Gestion de l’immigration clandestine : l’hypocrisie européenne vivement dénoncée

européen
Le président du COPASC, Ali Sahel. D. R.

Par Hani Abdi – L’attitude européenne face aux flux migratoires venant de la rive-sud de la Méditerranée est vivement critiquée. Le président du Comité d’organisation du Parlement africain de la société civile, Ali Sahel, qualifie les dirigeants européens d’«hypocrites» qui «refusent de traiter convenablement ce fléau» en l’attaquant à sa source, à savoir la pauvreté, les aléas climatiques, l’instabilité et la guerre. Les Etats européens, selon lui, cherchent à siphonner la meilleure ressource humaine et empêchent par tous les moyens l’accueil de ceux qui souffrent des affres de la guerre, des conflits ethniques et de la misère.

Ali Sahel dénonce «l’exploitation sauvage» des richesses africaines par des multinationales dont le seul souci est le profit. Ces multinationales sont en train d’exploiter de manière sauvage toutes les richesses de l’Afrique au détriment de sa population et de son milieu géographique», a-t-il dit.

Pour le président du comité d’organisation du Parlement africain, qui s’est exprimé aujourd’hui sur les ondes de la Chaîne III, «il est impératif d’agir pour faire comprendre aux Européens qu’ils ont une grande part de responsabilité dans ce qui se passe actuellement en Afrique et en quelque sorte responsables des malheurs qui frappent les populations du continent africain». Il considère que la question de la souveraineté de décision dans le traitement du phénomène migratoire est primordiale. Autrement dit, les pays africains doivent s’organiser eux-mêmes pour traiter des solutions concrètes et efficaces à ce phénomène, avec, bien entendu et surtout, l’aide financière de ceux qui profitent des richesses de ce pays.

Ali Sahel estime ainsi que les Etats africains doivent prendre leur destin en mains et s’imposer comme force dans le monde. Une force qui doit être écoutée parce que plus de 50% des richesses naturelles mondiales sont en Afrique et parce que ce continent subit plus que les autres le réchauffement climatique. Il assure que toutes les promesses d’aide financière européenne n’ont pas été tenues.

Il considère la lutte contre la fuite des élites et des capitaux comme essentielle pour développer le continent. «Le moment est venu, estime-t-il, pour l’Afrique d’assumer ses responsabilités et de se pencher méthodiquement sur les problèmes qui la rongent». Ali Sahel dénonce dans ce contexte le discours paternaliste européen selon lequel les Etats africains ne peuvent pas régler leurs problèmes. Il considère que les Etats européens sont mal placés pour donner des leçons sur le respect des droits de l’Homme et des migrants, puisqu’ils sont arrivés jusqu’à refuser d’accueillir des naufragés en pleine Méditerranée. Cela, sans oublier le racisme et la xénophobie dont sont victimes les ressortissants africains en Europe.

Ali Sahel a défendu la position de l’Algérie et sa politique de gestion des flux migratoires, estimant que les critiques ciblant l’Algérie sur ce dossier «visent à salir son image et à faire pression sur ses dirigeants pour qu’elle accepte l’agenda européen sur la question migratoire».

H. A.

 

Comment (10)

    Anonyme
    22 novembre 2018 - 0 h 28 min

    Ils n’ont pas une grande part de responsabilité mais toute la responsabilité de ce qui se passe sur le continent africains. Ce sont les responsables du chaos , des guerres, du pillage, de la pauvreté..etc..donc qu’ils aillent voir ailleurs si nous y sommes, puisqu’ils veulent qu’on porte le chapeau à leur place pendants qu’eux,ils se régalent et profitent des ressources qu’ils ont spolié.

    Je trouve que le message de M. salhi a été très fort, très franc et direct, alors qu’ils nous lâchent les baskets ainsi que leurs soi-disant ONG qui sont les plus grandes espionnes et fouteuses de troubles en Afrique (sauf rares exceptions).

    Anonyme1
    20 novembre 2018 - 16 h 21 min

    Pour une fois quelqu’un qui dit des choses vrai et qui cadrent avec ce que nous voyons sur le terrain.
    Merci pour votre lucidité monsieur.
    Les migrants ne partent pas seuls, il y a des rabatteurs qui sont derrière à attiser ces départs de mille et une façons.
    En premier il y a ces forces armées des pays occidentaux. Ils sont installés à la limite des pays africains en plein désert parfois, car ils savent que les populations autochtones refusent leurs présences. Ils sont là pour attiser des haines et des conflits entre tribus et ethnies des diverses populations pour obtenir ce terroriste et ce ras le bol qui les arrange. Et il faut le signaler que ceci a été étudié dans leurs université comment provoquer les soulèvements et les mécontentements au sein des populations. D’où ces agissements des pays occidentaux et de l’Otan.
    Le cas des bavures de leur aviation, en Afghanistan, en Syrie en Irak en Libye, ne sont pas des fautes ou erreurs de pilotage, mais sont le résultat de bombardements fait volontairement pour provoquer le mécontentement des populations qui par esprit de vengeance vont prendre les armes contre ces européens qui occupent le sol de leurs pays. Ainsi nait ce prétendu terrorisme, et le cercle infernal de ce terrorisme au sein des pays africains et arabes.
    Pourquoi y a-t-il plus de 500 ONG ou Burkina Fasso, que font elles là bas, une population de 16 millions d’habitants nécessite t’elle autant d’ONG. Sachant que chaque ONG nécessite au minimum deux à trois personnes sur place.
    Se rappeler de l’agent du SDECE, GAMATE, qui exerçait au Mali et se disait membre d’une ONG. Et a été fait prisonnier par des terroristes au Sahel.
    Pourquoi y a t-il des unités d’élite des Usa dans plusieurs ambassades africaines des États Unis, leur nombre varie entre 100 plusieurs centaines, des commandos qui ont subis un entrainement qu’aucune autre unité de l’armée Us n’e na eut. Que font-ils ici alors que ces ambassades ne sont nullement en danger vis-à-vis des populations locales.

    che
    18 novembre 2018 - 23 h 53 min

    c’est vrai qu’en Afrique ces dirigeants qui vendent leurs matières premières sans transformations pour acheter des produits finit ne sont que des employés des multinationales, de pauvres escrocs sans envergures, des microbes de l’humanité !!!

    13
    mousalade
    18 novembre 2018 - 23 h 51 min

    c’est vrai que l’Algerie est encore un pays pauvre, son tout petit secteur agricole représente à lui seul le PIB de la CIV une trentaine de milliards de $, ce qui permet de comprendre l’extraordinaire niveau de pauvreté en Afrique !!!

    1
    11
    mohamed
    18 novembre 2018 - 23 h 49 min

    pour nourrir la France à Fric – plumer l’Afrique avant de la dévorer !!!!
    Africa #CIV Morocco Senegal Mali Niger Tchad Guinee BurkinaFaso GhanaNews Benin TogoDebout Togo Gabon Cameroun Mauritanie Burkina Dakar Maroc #Maroc2026 #CEDEAO
    REVOLUTION

    8
    1
    ALI
    18 novembre 2018 - 22 h 35 min

    Le ridicule ne tué pas,certe les Européens sont des hypocrites et les Africains se sont des dictateurs,des voleurs, des corrumpus,des injustes des feignant,et des collabos des Européens

    19
    3
      Ch'ha
      19 novembre 2018 - 22 h 45 min

      @Ali
      Qui place ces dictateurs africains au pouvoir …
      Qui a bombardé le palais présidentiel d’un président africain qui avait gagné les élections président nationaliste opposé à la Françafrique Gbagbo derrière les barreaux de la CPI ….qui déjà?? Ah mais c’est bien sûr la France et Sarkozy !

    Tredouane
    18 novembre 2018 - 20 h 47 min

    Une Afrique souveraine solidaire entre ces composantes,une Afrique forte déterminer à abolir ça dépendance son indépendance des anciens colons lui ouvrira les portes grande sur un monde changent ,par ces positions géopolitique et géoéconomique ferons d’elle un partenaire non contournable.
    Afrique prends toi en charge car trop longtemps tu a été asservi.

    17
    2
    ndiabyUK
    18 novembre 2018 - 20 h 09 min

    Bravo! La vérité a fini par être dite !
    L’Afrique doit se prendre en main ! elle en a les moyens si elle ne se laisse pas entrainer par des pays intrus agents de l’Europe. L’Occident se sert de ce pion d’Afrique du nord pour saper tout effort de développement.
    Les investissements toxiques n’augurent rien de bon.
    Il n’y a pas de honte d’appeler un chat un chat. Nous n’avons pas besoin d’un pays VRP multicarte pour acheter un train ou monter des véhicules dont l’Europe n’en veut plus.
    Halte à la technologie périmée et aux monocultures.

    17
    3
      Chaoui
      18 novembre 2018 - 20 h 43 min

      A « NdiabyUK » !
      On ne peut d’autant que souscrire à tes vérités que nous pensons de même.

      14
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.