Des groupes terroristes «sécurisent» les migrants clandestins entrés en Algérie

réfugiés Kacimi
L'ALgérie sera ferme dans sa politique de la migration clandestine. D. R.

Par R. Mahmoudi C’est ce que révèle le directeur central au ministère de l’Intérieur, chargé du dossier des migrations, Hassan Kacimi. En réponse à une question sur les immigrés clandestins venant d’Afrique subsaharienne en Algérie ainsi que sur les immigrés arabes provenant de Syrie, du Yémen et de Palestine, Kacimi a affirmé qu’il s’agissait d’un «phénomène nouveau» car ces migrants «suivent des routes encadrées par des groupes armés». Ce qui permet à des éléments terroristes de s’y infiltrer.

Pour toutes ces raisons, l’Algérie «ne fera aucune concession à ce sujet» afin de sécuriser et de protéger au mieux ses frontières dans le cadre de la lutte soutenue contre l’immigration clandestine, explique le même responsable. «L’Algérie n’acceptera aucune négociation dans le domaine de la sécurisation et de la protection de ses frontières dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine et déplore l’arrivée d’un grand nombre de migrants clandestins en provenance de zones de conflit et l’infiltration d’ex-terroristes», a-t-il déclaré.

Reconnaissant la complexité et la délicatesse du sujet, le directeur central au ministère de l’Intérieur estime qu’«il est nécessaire de trouver un équilibre entre les enjeux sécuritaires et humanitaires dans la lutte contre l’immigration clandestine», tout en notant que «chaque pays doit avoir sa propre stratégie en la matière».

Revenant sur le pacte de Marrakech sur les migrations et les réserves émises par l’Algérie, et pour lever toute ambiguïté, l’Algérie a demandé d’«établir la distinction entre migrants économiques et migrants humanitaires, régis par deux cadres juridiques différents», révèle encore Hassan Kacimi. A l’image d’autres pays, l’Algérie a également pointé du doigt certaines «zones d’ombre» dans ce texte «qui ne vont pas dans le sens de ses intérêts vitaux», souligne encore Hassan Kacimi.

R. M.

Comment (20)

    selma
    19 décembre 2018 - 0 h 13 min

    Ceux qui versent des larmes de crocodiles sur les migrants, qu’ils les accueillent chez eux. Je crois que l’Algérie est le pays qui a fourni l’aide la plus importante, qui se chiffre en milliards de dollars, aux pays subsahariens, sans compter que 14 d’entre eux ont vu leurs dettes épongées par Fakhamatouhou. Il s’agit de la sécurité du pays , et elle n’est guère négociable. De nombreuses bases et de surcroit de pays génocidaires sont à nos frontières pour créer le chaos, comme ils l’ont fait en Irak et en Syrie (rappelons nous de la raclée qu’ils ont essuyée à Tiguentourine).
    Alors la grande vigilance est de mise et tout notre soutien à notre armée

    8
    2
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 22 h 24 min

    Qu ‘ on le veuille ou non , l ‘ Algérie est devenue malgré elle , une terre de destination rêvée pour des millions de migrants subsahariens qui vont dans les prochaines années être particulièrement massivement présents dans toute l ‘ étendue territoriale du pays . .L ‘ Algérie devra alors les régulariser et les intégrer . Encore une fois , qu ‘ on le veuille ou non , cette exode migratoire est un fait bien réel et profond , qui en est qu ‘ à ses débuts . Autrement dit , concernant cet état de fait , on peut avancer , sans exagérer , qu ‘ on a encore rien vu .

    1
    8
      Anonyme
      19 décembre 2018 - 7 h 59 min

      Vous ne verrez rien, ces subsahariens de … seront tous partis chez eux, même de force.

      3
      2
    Alfa
    18 décembre 2018 - 19 h 26 min

    Il y a une différence entre Immigrations(toute sorte) et déracinement. Ses gens-là ont été forcé/obligé de quitter leurs taudis pour un bout de pain, malheureusement les gens qui les manipulent s’enrichissent sur leur dos.

    Anonyme
    18 décembre 2018 - 15 h 13 min

    À témoin de fait . …..
    Cette migration subsaharienne est trop dangereuse, il faut dénoncer tous les faits, actes, gestes, pour la repousser au delà des frontières.

    16
    2
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 14 h 27 min

    Sans oublier que ces migrants subsahariens ne vivent qu’avec l’unique ambition de quitter leurs familles, leurs contrées, leurs biens pour migrer.

    12
    2

    c’est toujours pareil, c’est tout le temps la même histoire qui revient, à croire que soit on est bête à manger du foin, soit c’est voulu, et donc, pourquoi revenir avec cette histoire de clandestin !?

    Dans le cas, ou il y a un problème avec les clandestins, il faut, à ce moment là, faire remonter l’information aux services de sécurité (POLICE; GENDARMERIE) car en réalité, chacun de nous est au courant de personne candidat pour la traversée dans les hautes mers de la Méditerranée !

    Chacun de nous, a entendu parler une personne qui proposé ses service contre une somme d’argent pour une traversée et c’est ce type de personne qu’il faut dénoncer aux autorités.

    8
    2
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 11 h 50 min

    Les frontières sud (Mali, Niger) constituent l’entrée du corridor tracé pour déverser en Algérie des populations certainement d’accord avec leurs expéditeurs. Aider ces peuples c’est trouver les solutions adéquates sur place chez eux pour les fixer pourquoi les déplacer juste pour créer des nuisances chez les autres et chez les algériens en particulier.

    21
    1
    BabElOuedAchouhadas
    18 décembre 2018 - 9 h 43 min

    Quid des ,450.000 clandestins marocains qui circulent en toute liberté en Algérie et le risque Narco-securitaire qu’ils font peser sur l’Algérie.
    A moins que ces clandestins marocains sont bien protégés par le système…

    22
    6
      Précision
      18 décembre 2018 - 12 h 43 min

      Les clandestins Marocains sont protégés par leurs cousins naturalisés algériens qui occupent de très hautes fonctions dans nos ministères.

      14
      4
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 9 h 31 min

    l’Allemagne a versé discrètement près de 50 millions d’euros à des rebelles à Idleb.
    Le Tagesspiegel journal Allemand tres serieux,révèle que le gouvernement allemand a directement financé des rebelles syriens à hauteur de 37,5 millions d’euros. Bruxelles aurait fait de même. Les noms des groupes destinataires de ces discrets versements restent inconnus.
    C’est une information de nature à faire planer de sérieux doutes quant aux démarches allemandes dans les différents processus mis en place afin de trouver une sortie de crise politique.Elle a alors appris que 37,5 millions d’euros avaient été transférés à des groupes rebelles par le ministère allemand des Affaires étrangères. L’agence internationale de coopération allemande (GIZ) et le ministère de la Coopération économique et du développement ont permis ces versements. Berlin aurait ainsi versé près de 49 millions d’euros – une somme particulièrement élevée, ainsi que le note Evrim Sommer. A ceux-ci s’ajouteraient encore 11,3 millions d’autres sources, ou encore 17 millions d’euros de l’Union européenne pour le versement desquels l’Allemagne de Merkel aurait joué un rôle d’intermédiaire.
    Voici le texte original paru sur le Tagesspiegel:
    Es ist bekannt geworden, dass die Bundesregierung die Oppositionellen mit Millionensummen unterstützt. Die in Idlib, Syriens bedeutendster Hochburg der Aufständischen, eingekesselten Rebellen erhalten derzeit 37,5 Millionen Euro vom Auswärtigen Amt sowie über die Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) vom Bundesministerium für wirtschaftliche Zusammenarbeit und Entwicklung. Dazu kommen 11,3 Millionen Euro anderer Geber und über deutsche Stellen mitverwaltete 17,05 Millionen Euro der Europäischen Union. Insgesamt handelt es sich also um fast 49 Millionen Euro.
    Voila la realite comment la chanceliere Allemande Mme Merkel et son ministere des affaires etrangeres et de la defense agissent contrairement a leurs discours,ils financent les groupes terroristes sur place…L image colportee qu elle aide les refugies est tout simplement un effort supplementaire pour vider la Syrie de ses meilleurs cadres et techniciens superieurs et d utiliser les autres refugies comme carte politique en empechant leur retour ….c est axactement ce qu ils veulent faire des flux des immigres arrivant des pays du Sahel….vers l Algerie….Nous sommes la tous unis pour organiser l echec de leurs entreprises a nos frontieres.Notre armee et nos services de securite sont fideles a la nation Algerienne et au peuple Algerien.

    16
    3
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 8 h 29 min

    Vigilance aux frontières qui doivent être des zones militaires, sanction extrêmement sévère aux traitres algériens, renvoi systématique des nouveaux débarqués de ces peuples oisifs, trop nombreux et qui en réalité n’aiment pas travailler. Renvoi des nombreux migrants subsahariens déjà en terre algérienne qui font la sainte nitouche en montrant une fausse ferveur pour le travail car ces migrants imaginent pouvoir décrocher une régularisation ce que l’Algérie doit prudemment éviter, niet aux subsahariens en Algérie, ils doivent développer leurs pays.

    38
    7
      Kassaman
      18 décembre 2018 - 11 h 01 min

      « renvoi systématique des nouveaux débarqués de ces peuples oisifs, trop nombreux et qui en réalité n’aiment pas travailler. »

      Tu n’es pas obligé de te vautrer dans le racisme le plus bas pour dire qu’il faut être ferme dans la protection de nos frontières.
      Sache que le patriotisme Algérien ne se fait pas dans la détestation ou le dénigrement d’autrui, c’est ce qui fait sa force.
      On doit d’ailleurs féliciter nos forces militaires et policières dans la gestion digne de ce phénomène migratoire, dernière tactique de l’impérialo-sionisme pour semer le chaos.

      11
      19
        Anonyme
        18 décembre 2018 - 11 h 21 min

        Kassaman
        je n’ai pas besoin d’une quelconque leçon pour m’exprimer. Ce racisme à 2 balles n’a pas de sens, je n’ai pas introduit une couleur dans mon texte mais l’invasion.

        Ces gens de couleurs prétendent que l’Algérie ou toute l’Afrique du nord leur appartient, faisant les gentils par crainte d’être racistes et laissons les nous effacer.

        24
        3
        Anonyme
        18 décembre 2018 - 12 h 19 min

        Où voyez-vous du racisme dans le commentaire que vous commettez ? Pour la sécurité des algériens on se la joue pas les anges gardiens des subsahariens, que ça plaise ou non à ceux qui encouragent le déferlement d’inconnus de toute l’Afrique noire.

        24
        1
          Kassaman
          18 décembre 2018 - 21 h 57 min

          « Où voyez-vous du racisme dans le commentaire que vous commettez ? »

          réponse: « …ces peuples oisifs, trop nombreux et qui en réalité n’aiment pas travailler… »

          Je croirais lire des fachos du FN français parlant des noirs et des arabes.

          Et pour vous « rassurez » bien sur que je suis pour le renvoi de tous les immigrés clandestins. Mais ce faisant on n’a pas à les insulter, on les évacuent khlass!

          2
          2
    Anonyme
    18 décembre 2018 - 8 h 11 min

    L immigration clandestine est devenue une arme de destabilisation aux mains des puissances etrangeres et des terroristes qui sont presentes dans les pays du sahel .Trop de doutes pesent sur leur veritable mission au Niger au Mali et au Tchad.L Algerie doit proteger ses frontieres de tout flux d immigrants manipules et teleguides venant des pays du sahel.C est aux force des puissances etrangeres,USA,France,et l Allemagne , basees au Niger,au Mali et au Tchad de gerer et organiser sur place des camps de refugies candidats a l immigration en Europe.L Algerie ne peut leur permettre ni le transit par son territoire ni les rassembler dans des camps de refugies.Ceci est le devoir des forces etrangeres se trouvant dans les pays africains en question.Il est a rappeler que ces forces speciales de ces trois pays se trouvent en Jordanie,en Syrie,en Irak,au Kurdistan,en Lybie,a Bahrein,en Arabie Saoudite,au Jemen,a Oman,au Qatar et en Afghanistan.Ont ils eviter des guerres…??? non ils ont plutot attises le feu de la guerre et semer la haine et les conflits ethniques et religieux entre les peuples pour encaisser des milliards de dollars de revenus par la vente des armes.
    Notre pays saura defendre ses frontieres et ne permettra jamais l utilisation de son territoire a des fins plus que douteuses…..

    34
    2
    Nasser
    18 décembre 2018 - 7 h 57 min

    Le pacte en question n’est pas contraignant. Maintenant des pays ne l’ont pas signé. Signer avec réserves est une autre solution. Je reviens au phénomène observé aux frontières sud. Un syrien ou un palestinien ne peut atteindre ces frontières qu’après un périple de milliers de kilomètres. Il doit traverser plusieurs frontières. Il faut une organisation supra nationale pour le faire. À votre avis et puisque cette organisation n’est pas légale que peut elle être. Je réitère mon message aux autorités: c’est de la frontière malienne que viennent la majorité des problèmes. Les maliens haïssent les algériens et ferment les yeux sur tout ce qui peut leur nuire. Ils aident même. Alors seule une politique de retour à l’envoyeur pourrait les faire plier. Concernant les européens il faut faire comme les voisins qui ont abrite les travaux du pacte. Discours de tolérance et pratiques dures avec les clandestins. D’ailleurs pourquoi demande t on a l’Algérie et à elle seule de ne pas expulser les clandestins ? Alors qu’à côté on vient de leur débloquer 148 millions de dollars et un lot de véhicules blindés pour lutter contre l’immigration clandestine ? Il y a un épisode que j’ai raté pu quoi?

    27
    1
      Anonyme
      18 décembre 2018 - 8 h 46 min

      Nasser
      Comme vous le dites « les maliens ont une haine profonde envers l’Algérie », il faut donc une haute surveillance des points d’entrées du mali et bien sûr toutes les arrivées du niger doivent être refoulées pour calmer ces populations qui s’apprêtent à voyager pour envahir l’Algérie. Il ne faut pas aussi négliger la cause de ces débarquements subsahariens et qui est la charité excessive et la permission du travail au noir. Il est préférable que des algériens construisent leur pays doucement et sûrement, l’appel aux subsahariens est un grand danger.

      26
      3
      Anonyme
      18 décembre 2018 - 9 h 04 min

      Trois puissances etrangeres sont basees au Niger et au Mali: les USA,les Allemands et les Francais.et disposent de tous les moyens pour gerer ce flux d immigres…au contraire ils sont la pour les manipuler et les instrumentaliser….. Nous Algeriens devons refuser tout protocoles d accord ou pacte contraignant avec ses puissances concernant les immigres… Niet…Nada…non..Nein…niente.. Basta et finito

      22
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.