2019 : l’année du réveil des peuples

misère
Aucune ville n'est épargnée par cette vile économie capitaliste. D. R.

Par Mesloub Khider – Une année extraordinaire vient de s’achever. Elle nous a offert 365 jours de vie supplémentaire emplie de joie et parfois de chagrin. Remercions le Ciel d’être encore en vie. Que demander à la nouvelle année, sinon de nous gratifier d’un lot de 12 mois d’existence agrémenté à ras bord de bonheurs simplement humains, embelli par une fraternité partagée avec l’humble et souffrante humanité, gorgé de solidarité accordée à toutes les personnes dans le besoin.

Par-delà notre petite minuscule individualité, la collectivité souffrante humaine doit avoir les faveurs de notre cœur. La préoccupation primordiale de notre énergie intellectuelle. L’objectif prioritaire de notre combat politique.

L’amour de notre frère de misère doit affermir notre aspiration à la justice sociale. La misère de notre frère doit nous acculer à lâcher bride à notre révolte, à libérer notre rage pour exiger la fin de toutes les formes d’injustice, instaurer une société débarrassée de toutes les formes d’oppression.

Aujourd’hui, la misère ne connaît pas de frontières. Elle s’est mondialisée, comme le capital, responsable de ce crime contre l’humanité. D’Alger à Caracas, du Caire à Marseille, aucune ville n’est épargnée par cette vile économie capitaliste.

De manière inattendue, la fin de l’année s’est réveillée de sa longue nuit de sommeil hivernal social. Le printemps des peuples en lutte pour une vie meilleure s’est enfin levé en France. Son rayonnement s’est irradié de pays en pays, propageant une lumière d’espoir de libération sociale à tous les peuples opprimés. Plus aucun peuple ne tolère vivre sous la férule de la dictature de la finance. Plus aucun peuple n’est disposé à accepter les sacrifices, depuis des décennies consentis au nom de l’intérêt général, de la nation. L’intérêt général a toujours revêtu les atours de l’intérêt particulier des classes dirigeantes mondialistes, apatrides, illégitimement identifiées à la nation. Ces classes parasitaires n’incarnent aucunement la nation qu’elles piétinent et bradent à leur guise à la finance internationale.

Comme en 1789 et en 1871 en France, en 1917 en Russie, en 1954 en Algérie, l’année 2019 va-t-elle enfin concrétiser définitivement les projets d’émancipation humaine de nos pionniers hommes et femmes historiquement exceptionnels de bravoure révolutionnaire ?

De la résolution de chacun à emboîter le pas à nos glorieux martyrs, à nos exemplaires militants, dépend le renversement du rapport de force. Et, par conséquent, la fin des rapports de domination. Le recouvrement de la dignité sociale des peuples algérien, français, vénézuélien, américain, de toute la communauté humaine.

A la veille de 1789, aucun homme politique n’aurait misé un écu sur la fin définitive de l’ancien régime aristocratique millénaire. A la veille de 1917, aucun militant n’aurait parié un kopeck sur le renversement de la monarchie tsariste. A la veille de 1954, aucun homme politique au monde n’aurait misé un franc sur la fin du colonialisme en Algérie, renversé par la glorieuse guerre de Libération nationale. Dans les trois exemples, seule l’entrée en lutte du peuple opprimé, de manière spontanée, a permis un changement révolutionnaire du cours de l’histoire.

De manière générale, jamais dans l’histoire une classe régnante a d’elle-même remis les rênes de son pouvoir au peuple. Il faut cesser les jérémiades. Le pouvoir a fait de nous des pleureuses sociales.

A chaque assassinat d’une mesure sociale perpétré par le pouvoir, nous transformons la rue en vaste mouvement processionnel liturgique, accompagnant le corbillard de notre dignité au cimetière social pour l’enterrer avec nos propres mains, avec l’aide experte de ces fossoyeurs syndicalistes, sous le regard jubilatoire du capital.

Par notre personnalité pusillanime, notre frilosité combative, notre lâcheté politique, nous nous offrons avec notre bénédiction en victimes expiatoires au capital, sacrifiées comme des boucs émissaires, offrant à la finance une nouvelle ère de jouvence obtenue par notre mise à mort sociale prématurée.

Cessons de nous agenouiller devant le monstre gouvernemental pour l’implorer de nous épargner ! Cela me rappelle ce vieux proverbe kabyle : l’arbre s’est plaint de douleur à la hache, laquelle lui répond que le manche vient de lui.

Le peuple, personnifié par l’arbre, a toujours octroyé de son plein gré à la classe dirigeante le manche de la hache, à savoir le pouvoir avec lequel elle sévit contre le peuple. Pour mettre le peuple en coupes réglées.

Mes meilleurs vœux 2019 !

M. K.

Comment (5)

    Anonymette
    5 janvier 2019 - 9 h 12 min

    Mesloub Khider : Franchement Bravo et chapeau bas !

    TOLGA
    3 janvier 2019 - 23 h 57 min

    Certes, et pour sûr, que j’aurais aimé que l’année 2019 soit : L’ANNÉE DU RÉVEIL DES PEUPLES ! Mais la réalité de la philosophie de l’Histoire nous prédit le contraire… Je m’explique.

    Pour la Révolution française de 1789, bien qu’elle fût menée « par le peuple » (!?) certains prétendent le contraire… ou bien celle de 1871, le résultat est là : la France est un pays capitaliste où les forces de l’argent dirigent absolument tout.

    Pour la Révolution de 1917 itou. Les agents du capital ou agissant pour lui (Lénine et Trotsky) en poussant le peuple à la révolte, ou « révolution » commettent un régicide en massacrant toute la famille royale des Romanof… soixante dix ans plus tard : la Russie se lance dans les bras du capital en abandonnant la voie de développement communiste. Le système des « oligarques » lié à la finance mondiale est là et bien présent… Pour l’heure, il y a Poutine. Mais après son départ ?

    Pour la Révolution Algérienne de 1954 dont le texte du premier Novembre 1954 prônait la justice sociale et tant d’autres nobles et généreuses se voit, aujourd’hui, après la période dite « socialiste », cinquante six ans après envahi par des vendeurs de pastèques et d’anciens comptables et tant d’autres qui ont bâti des fortunes immenses volées au peuple Algérien pour l’investir dans les pays à capitaux financiers. Chez leurs maîtres du Nouvel Ordre Mondial…..

    So, il y a ce que j’appellerai non pas un « Renouvellement Éternel de l’Histoire mais une CONTINUITÉ de l’Histoire Universelle de l’Humanité enchaînée mais…. GUIDÉE par le SYSTÈME DE LA FINANCE qui a toujours existé depuis et bien avant 1789, 1871 et 1954… Sans plus.

    Et cmme gratification finale. Regardez le système de développement économique actuel de la République de Chine. Il est capitaliste.

    Qu’est-ce à dire, sinon que, NOUS : LES DAMNÉS DE LA TERRE… nous n’avons pas été capables de créer un système de développement économique qui sortirait des griffes du système financier mondial. THAT’S THE QUESTION.

    Car tant que nous resterons DÉPENDANTS de ce système financier satanique diabolique, les pauvres que nous sommes, nous deviendrons encore d’avantage plus pauvres et les riches (les voleurs) continueront à devenir encore d’avantage plus riches…..

    Doit-on, pour autant, rester ou demeurer encore inactifs ? NON !

    NOUS DEVONS PENSER A CRÉER UN AUTRE SYSTÈME DE DÉVELOPPEMENT QUI NE SERAIT PAS RÉGI ET RÈGLEMENTÉ PAR LE SYSTÈME FINANCIER SATANIQUE…..

    Là est toute la question.

    13
    Zaatar
    2 janvier 2019 - 12 h 36 min

    Je ne sais pas si on le fait exprès. L’année 2019 avec les élections attendues et dont les résultats sont connus d’avance chez nous, ne peut se réveler comme l’année du réveil du peuple. Moi je dirais plutôt qu’en cette occasion, et au vu des années passées ou le changement a de tout temps été dans la continuité, que le peuple va finir par se souhaiter le « pas de changement ». Vous me direz qu’il en a pris l’habitude, et le peuple et les dirigeants.

    Anonyme
    1 janvier 2019 - 19 h 48 min

    Mesloub Khider 👍👍

    3
    3
    Reveil du peuple algérien
    1 janvier 2019 - 14 h 21 min

    En Algérie, puisqu’il faut parler d’abord et avant tout de notre « cher » pays qui vient avant tous les autres pays réunis, les seuls qui croient à …. »l’année 2019 réveil des peuples » … se sont les candidats déjà autoproclamés depuis belle lurette à la future présidentielle comme les Farhi Ghares, le coordinateur du MDS, Ali Zaghdoud, président d’un micro-parti inconnu, le Rassemblement Algérien de Nacer Boudiaf, le fils du défunt président du HCE , et enfin, de Abdelaziz Bélaïd, président du Front el Moustaqbel , qui sont convaincus que l’après avril 2019 sera le départ de « l’année du réveil de l’Algérie » auquel ils auront grandement contribué quelque part… n’est-ce pas ? !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.