mourir;vous etes les enfants privilégiés de Pharaon,qui veille sur vous pour détruire ceux qui à laisser l’ex occupant;vous l’emporter pas avec vous

    22
    Gatt M'digouti
    24 octobre 2018 - 14 h 41 min

    Et dans un autre article sur AP, on se demande pourquoi Trump a menti aux américains???

    6
    3
    Anonyme
    24 octobre 2018 - 14 h 32 min

    Les partis rebelles disent que c’est eux qui ont élu le président de l’apn et ils peuvent le destitué sans que personne intervienne. Le président de la république est soit disant élu par le peuple, alors le peuple peut cadenasser la présidence de la république pour le destitué sans que personne n’intervienne. N’es ce pas mesdames et messieurs les députés charognards de l’Algérie.

    15
    Le FLN ce n'est que trois lettres et rien d'autre.
    24 octobre 2018 - 14 h 26 min

    Je déteste le FLN .

    18
    3
    Anonyme
    24 octobre 2018 - 14 h 18 min

    vous avez tout simplement cadennaser les portes…

    fatigué
    24 octobre 2018 - 14 h 14 min

    Cette gente dame nous prend pour des débiles.
    Alors Madame, dans ce cas pourquoi avoir cadenassé le portail de l’APN ?
    Pourquoi avoir confisqué le deuxième véhicule du président?
    Et en fin de compte, pourquoi vous êtes rassemblés devant l’entrée de l’APN si ce n’est pas pour empêcher quiconque de cisailler les chaines que vous avez placé.

    13
    Vangelis
    24 octobre 2018 - 13 h 39 min

    Les F.L.N n’a aucun respect des lois, fussent-elles inscrites dans la Constitution.

    Lorsqu’il est dans une impasse il fait le forcing à la manière des baltaguyas qu’ils sont.

    Quand au garant de la Constitution, il est muet, à sa décharge puisqu’il est malade.

    Même le ventriloque ne parle pas et pour cause, il n’a aucun mandat ni suffrage qui l’y autorise. Il est comme à son habitude à tirer les ficelles des marionnettes qui comme dans cette affaire, est lamentable et indigne d’un pays quel qu’il soit mais pas de l’Algérie habituée à être gouvernée telle une ripoublique.

    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.