Violents affrontements à Alger : le football menace la sécurité du pays

BEO affrontements
Des policiers en faction à Bab El-Oued. New Press

Par Houari A. – Les violents affrontements qui ont éclaté dans la nuit d’hier à Bab El-Oued, au lendemain des graves incidents qui ont émaillé une rencontre de football au stade du 5-Juillet, confirment la gravité de la situation.

Après le match ayant opposé l’USM Alger au CS Constantine, des supporters du MC Alger ont voulu en découdre avec les Constantinois qui se sont déplacés dans la capitale avec leur club. Les «hooligans» du MCA avaient une revanche à prendre sur leurs «hôtes» qui les avaient agressés à Constantine lors du match CSC-JSK et sur les forces de l’ordre suite à la vidéo montrant un jeune tabassé par des policiers.

Les responsables de la Fédération algérienne de football (FAF) et de la Ligue nationale de football (LNF) avaient décidé d’empêcher les supporters du CSC et du MCA de se rendre respectivement à Alger et à Constantine pour éviter des affrontements. Mais des spécialistes avaient expliqué qu’une telle décision ne réglerait rien et si elle a été calquée sur le cas français Paris Saint Germain versus l’Olympique de Marseille, à Alger, la ville comptant de nombreux clubs hormis le MCA (USMA, CRB, NAHD et PAC), cette mesure ne changerait rien. Cela s’est confirmé effectivement hier soir à Bab El-Oued.

Les stades algériens s’éloignent de plus en plus du football pour devenir un lieu de règlement de comptes entre ultras des différents clubs et de trafics en tous genres. De nombreuses sources étrangères ont fait état de la prolifération du phénomène de la corruption dans le sport roi, tandis que la querelle qui oppose le président de la JSK au président de la LNF confirme la crise profonde que traverse le football national qui constitue désormais une véritable menace pour la sécurité du pays.

Il ne se passe pas une semaine sans que des incidents soient signalés à la sortie de matches et sans des déclarations enflammées provoquant un tollé général dans le milieu footballistique gangréné et pris en étau entre une mafia et des voyous.

H. A.

Comment (51)

    karimdz
    19 novembre 2018 - 20 h 33 min

    La violence dans les stades a atteint un niveau inquiétant, ce n’est pas propre à notre pays loin de là, ce n’est pas moins inadmissible.

    Il serait temps de prendre des mesures de sécurité similaires aux pays occidentaux, cameras aux abords et dans le stade, controle à l’entrée, présence en force de forces de l’ordre, l’interdiction dans les stades d éléments pertubateurs, voir de leur mise en garde à vue durant les matchs importants etc.

    Et s’il le faut, jouer à guichet fermé.

    Apache
    17 novembre 2018 - 18 h 09 min

    Il faut arrêter ce championat de football où la corruption est reine, pour au moins 5 ans. Peut être que d’ici là, les esprits se calmeront.

    3
    1
    Anonyme
    17 novembre 2018 - 17 h 30 min

    «le football menace la sécurité du pays»
    ————————————————————————————————————————————————-
    La plus grande menace sur la sécurité du pays n’est pas le football en lui même, mais bien cette classe «politique», pervertie et avide de dépecer le pays et ses richesses, qui fait tout pour imposer un homme malade et dans l’incapacité totale de «diriger» l’État pour un… 5ème mandat consécutif !

    6
    5
    ZORO
    16 novembre 2018 - 19 h 57 min

    IL FAUDRAIT SURTOUT NE PAS TROUVER DES EXCUSES A CEUX QUI S ATTAQUENT AUX SYMBOLES DE L ETAT ?A L UNITE DU TERRITOIRE ET DES ALGERIENS ?TOUT LE RESTE EST REPARABLE.
    SIGNE ZORO

    7
    5
      MELLO
      17 novembre 2018 - 15 h 08 min

      Quels sont ces symboles de l’État , si chers à ZORO ?
      Qui s’en attaque en premier ?
      Qui s’attaque aux Algériens ?
      Mais Pourquoi tant de haine ?.

      4
      6
    MELLO
    16 novembre 2018 - 19 h 34 min

    Si la sécurité du pays est menacée, il faudrait et c’est indispensable d’améliorer la sécurité dans les stades : conditions d’achats des billets, conditions d’accès ,conditions d’accueil, un meilleur football et une discipline au niveau des joueurs . Ce sont les premiers acteurs de cette insécurité rampante.

    11
    4
    MELLO
    16 novembre 2018 - 19 h 04 min

    La violence dans les stades ,la violence dans la rue,la violence à l’école, la violence dans la famille. Voilà la rampe de lancement de cette violence qui gangrène notre quotidien, la famille ,les parents n’ont plus d’emprise sur leurs enfants. Le respect mutuel à disparu pour laisser place à des insultes, des insanités et autres quolibets entre frères et soeurs ,entre parents et enfants sans que quiconque ne puisse intervenir. Les parents englués dans des problèmes multiformes à cause d’un train de vie qui écrasé tout sur son passage. Les enfants sont perdus entre une école handicapée et handicapante et une vie de famille plus que troublante. Les conditions de vie ne permettent guère à une harmonie de s’installer dans la famille.
    Le weekend, le football se devait de faire oublier tous ces soucis, mais les stades , l’accueil et la sécurité s’en mêlent pour provoquer une « bombe » au sein de cette jeunesse perdue. Perdue, car le premier responsable reste l’État; cet État absent pour pouvoir offrir les meilleures conditions d’épanouissement pour la jeunesse Algérienne. Bab el Oued est comme ce quartier abandonné, un quartier populaire où s’entassent des familles dans des conditions les plus désastreuses. Aucun plan d’aménagement, aucune offre culturelle pour la jeunesse, absence de sécurité et conditions de vie des plus déplorables. Que voulez vous attendre de cette jeunesse désemparée ? .Il en est de même pour cette jeunesse de Cirta.
    Les enceintes de football en Algérie n’ont pas toutes les conditions d’accueil pour assister à une partie de foot. Beaucoup de choses manquent et les services de l’État en sont conscients.

    14
    7
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 17 h 49 min

    Il est temps d’arrêter -(au moins le temps de tout revoir et recommencer à zéro)- cette mascarade qu’on appelle le football….ce n’est plus du sport ,c’est devenu une arme pour tuer, blesser, voler, saccager, manipuler, corrompre, traficoter, blanchir l’argent…etc..! Il n’ y a que les affaires, le régionalisme et la connivence avec l’étranger qui marchent, alors fermez tout et rentrez chez vous…bande de médiocres/corrompus (Illa Men Rahima Rabbi). La sécurité du pays passe avant tout…!

    73
    4
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 17 h 12 min

    il faut poser cette question très simple : peut-on encore continuer comme ca encore 7 mois ou bien il faut mieux arrêter le championnat et faire un compte rendu un débat national sur la violence etc….

    16
    3
    remarque
    16 novembre 2018 - 16 h 25 min

    Le weekend Algérien pour certains services en France par exemple, commence le jeudi après-midi pour se terminer le dimanche soir, sans parler des ponts. La chance !
    Lorsque je regarde la chaîne Coréenne ARIR….en Anglais, je deviens d’une frustration et d’une jalousie maladive ! sauf sur le fait qu’ils singent beaucoup trop l’occident dans sa décadence.

    5
    5
    La Viriti
    16 novembre 2018 - 15 h 38 min

    Medouar est marocain d’origine, marié à une marocaine d’Oujda, ou ils possèdent des biens et ou vivent ses enfants. Et Medouar est le président de la ligue algérienne…Wel fahem yefhem….La fin du pays est voulu par les marocains de souche qui pullulent dans toutes les institutions publiques et étatiques algériennes…Et depuis 1999 ils n’ont jamais été aussi nombreux et féroces…Ils ont une revanche à prendre sur leur histoire et pour le Maroc.

    55
    10
      Anonyme
      16 novembre 2018 - 17 h 24 min

      Ya Allah tu as raison ils veulent marocaniser mon pays…la constitution n autorise pas les algériens de l étranger d occuper des postes et voilà des marocains y occupent nos poste. À ce medouar su tu es marocain dégage….dégage

      24
      2
      le niveau
      16 novembre 2018 - 17 h 37 min

      exact la viriti l’exaude marocaine vers l’algerie a battu tous record …allah yaster pour l’algerie et les algeriens
      le jour ou le pays sera presidents par un algerien de puur souche la je vote et je serais ( mouatine mawhoub)

      13
      1
      Farid1
      16 novembre 2018 - 22 h 52 min

      Pourtant nos politiques que tu dis Marocains ne veulent ouvrir les frontières avec le Maroc…Pourtant ils défendent la RASD…..
      Tu dois être un autre Mokoko

      1
      1
    Le Français
    16 novembre 2018 - 14 h 45 min

    Après, l’état n’est pas seul responsable du comportement de ces jeunes, sans vouloir être moralisateur, ils sont le fruit de parents qui n’ont pas su les assumés.
    Chaque pays est touché par ce phénomène même si les pays « instables » comme l’Algérie mais aussi les deux voisins à l’ouest et à l’est sont davantage touchés par ce phénomène.

    52
    4
      Moh Tziri
      16 novembre 2018 - 21 h 09 min

      je ne suis pas d’accord avec le Francais, c’est la faute à l’état. L’état s’est organisé en « état policier » et voila le résultat. Une petite manif tel que les médecins, les Mouwatana, le familles des disparus etc…et voila que la police intervient très brutalement contre femmes, enfants, veillards etc..et ce qui pousse à la contre-réaction des gents face à cette hogra, le policier est protégé quand il gaffe et le pauvre citoyen non on veut le museler comme une bête et c’est inacceptable.

      2
      3
        Boulissi
        18 novembre 2018 - 20 h 30 min

        ces supporters tabassés par la police, sont des anges ??
        imagine un seul instant que les services de sécurité ou la police déposent une démission collective, qui feras régner l’ordre et la sécurité ?
        dans ce cas ca serait la loi de la jungle, et toi personnellement tu ne mettras pas ton bout de nez dehors.
        les supporters que tu défends ne sont pas aussi innocents que tu le penses ou que tu défends, a part si tu souhaites voir le pays a feu et a sang.
        cette violence est a l’origine des déclarations de pseudos dirigeants des clubs, de la LFP, de la FAF et des arbitres incompétents ou véreux.
        la police fait son boulot et les dépassemts existent dans le monde entier, a voir ce qui se passe en france, au USA et autres pays développés.
        je pense que tu rappelles la macabre décennie noire ou tout le monde rentrait chez lui a 16 heures de l’après midi !!

    Bedouz
    16 novembre 2018 - 14 h 45 min

    NOS responsables ne veulent PAS VOIR la réalité en FACE . Alors ils le font de biais . Résultat :
    Ils louchent . Conséquence de cette  » loucherie  » – au pays des AVEUGLES , le BORGNE est ROI .-

    6
    2
    faiza
    16 novembre 2018 - 14 h 22 min

    une jeunesse qui a toujours vécu dans la violence et l’injustice ne peut réagir que par la violence

    24
    5
    anonyme
    16 novembre 2018 - 14 h 21 min

    C’ EST A L’ IMAGE D’UN PRESIDENT ET UN ETAT ABSENT

    28
    2
    mergou
    16 novembre 2018 - 14 h 12 min

    Oui Mr Houari A, la lâcheté consiste à taper sur le faible.

    9
    1
    Karim
    16 novembre 2018 - 13 h 38 min

    Le foot, ce phénomène social, est source de problèmes aux 4 coins de notre planète.
    Entre corruption, violence et politique, ce sport est le Roi des embrouilles et il faut soit l’intégrer dans le fonctionnement de la société soit quasiment le bannir à tout jamais(!!!).
    La violence dans nos stades ne date pas d’hier mais que représente-elle par-rapport à la violence quotidienne de nos villes? Pas grand chose.
    En même temps lors de cette semaine écoulée, des journalistes ont-été emprisonnés sans aucun motif, des personnages publics ont-été emprisonnés sans motif clair et des mafieux sont libérés sans aucune raison.
    Alors messieurs, qu’est ce qui porte atteinte à la sécurité de la nation ou « menace la sécurité du pays »?
    Je le répète encore et encore, nous vivons des moments qui ressemblent dramatiquement à ceux des années 86 et 87, passe-droits, corruption, hogra, manque de perspectives, aucun projet de société, aucune vision et soyons sérieux et honnête avec nous, ça ne peut pas durer dans le temps.

    18
    3
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 13 h 30 min

    C’est un retour de manivelle qui était prévisible. Entre le foot, la cuisine et la pub que proposent les télé algériennes: rien. Après un bourrage de crâne footballistique il ne faut s’étonner de ce résultat.

    19
    1
    Adda
    16 novembre 2018 - 13 h 28 min

    IL y a 3 problèmes très graves ici ;
    1- Des jeunes désorientés qui n’ont que les stades pour refouler leurs frustrations
    2 – La gestion des foules et des manifestations cela d’étudie dans les écoles de sécurité et de police dans les pays démocratiques, ce n’est pas à jeune policier démuni venu de Takhmert de gerer et maintenir l’ordre
    3 – Faire jouer les match à risque dans des villes où la gestion des foules et efficace et le risque de débordement est minime

    16
    1
    Animo
    16 novembre 2018 - 12 h 25 min

    Les pays Arabophones ne peuvent vivre équilibrés que sous dictature militaire.
    Si l’occident ne s’ingère pas…
    ~~ »La Démocratie ne s’achète pas, ne se copie pas, elle se cultive jusqu’à la floraison
    puis hélas se fane un jour ! » ~~

    20
    4
    Ch'ha
    16 novembre 2018 - 11 h 45 min

    Franchement le foot ….ses supporters d’une violence inouïe partout dans le monde.
    Je ne prends jamais le métro quand y’a un match de foot car les supporters étrangers et français qui s’y rencontrent pour aller ay stade se bastonnent tout le temps. Il y a même des cars de CRS pour ça …
    Du n’importe quoi cette violence le hooliganisme gagne donc du terrain au pays alors qu’il est le fer de lance de l’Europe et clubs de foot européens.
    Interdire les supporters clubs de supporters violents de match sanctions etc …..
    Vive le sport ! Vive le basket-ball😉 ou le karaté pour faire honneur à Lamya Matoub.

    8
    4
    Ras le bol!
    16 novembre 2018 - 11 h 39 min

    A quoi gonfler les muscles d’avoir la 2ème armée Africaine et pavoiser sur les effectifs de la DGSN si on est pas capable d’assurer la sécurité intérieur, lutter contre la corruption, l’incivilité, la délinquance? Faire du marketing en gaspiller les deniers publics par des séances de propagandes militaires et policières alors que l’on ne soit pas d’assurer une la sécurité dans les stades, la sécurité des plages, de lutter contre les parkingueurs racketteurs, à quoi cela sert? L’image et la situation du pays sont à l’image de notre président malade, impotent, inaudible et toute sa cour de vorace et de gérontocratie qui s’accroche au pouvoir comme la moule sur son rocher. Le temps du changement doit se faire sinon nous risquons imploser et l’explosion à la fois par la faute de ces irresponsables qui ne se rendent même pas compte qu’ils mettent la sécurité de notre pays et du peuple algérien en péril. L’heure du changement doit se faire.

    35
    1
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 11 h 32 min

    Etant donné que l’Etat a misé sur 2 sortes de drogue dures pour abrutir le peuple ,la religion et le foot-ball .Le foot a aussi un effet pervers comme la religion ,il a engendré ses salafistes footballistiques.Donc on se retrouve avec genres de salafistes.

    39
    4
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 11 h 30 min

    la jeunesse c’est comme une cocotte minute qui risque d’exploser a n’importe quel moment, si ce n’est pas la rue c’est dans les stades et ce malaise trouve ses origines dans la malvie, la hogra, l’inegalite entre algerien l’enrichissement illigal et l’absence d’une justice sociale, c’est toute cette tchektchouka qui mijote dans le cerveau de cette jeunesse.

    19
    3
    Kader
    16 novembre 2018 - 10 h 43 min

    Cette Fitna à été provoqué le jour où Mellal avait décidé de jouer à Hamlaoui et que Zetchi avait peur de prendre ses responsabilités.
    Espérant que Mr le Ministre des Sports saurait prendre les mesures qui s’imposent pour juguler cette violence qui est en train de tuer le football national et ternir l’image de l’Algérie.

    17
    50
      prison
      16 novembre 2018 - 12 h 16 min

      ON PEUT VIVRE SANS FOOT et sans mosquées

      29
      4
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 10 h 36 min

    A coté du malaise social, la frustration, l’injustice, la non prise en charge véritable du Sport en général
    Et du Football, en particulier…..
    C’est l’impopularité de la FAF affairiste, et corrompue, et son alignement en faveur de clubs riches algérois
    Le favoritisme de trop envers le MCA-Sonatrach,et l’USMA-Sonelgaz au détriment des autres clubs algériens

    106
    9
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 10 h 27 min

    Si les résultats de l’enquête sur les massacres de Tizi et de Constantine de l’année dernière avaient été publiés et les mesures coercitives prises en temps opportun je ne pense pas qu’on serait aujourd’hui en train de spéculer sur les agissements de ces voyous en qui on a développé le sentiment d’injustice et de la Hogra.
    Il est encore temps de prendre des mesures exemplaires mais aussi et surtout équitables avant le démarrage de la phase retour.

    105
    4
    Algerie va mal très mal
    16 novembre 2018 - 10 h 24 min

    ça s’appelle le mal de la société algerienne et surtout les jeunes algeriens le pays va mail voila la vérité et c’est que le début
    les jeunes ils ont ras le bol de cette situation en algerie et surtout avec ces gens au pouvoir qui n’ont rien fait pour contenir ces jeunes
    croyez moi ça va mal très mal tout le monde a ras le bol de la situation en algerie et en plus avec l’absence de sa fakhamatouhou tout le peuple est devenu orphelin et en plus les moquerie a l’international ces jeunes sont devenus très violents

    26
    12
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 10 h 19 min

    Bababa ya Allah notre Houari parle de gravité de l heure et que le football menace la sécurité du pays etc…ou bien le sieur ne connaît pas notre environment ou bien il vit bien au chaud je sais ou. Ce phénomène exista depuis les annees 50… même des match inter quartier avec ballon en papier ..à la fin c la guerre…ce phénomène est très répandu dans le monde…hooligans en Grande Bretagne par exemple. À Wembley c toujours les dégâts dans l underground dans les rues, à la sortie du stade…et les service de la police ont adopter une strategy de containment. Ça marche plus de sang , plus de bouteille de bières plus de sirènes d ambulance etc….si vous avez à vous inspirer voir les techniques anglaises pas française…car les français sont arriérer dans tout les domaines. Donc ya si El Houari dans votre cas c la goutte d eau qui fait la rivière ..ya sidi wellah jeme suis dit c la fin du monde a vous lire..la sécurité du pays etc…

    18
    4
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 10 h 15 min

    ce n est pas le foot ball qui est la cause de cette violence ! c est le ras le bol de la jeunesse algérienne qui est exprimée ! et les jeunes que vous le voulez ou pas s identifient à Amir dz !

    16
    39
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 10 h 14 min

    Les responsables de cette fitna sont connus.
    Par ordre d’importance c’est Zetchi, Medouar, Mellal, Ghrib, Saou et Arama.

    25
    14
    Mon opinion a moi
    16 novembre 2018 - 10 h 13 min

    2 match a huit clos?,? un vrai scandale!! ;de toute façon dans l’Algerie d’aujourd’hui avec l’état qui ne joue pas son role de régulateur et qui entretien l’anarchie ,voila ce qui arrive des corrompues qui produisent d’autres corrompues ,des imposteurs a chaque étages y a t-il encore des hommes intègre qui aiment leurs pays?

    21
    3
    STOP DANGER
    16 novembre 2018 - 10 h 05 min

    Entre algériens c’est honteux.
    Ça me rappelle les Harkis d’avant 1962.
    Et ça me rappelle la décennie noir.
    Je croyais que le régionalistes n’était qu’imaginaire , et bien je constate maintenant que non.
    Certains ennemis de l’Algérie peuvent utiliser ces mouvements de foules sauvages à des fin de Fitna en créant des derapages.
    Il faut absolument faire cesser tout cela par des rencontres de matchs à guichets fermés.
    Puis après une longue période maintenue comme ça, revenir à des critères de sélection rigoureuse des supporters admit dans les stades.
    Avec des vidéos scrutant les gradins toutes anomalies.

    22
    13
    Abou tamtam
    16 novembre 2018 - 9 h 43 min

    Deux solutions uniques s’imposent: 1/ huis clos total de toutes les rencontres jusqu’à la fin de la saison, 2/ arrêt total de cette mascarade qui a pour nom « championnat professionnel de football », hachakoum.

    31
    5
      massi 05
      16 novembre 2018 - 20 h 53 min

      …ce n’est même pas do foot …c’est du pousse ballon.

    Zaatar
    16 novembre 2018 - 9 h 16 min

    Les choses sont pourtant claires. Je ne comprend pas ce wait and see des autorites et les solutions preconisees avec les forces de l’ordre qui ne servent a rien. On n’a pas un championnat digne de ce nom. On a juste une poignee de joueurs qui peuvent se dire footballeurs autrement c’est des ker3ine lem3ize. On a des magouilleurs aux commandes et aux destinees des clubs, voir des trafiquants. On a des voyous et des casseurs a la limite criminels meurtriers en guise de supporters de ces clubs. Je me demande avec tout cela comment on continue d’avoir un championnat national de football chez nous. La solution serait de l’hiberner pendant quelques annees, peut etre une dizaine, le temps que tout le monde rumine ce qu’est le sport en general et le football en particulier. On epargnera alors pendant tout ce temps aux forces de l’ordre ces interventions musclees hebdomadaires a chaque match.

    19
    5
      Abou Stroff
      16 novembre 2018 - 10 h 01 min

      Zaatar, comment te permets tu de préconiser l’arrêt du championnat de foot? en effet, supposons que le championnat soit suspendu, que vont faire tous les bougres d’ânes qui suivent les ker3ine lem3ize dans leurs joutes footballistiques? se mettront ils à poser les questions qui fâchent, du genre, pourquoi sommes nous obligés d’importer une équipe de foot majoritairement française, pour nous représenter? pourquoi n’y a t il aucune politique sportive et aucun plan de développement, à moyen et à long terme du sport, en général?
      moralité de l’histoire: le foot, comme la religion, répondent expressément à un objectif essentiel: favoriser l’aliénation de la populace en l’anesthésiant. le foot produit des bougres d’ânes et la religion produit des zombies. ni les bougres d’ânes, ni les zombies ne sont armés pour remettre en cause l’ordre établi, n’est ce pas?

      27
      8
        ZORO
        16 novembre 2018 - 11 h 33 min

        Tu ne seras jamais credible tant que tu ne respecteras
        pas les croyances des millions de tes concitoyens,cree toi une bulle ,respire son air , cest un moyen sur pour suffoquer.
        SIGNEZORO…Z…..

        5
        18
        Zaatar
        16 novembre 2018 - 12 h 26 min

        Cher Abou stroff je te salue,

        Tout au fond de moi et au fond des choses, tu sais bien que je suis d’accord avec toi… il y a juste la forme d’un petit problème du pays, ici le foot et le championnat national, ou l’analyse nous fait dériver vers une logique d’un terrain écartée… sois disant, on a un championnat qui est suivi de hooligans. Au fond, le problème, est exactement comme tu le décrit on en a tous conscience.

        3
        2
          abou Stroff
          16 novembre 2018 - 14 h 22 min

          mister Zaatar, je te salue! il fallait me lire au second degré car, je faisais un peu d’humour, sans plus. quant au foot, je crois que la marabunta qui nous gouverne doit nous divertir grâce au foot, aux télé-prêcheurs du genre chemsou, au « médecin » du genre belahmar et aux politiciens du genre …………… ould machin, etc.
          moralité de l’histoire: il n’y en a aucune, à part que ceux qui nous gouverne sont là pour durer tant que les prix des hydrocarbures ne s’effondre pas sur une lonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnngue période.

          5
          1
    Anonyme
    16 novembre 2018 - 8 h 47 min

    Ce n’est pas seulement des dérapages liés au foot mais aussi l’expression dangereuse du vécu de beaucoup de jeunes. L’état semble totalement impuissant à prendre en charge les revendications d’une jeunesse livrée à elle-même car préoccupé par les luttes au sommet.
    Les choses sont sérieuses.

    28
    32
      Anonyme
      16 novembre 2018 - 10 h 10 min

      LE CHANGEMENT SORTIRA DES GRADINS DES TERRAINS DE FOOT BALL ! LE BLOCAGE DE LA LIBERT7 D EXPRESSION ET LE RAS LE BOL DE LA JEUNESSE ALGERIENNE AVEC L OPPOSITION ORGANIS7E PAR LES HARRAGAS EST UN MÉLANGE DÉTONNANT ! CE SYSTÈME N A PAS DE SOLUTION ET QUAND ON EST IMPUISSANT ?ON DEVIENT VIOLENT ET LA VIOLENCE GÉNÈRE LA VIOLENCE ! IL EST TEMPS POUR CES NARCOTRAFIQUANTS DE DÉBARRASSER LE PLANCHER PACIFIQUEMENT ET LAISSER LE PEUPLE ALGERIEN SE PRENDRE EN CHARGE !

      17
      47
        Anonyme DZ
        18 novembre 2018 - 19 h 57 min

        et toi reste chez toi au chaud en pantoufle et pyjama si ce n’est tu es caché dans un lieu plus clément tout en jouissant du pseudo changement printemps kharabe.
        des déclarations de dirigeants de clubs, de fédération ou commentaire de ton genre qui nourrissent la violence.

      Anonyme
      16 novembre 2018 - 13 h 12 min

      La jeunesse livrée à elle même, elle n’a qu’à aller travailler sur les chantiers, ou apprendre un métier dans les centres de formation professionnelle, ou s’inscrire à un club de sport ou de musique, ou voir du pays, tout ça ne manque pas en Algérie. L’oisiveté est mère de tous les vices, ô combien!
      C’est comme dans les banlieues en France, tout est à leur disposition mais ces messieurs les sous doués doublés de bras cassés attendent qu’on les prennent par la main et qu’on les mène jusqu’au bac à sable.
      Ils étaient nuls à l’école, ils restent nuls pour le reste, c’est pas de leur faute, c’est parce qu’ils n’ont pas les neurones.
      Tout le monde ne peut pas être médecin ou ingénieur, eux dans leur immense ingénuité ( restons polis ) ils s’imaginent qu’ils sont en droit d’être directeurs avec leur bac moins 10 et leur QI de grenouille, la jalousie leur mord le cœur et pour eux toutes les occasions sont bonnes pour détruire l’œuvre humaine. Des shitholes, des trous du c…, quoi.

      5
      5
    Hibeche
    16 novembre 2018 - 8 h 29 min

    C’est vrai que le hooliganisme gangrène le football algérien, que la violence est un fléau qu’il faut réduire. Mais ce que ne veut pas dire Houari A. et ne veut admettre le pouvoir politique c’est que, ça a été dit ici-même par beaucoup de monde, quand on empêche les partis politiques , les associations, les syndicats et toute la société civile de s’exprimer pacifiquement et d’une manière civilisée, il ne reste que la violence pour le faire. Ce n’est pas par hasard qu’on voit dans tous les stades des supporters proférer des insultes à l’égard du pouvoir, et louent des blogueurs et lanceurs d’alerte. Le pire pour le pays c’est de continuer comme si de rien n’était.

    25
    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.