Quel rôle pour Abdelaziz Belkhadem à l’approche de la présidentielle ?

FLN Belkhadem
Abdelaziz Belkhadem avec Mouad Bouchareb au siège du FLN. PPAgency

Par R. Mahmoudi Le retour inattendu d’Abdelaziz Belkhadem sur la scène politique, quatre ans après sa tonitruante exclusion, marque un tournant décisif, aussi bien dans la crise que traverse son parti, le FLN, depuis quelques mois, que dans la guerre de positions qui fait rage actuellement autour des prochaines échéances électorales.

Accueilli, mardi, en grande de pompe au siège du FLN où il a été longuement reçu par Mouad Bouchareb, l’homme qui sert pour l’instant de chambellan du parti, Belkadem a compris qu’il est pressenti pour en (re)prendre les destinées. Sa déclaration à la presse, où il prête allégeance au chef de l’Etat, en le remerciant d’avoir «permis aux militants de reconstruire leur parti sur de bonnes bases», tout en descendant en flamme ses deux successeurs – ou ses deux «futurs» prédécesseurs –, à savoir Djamel Ould-Abbès et Amar Saïdani, ne laisse aucun doute sur ce qui sen prépare pour la prochaine étape.

Cette fulgurance avec laquelle Abdelaziz Belkhadem a été rappelé au service par le président de la République traduit un besoin urgent, à quatre mois du début de la campagne électorale pour la présidentielle, d’avoir un FLN stabilisé et capable de peser dans les rapports de forces politiques engagés autour de cette élection mais, aussi, des futures échéances. Ainsi, le FLN, avec Belkhadem à sa tête, pourrait, par exemple, jouer la contrebalance face à Ahmed Ouyahia, qui apparaît de plus en plus comme un sérieux postulant à la succession du président de la République et qui, en tous les cas, cultive une aura de présidentiable. Le FLN aurait besoin d’un homme offensif pour le freiner dans son élan.

Il faut dire que, dans cette de rivalité entre les deux principales formations de l’alliance présidentielle, Ahmed Ouyahia avait insidieusement contribué à l’affaiblissement, voire à la déstabilisation du FLN, en soutenant, en septembre dernier, l’offensive de ce parti contre l’ex-président de l’APN, Saïd Bouhadja, qui était à l’origine de l’effondrement actuel.

R. M.

Comment (46)

    Anonyme
    6 décembre 2018 - 12 h 28 min

    De grâce épargnez nous tous ces barbo-FLN, cause de tous les malheurs de l’Algérie. Leur retour aux commandes serait la pire des catastrophe.

    Anonyme
    6 décembre 2018 - 11 h 50 min

    Pour un cinquième noeud et voyant sue fakhamatou ne peut prêter sermon ,ont vu que ce barbu hypocrite peut favilietr le faire a sa place d’où le discours de la continuité pour les larbins au lieu du cinquième .Enroule dans la farine,humilie le revoilà courir au simple claquement de doigts.L’Algerie est le seul pays au monde qui d’est achète la crise avec l’argent du peuple et les revoilà ces énergumènes courir au premier signal.

    Lghoul
    6 décembre 2018 - 10 h 37 min

    Tout est absolument improvisé dans ce pays et personne ne sait qui fait quoi :
    Voici le texte apparu dans la presse quand Belkhadem s’est fait diriger vers la porte:  » Le président Bouteflika “a pris un décret en vertu duquel il a mis fin aux fonctions de Abdelaziz Belkhadem en qualité de ministre d’Etat, conseiller spécial à la présidence de la République, ainsi qu’à toutes ses activités en relation avec l’ensemble des structures de l’Etat”,
    Par ailleurs, il est précisé “que contact a été pris avec M. le secrétaire général du Parti du Front de libération nationale (FLN) à l’effet de prendre les mesures nécessaires afin de mettre fin aux fonctions de Abdelaziz Belkhadem au sein du parti et interdire sa participation aux activités de l’ensemble de ses structures”.

    Frih
    6 décembre 2018 - 8 h 15 min

    Soubhane allah les jeunes se tue en mer les veillard au pouvoir il faut une revolution dans se pays

    الهوارية في فرنسا
    5 décembre 2018 - 23 h 38 min

    Ces Politiques anciens et nouveaux tirent tous la couverture sur eux, les algériens en ont marre d’eux

    MELLO
    5 décembre 2018 - 22 h 13 min

    Ce sont là, les caciques du pouvoir, qui continuerons à occuper nos espaces politiques. Si Belkhadem est revenu , c’est un signal d’une candidature de celui qui a voulu le faire revenir, Fouad Bouchage. Belkhadem représente un bel hameçon pour toute la frange islamiste pour soutenir la candidature du nouveau pion du système qui occupe ,illico presto, deux postes hautement symboliques de l’État.

    24
    Lghoul
    5 décembre 2018 - 21 h 26 min

    Tous ces gens nous reviennent comme des cauchemards qu’on croyait finis. Serions nous condamnes a voir toujours les memes visages de vieillards pour decider a notre place pour le reste de notre vie ?

    23
    الهوارية في فرنسا
    5 décembre 2018 - 20 h 57 min

    Il tâte le terrain pour poser ses pattes, il pense que les algériens sont dupes et veut s’incruster pour réintégrer son poste FLN appartient au peuple algérien…

    22
    DaDa-Ali
    5 décembre 2018 - 16 h 33 min

    Des millions de morts pour que des corrompus trabendistes prennent le pouvoir,a votre place Monsieur Belkhadem, je me raserais ma barbe et mes moustaches;es-que vous osez se regarder sur un miroir;mais comme vous etes de la race des caméléons toute est possible avec les moudjahid de FLN RND

    21
    2
    Farida
    5 décembre 2018 - 16 h 14 min

    Le portrait du rais qui ne viellit jamais. Toujours 45 ans.
    Durant la rencontre de ouyahia avec mbs a zeralda, seulle portrait du roi d’arabie saoudite est placé au mur entre les deux hommes. Bizarre que fakahamatouhou est oublié, comme si c’est l’arabie saoudite qui recoit ouyahia. Bizarre. Le rais va etre en colere,

    19
      Anonyme
      5 décembre 2018 - 17 h 27 min

      Ouyahia ne paraissait pas gêner par l’Absence du portrait du président Algérien.

      Qui sait, peut être que c’est l’Arabie qui a fait construire le palais de Zeralda.
      Chacun vend l’Algérie de son côté.

      18
      4
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 15 h 58 min

    Le clan à leur tête SAÏD, le mécanicien hautement qualifié, stock les pneus usés, il les rechapes, la définition Algérienne des pneus usés est « Le rechapage des pneus est une technique très courante dans le CLAN, des poids lourds. En effet, les tailles des pneus étant très importantes, le fait de pouvoir recycler une grande partie de ces pions dans la diagonale du FOU, permet de réaliser une économie appréciable et certaine aux futures élections, pour le cinquième Mandat, vive le ROI, le ROI est mourant, BELKHADEM, OUYAHIA, OULD-ABBAS, SAÏDANI-DREBKY, est toute une Armée de voleurs professionnels, toute cette clique de pneus usés finiront maudits et (…)
    Cordialement: Un Algérien et Chaoui…… ! .

    15
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 15 h 49 min

    Votre question :Quel rôle pour Abdelaziz Belkhadem à l’approche de la présidentielle ?
    Reponse Aucun role mais la retraite car la nouvelle generation est en marche pour la releve.C est l Algerie qui l exige.point barre.

    4
    4
    CHAOUI-BAHBOUH
    5 décembre 2018 - 15 h 37 min

    il y à pièces de rechanges comme les piles wonders, elles ne s’usent que lorsque on s’en sert, une vide ils finiront dans les poubelles comme les pneus usés où les boîtes de conserves, , ils finiront tous dans les poubelles à ciel ouvert, et la rouille finira de les ronger, rien n’est durable, les 4 mandats tirent à leur FIN, voir même un cinquième mandat à chaque chose une fin tragique, le Chef du Clan, voulait marquer l’histoire que son frère le « ROI de Oujda » le Marocain est le seul à rester aussi longtemps au pouvoir, avec la triche, les mensonges grotesques, avec la manipulation en ce servant de l’argent du Pétrole, que le regretté BOUMEDIEN ALLAH YARHAMOUH et tous nos glorieux Martyrs depuis le 5 juillet 1832 à nos jour, disait que le pétrole Algérien oui il est ROUGE par le Sang sacré de nos Glorieux Martyrs …!!!
    Cordialement: Un Algérien et Chaoui !!!

    UMERI
    5 décembre 2018 - 14 h 50 min

    La seule fonction qui convienne au Sieur Belkhadem, c’est le poste d’ambassadeur à Téhéran, en République Islamique d’ Iran. Eux seront contents de l’accueillir en tant qu’ allié et nous heureux, de ne plus voir cette tête de malheur.

      Lghoul
      5 décembre 2018 - 21 h 31 min

      Je l’enverrai plutot a Kathmandu, au Nepal, le plus loin et le plus haut possible. Ne me demandez pas pourquoi.

    Tinhinane-DZ
    5 décembre 2018 - 14 h 25 min

    Si ma mémoire est bonne, le président Bouteflika a interdit toute activité politique à Belkhadem.
    Comment Belkhdem ose t-il piétiner la décision du président.
    Je crois que c’est l’anarchie du vide qui gère l’Algérie

    31
    3
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 14 h 21 min

    On veut laver le FLN avec un Bouchareb qui a cadenassé l’APN.
    Bouchareb est illégitime et fera appel à ses 12 salopards illégitimes
    on règle les problèmes avec l’illégalité

    19
    صالح/ الجزائر
    5 décembre 2018 - 14 h 13 min

    Son rôle ne devrait pas différer de celui de ses successeurs/prédécesseurs , la preuve est dans son allégeance comme eux , et son remerciement au chef de l’Etat , qui l’avait fait et défait .
    Si l’ancien secrétaire général du FLN revient sur la scène politique , et accueilli en grande pompe , c’est la preuve que la « justice de la nuit » va revenir inévitablement avec lui . La démonstration a commencé dès son (re)départ , sinon Comment expliquer son remerciement au chef de l’Etat et en même temps la descente en flamme de ses deux successeurs/prédécesseurs ? . Ces deux derniers n’étaient-ils pas désignés par le chef de l’Etat ou le cercle le plus proches de lui ? . de tout façon ils louaient le même programme et les mêmes successions .

    Algérienne-DZ
    5 décembre 2018 - 13 h 33 min

    Belkhadem critique Drebki et Ould Abbes . Signe de la fin du monde.
    Il se croit mieux que Drebki et Ould abbes. Il faut oser.
    Wallah que tu es pire ya Belkhadem.

    Vous êtes tous de la même mangeoire.

    70
    4
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 13 h 29 min

    Son rôle ?
    Il va inventer quelques versets coraniques pour la bénédiction du 5eme mandat.

    50
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 13 h 26 min

    Le virus veut chasser le microbe.
    Quel gachis
    Le sable mouvant risque d’emporter l’Algérie.

    43
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 13 h 23 min

    L’Algérie n’est pas sortie de la décennie noire. La politique de la barbe continue.
    C’est quoi la différence entre l’Algérie et la Libye.

    28
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 12 h 45 min

    Bouchareb est lui même illégal. Il va faire appel aux hors la loi pour le soutenir.
    La loi de la JUNGLE

    65
    Sabrina
    5 décembre 2018 - 12 h 32 min

    Ben Salmane nous laisse ses traces. Belkhadem montre sa barbe.
    Le FLN se vendra juste à la barbe intégriste.

    PAUVRE ALGÉRIE.

    58
    3
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 12 h 11 min

    Il est né le 8 novembre 1945

    52
    1
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 12 h 08 min

    On dirait qu’ils veulent la destruction de l’Algérie
    Que de la pourriture

    35
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 12 h 06 min

    Belkhadem le serviteur de ses maitres veut jouer au barbu patriote hypocrite.
    Cet intégriste , belkhadem, est prêt à vendre le FLN , l’Algérie et son peuple pour avoir sa Oumma Fantoche.
    L’Algérie n’est pas à vendre.

    44
    Gatt M'digouti
    5 décembre 2018 - 12 h 05 min

    Peut être quelques gilets jaunes Algériens pourront nous délivrer de ces dinosaures.

    89
      Zaatar
      5 décembre 2018 - 12 h 38 min

      Des gilets jaunes en guise de gilets de sauvetage.? ma foi pourquoi pas?… mais est ce qu’on a des gilets à notre portée? En France ils ont remercié Sarkozy qui l’avait (durant son quinquénat) imposé dans les voitures… mais chez nous ce n’est pas le cas.

      24
    Tinhinane-DZ
    5 décembre 2018 - 11 h 56 min

    Il jouera au lièvre barbu au nom du dieu wahhabite et Lucifer.
    Rien ne changera en Algérie. Toutes les barbes mènent au 5eme mandat.

    49
    3
    DYHIA-DZ
    5 décembre 2018 - 11 h 54 min

    Ils vont pousser les jeunes à devenir des Harragas par excellence.

    C’est quoi cette politique de la récupération des corbeaux qui aiment roder autour du cadavre…

    Wallah que c’est honte.
    C’est la politique de la Jaunisse et non pas du rajeunissement

    63
    4
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 11 h 44 min

    On a juste l’envie de VOMIR.
    BEURRRRRRRRK

    103
    1
    Kahina-DZ
    5 décembre 2018 - 11 h 43 min

    L’Algérie s’islamise en plein jour,

    C’est ça le rajeunissement de votre FLN ??. Votre  » jeune Bouchareb » fait appel aux anciens anciens vautours.
    Il y a quelque chose qui ne colle pas dans ce pays.

    57
    3
    J'ai 24 ans
    5 décembre 2018 - 11 h 16 min

    J’ai 24 ans. Je vois toujours les mêmes têtes en politiques depuis ma naissance. Je n’ai connu que le président actuel. au fil des années plus je gagnais en maturité, on me ramenait toujours au passé, on m’invitait à regarder dans le rétroviseur, à écouter des discours passéistes. Je vis dans un pays de jeunes ou quelques vieux sont rois prétextant la légitimité historique. A chaque semaine, on nous ressort des vieilleries du passées. Jusqu’à quand? Quand je regarde mon président, j’ai honte de mon pays, cet homme me fait plus rêver, il est devenu mon cauchemar avec ce regard hagard et vide d’espérance, Je suis désespéré. Je crie mon désespoir, je ne trouve plus ma place dans ce pays ou la médiocrité, l’incompétence, le népotisme, le régionalisme, la corruption , l’incivilité, la délinquance et l’islamisme religieux sont devenus les refuges et les références à suivre. Mes alternatives à 24 ans sont la mosquée ou faire la traversée de la méditerranéenne dans une « Flouka », voilà le projet de société que m’offert mon président en 20 ans. Il a favorisé une caste, un clan, une minorité qui ont accaparé tous les pouvoirs, les leviers, les richesses du pays au détriment des 95% de la population et IL REVENDIQUE – EXIGE un 5ème mandat alors qu’il a échoué lamentablement, son bilan est une faillite en bonne et due forme. J’ai 24 ans, je suis musulman mais je ne veux pas passer toutes mes journées à la mosquée à lire le saint Coran ou traverser la méditerranée en « flouka » mais on me donne pas le choix.
    J’opterais pour la 2ème option, car j’ai une envie folle de connaître découvrir le monde, d’aller au cinéma, de lire ce que j’ai envie, de me promener dans les rues sans être inquiété, de me cultiver, de m’épanouir, de continuer mes études, tout simplement d’être heureux, de vivre et de rêver. Car dans mon pays que j’aime, même le rêve n’est plus accessible pour la jeunesse. Quand je vois mon président, je déprime, j’ai honte. Je le vois entouré des ces octogénaires malades et déphasé détenant tout les pouvoirs avec ses satellites de mafieux que ceux certains oligarques et ces barons de l’informel qui tiennent tout un peuple sous le joug d’une autocratie mafieuse. Ma décision est prise, je partirais en faisant de la peine à mes proches mais mon rêve est ailleurs et mon cauchemar est aujourd’hui dans mon pays. Mais pour mon pays que j’aime, je ne souhaite pas un 5ème mandat. J’espère un changement profond qui me permettrait de peut être revenir un jour si la mer est tolérante avec moi.

    98
    2
      Zaatar
      5 décembre 2018 - 11 h 42 min

      @J’ai 24 ans,

      Ami @j’ai 24 ans, j’ai de la peine pour toi aussi. J’aurais tant voulu te conseiller, te donner un peu d’espoir, te faire raviver l’amour de la patrie, te redonner du goùt à la vie ici en Algérie. Mais hélas, tout ce que tu racontes est pure vérité. Tu as raison sur toute la ligne, sous tous les aspects et en toutes circonstances. Je te souhaite cependant beaucoup de courage, et j’espère quand même le meilleur pour toi. Amicalement.

      44
      1
      K. DZ
      5 décembre 2018 - 17 h 12 min

      Si vraiment vous avez 24ans et que vous avez réellement produit ce texte, je voterais pour vous si vous êtes candidat en 2019.

    Ali+
    5 décembre 2018 - 10 h 40 min

    Soyez courageux et dites nous la fonction du grand père de Mr Bouchareb, apparemment est un héro de
    l’armée Française, vous cachez le soleil avec des tamis et vous essayez de falsifié l’histoire a n’importe quel prix

    43
    Abou Stroff
    5 décembre 2018 - 10 h 28 min

    « Quel rôle pour Abdelaziz Belkhadem à l’approche de la présidentielle ? » s’interroge R. M..
    moua, avec ma naïveté maladive, pose une question plus terre à terre: combien de divisions blindées le barbéfélène peut il aligner?
    la réponse est évidente: aucune!
    moralité de l’histoire: belkhadem, comme les clowns qui l’ont précédé et les clowns qui lui succéderont, a une tâche et une seule à accomplir: occuper le terrain ………….. médiatique et divertir la plèbe pendant que les décisions concernant l’avenir de l’Algérie en tant qu’Etat et Nation sont prises par ceux qui monopolisent effectivement la distribution de la rente.
    PS: la marabunta qui nous gouverne ne semble pas avoir saisi le sentiment de rejet de la « classe politique » dans son ensemble par la majorité des algériens. cette marabunta ne craint elle pas l’émergence de gilet …………… rouge (la couleur du sang) sur la scène politique?

    36
    NAKBA
    5 décembre 2018 - 10 h 22 min

    Nous avons touché le fond, le degré 0 de la politique avec ce président. Quelle erreur de l’avoir mis président! On est passé de 3/4 de président à 0 président, du jamais vu, avec un résultat économique, social et politique catastrophique et une image du pays fortement altérée. On a que du « vieux » et on continue à sortir les vieilleries des armoires. Un honte, un désespoir, une faillite. Il a fait de nous un pays et un peuple de « RIEN » comme le montre la visite de MBS ou il a été incapable de faire le minimum du job, de le recevoir avec la fierté du Ministre de l’Industrie qui roulait des biscotos parce que ils avait signé pour 14 MILLIARDS de DINARS de contrats dont du papier hygiéniques alors que nos voisins de l’Est et de l’Ouest les investissement se font en MILLIARD de DOLLARS. Et on nous parle de 5ème mandat? La situation n’est plus drôle mais tragi comique! et anxiogène.

    53
    Lghoul
    5 décembre 2018 - 9 h 51 min

    Je vous ai dit qu’il allait revenir et il est revenu avec sa barbiche toute blanche ! Allons maintenant, un autre disque qui va nous chanter le tube de l’hiver jusqu’au printemps. Le drebki est en train de se rechauffer pour la seconde mi-temps. Tata a perdu la voix mais elle prend de l’huile d’olive pour la réactiver. Adam family vont commencer le nouveau feuilleton. Qui commençera a « provoquer » qui pour la galerie de voyeurs que nous sommes – on aime regarder n’importe quoi – juste pour regarder ? Ghoul, amara, tata ? Lequel ?

    62
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 9 h 44 min

    Retour de Belkhadem, sortie de Ghoul, quelques choses est en train de bouger. Sans doute, suite aux pressions extérieures.
    Etant habitués au pire, rebbi yester.

    19
    1
    Tin-Hinane
    5 décembre 2018 - 9 h 35 min

    Belkhadem encore lui, il n’y a pas assez d’islamistes comme ça? je ne comprends plus rien à la politique menée dans ce pays, vraiment rien.

    45
    2
    Souk-Ahras
    5 décembre 2018 - 8 h 17 min

    C’est pourtant clair ! Belkhadem premier ministre (sinistre) du changement dans la continuité.
    Pour Bouteflika, l’Algérie en tant que Nation et Peuple est une entité extérieure à son sérail. La sienne, intérieure au sérail étant la partie d’échecs qu’il joue depuis bientôt 20 ans contre les décideurs dont il fait lui-même partie……. prenante.

    61
    Anonyme
    5 décembre 2018 - 7 h 20 min

    On ne voudrait plus de ces personnes et des cliques anciennes avec de mauvaises traces, mauvais souvenirs et mauvais impacts.

    58
    Le Berbère
    5 décembre 2018 - 7 h 12 min

    Un train peut en cacher un autre . le retour de cet ancien  » joueur de Derbouka  » à la scène politique après d’être viré de la tête de gouvernement avec une manière humiliante preuve que le régime est en état de panique générale. Cette fois-ci , ils veulent faire passer le FLN pour un parti politique clean pour tromper encore une fois les électeurs dans le prochain scrutin .Yaw Fakou ! ..Ni si Amar Saïdani, Ni si Djamel ould abbes, Ni si Pierre Paul- Jacques pourra faire quelque chose pour gagner la confiance de peuple. Les élections présidentielles chez nous étaient toujours truquées , Comme beaucoup d’algeriens , j’ai toujour eu de nombreux doutes sur les résultats de cette élection.

    61
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.