Egalité dans l’héritage en Tunisie : les religieux préparent la riposte

Tunisie Coran
Manifestation contre le projet de l'égalité dans l'héritage proposé par le président tunisien. D. R.

La Coordination nationale de défense du Coran, de la Constitution et du développement équitable (non gouvernementale) en Tunisie entend faire face, «par tous les moyens légaux», à une initiative présidentielle visant à établir l’égalité dans l’héritage entre les femmes et les hommes. C’est ce qui ressort des propos du porte-parole de la Coordination, Mohammed Saleh Redid, mardi, lors d’une conférence de presse tenue dans la capitale Tunis. «Nous exprimerons notre rejet de cette initiative présidentielle, qui viole les préceptes de l’islam et divise la société, à travers la multiplication à travers le pays des sit-in et des séminaires scientifiques visant à expliquer le danger de cette initiative», a-t-il déclaré, selon la presse tunisienne qui rapporte l’information.

Le programme que prévoit la Coordination comprend notamment, selon son porte-parole, «des réunions avec des députés, tous partis confondus, pour les tenir responsables de leurs actes, et les exhorter à ne pas voter en faveur du projet de loi, lequel saperait les acquis de la femme, de la famille et de la société tunisienne». La Coordination, a-t-il ajouté, envisagera en dernier recours l’option du référendum pour contrer l’initiative du président, Béji Caid Essebsi.

Pour sa part, Noureddine Khadmi, membre de la Coordination, a insisté sur l’idée que «l’initiative est contraire à la Charia et à ce qui est énoncé dans le Livre saint». «Et quiconque applique les dispositions de l’héritage d’une manière autre que ce qui est indiquée dans le Coran désobéit à Allah», a-t-il asséné.

Le 23 novembre dernier, le gouvernement tunisien avait approuvé un projet de loi sur l’égalité homme-femme dans l’héritage. Le projet de loi devrait être bientôt soumis au Parlement pour approbation avant d’entrer en vigueur. A l’occasion de la Fête nationale de la femme le 13 août 2017, le président tunisien, Béji Caid Essebsi, avait proposé une initiative législative instituant l’égalité dans l’héritage et annoncé la création d’une Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe).

La Colibe, présidée par la députée Bochra Belhaj Hamida, avait diffusé, le 12 juin dernier, un rapport prévoyant d’amender le Code du statut personnel, notamment en ce qui concerne l’égalité successorale et la consolidation des libertés individuelles.

S. S.

Comment (9)

    LE DIRECT .
    6 décembre 2018 - 12 h 01 min

    La question qui se pose par elle même : Est ce que ces quelques dirigeants qui dirigent actuellement La Tunisie comme ce Président actuel et ces collaborateurs sont des Musulmans pratiquant au sens large du mot ou juste des employés du SIONISME ? ? ? qui sont là pour Blasphémer La Religion musulmane que veulent pratiquement Tous Les Tunisiens ou presque . Telle est la question que tous Les Tunisiens veulent connaitre . Pour finir , je dirais que cette Dangereuse Décision prise par ce Gouvernement qui obéit au doigt et l’œil des Sionistes va droit au mur . QU ‘ ALLAH CHÂTIE TOUS CEUX OU CELLE QUI VEULENT CONTRARIER LE SAINT CORAN PAR LE BLASPHÈME PAR LE CHÂTIMENT DES PLUS REDOUTABLE .AMINE YA RAB .

    1
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 17 h 53 min

    Enlevez l’héritage double pour l’homme, le droit d’avoir quatre femmes et la répudiation express, vous verrez qu’il n’y aura plus personne.
    C’est ça qui  » entretient  » la foi du musulman d’opérette: the male privilege.
    .

    8
    3
      Anonyme
      5 décembre 2018 - 20 h 19 min

      Et ce verset aussi attire les foules musulmanes :
      La Sourate 55, le Très Miséricordieux (Ar-Rahman) – versets 69-73:  » Il y aura de très bonnes et de très belles femmes. Des vierges aux grands yeux noirs retirées sous leurs tentes. Jamais homme ni Génie ne les a déflorées. « 

      3
      1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 11 h 05 min

    On voit à quel point cette religion lobotomise les cerveaux. Des femmes qui manifestent pour rester des demi humains .L’islam est une forme d’esclavage totalitaire globale. C’est l’inverse de la liberté. Son nom lui-même, islam, signifie soumission ou reddition. Fidèle à son nom, l’islam s’évertue à réduire le corps de l’humanité en esclavage et à asservir son esprit, rien de moins. L’esclavage asservit le corps, tandis que l’islam emprisonne l’esprit. Ces idées et ces pratiques sont odieuses et préjudiciables à la réalisation des plus hautes aspirations des êtres humains.

    15
    12
    HYPOCRISIE
    5 décembre 2018 - 9 h 09 min

    le probléme avec l’intreprétation de ce formule c’est que :
    quand il s’agit de partager un héritage , alors les islamistes réclament haut ey faut la formule du : 2 parts pour l’homme et 1 seule part ….etc etc .
    mais dés qu’il s’agit d’honorer des responsabilités envers des orphelins laissés par leur pére ou frére …etc : ils tournent le dos et font la sourde oreille comme si que ceci ne leur incombe pas !!!!!!!!!!!!!
    JUSTE DES HYPOCRITES .

    12
    8
      Anonyme
      5 décembre 2018 - 13 h 10 min

      Et le témoignage ? Le témoignage d’une femme vaut la moitié de celui d’un homme dans l’islam.Mais en Algérie il ne vaut rien du tout. A la mairie pour un document qui demande des témoins pour le valider,ils n’acceptent pas le témoignage d’une femme.

      7
      3
    Karim
    5 décembre 2018 - 8 h 06 min

    La Tunisie est devenue le cobaye du monde arabe pour les milieux subversifs sionistes et occidentaux.

    11
    15
      Vector
      5 décembre 2018 - 10 h 37 min

      L’héritage doit être libre !
      Si vous voulez respectez la loi islamique sur l’héritage, c’est votre choix !
      La loi islamique ne m’intéresse pas donc je ne veux pas l’appliquer !
      Chacun sa vie !

      19
      8
      Algérienne
      6 décembre 2018 - 12 h 52 min

      C’est honteux honteux honteux de créer la division entre ses enfants en octroyant la moitié de la part de l’héritage pour la fille par rapport aux garçon, je pense que c’est une invention de l’homme pas de Dieu qui est clément et Bon . On dit que le prophète ne savait ni lire ni écrire et que ce sont d’autres qui ont traduit pour lui et je pense qu’ils ont détourné certaines choses en leur faveur, le prophète était Bon, généreux et juste, qui pourrait croire qu’il ait pu faire une telle discrimination ???? N’a toujours il pas dit que « El djena tahte akdam el omahate ? »Allah yadina inchallah hasbiya Allah wa na3mal wakil quand on voit des femmes avec leurs enfants,des sœurs et des mères et des filles dépouillées de leur droits et réduites à une demie personne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.