La députée raciste Naïma Salhi : «Matoub est une création du pouvoir»

NaimaSalhi
La députée Naïma Salhi. D. R.

Par Houari A. – La députée intégriste Naïma Salhi a affirmé, sur le plateau de la chaîne de télévision El-Hayat TV, que le chantre de la chanson engagée amazighe Matoub Lounès «est une création d’un clan au sein du pouvoir», sans citer les noms de ceux qui composeraient ce clan dont elle parle vaguement en usant d’extrapolations et en proférant des accusations à l’emporte-pièce.

Cette provocatrice qui a défrayé la chronique en menaçant sa propre fille de mort si «elle parle en kabyle» a montré un mépris condamnable envers un artiste adulé par plusieurs générations d’Algériens à ce jour.

Naïma Salhi, qui a nié être «raciste» mais dont les propos dédaigneux envers les habitants d’une région particulière du pays prouvent le contraire, a, pour rappel, provoqué un mouvement de boycott des cours en langue arabe dans plusieurs wilayas en réaction à ses déclarations régionalistes qui visent à semer la discorde entre les Algériens sans que l’Etat réagisse pour y mettre fin par la force de la loi.

Dans le même temps, cette députée, qui a été interviewée par une chaîne au sein de laquelle officie son acolyte au Parlement, Hassan Aribi, vassal d’Erdogan et avocat du parti extrémiste FIS, a pris fait et cause pour Ali Benhadj, l’ancien numéro deux de cette formation dont les appels à la violence et les menaces contre le régime républicain ont provoqué une tragédie nationale qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts.

«Ali Benhadj et son parti n’ont pas eu la clairvoyance nécessaire pour aboutir à leur objectif, car ils n’ont pas pris le soin de connaître le pouvoir qui était en face d’eux», a argué cette députée islamiste qui révèle ainsi son adhésion totale aux thèses fanatiques de cet agitateur renié par ses propres pairs au sein du Conseil consultatif du FIS.

Pour elle, Ali Benhadj «a le droit de s’exprimer» et les mesures de restriction auxquelles il est soumis «ne sont pas justifiées» car «il compte de nombreux admirateurs et soutiens». Dont elle donc.

L’insulte que cette députée profère – qui ne représente qu’elle-même et le courant inféodé à Ankara et à Doha auquel elle appartient – envers le chanteur et militant Matoub Lounès, assassiné par les hordes sauvages du GIA né de la matrice du FIS, est une énième tentative dans l’hypothétique espoir de provoquer une réaction violente en Kabylie. Si son dessein inavoué est clair, il reste à connaître au bénéfice de qui elle mène cette dangereuse campagne de déstabilisation.

H. A.

Comment (221)

    LOUCIF
    5 décembre 2018 - 22 h 34 min

    Chers amis internautes je fais mon Mea-culpa car j’en peux plus d’être raciste et plein de contradictions ! Tout ce que j’ai dit et argumenté ici à partir des propos de tata Naima, c’est du khorti, du mensonge coloré de racisme ! Oui je suis raciste et c’est l’internaute Karimdz qui l’affirme et il a raison ! Il a d’ailleurs toujours raison ! Relisez tous mes avis et vous verrez que je suis contre l’arabe, contre l’islam, contre Dieu et le Prophète et même contre l’Algérie ! Depuis qu’il m’a débusqué, je ne dors plus ! Même les somnifères n’ont aucun effet sur moi ! Je crois que je vais faire une « rokya » paraît-il c’est efficace ! Pardon chers amis internautes de vous avoir trompé , de vous avoir mener en barque et de vous avoir menti et pardon aussi au grand patriote @Karimdz de lui avoir fait perdre beaucoup de temps avec un individu raciste comme moi !

    Mea-culpa et vive l’arabe dialectal et littéraire, à bas Tamazight et que les berbères ferment leurs gueules car l’Algérie n’est pas leur pays : où ils rentrent dans le moule de la langue du Coran où ils dégagent !

    8
    21
      Anonyme
      6 décembre 2018 - 10 h 42 min

      Et reviens avec un autre pseudo et les memes idées et la meme rhétorique

      9
      5
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 8 h 05 min

    C’est là un des signes les plus surprenants et les plus incompréhensibles du caractère arabe : le mensonge. Ces hommes en qui l’islamisme s’est incarné jusqu’à faire partie d’eux, jusqu’à modeler leurs instincts, jusqu’à modifier la race entière et à la différencier des autres au moral autant que la couleur de la peau différencie le nègre du blanc, sont menteurs dans les moelles au point que jamais on ne peut se fier à leurs dires. C’est à leur religion qu’ils doivent cela . Il faut avoir vécu parmi eux pour savoir combien le mensonge fait partie de leur être, de leur cœur, de leur âme, est devenu chez eux une seconde nature, une nécessité de la vie

    10
    39
      karimdz
      5 décembre 2018 - 19 h 44 min

      Ce que tu décris n est qu autre que le talmudisme, l imposture, l hypocrisie, le mensonge, la haine de tout ce qui est non juif, en sont les fondamentaux.

      36
      7
    Blakel
    5 décembre 2018 - 3 h 02 min

     » Pour répondre à ta sentence je t’en fais une autre de mon côté en te disant qu’un jour nos enfants ne parlerons plus comme toi mais dirons plutôt : « nous devons communiquer entre nous, en Tamazight qui existe chez nous depuis un « temps ancestral » et aussi en l’arabe dialectal ou littéraire qui existe chez nous que depuis le 7ème siècle avec la conquête arabe et l’expansion de l’islam  » Voilà ce qu’a écrit LOUCIF en réponse à tes provocations. Il préconise que nos enfants communiqueront à la fois en Tamazight, et en Arabe (littéraire ou dialectal). Alors que toi, bien que tu reconnaisse à contre coeur que Tamazight est bien langue officielle, tu préconise que nous communiquions entre nous en Arabe seulement. (« quand bien même le tamazigh est langue officielle, nous devons continuer à communiquer entre nous, non pas dans la langue de Molière, mais celle avec laquelle nous parlons depuis 14 siècles, à savoir l’arabe, dialectal ou littéraire ». Et tu as le culot d’affirmer que LOUCIF est moins tolérant que toi. Ah l’hypocrisie et la schizophrénie des arabistes.

    9
    38
      karimdz
      5 décembre 2018 - 19 h 55 min

      J ose espérer blakel que tu changes de pseudos comme tu changes de slip…

      Les enfants d’Algérie parlent en général arabe depuis des siècles, et cette langue demeurera la langue de tous les algériens. C est la seule langue qui permet aux algériens de se comprendre.

      Tu sembles occulté, haine oblige, que la langue arabe est séculaire, tu as mal compris le message de Bouteflika qui le rappelait, séculaire, pour ta culture veut dire qui date de plusieurs siècles…

      L apprentissage du tamazigh, bien que j y sois favorable plutot que celui du francais, sera hélas un échec. Pourquoi, tout simplement parce qu il existe des dialectes berberes avec leur variante, le tamazigh, est on va dire, est la langue berbere littéraire que beaucoup de berberes ne comprennent pas, sans compter l écriture, qui divise, entre ceux qui veulent les caractères latins, tifinagh, ou arabe.

      Cela dit, je suis pour sa promotion, elle fait partie de notre patrimoine, mais elle ne sera jamais équivalente à la langue arabe, qui est séculaire pour reprendre le terme du président.

      loucif veut la disparition de la langue arabe au profit du tamazigh, alors que je suis pour la promotion du tamazigh, qui est intollérant, la réponse est évidente sauf pour les sectaires, obtus haineux.

      40
      7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.