La chancelière allemande Angela Merkel annonce son départ

Angela Merkel
La chancelière allemande, Angela Merkel. D. R.

Par Sadek Sahraoui – La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé lundi 29 octobre soir en privé qu’elle ne sollicitera pas un nouveau mandat à la présidence de son parti. Elle compte cependant demeurer à la tête du gouvernement jusqu’à la fin de son mandat de chancelière, en 2021. Mme Merkel a fait part de sa décision aux dirigeants de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), avant de s’adresser aux médias.

Afin de s’assurer d’un départ ordonné et pour donner le temps nécessaire à son parti pour organiser une course à sa succession en bonne et due forme, la chancelière de 64 ans entend continuer de gouverner le pays jusqu’à la fin de son mandat actuel, qui prend fin dans trois ans. Expliquant qu’elle n’ambitionne pas d’occuper d’autres fonctions, notamment à l’Union européenne, la Chancelière a coupé court aux spéculations sur son avenir en déclarant : «Je ne solliciterai aucune fonction politique après la fin de mon mandat en 2021». «Je crois que nous avons besoin de tourner la page», a ajouté la Chef du gouvernement allemand, qui ne sollicitera par ailleurs aucun mandat en cas d’élections anticipées.

Angela Merkel a aussi précisé qu’elle ne proposera pas de successeur elle-même à la présidence du parti, qui se veut un tremplin pour l’obtention du poste de chancelier fédéral. La secrétaire générale du CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le ministre de la Santé, Jens Spahn, ont déjà manifesté leur intérêt pour une candidature à la présidence du parti. C’est en décembre prochain que les membres du CDU doivent élire leur nouveau leader.

Cette annonce survient au lendemain d’une élection décevant pour les conservateurs du CDU dans la région de Hesse, qui a permis au parti d’extrême droite de l’AfD de tripler ses appuis et d’entrer au Parlement régional. Et il y a deux semaines, lors des élections régionales en Bavière, le recul important enregistré par l’Union chrétienne-sociale (CSU), son allié historique, a également ébranlé la solidité du gouvernement d’Angela Merkel. Le CSU a perdu la majorité absolue qu’il détenait dans la région depuis 1950.

S. S.

Comment (11)

    Anonyme
    31 octobre 2018 - 7 h 27 min

    Cette puissante femme ne prononce pas un mot sans l’avoir pesé, elle a fait briller l’Allemagne dans plusieurs contextes mais sa décision à faire combler le faible taux démographique par des migrants syriens, irakiens et encore mieux par les subsahariens a bouleversé les écosystèmes et les vagues de peuples sahariens inlassables continuent malgré tout à persécuter l’Afrique du Nord. Ces migrants s’avèrent malheureusement inqualifiés pour les hautes technologies dans l’industrie allemande.

    1
    1
    Anonyme
    31 octobre 2018 - 6 h 26 min

    C est nullement une affaire de personnes mais d’institutions et des objectifs, »c est a grande partie le sens de la politique Allemande,mais le chancelier peut exercer une tres grande influence sur la politique etrangere de l Allemagne,sachant qu ils ont une grande dette qu ils n ont pas fini de regler et consecutive aux crimes nazis…..la politique de la chanceliere Merkel est marque profondement par cet objectif

    1
    1
    Rayés Al Bahriya
    30 octobre 2018 - 23 h 16 min

    Chez nous , Bouteflika , le nonce pontificale , restera au pouvoir…. il ne renonce pas à un iota du Koursi , privatisan la présidence …
    Haba man haba…
    Kariha man karih…
    Vive L’ALGÉRIE…

    4
    1
    Tredouane
    30 octobre 2018 - 20 h 45 min

    L’Allemagne un nation qui à su reconquérir ça position dans le monde,une planification à long terme, c’est nullement une affaire de personnes mais d’institutions et des objectifs,le départ de cette chancelière souhaite certainement redonné de la vigueur à chancellerie par son annonce de son départ d’une part,d’autre part sortir par une très grande porte en prévision de ces mémoires.

    Ch'ha
    30 octobre 2018 - 18 h 33 min

    Face à la montée de l’extrême droite partout en Europe et donc l’Allemagne n’y échappe : extrême droite anti européenne donc si Merkel dit se retirer à la fin de son mandat c’est quelque part admettre son échec et l’échec d’une Europe moribonde.
    Elle se tire une balle dans le pied même si au 1er abord ça semble une décision de courage car si son parti la CDU avait gagné les élections aurait-elle fait cette annonce aussi prématurée, j’en doute même si elle n’avait pas l’intention de se représenter après 2021… Bref, elle lance un message aux allemands leur disant de ne pas sombrer dans l’extrême droite mais à mon humble avis ce n’est pas la bonne façon car l’Europe ne fait plus rêver.
    Reste à Macron à tirer son épingle du jeu en Europe et voire récupérer la place vacante de Merkel afin d’éviter le titanic à l’Europe.

      Tredouane
      30 octobre 2018 - 20 h 51 min

      Excusez moi mais je ne partage pas,l’Allemagne est certainement la locomotive de l’Europe,cela dit je pense que dans la prochaine étape v a encor consolidé ces acquis.Fraternellement.

      3
      1
    Lghoul
    30 octobre 2018 - 17 h 24 min

    Et pour ceux qui ne le savent pas, elle est née le 17 juillet 1954. Juste quelques années plus jeune que notre docteur ould abbas né en 1934 qui est toujours dans les parrages pour toujours défendre apparemment de nouvelles prochaines têtes de liste qui rapporteront gros. Il y a tout un monde et des années lumière qui séparent la grande dame qui respire la dignité et la sagesse, qui est respectée a travers le monde et le comédien du cirque ammar qui ne pond que des mensonges a chaque fois qu’il ouvre la bouche ou lève sa main pour montrer sa bague. Remarquez combien il aime lever le bras pour montrer sa bague – comme quoi, il est marié, vacciné et que c’est cause perdue pour toutes nanas qui voudraient tourner autour de lui. Par contraste, Merkel ne porte pas de bague…

    abdelkader
    30 octobre 2018 - 17 h 13 min

    Chapeau Mme Merkel de prendre la décision de ne pas solliciter un nouveau mandat a la présidence vous savez vous arrêter pourtant vous etes consider comme la dame la plus puissante au monde .

    4
    1
    DYHIA-DZ
    30 octobre 2018 - 14 h 28 min

    C’est pour cette raison que Ould Abbes commence à agacer la présidence. Ould Abbes perd son repère…
    Hypothèse: Sa visite en Algérie lui a fait comprendre qu’il ne faut pas dépasser 4 mandats, l’âge nous réserve des surprises naturelles.
    Un geste du patriotisme Allemand… Ceux qui aiment leur patrie.
    BRAVO MADAME MERKEL !! Vous n’ êtes pas les premiers dans tous les domaines pour rien…..

    Gatt M'digouti
    30 octobre 2018 - 14 h 15 min

    A 64 ans elle considère que « Tab Djenha » et qu’elle a droit à un repos mérité. Chez nous les Highlander fleurissent chaque mois de mai comme le cerisier.

    18
    Anonyme
    30 octobre 2018 - 13 h 01 min

    Ould Abbas va perdre en politique sa camarade de classe.Je me demande pourquoi les allemands leur Ould Abbas ne va pas crier que vu « Al Injazat » d’Angela Merkel ,il lui faut encore d’autres 3ouhdate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.