Parlement européen : «Le Maroc n’a aucune souveraineté sur le Sahara Occidental»

Sidati Sidati Polisario
Mohammed Sidati, ministre délégué sahraoui auprès de l'UE. D. R.

De Bruxelles, Amine B. – Deux importantes commissions du Parlement européen ne reconnaissent aucune forme de souveraineté au Maroc sur le territoire du Sahara Occidental.

La commission des Affaires étrangères du Parlement européen (AFET) a affirmé, dans son avis adopté lors de sa dernière réunion tenue à Bruxelles, concernant l’amendement de l’accord agricole UE-Maroc, que «cet accord n’implique aucune forme de reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental, inscrit sur la liste des Nations unies comme un territoire non autonome».

Les eurodéputés ont affirmé, dans ce même avis, que la position de l’UE demeure celle consistant «à soutenir les efforts des Nations unies pour parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable au conflit au Sahara Occidental qui permettra l’autodétermination du peuple sahraoui, conformément au droit international, à la Charte des Nations unies et aux résolutions pertinentes de l’ONU».

Soulignant qu’une réunion des deux parties impliquées dans le conflit, le Front Polisario et le royaume du Maroc, se tiendra début décembre à Genève à l’initiative de l’ONU et avec la participation de l’Algérie et de la Mauritanie en tant que pays voisins et observateurs, la Commission des Affaires étrangères du PE a réitéré, à l’occasion, son soutien «total» à l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, en plaidant pour des négociations, sans conditions préalables et de bonne foi, entre les deux parties du conflit, sous l’égide de l’ONU afin de parvenir à un règlement de la question sahraouie.

De son côté, la commission de l’Agriculture et du développement durable (AGRI) du Parlement européen, consultée également pour avis, a exprimé des doutes sur l’accord UE-Maroc, évoquant sa «préoccupation» du fait que «la Commission européenne n’a pas été en mesure de fournir des données fiables et détaillées sur les importations préférentielles de produits en provenance du Sahara Occidental qui ont pu avoir lieu depuis l’arrêt de la Cour de justice du 21 décembre 2016».

La commission de l’Agriculture de PE s’est interrogée également «sur le préjudice pour le budget de l’Union des préférences accordées au cours de la période concernée sans base juridique légale».

Relevant l’absence d’informations comparatives suffisantes, la commission de l’Agriculture a affirmé «douter» que la Commission européenne «soit en mesure d’évaluer correctement l’impact du nouvel accord UE-Maroc proposé au Parlement». Dans ce contexte, le service juridique du Parlement européen a émis récemment des doutes sur la conformité de la proposition d’amendement de l’accord d’agricole UE-Maroc aux exigences de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016, qui s’est prononcée sur l’inapplicabilité des accords commerciaux entre l’UE et le Maroc au territoire du Sahara Occidental, insistant sur «l’impératif du consentement du peuple sahraoui».

Le service juridique du Parlement européen a souligné qu’«il n’est pas certain que l’exigence de l’arrêt de la Cour dans l’affaire (de l’amendement de l’accord d’agricole UE-Maroc) soit remplie».

Plusieurs eurodéputés ont exprimé également leurs inquiétudes vis-à-vis des négociations menées par la Commission européenne en vue d’inclure les territoires sahraouis occupés dans l’accord UE-Maroc, dénonçant le «manque de transparence» dans la démarche de la Commission européenne et sa volonté de «passer outre» les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

D’autres eurodéputés ont réclamé un avis de la CJUE avant de soumettre le projet d’accord UE-Maroc au vote au niveau de la commission du Commerce international (INTA) prévu le 3 décembre et au niveau de la session plénière du Parlement européen prévu en janvier 2019.

Le ministre délégué sahraoui auprès de l’UE, Mohammed Sidati, cité par l’Agence de presse sahraouie (SPS), a indiqué, pour sa part, que «le vote de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, intervenu mercredi dernier, sur la proposition de décision du Conseil relative à la conclusion d’accord, sous forme d’échange de lettres entre l’UE et le Maroc, ne signifie point la reconnaissance d’une quelconque souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara Occidental».

«Le Sahara occidental est un territoire autonome justiciable des résolutions des Nations unies en matière de décolonisation», a souligné Sidati, ajoutant que «malgré le forcing de la Commission européenne et de certains Etats membres comme la France et l’Espagne, la commission des Affaires étrangères du PE n’a pas manqué de souligner que cela ne signifiait aucunement la reconnaissance d’une quelconque souveraineté du Maroc sur le territoire du Sahara occidental».

A. B. 

Comment (15)

    Anonyme
    26 novembre 2018 - 10 h 30 min

    Il me semble que cette même commission des affaires étrangères à voter à une large majorité l’accord incluant les produits du Sahara avec le Maroc. Donc, tout cela n’est que du l’esbroufe et de l’enfumage. La cause du Polisario est une cause perdue d’avance, désolé de vous le dire.

    7
    4
      Rayah
      26 novembre 2018 - 16 h 16 min

      L’UE est une organisation imperialiste, elle agit en tant qu’Empire c’est a dire tout manger dans son chemin. L’UE a mis le Maroc dans sa poche et elle fera tout pour ajouter le Sahara Occidental car l’Imperialisme agit maintenant par proxi, c’est plus rentable. La cause sahraoui n’est pas perdue, la bataille continue et la Victoire finale n’appartient pas au plus fort mais a celui qui n’abandonne pas et le Polisario n’abandonne pas. L’histoire nous donne beaucoup d’exemples , la Bataille de Stalingrad, la Bataille de Dien Bien Phu, la Guerre du Vietnam, la Glorieuse Guerre de Liberation de notre pays ou dans chaque cas le plus fort a ete defait.

      4
      5
    Rayah
    25 novembre 2018 - 14 h 25 min

    Les declarations de l’UE ne sont que des mensonges. En realite l’UE veut a tout prix legitimer l’occupation du Sahara par le regime marocain, cela lui permettra d’exploiter le territoire saharien de la meme maniere que l’exploitation du Maroc. L’UE est une organisation de voleurs. Toutes les decisions prises par le regime marocain dans ses relations avec notre pays sont dictees par l’UE. Le regime marocain n’a ni les moyens ni la volonte et encore moins l’autorite de maintenir l’occupation du Sahara, il agit sous pression de l’UE. Toute main tendue par le regime lache marocain a notre pays est soutenue par l’UE. La fermeture des frontieres avec l’ennemi de l’Ouest n’arrange pas les interets de l’UE, elle constitue un obstacle pour ses plans machiavelliques en Afrique du Nord. Pour le moment notre gouvernement eprouve des difficultes a s’opposer aux pressions de l’UE et fait de son mieux pour defendre les interets du pays mais avec l’ouverture des frontieres , la tache sera presque impossible. Apres tout l’economie dicte la politique. En ce qui me concerne et c’est mon opinion, tout Algerien ou Algerienne qui favorise l’ouverture des frontieres avec le regime marocain est un traitre et nuit a la securite de notre pays. Sauvegarder la cause palestinienne et celle du Polisario n’est pas seulement juste mais c’est egalement sauvegarder l’Independance du pays.

    21
    21
    Moskosdz
    25 novembre 2018 - 14 h 19 min

    D’une part,si vraiment le Maroc avait une quelconque souveraineté sur le Sahara Occidental,jamais il ne le partagerait avec la Mauritanie en 75,de l’autre,lors de l’adhésion du Maroc comme état membre à l’ONU en 56,jamais il n’avait revendiqué ce territoire.

    23
    20
      Anonyme
      25 novembre 2018 - 14 h 38 min

      @moskos, au lieu de répéter toujours la même chose, la question qui se pose, le Maroc est dans le Sahara, exploite ses richesses, qu´est ce que tu peux y faire???

      22
      20
        HANNIBAL
        25 novembre 2018 - 16 h 52 min

        Anonyme
        25 novembre 2018 – 14 h 38 min
        Réponds ;simplement a Moskosdz pourquoi partager
        le Sahara Occidental avec la Mauritanie !!seul un pleutre
        peut faire ça !! mah’andkom là rassa là melà! voila tout !!

        18
        9
      Kaddouris
      26 novembre 2018 - 17 h 14 min

      @Moskosdz, Parce que le Marocain est connu pour etre un mari qui partage son épouse avec le voisin ou meme un invité.

      Information vérifiable.

      4
      6
    Lou
    25 novembre 2018 - 13 h 57 min

    C´est encore de l´extrapolation, la commission des affaires étrangères du Parlement européen a adopté mercredi dernier la nouvelle version de l’accord agricole et de pêche UE-Maroc, et qui prévoit son extension aux territoires et aux eaux sahraouis. C´est un premier pas qui a été franchi vers l´adoption définitivement de l´accord par le Parlement européen, qui devra se prononcer le mois de janvier prochain. Encore une fois, les carottes sont cuites, il faut se rendre á l´evidence!!!

    19
    23
    traitres
    25 novembre 2018 - 13 h 19 min

    Mutuellement? c’est de l’hypocrisie ça ! donc ça ne se règlera jamais ou alors en faveur du plus fort…c’est injuste de la part des engraissés de l’OMU.

    13
    9
    Ali
    25 novembre 2018 - 12 h 58 min

    Ce pseudo accord maroc-eu n’est rien d’autre qu’un pillage en bonne et due forme des eaux sahraouies par les bateaux de pêche européens. M6 leur a bradé la côte Atlantique pour 3 fois rien, honte à ces multinationales pilleuses de ressources de fermer les yeux pour leurs intêrets

    23
    12
    Ziad ALAMI
    25 novembre 2018 - 12 h 35 min

    Malgré les bonnes intentions des uns et des autres je continuerai à dire et à écrire que l’indépendance du Sahara occidental est au bout du fusil et que tout le reste n’est que perte de temps que le Régime du Makhzen est en train de mettre à profit pour asseoir sa colonisation grâce aux multitudes opérations de transhumance de colons marocains vers les principales villes du Sahara occidental selon le modèle «israélien» en Palestine.

    23
    18
    Hocine-Nasser Bouabsa
    25 novembre 2018 - 10 h 41 min

    Dans toutes les résolutions de l’ONU et l’UE il est question de soutenir les efforts pour parvenir à une solution juste, durable et « mutuellement acceptable » au conflit du Sahara Occidental qui permettra l’autodétermination du peuple sahraoui, conformément au droit international, à la Charte des Nations unies et aux résolutions pertinentes de l’ONU.

    L’expression « mutuellement acceptable » dans ces résolutions est une ignominie et une perversion du droit international. Elle représente le cheval de Troie qui rend toutes les résolutions inapplicables et sans effets. Au lieu de condamner l’agresseur occupant (Maroc), cette expression lui octroie les mêmes droits que l’agressé occupé (le peuple sahraoui) pour négocier la solution. Avec cette logique, il serait permis à tout état fort de coloniser un autre plus faible et réclamer plus tard une solution « mutuellement acceptable » qui débouchera sur l’occupation durable des territoires colonisés, comme c’est le cas pour la Palestine et le Sahara Occidental.

    Il est remarquable par contre que l’occident n’a pas appliqué cette logique dans le cas de l’invasion indonésienne au Timor. Certainement pas par amour au peuple timorais, mais tout simplement parce que l’Indonésie musulmane ne devait pas avoir plus d’influence vis-à-vis de l’Australie, l’allié de l’occident dans la région.

    23
    18
    Anonyme
    25 novembre 2018 - 8 h 33 min

    Il n y a qu une seule solution qui est celle d exiger l application du droit international reconnu pour l autodetermination des peuples vivants sous occupation etrangere et l independance totale de leur Patrie dans des frontieres definitives et reconnues par la communaute internationale des pays de L ONU.Point barre.
    La diplomatie Algerienne s activera pour soutenir les Sahraouis aupres des institutions internationales tel l Union Europeenne,l Union Africaine,le BRISC…et tous les pays d amerique Latine.C est notre devoir en fidelite a nos principes nobles de soutien aux peuples opprimes et dont nous sommes fiers,notre histoire nous l exige en fidelite a nos 1,5 millions de chouhadas.

    29
    27
      Moh
      25 novembre 2018 - 14 h 07 min

      Mais d´abord, Il faut soutenir le peuple algérien, a récupéré sa souveraineté, qui est bafouée par une mafia qui gouverne l´algerie depuis 1962 et avec un bilan aussi médiocre, malgré le gaz et le pétrole.
      « nos principes nobles de soutien aux peuples opprimés »?? فاقد الشيء لا يعطيك

      18
      20
        Anonyme
        25 novembre 2018 - 14 h 43 min

        Bien répondu, toutefois une petite correction:
        فاقد الشيء لا يُعطيه

        13
        12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.