Au moins 90 000 objets d’art africains spoliés dans les musées français

Le canon Baba Merzoug, trophée d'une guerre que la France a perdue 132 ans plus tard. D. R.

Au moins 90 000 objets d’art africains, fruit de pillages coloniaux, sont en possession des musées français, indique un rapport qui sera remis ce vendredi au président Emmanuel Macron.

Selon le quotidien du soir Le Monde, l’évaluation livrée par le rapport élaboré par Bénédicte Savoy (universitaire et historienne de l’art français) et Felwine Sarr (écrivain, économiste, universitaire et musicien sénégalais) près de 70 000 pièces se trouvent dans le seul Musée du quai Branly-Jacques Chirac et, officiellement, 17 636 dans une cinquantaine d’autres établissements.

Ces derniers se trouvent dans des villes portuaires (Cherbourg, Le Havre, La Rochelle, Bordeaux, Nantes, Marseille), mais aussi à Rennes, Lyon, Grenoble, Toulouse, Besançon, Dijon et à Paris (Musée de l’armée et Hôtel de la Monnaie).  Mais ces chiffres sont très inférieurs à la réalité si l’on compte les objets d’arts appartenant à l’Algérie et à l’Egypte, deux pays qui sont exclus de l’opération de restitution de ces pièces à des pays africains.

D’ailleurs, en introduction, le document indique de manière explicite que les cas, algérien et égyptien sont exclus, parce qu’ils «relèvent de contexte d’appropriation et impliquent des législations très différentes».

Le document intervient suite à la promesse du président Macron, devant les étudiants burkinabé le 28 novembre 2017, de restituer les objets et œuvres d’art appartenant aux pays du continent africain.  «Je veux que d’ici à cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique», avait-il déclaré dans son discours. Une annonce qui avait suscité en France l’inquiétude des conservateurs qui ont répertorié ces œuvres d’art comme faisant partie du patrimoine français.

Le rapport de 232 pages des deux universitaires demande que tout objet emporté sans le consentement explicite ou, du moins, très vraisemblable, des propriétaires ou gardiens des œuvres, puisse être restitué aux pays africains qui en feraient la demande.

Selon Le Monde, repris par l’APS, sont concernés non seulement les butins et pillages de guerre, mais aussi les collectes des ethnologues et, «au-delà, tout objet qui serait passé entre les mains d’un soldat, fonctionnaire ou missionnaire colonial et aurait été donné plus tard par ses héritiers à un musée».

Les auteurs du rapport, qui se sont déplacés au Sénégal, au Mali, au Cameroun et au Bénin et ont rencontré différents interlocuteurs, rappellent que les demandes de restitution sont aussi anciennes que la fin de l’empire colonial et qu’elles ont été repoussées depuis plus d’un demi-siècle. Dans ce fonds muséal, ils distinguent les butins de guerre, les collectes des missions ethnologiques et les «raids» scientifiques financés par des institutions publiques, proposant une chronologie des restitutions qui commenceraient dès maintenant par les prises de guerre et dureraient aussi longtemps que nécessaire, à mesure que les inventaires «plus précis» et recherches archivistiques «plus poussées» permettraient de statuer au cas par cas.

Pour le cas de l’Algérie, plusieurs objets ont été volés par les troupes de Charles X au moment de la sanglante colonisation. Plusieurs canons algériens sont actuellement dans des musées français, dont le mythique Baba Merzoug, une pièce d’artillerie de 7 mètres de long et de 12 tonnes, qui est installée à Brest depuis 1833. A ce sujet, la préfecture maritime de Brest avait déclaré aux demandes des associations algériennes pour le récupérer que le canon «fait partie du patrimoine français».

R. N.

Comment (20)

    anonymette
    22 novembre 2018 - 22 h 00 min

    il faudrait récupérer notre patrimoine c’est important pour notre identité nationale, l’éducation des jeunes et des moins jeunes, mais aussi c’est important pour reconquérir les savoir-faire qui disparaissent petit à petit. En observant nos tapis algériens anciens, nos costumes anciens, notre vannerie ancienne, notre coutellerie ancienne, nos accessoires en cuir anciens et tant et tant d’autres exemples du génie créatif algérien, on mesurera combien ce qui est fabriqué en ce moment, excusez-moi, mais c’est de la daube à coté ! Il faut les rapatrier pour donner accès aux gens à cet héritage en l’exposant dans les musées et aussi aux artisans en créant des écoles spécialisés pour chaque élément du patrimoine, pour en réaliser des répliques exactes et reconquérir toute la connaissance nécessaire à la réalisation de ces objets, créer des manufactures d’excellence pour égaler le savoir faire de l’époque avec la connaissance des matériaux qui va avec, relancer les filières, renouer avec la finesse, la belle ouvrage, l’harmonie des formes et des couleurs que l’on ne retrouve quasiment plus ! beaucoup de choses peuvent être faites , un musée ce n’est pas un tombeau , c’est un écrin qui permet d’observer, de s’informer, de rêver et aussi de chercher à égaler l’application, la précision , la finition impeccable des anciens artisans !

    Anonyme
    22 novembre 2018 - 19 h 56 min

    si la France restitue tout les objets aux pays propriétaires elle va être obliger fermer la moitié de ses musées
    moi je continu a revendiquer le retour de baba merzoug mais ça sert a quoi quant on sait qu il y des dizaines de trafiquants qui expédier des centaines de pièces d arts et patrimoines vers des receleurs et des collectionneurs a travers le monde en plus je ne crois pas qui il existe un service de protection des biens et du patrimoines national et même que quelques hauts ir/responsables qui trafiquent le plus par procuration

    Kenza
    22 novembre 2018 - 19 h 51 min

    Que la France commence déjà par leur rendre leur liberté et leur indépendance et le reste suivra….

    4
    1
    Anonyme
    22 novembre 2018 - 18 h 30 min

    Ce sont les africains eux-mêmes qui pillent leurs patrimoine archéologique et historique par corruption et par trafic et contrebande. Vous ne savez que pleurnicher et vous ne reconnaissez jamais vos responsabilités et vos erreurs!

    2
    1
      Anonyme
      24 novembre 2018 - 11 h 05 min

      Vous êtes venu ici déverser votre fiel. Ce vol est survenu pendant la colonisation. Que reste t-il dans ces pays africains pour que ces africains dont vous parlez vont traficoter. A part les défenses d’éléphants ou autres cornes il ne reste rien, tout est dans vos musées en France entre autre les trésors du Dahomey. Les pillards sont connus cessez d’élargir votre milieu.

    socrate
    22 novembre 2018 - 11 h 14 min

    Ces objets sont très bien là où ils sont. Ces objets n’existeraient plus depuis longtemps s’ils n’étaient pieusement conservés dans les musées français ou occidentaux. Où bien ils auraient été mis sur le marché de l’ Art et seraient alors entreposés dans des coffres en Suisse bien à l’abri des regard du public. Macron donne dans la repentance néo-coloniale à outrance. Chaque jour il trouve une raison de s’excuser, de demander pardon à la terre entière. C’est son petit coté « gauchiste » car sinon il applique une politique strictement libérale.

    2
    3
      Anonyme
      22 novembre 2018 - 19 h 49 min

      Merci de les avoir conservés des convoitises bassement commerciales mais maintenant il est temps de restituer nos biens culturels. Nous avons un excellent Musée des Armées blindé à mort pour abriter les effets de l’Émir Abdelkader et nos canons, ils y sont plus à leur place que chez vous où ils ne sont rien d’autre que des trophées de guerre alors que pour nous ils sont au cœur de notre Histoire.

      3
      1
    Anonyme
    22 novembre 2018 - 8 h 03 min

    Ce qui s’est passé dernièrement aux musées d’Irak, de Syrie et de Libye et même du mausolée de Tombouctou, pillés par des occidentaux ( des collectionneurs, qui font agir à distance des terroristes) en est la preuve que ces pays qui se disent civilisés ont démontré que la barbarie est là où ne pense pas qu’elle y est.

    6
    2
    Ch'ha
    22 novembre 2018 - 2 h 34 min

    Il est vrai que le musée du quai Branly est blindé d’art africain d’ailleurs c’est le but musée d’art et des civilisations africaines, il y a aussi des antiquités algériennes de mémoire.
    Rendez-nous les CRÂNES DE NOS CHOUHHADAS que vous osez exposé tels des trophées au musée. Sans parler du reste.
    Que l’Algérie et l’Égypte ne figurent pas dans cette demande rien de surprenant.
    Vous trouvez des antiquités égyptiennes à foison au musée de Lyon et en France dont une exposition actuellement à Grenoble. Un pays qui s’est fait piller c’est bien l’Égypte dans tous les musées du monde.
    Non le canon de Baba Merzoug ne fait pas partie du patrimoine français tout comme n’importe quelle antiquité algérienne c’est de l’hérésie que d’affirmer le contraire, c’est le patrimoine algérien ! Si le pays s’appropriait Versailles et déclarait c’est du patrimoine algérien qu’en serait-il ??!!!
    L’Irak s’est également fait piller pendant l’invasion d’ailleurs les bâtiments et ministère du pétrole bien gardés par contre « bizarrement » toutes les oeuvres et antiquités l’histoire du pays pillés et vendus sur le net par les anglo-saxons.

    6
    1
    Anonyme
    22 novembre 2018 - 1 h 52 min

    Rendez nous aussi les armes ( fusil, pistolet, sabre ) et le caftan de l’Émir Abdelkader exposés au Musée de l’Armée à Paris, qu’est ce qu’ils attendent les Algériens pour les récupérer?

    7
    1
    Anonyme
    21 novembre 2018 - 23 h 41 min

    Et encore, ça c’est la partie apparente de l’iceberg, ce n’est rien devant tout le reste.! Des voleurs, ces gens qui sont venus Za3ma nous civiliser!
    Et des menteurs, ces gens de la préfecture de Brest qui disent que Baba Merzoug fait partie de leur patrimoine, ils n’ont vraiment pas froid aux yeux ! Et qu’est ce qu’ils diront sur le Trésor de la régence d’Alger qu’ils ont volé alors que les français étaient en pleine crise économique à l’époque de Charles X..! Résumons: colonisateurs, voleurs, pilleurs, menteurs, assassins, violeurs,…..ça fait quand même beaucoup…….Il faut noter que le pillage n’a pas encore cessé jusqu’à ce jour!

    7
    1
    Anonyme
    21 novembre 2018 - 21 h 27 min

    Il y a erreur, votre photo d’illustration n’est pas Baba Merzoug. Baba Merzoug alias La Consulaire, 7 mètres, 12 tonnes se trouve sous forme de colonne posée sur un socle tel un monument dans l’arsenal de Brest en Bretagne. https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Consulaire

    10
    1
    Kahina-DZ
    21 novembre 2018 - 21 h 14 min

    «fait partie du patrimoine français».

    La France présente à ses touristes des objets d’arts qui ne lui appartiennent pas…Et une histoire qui ne lui appartient pas.
    La France doit rendre à César ce qui est à César.
    Que fait l’Algérie pour récupérer tout ce qui lui appartient ??

    11
    1
    Le Gilet de Macron
    21 novembre 2018 - 20 h 24 min

    Un jour en France, à Aix-en-Provence, alors encore lycéen, très ignorant de l’épaisseur de notre histoire avec les Français, une famille française du nom de Bert, (Nom très connu, une rue porte ce nom à Aix), voisine de mes parents, m’a appris que le tapis qui ornait le parterre de son salon provenait d’un de ses aïeux qui avait participé à la conquête de l’Algérie, vous n’imaginerez jamais la tristesse qui fut alors la mienne, je n’ai jamais supporté « L’Algérie française », l’humiliation, l’avilissement des nôtres, ça m’a valu des problèmes en France avec certains professeurs, et des punitions à l’envers, auxquelles nos incultes ICI n’entendent rien, tant Allah Pour eux est l’Euro, après qu’il fut Le Franc, ah ! Les Francs, eux ils ne comptaient pas le nombre de « nos » morts… Il faut peut-être fouiller l’Hexagone de fond en comble et ramener en Algérie tout ce qui a été pris aux nôtres ? Anecdote : En 1956, dans la dachra où nous vivions, j’avais trois ans, j’ai le souvenir, de nuit, d’un soldat français qui après avoir défoncé la fragile porte de la minuscule pièce où nous dormions, qui fouillait et avait fini par voler un bol rempli d’oeufs, je n’ai pas besoin de ce canon, je demandes juste ces oeufs : Pour commencer la litanie du Compte de 1830 à 1956/1962… Et si de nôtre côté pour copier les actuels Gilets Jaunes, nous déclenchions une opération Gilets Verts… Pauvre Macron, et toi de quel couleur sera alors ton gilet ! Monsieur Le Président, je veux mes oeufs, mes protéines…

    8
    1
      Anonyme
      21 novembre 2018 - 21 h 39 min

      Très beau commentaire et très émouvant…merci mon frère!
      Pour la couleur du Gilet de Macron, il faut demander à Brigitte!

      5
      1
    Anonyme
    21 novembre 2018 - 19 h 18 min

    Rendez nous nos canons, sales voleurs, à commencer par Baba Merzoug qui pourrit sur un obscur quai de seconde classe. On vous l’as pas donné, c’est pas l’Obélisque de la Place de la Concorde, vous l’avez volé et maintenant il sert de pissotière pour les chiens en promenade. Rendez nous-le et nous on vous rendra le monument aux morts qui est caché sous du béton à la Grande Poste au square de l’horloge florale.

    7
    5
      anonyme
      22 novembre 2018 - 9 h 51 min

      En 1830 c’est l’Empire Ottoman qui régnait sur Alger depuis 1516 , la Turquie est peut – être en droit de récupérer son canon ( qui n’a pas empêché la prise d’ Alger par les troupes françaises )

      1
      17
        Anonyme
        22 novembre 2018 - 11 h 08 min

        La Turquie n’est pas l’Empire Ottoman, entité aujourd’hui disparue sur le plan administratif qui ne peut rien réclamer. Et la Régence d’Alger à la veille du débarquement français avait une large autonomie.

        Anonyme
        22 novembre 2018 - 17 h 38 min

        anonyme
        22 novembre 2018 – 9 h 51 min

        Va lire l’histoire et puis reviens.
        L’empire ottoman ne s’est pas fait seul !!
        Les guerriers Algériens faisaient partie.

    […] Au moins 90 000 objets d’art africains spoliés dans les musées français est apparu en premier sur Algérie […]

    2
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.