Interview exclusive du président de la Fondation Islam de France

Bencheikh exclusif
Ghaleb Bencheikh. D. R.

Le successeur de Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation Islam de France estime, dans cet entretien exclusif à Algeriepatriotique, que «notre responsabilité, à nous tous, est de voir en quoi un discours de type religieux peut avoir un impact mobilisateur sur des esprits criminels». Il prône un débat sur «le fait islamique dans un cadre serein et apaisé». Interview.

Algeriepatriotique : Votre désignation à la tête de la Fondation Islam de France a coïncidé avec le malheureux événement de Strasbourg. Quel commentaire faites-vous de l’attentat qui a fait plusieurs victimes ?

Ghaleb Bencheikh : C’est que, malheureusement, l’hydre de Lerne terroriste continue de sévir. Mais nous en viendrons à bout. C’est un engagement de tous les jours, de chaque instant. Nous ne nous accommodons pas de cette ignominie. Je ne suis pas de ceux qui disent «halte à l’amalgame !» puis ne font rien. Certes, des voyous et des repris de justice ont trouvé dans leur allégeance à Daech un moyen d’assouvir leur vengeance et d’exprimer leur ressentiment contre la société, mais notre responsabilité, à nous tous, est de voir en quoi un discours de type religieux peut avoir un impact mobilisateur sur des esprits criminels. L’entreprise est gigantesque et la tâche est immense et ardue. Mais nous les menons avec beaucoup de résolution, déterminés que nous sommes à en finir avec tout ce qui flétrit et avilit la tradition islamique.

Vous succédez à Jean-Pierre Chevènement. Votre mission s’inscrit-elle dans la continuité de son travail ou comptez-vous «réformer» l’institution ?

Il n’y a pas lieu de réformer une institution qui fonctionne bien, en dépit de tout ce qu’on a pu raconter. Nous savons tous gré à Jean-Pierre Chevènement d’avoir mis la Fondation sur orbite avec une gestion saine de ses finances. Et je lui rends un hommage appuyé. Des programmes sont en cours, ils seront poursuivis et consolidés, d’autres seront mis en place très vite.

Bien sûr, il y a la poursuite de l’aide aux doctorants en islamologie fondamentale et appliquée, parce que nous avons besoin de jeunes étudiants intelligents, tenant un discours rationnel sur le fait islamique, afin de redonner à l’islamologie – discipline de prestige – ses lettres de noblesse. Il faut savoir que pas moins de 300 000 euros ont été alloués pour aider les étudiants en thèse. Nous continuons, ensuite, à aider les futurs imams sur le plan universitaire, à compléter leur formation religieuse par un cursus «profane» sur la laïcité, le fonctionnement des institutions, les valeurs républicaines.

En troisième lieu, nous allons poursuivre, consolider et enrichir tout le travail autour du campus numérique, une sorte d’université virtuelle appelée Lumières d’islam. Elle dispose d’une centaine de vidéos enregistrées et d’une quarantaine déjà en ligne. Elle sera augmentée de la mise en place d’une WebTV et des espaces de formation en ligne.

En termes de projets, nous comptons créer une université populaire itinérante pour lancer des débats comme une thérapie par la parole. Son but est de réconcilier les citoyens autour de la question de l’islam en France. Cette université permettra aux musulmans et aux non-musulmans de s’exprimer sur le fait islamique dans un cadre serein et apaisé. Ce sera l’occasion de débattre calmement sur des sujets cruciaux afin de désamorcer les craintes et d’apprivoiser les peurs pour assoir les fondations d’une société commune. Cette université populaire itinérante ira de pair avec l’organisation de colloques internationaux pour dirimer les thèses fondamentalistes et mettre en exergue les grandes lignes de la réforme de la pensée en contexte islamique.

La France traverse des moments difficiles, une vague de contestations jamais vécue depuis mai 1968 ajoutée à un risque d’attentats terroristes élevé. Quel rôle la Fondation peut-elle jouer pour atténuer ce risque, sachant que le tout-sécuritaire ne pourra pas venir à bout du phénomène de l’extrémisme violent ?

Le tout-sécuritaire est nécessaire mais il n’est pas suffisant. Ce sera, alors, pour la Fondation d’assumer une responsabilité d’éveil des consciences, avant tout, et la préparation du citoyen avec le souci de la personne et l’émancipation du sujet humain. C’est la mission qui lui est assignée. C’est par l’éducation, la culture, la connaissance et l’acquisition du savoir et par le fait de sensibiliser des jeunes gens, garçons et filles, à la beauté, à l’intelligence, aux beaux-arts, aux belles lettres, à la musique, à la poésie, à tout ce qui élève les sens, qu’on pourra venir à bout de l’extrémisme religieux. On doit contrecarrer le salafisme et son emprise sur la jeunesse par toute action qui l’émancipe de la domination d’un discours religieux culpabilisant, axé uniquement sur l’obsession de la norme religieuse et sur l’approche infantilisante binaire : licite et illicite. Libérer l’esprit et élargir l’horizon en s’affranchissant des causeries religieuses aliénantes relatives à la promesse du paradis et à la menace de l’enfer. Cette délivrance est un enjeu de civilisation. Les maîtres-mots dans la résistance à l’offensive fondamentaliste islamiste demeurent toujours l’éducation, la culture, l’esthétique et la connaissance ainsi que l’ouverture sur le monde et l’importance de l’humanisme et de l’altérité, notamment confessionnelle.

Quelles relations la Fondation que vous présidez entretient-elle avec les institutions religieuses algériennes ?

Pour l’instant aucune, parce que, tout simplement, la Fondation est une institution laïque reconnue d’utilité publique avec la participation de l’Etat français. Elle n’a pas vocation à agir dans le champ strictement religieux. Elle œuvre dans le domaine de la culture, de la science et de la connaissance. Elle vise la prise en charge éducative de la jeunesse, notamment par l’aide à des projets culturels et sociaux. Mais cela n’empêche pas de trouver des canaux de coopération avec des institutions similaires travaillant pour les mêmes objectifs.

Comptez-vous renforcer la coopération avec les pays du Maghreb dans vos efforts de dé-radicalisation ?

Assurément oui. La question de la radicalisation religieuse n’est pas qu’une affaire exclusivement française. Elle concerne toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, épris des causes justes de par le monde et, tout particulièrement, au Maghreb où les populations pâtissent d’une religiosité aliénante qui dégénère vite en radicalisation fanatique…

Les Français s’inquiètent de la montée de l’extrémisme en France qui n’a pu être jugulé par les différents gouvernements. A quoi cet échec est-il dû, selon vous ?

Parce que cette épineuse question est complexe. Ici, l’adjectif «complexe» ne relève pas d’une rhétorique marquant le caractère justement compliqué de la situation que, le plus souvent, on convoque par défausse. Ainsi, par paresse intellectuelle, n’aura-t-on pas à entreprendre l’œuvre d’éclaircissement et d’explication. C’est le sens premier de ce qui est complexe qui est voulu, c’est-à-dire un système délicat et malaisé à décrire de prime abord. Ses nombreux éléments interagissent entre eux de manière non nécessairement déterministe. C’est le cas de la «fabrique» terroriste. Elle requiert comme décryptage le fait de ne pas s’arcbouter sur une seule lecture simpliste. Plusieurs décodages ont fait concurrence avec une accumulation de strates d’analyse.

La distinction de toutes ces strates est nécessaire. Elle passe par la couverture de tout un spectre interdisciplinaire. La gamme s’étale depuis l’analyse sociologisante jusqu’à l’approche théologique, en passant par l’étude psychanalytique, la représentation apocalyptique et l’évocation nihiliste sans oublier l’examen politique et l’observation géostratégique. Tout en reconnaissant que chacune de ces analyses puisse avoir sa pertinence propre, aucune n’épuise, à elle seule, complètement le sujet. A cet égard, il faut avoir une vision globale, panoptique, des causes et des effets. Les avis et points de vue des experts sont divergents. Chacun veut pondérer ses propos par des éléments propres à sa discipline et à son champ de compétence.

Les sociologues trouvent aisément de quoi étayer leurs thèses. Les arguments sont très nombreux. Ils s’entrevoient très vite dans le déni de citoyenneté opposé à toute une jeunesse laissée pour compte, dans l’échec scolaire, dans le racisme et la ségrégation de fait. Les déterminismes sociaux résistent et verrouillent tout espace d’évolution, même pour les plus diplômés.

Les politistes ont de quoi présenter la problématique épineuse de l’hyper-terrorisme comme une résultante de tensions dans les rapports internationaux et géostratégiques avec des répercussions internes aux Etats. Des puissances régionales se font la guerre par phalanges terroristes interposées.

Les économistes posent, entre autres, le postulat de la nouvelle économie conjuguée à l’ultralibéralisme. Elle a permis des gains importants avec ses espérances excessives ayant conduit à former la bulle internet, au détriment de nombreux groupes humains poussés vers le nihilisme fou et affolant.

Les psychanalystes traitent de cas relevant de la psychiatrie et expliquent les pulsions meurtrières par des perversités pathologiques violentes. Le manque de repères avec l’absence du père et les carences affectives reviennent le plus souvent dans les études cliniques.

Les historiens énoncent que des mouvements millénaristes entraînent ceux qui sont en rupture dans leurs sociétés d’une manière cyclique. Il suffit de faire miroiter des utopies avec leurs parts d’illusions et de mirages pour que les humiliés et les opprimés sur la terre suivent et s’insurgent, rêvant toujours de justice.

Les philosophes trouvent dans la déshérence culturelle et l’indigence intellectuelle à l’ère 3.0 des bouleversements générateurs de faits et d’actions empreints d’inhumanité.

Les théologiens vont arguer du retour du religieux radical et teinter les présupposés de la question d’une coloration confessionnelle, islamique en l’occurrence, afin de résister à la déchéance des sociétés dépravées, sinon il faut hâter l’apocalypse.

Nous pourrions passer en revue chacune de ces approches, en développant davantage les argumentations qui militent pour leur bien-fondé.

Quant à moi, je demeure convaincu, en dépit des réserves formulées par certains analystes, que la strate théologique présente sérieusement une grille de lecture appropriée. La contre-attaque doit se faire au niveau de la pensée religieuse. La riposte est au premier chef d’ordre théologique, tout en tenant compte, bien entendu, des autres réponses et de leurs intrications.

La béatification de dix-neuf religieux catholiques à Oran s’est déroulée dans d’excellentes conditions, de l’aveu même du pape François, Roger Hanin a été inhumé à Alger avec les honneurs. Pourtant, on continue d’accuser l’Algérie de porter atteinte aux religions autres que l’islam. A quoi cela est-il dû, à votre avis ?

Je pense que cette cérémonie émouvante de béatification, la première en contexte islamique, a signé un temps fort, faisant entrer définitivement l’Algérie dans l’ère de la pluralité religieuse et l’ouverture à l’altérité confessionnelle. L’église algérienne est une réalité qui constitue une richesse pour l’Algérie. A la société algérienne, dans son ensemble, de consacrer les valeurs pérennes d’accueil, d’hospitalité et de générosité édictée par la spiritualité qui est au cœur du monothéisme abrahamique judéo-islamo-chrétien. Cela passe aussi par le dialogue interreligieux et interculturel. Les imams algériens doivent enseigner cela du haut de leur chaire dans les mosquées et ailleurs.

Bien que le terrorisme frappe en France et en Europe en général, certains continuent de semer le doute sur les auteurs des massacres en Algérie dans les années 1990. Que vise cette désinformation qui dédouane les groupes islamistes armés ainsi innocentés par les zélateurs du «qui tue qui ?» ?

Je ne sais pas. Et, je ne comprends pas. Il me semble que, en dehors de l’onomatopée, «qui tue qui ?» est une question qui n’a pas lieu d’être posée. Parce que le second «qui» est identifié, c’est une victime innocente d’un assassinat abject, c’est un crime haïssable et punissable, et le premier «qui» est le plus souvent revendiqué et assumé dans des communiqués authentifiés. C’étaient les sicaires des GIA et des membres l’AIS, puis par la suite les terroristes du GSPC. De toutes les façons, les prêcheurs de haine et les idéologues de l’action violente armée au nom de la religion islamique sont responsables, comptables et coupables de crimes et d’assassinat ainsi que de perversion de la religion devant l’histoire. S’ils ne comparaissent pas devant le tribunal des hommes, ils n’échapperont pas au tribunal céleste.

Interview réalisée par Karim B. et Mohamed El-Ghazi

Comment (29)

    Anonyme
    28 décembre 2018 - 0 h 41 min

    Mais qui est ce corbeau à la tête d’une fondation créée et alimentée par le Crif ! Mais il nous prend pour qui ce bonhomme d’une part il parle de la Fondation Islam de France, d’autre part il dit qu’elle est une institution laïque, alors là, il nous prend vraiment pour des débiles! Ils font n’importe quoi pour diviser, égarer, acculturer et prosélytiser les musulmans de France!

    3
    1
    Ch'ha
    27 décembre 2018 - 19 h 06 min

    PS : Jacques Attali au congrès juif mondial en 2014 « Notre rôle est d’aider à la création d’une bourgeoisie musulmane »…… » il est fondamental pour la survie d’IsRatHell ».

    6
    1
    Souk-Ahras
    27 décembre 2018 - 18 h 52 min

    Je suis franchement étonné que les français aient pu s’adonner à la contrefaçon d’un produit typiquement du bled : le ministère et son ministre Aïssa de la religion.

    Mon opinion
    27 décembre 2018 - 16 h 13 min

    Salam,
    A travers cette interview je dénote une grande érudition et une ouverture d’esprit de la part de Ghaleb Bencheikh mais qui reste un discours lisse et uniforme qui brosse dans le sens du poil de l’ordre établi, qui parle d’un terrorisme qui porte essentiellement sur une jeunesse désoeuvrée, injustement disqualifiée ou de voyous en mal de spiritualité, mais qui oubli les causes essentielles qui ont conduit à cette situation épouvantable.
    On ressent un manque de Sherlock Holmes ou de perspicacité dans ces propos qui nous permettraient de découvrir le « pot aux roses », qualités d’un grand intellectuel téméraire
    Ce genre d’explication ne peut aucunement nous aider à cerner le problème ou stopper ce terrorisme résultat d’une déliquescence des valeurs morales et religieuses, encore moins en venir à bout qui pour l’ inverse serait présomptueux pour quiconque sensé être au fait de l’actualité.
    Pour ma part, pour faire succinctement, je pense que la catastrophe qui se vit actuellement vient essentiellement d’un terrorisme d’état.
    Le voyou de banlieue est facilement identifiable ou maîtrisable et on peut facilement en venir à bout, mais par contre les crapules au sommet de l’ état qui se serve de cette pépinières pour perpétuer ce climat délétère, d’une part pour salir l’image de l’islam dans l’optique du bouc émissaire (les juifs en connaissent un rayon, on sent une grande expérience derrière) et de l’autre occulter cette immense rapine au sommet de l’état qui a fait que la France qui était l’un des plus riche pays du monde se retrouve en être le plus endetté, cherchez l’ erreur?

    11
    1
      Abou Langi
      27 décembre 2018 - 18 h 04 min

       » la France qui était l’un des plus riche pays du monde se retrouve en être le plus endetté, cherchez l’ erreur » .

      Il ne faut pas chercher loin.

      En rapport au PIB , le Japon, les USA, L’Espagne, La Belgique, L’Italie, le Portugal, La Grèce, sont plus endettés que la France Sans parler de l’Egypte, du Liban, et d’autre pays qui peinent à payer leurs dettes.

      La dette de la France est à 99% de son PIB, celle de l’Italie à 130%, du Portugal à 125%, des USA à 105 %, et enfin celle du Japon à 250% etc.

      Pour ne citer que ceux là, bien entendu!

      2
      1
        Mon opinion
        27 décembre 2018 - 22 h 44 min

        Merci Abou Langi de me répondre mais les statistiques sont comme un bikini elles montrent beaucoup de choses mais cachent l’ essentiel, de plus on peu faire dire n’ importe quoi aux statistiques, mais le problème n’est pas là, en réalité le problème repose sur un manque de transparence de la gestion des affaires de l’ état, le peuple ne sait aucunement, mais vraiment aucunement par manque de moyens de contrôle, ce que font leurs politiciens, ou leurs gestionnaires, ils peuvent virer par exemples des millions de d’euro sur le compte de l’entité scélérate et imputer ce virement ou ce jeu d’ écriture sur la dette nationale par des procédés très vicieux.
        En fait ils font pire que ça, mais temps que les leviers de l’ économie sont entre les mains de crapules au service du sionisme international la France ne se relèvera jamais.
        De plus toute cette dette, ces 2000 milliards d’ euro ou plus, ne repose sur rien sinon sur du vent ou de l’ usure, pour celui qui connait les mathématiques financières certaines formules appliquées à des capitaux vous font partir très riche et au bout de quelques années vous devez des millions ou des milliards à vos créanciers par une simple formule appliquée à des intérêts composés.
        Cependant quand je disais: « la France qui était l’un des plus riche pays du monde se retrouve en être le plus endetté, cherchez l’ erreur », je faisais allusion à ces immenses et incroyables richesses accumulées par des siècles de rapines coloniales, or, diamants, objets précieux, savoirs et industries…

        Anonyme
        28 décembre 2018 - 18 h 25 min

        Posez la question au Crif et aux banques sionistes, particulièrement celles des Rothschild. L’état français fait des prêts avec intérêt auprès de ces banques, alors la réponse sera claire, nette et précise!

    Nour
    27 décembre 2018 - 15 h 52 min

    Un bel exemple de la continuité de la responsabilité, ainsi Ghaleb Bencheikh donne un vrai cours de management à nos dirigeants, quand un responsable remplace un autre , il ne fait pas table rase de tout ce qui a été fait auparavant !!! Non messieurs il commence par auditer ce qui a été fait. Ainsi il conserve ce qui est bon et reforme ce qui n’a pas donné les résultats escomptes. L’expérience humaine est un cumul d’expériences diverses et non un éternel recommencement ! C’est du bon sens qui a manque cruellement à nos dirigeants.

    8
    6
      Ch'ha
      27 décembre 2018 - 16 h 05 min

      @Nour
      Quelle naïveté : le changement dans la continuité.
      Vous vous laissez bercer par son éloquence concrètement dans les faits.

      10
      2
        Nour
        27 décembre 2018 - 17 h 04 min

        @Ch’ha non justement ce n’est pas a son eloquence que je me fie dans un premier temps (quelque soit l’orateur) mais plutot a sa methodologie de travail qu’il est en train d’exposer et Ghaleb n’est nullement dans la continuite de Jean Pierre Chevenement , vous vous meprenez lourdement avec un jugement aussi hatif. Attendez au moins que l’homme commence a traviller et ensuite vous pouvez le critiquer a votre guise.

        5
        2
          Ch'ha
          27 décembre 2018 - 18 h 41 min

          @Nour
          Une question toute simple Nour : pourquoi croyez-vous qu’il ait obtenu le poste.
          Pour le reste, cette fondation sert qui ??! C’est juste de l’enrobage et enfumage si elle avait une quelconque utilité pour les français musulmans ça se saurait.
          Qui a créé le CFCM ? Sarko et « l’Islam de France » qui ne veut rien dire et n’existe pas est géré par les judéosioniste. Qui a placé Hassen Chalghoumi chouchou de Valls-FinkielCrotte-Fourest… »imam paillasson, larbin du Crif ».
          Serge Dassault a financé la fondation pour l’islam de France …
          Est-ce suffisant comme démonstration de qui fait quoi.
          « L’Islam de France » devrait s’appeler annexe du Crif.
          Mais là pour le coup ça fait beaucoup moins attrapes-nigauds.

          7
          1
    Abou Langi
    27 décembre 2018 - 15 h 01 min

    « Les psychanalystes traitent de cas relevant de la psychiatrie et expliquent les pulsions meurtrières par des perversités pathologiques violentes. Le manque de repères avec l’absence du père et les carences affectives reviennent le plus souvent dans les études cliniques. »,

    Isk c’est pour ça qu’on dit: « Dieu le Père  » «  Abou-reb » ? En fin de compte que Dieu tiendrait son origine du déficit de paternité, comme la relation à Fafa tiendrait son explication dans le déficit de la reconnaissance de maternité ?

    En clair , si Fafa avait reconnu qu’elle pouvait faire des mioches musulmans, elle aurait adopté ce proverbe kabyle : win iggezmène tasseta ats izoughar. Qui coupe une branche la traîne !

    7
    3
      Karamazov
      27 décembre 2018 - 15 h 06 min

      Oui, comme la vache qui a accouché d’un hérisson.

      Si elle le lèche et l’adopte , il pique, si elle l’abandonne sasfipas , c’est kamim son fils!

      6
      1
      Nour
      27 décembre 2018 - 20 h 24 min

      @Ch’ha je ne suis pas ne de la derniere pluie et je partage la majorite de ton analyse sur tout ce qui concerne l’Islam de France, jusqu’au point ou rendu a une station de Metro au voisinage de la Grande Mosquee de Paris, rien n’indique la direction de ce monument ne serait-ce que pour les touristes !!! Rue Benton vous avez meme la direction du cinema LA CLEF mais pas d’indication pour la grande MOSQUEE de France !!! Mais pour Ghaleb je vous demande de reserver votre jugement a ses actes peut-etre qu’ils nous etonnera ! qui sait ?!

      3
      2
    M.B
    27 décembre 2018 - 13 h 53 min

    TOUT « COMPTE » FAIT, ceux qui parlent de l’Islam confirment l’adage : Le silence est d’or, la parole est d’argent… Cette Fondation ignore l’essentiel, l’or, peu importe celui qui la dirige. Désolé, cher Monsieur Bencheikh, précisément les Français sont en révolte contre l’argent, donc contre la parlotte, fut-elle savante. « Epicitou » !

    16
    4
    Karamazov
    27 décembre 2018 - 13 h 34 min

    Le frère à celui qui a dit dans un instant de lucidité, ou de blasphème , allez savoir, : « il faut réformer le Coran » et qui tient de famille lui aussi sa relation à Fafa, a la bonne figure de l’emploi.

    Quoi que je lui préférasse Son frère Soheib, qui n’a pas la langue dans la poche, et qui ne la retient pas quand on va trop l’enquiquiner dans ses retranchements.

    Ce qu’il faut voir dans cette affaire , que Fafa, cette fille indigne de l’Eglise, qui jusque là ne reconnaissait aucun culte , peine à assumer ses musulmans. C’est qu’elle a maille à faire avec eux.

    Les Musulmans de France ont en effet décidé de prendre le chemin de la laïcité qui a sorti la société française de l’emprise de la religion à l’envers . Finis , les brûlots anticléricaux qui ont conduit l’État à ne plus reconnaître aucun culte et à extraire la société de leurs emprises., place à l’Islam dans la société.

    A entendre nos imams , la laïcité a introduit la religion dans l’espace public et non l’inverse.

    Toute la manœuvre est là. Comment contenir l’islamisme, qu’est l’islam pratiqué et qui est incompatible avec la laïcité et, il faut le dire, avec la culture occidentale sans avoir à le réprimer ?

    C’est Malek Chebel qui avait raison : » pour comprendre l’islam il faut avoir BAC +7″ , il a dit.

    Et pour en sortir il faut avoir quoi ?

    2
    5
    karimdz
    27 décembre 2018 - 12 h 31 min

    J appréciais au dégut ghaleb bencheikh, mais quand on le voit copuler avec finkelcrotte et abondait dans le sens de la propagande sioniste, j’éprouve à son égard de l’antipathie.

    Je reconnais que bencheikh est un bon rhétoricien, mais il a certainement pas l étoffe d’un islamologue et encore moins un représentant des musulmans.

    Il fait partie hélas de ces algériens vendus au sionisme.

    56
    6
    Ch'ha
    27 décembre 2018 - 12 h 09 min

    Il avait une émission sur antenne 2 connaître l’islam à l’époque dimanche matin.
    Il maîtrise sa science.
    Pour le reste, le discours qui vise à alimenter le système et stigmatiser l’islam la radicalisation bla bli bla bla très peu pour moi.
    Défendez déjà les droits bafoués de français d’origine algérienne, c’est sûr vous n’êtes pas l’équivalent musulman du CRIF ou LICRA puisque le lobby musulman n’existe pas et l’islam de France d’ailleurs qui ne veut rien dire n’existe pas non plus.
    Le PS est raciste comme tous les partis de l’extrême gauche à l’extrême droite sioniste.
    Vous faites partie d’un système vérolé et biaisé.
    300 000€ de bourses pour apprendre les lettres l’art …magnifique et allez trouver un boulot à tous ces bougnouls algériens diplômés ou pas discriminés à l’embauche.
    Quand j’étais étudiante le maire fonctionnaire d’État m’a refusée un poste parce que je n’étais pas harkie mon père n’était pas harki !
    Alors l’islam la radicalisation c’est de l’enfumage meRdiaticopolitique.

    18
    3
    Salim Samai
    27 décembre 2018 - 12 h 01 min

    Ce debat ETERNEL des Rapports entre l´Etat & la Religion existe aussi en Allemagne!
    Recemment l´IMPOSITION des musulmans a ete proposée pour financer le Culte Musulman et EVITER
    la Manipulation des Etats Musulmans. TRES BIEN!

    L´Islam en Europe ou AILLEURS ne doit pas etre influencé par des ETATS que ca soit les Saoud, le Qatar, la Turquie, les EAU,l´Iran, le Maroc, l´ALGERIE …ou la France et l´Allemagne pour LEURS Affaires et LEURS Politiques. Comment organiser une SAINE RELATION? Matiere á debat!

    3
    2
    manman1954
    27 décembre 2018 - 11 h 25 min

    M. Ghaleb Benchikh maîtrise les sciences islamiques. Il est surtout Physicien (Dr Es-Sciences Physiques).
    Il mériterait d’être Président de la République Algérienne !

    7
    12
    le numide
    27 décembre 2018 - 10 h 10 min

    LES TERRORISTES ISLAMISTES ET LE TRIBUNAL CELESTE : pour un français gaulois européen de souche , nationaliste , patriote , lucide , clairvoyant et consequent , les sophismes de cet imam à la tête de la Fondation Islam de France ce n’est que du charlatanisme et de la langue de bois pour justifier son poste et ses prébendes du Regime cosmopolite qui l’emploie et qui est responsable de la Ruine de la France française ..il est clair que dans cette optique , les français gaulois ne doivent pas attendre que le tribunal céleste sémitique viendrait à bout des terroristes islamistes et autres voyous et soldats maghrébins immigrés hystériques de DAESH et du Wahabisme saoudien .. la seule question fiable pour le Gaulois c’est de se demander depuis quand l’Islam est de France ? Alors que les français ont lutté depuis des siècles pour se libérer de l’idéologie sémitique du Christianisme puis de s’émanciper de l’idéologie sémitique juive gauchiste et communiste qu’ils ont subi depuis 1945 , vont ils encore subir la Terreur et le Chantage du judaïsme et de l’islamisme à cause du régime cosmopolite , totalitaire et immigrationniste que leur impose l’Oligarchie communautaire et bancaire judaïque surtout depuis 1981 et même bien avant ?? … il y a un réveil français organique et nationaliste plus profond qu’on ne le sous-estime et dont la seule perspective politique , européenne, révolutionnaire même c’est de rendre la France au français en abattant le régime judaïque cosmopolite et communautaire et mettant dehors les oligarques israéliens et les hordes islamistes qu’ils ont installés dans leur pays pour brimer le gaulois et l’appauvrir … Affaire donc à suivre de ce coté de la méditerranée , où les nationalistes berbères aussi scrutent dans le cours du monde ce qui pourrait accélérer la Révolution Mondiale des peuples et des nations Goys et Aadjams contre l’OSM : l’ORDRE SEMITIQUE MONDIAL, RACISTE , IMPÉRIAL, TERRORISTE ET CRIMINEL qui travaille à la ruine des états , des nations et du monde par la guerre , par la Propagande , par le mensonge , par la terreur religieuse et monétaire et contre la paix universelle et la liberté de l’homme et son émancipation

    9
    4
    AS
    27 décembre 2018 - 9 h 46 min

    Je lis et écoute les interventions de Mr Bencheikh, depuis bien longtemps et lui reconnais cet effort consenti pour dépoussiérer voire exempter l’Islam de tous ce qui lui a été injustement greffé comme perception et patrimoine purement socioculturelle, à travers les siècles. Je lui suis aussi reconnaissante de contribuer activement à mettre l’intelligence au service de l’Islam et vice versa.

    16
    4
    TARZAN
    27 décembre 2018 - 9 h 41 min

    tout simplement le plus instruit, le plus intelligent et le plus modéré islamiste en france voire dans le monde!

    14
    6
    Anonyme
    27 décembre 2018 - 8 h 23 min

    L homme qu il faut a la place qu il faut………Mr Ghalleb est le bon choix ,c est un excellent orateur et tres competent pour diriger la fondation Islam de France…Il est de notre devoir musulmans de France de le soutenir dans sa noble mission .La fondation Islam de France a besoin aussi de notre contribution morale et materielle.Jean Pierre Chevenement l ancien ministre de la defense de Mitterant qui a demissionne pour avoir refuse la guerre contre l Irak.Jean-Pierre Chevènement a mis la Fondation sur orbite avec une gestion saine de ses finances. nous lui rendons un grand hommage .La tache est immense, comme il le declare.. »sensibiliser des jeunes gens, garçons et filles, à la beauté, à l’intelligence, aux beaux-arts, aux belles lettres, à la musique, à la poésie, à tout ce qui élève les sens, qu’on pourra venir à bout de l’extrémisme religieux. On doit contrecarrer le salafisme et son emprise sur la jeunesse par toute action qui l’émancipe de la domination d’un discours religieux culpabilisant, axé uniquement sur l’obsession de la norme religieuse et sur l’approche infantilisante binaire : licite et illicite. Libérer l’esprit et élargir l’horizon en s’affranchissant des causeries religieuses aliénantes relatives à la promesse du paradis et à la menace de l’enfer. Cette délivrance est un enjeu de civilisation. Les maîtres-mots dans la résistance à l’offensive fondamentaliste islamiste demeurent toujours l’éducation, la culture, l’esthétique et la connaissance ainsi que l’ouverture sur le monde et l’importance de l’humanisme et de l’altérité, notamment confessionnelle. » Nous vous souhaitons toute la reussite dans votre mission.

    11
    5
    Zaatar
    27 décembre 2018 - 7 h 56 min

    Moi je n’ai lu que le premier paragraphe et cela m’a suffit. En fait toutes les thèses se rejoignent sur un point et toutes sont d’accord sur le fait qu’un discours de type religieux peut avoir un impact mobilisateur sur des esprits, criminels (comme c’est dit ici dans l’interview) ou autres. En fait sur toute population. Tirez en les conclusions, celles ci me paraissent évidentes.

    12
    1
      Ch'ha
      27 décembre 2018 - 11 h 57 min

      @Zaatar
      Tous les attentats en France charlie hebdo de zbel hyper cacher Bataclan et cie sont des attentats sous faux drapeau.
      Chakett n’avait rien d’un intégriste (2 témoins affirment avoir vu un fusil d’assaut quand les meRdias nous affirme qu’il disposait d’une arme de 1892 … Un autochtone a déclaré « lui religieux ? On ne l’a JAMAIS vu à la mosquée).
      Bref, « l’islam » est devenu très pratique pour stigmatiser encore et toujours les mêmes.
      Vous noterez que tous les pédophiles et pedocriminels sont défendus par des avocats judéosioniste dont l’ancien président du FRIC pardon du CRIF Alain Jakubowicz le lyonnais. À contrario la bougnoule algérienne que je suis a vu ses DROITS FONDAMENTAUX bafoués par « ses » avocats en complicité de l’État français TA de Lyon TGI de Clermont-Ferrand etc…etc… You know what I mean. Je me suis faite et me fais violence pour ne pas sortir les kalachnikovs et tous je dis bien TOUS sans exception les tuer en légitime défense n’étant pas une pqychopathes comme les français racistes envers les algériens dans leur intégralité. J’ai vu des makhNazis naturalisés français par piston au bout de 6 mois et frauder la CPAM pour pathologie virtuelle avec complicité étatique, idem une bourgeoise française qui n’exerce plus son poste de fonctionnaire mais qui touche de l’État français une pension à 2000€ sans parler du complément pour une pathologie fictive….Alors que moi ma citoyenneté française m’a été spoliée et la CPAM de Lyon me doit largement plus que ces 300 000€ de bourses.
      Le problème n’est pas l’islam mais la France RACISTE de l’extrême gauche à l’extrême droite sioniste également comme ça une seule et même cible c’est pratique.

      13
      3
        Zaatar
        27 décembre 2018 - 13 h 15 min

        @Ch’ha,

        Je compathie avec votre personne sur ce que vous dénoncez. Dois je comprendre, en parallèle, que lorsque vous écrivez « alors que moi ma citoyenneté Française m’a été spoliée » vous réclamez en fait cette citoyenneté ou bien vous la revendiquez sans avoir les bénéfices? Les enchainements des idées et des conséquences peuvent se faire par déduction. Vous avez certainement compris ce que je veux dire. Et donc par conséquence, il nous serait aisé de dire que le débat sur le sujet qui nous intéresse est totalement biaisé, et que l’affrontement d’idées ne se fait pas dans une atmosphère claire et nette…j’espère m’être fait comprendre.

        3
        2
          Ch'ha
          27 décembre 2018 - 14 h 16 min

          @Zaatar
          Je vais être très terre à terre et vous renvoie à mon message plus haut également.
          L’islam la radicalisation c’est du baratin de l’enfumage meRdiaticopolitique et sioniste.
          Tout citoyen aspire à la dignité humaine lorsque vous avez contribué à la richesse de l’État français en l’occurrence car j’ai cotisé et j’ai payé des impôts et pas qu’un peu je pense que ma réponse est claire et NON BIAISÉE JUSTEMENT. Allez en banlieue française vous comprendrez, je suis née et j’ai grandi à la cambrousse mais j’ai fait l’aide aux devoirs bénévolat dans les banlieues lyonnaises : leur quotidien ce n’est pas la radicalisation et ça c’est le résultat des politiques de gauche comme de droite.
          Quand je dis que ma citoyenneté française m’a été spoliée je vous renvoie à la définition de spolier = dépouiller quelqu’un par violence fraude ou abus de pouvoir c’est très clair et non biaisé😉

          13
          3
        Anonyme
        28 décembre 2018 - 0 h 33 min

        Ch’ha a raison, il a compris comme beaucoup d’autres que le terrorisme est une invention sioniste franc-maçon. C’est une recette qui a été concocté dans les années 50-60 pour dépecer le monde arabo-musulman et africain comme au Soudan, et souiller l’image de l’Islam et des Musulmans tout en renforçant l’image de marque des sionistes. Vous n’avez qu’à voir qui gouverne la France et l’Europe et vous comprendrez.
        Le Canada qui était épargné jusqu’à une certaine époque, commence à connaître les mêmes problèmes avec l’installation des sionistes au Québec….et ça ne fera qu’empirer si les musulmans ne font pas attention et prennent les choses en main! Bien sûr la connivence (volontaire ou involontaire) de certains est de taille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.