Académie de tamazight : Dourari claque la porte 

Dourari
Le professeur Dourari, linguiste et anthropologue. D. R.

Saïd N. – Moins de 24 heures après sa désignation comme membre de l’Académie de tamazight, le professeur Abderrazak Dourari annonce sa démission de cette instance, apprend-on de source sûre.

Très médiatisé depuis quelques mois, Abderrazak Dourari, chercheur en linguistique, était présenté comme le favori pour prendre la tête de cette institution créée dans le cadre de la promotion de la langue amazighe.

Pour  rappel, le professeur Mohamed Djellaoui, doyen de la faculté des lettres de l’université de Bouira, a été nommé président de l’Académie algérienne de la langue amazighe. Le décret présidentiel annonçant sa nomination a été publié dans le Journal officiel.

Le professeur Djellaoui trouvera à ses côtés le professeur des sciences du langage Abderrazak Dourari et d’autres enseignants et chercheurs en langue amazighe comme Salah Bayou, Malek Boudjellal, Djoudi Merdaci, Djamel Nahali, Abdelkrim Aoufi, Saïd Hadef, Samia Dahmani, Hassina Kherdouci, Abdelaziz Berkai, Moussa Imarazene et Zahir Meksem.

S. N.         

Comment (63)

    Hannibal le Punique
    5 février 2019 - 17 h 27 min

    @ nounou et adib. méditez cette déclaration récente de abdelrezak dourari, ex-directeur du centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement de tamazight.
    « tamazight n’a jamais eu d’existence historique. ils ont produit une langue artificielle qu’ils ont appelée tamazight et avec laquelle on a traduit la constitution. mais quelle est l’utilité de cette langue artificielle mise à part de flatter notre égo ? elle n’a aucune chance de survivre et c’est une langue qui est enseignée à l’école. ce qui a commencé par etre une victoire politique éclatante avec la consécration de l’enseignement des langues berberes par la constitution algérienne a fini par se transformer en une « langue-monstre » que personne ne comprend, y compris ceux qui l’ont crée. ».

    nounou
    4 février 2019 - 21 h 48 min

    Gabriel Camps dit dans son livre les Berbères page 27 :
    Bien qu’il n’y ai jamais eu de race berbère, les anthropologues admettre aujourd’hui que toutes les populations blanches du nord-ouest de l’Afrique qu’elles soient berbèrophones ou arabophones ont la même origine fondamentale : elles descendent pour l’essentiel des groupes Porto méditerranéenne qui venu d’Orient au VIIIe millénaire

    « En fait il n’y a aujourd’hui ni une langue berbère, dans le sens où celle-ci serait le reflet d’une communauté ayant conscience de son unité, ni un peuple berbère et encore moins une race berbère. Sur ces aspects négatifs tous les spécialistes sont d’accord. »

    adib
    4 février 2019 - 21 h 44 min

    مشروع التمزيغ أحادي​, طفيلى ليس له إستقرار.​,​​ يعمل على اغتصاب التاريخ و إلغاء التنوع اللغوي و الثقافي الذى هو مشروع الله في الارض. فليس له أرضية ولا شرعية و لا شعبية تحميه، ولا حضارة تحضنه ولا مكتبة تقويه ولا مصداقية تاريخية تعززه.
    هذا المشروع ولد كي يموت

    anonyme
    13 janvier 2019 - 0 h 18 min

    @ anonyme 12/01 0h05:  » le régime Algérien avait interdit aux berbérophones de s’exprimer en leur langue même dans la rue. »

    FAUX ! c’est un mensonge. jamais aucun algerien n’a été interdit de parler sa langue ou son dialecte. c’est de la vcitimisation, des pleurnicheries, des jeremiades. dans les années 60s et 70s, à alger, on entendait plus parler kabyle qu’arabe. dans les boutiques,restaurants et hotels, si tu ne parles pas kabyle, tu es mal servi, ou pas du tout servi.et tu n’as aucune chance d’avoir une chambre à l’hotel

    6
    2
      Anonyme
      13 janvier 2019 - 12 h 52 min

      Oui, c’est la vérité et ça persiste jusqu’à ce jour! Ils occupent tous les postes clés à tous les niveaux, la Sonatrach était leur propriété privée, la RSTA, la Sonelgaz…etc…! La victimisation et les pleurnicheries nous rappellent une autre espèce! Drabni Wa Bka Wa Sba9ni Wa Chka!

    anonyme
    12 janvier 2019 - 0 h 28 min

    @ réponse à anonyme 11/01/ 19h27 qui dit « Pourquoi votre soit disant arabe, même avec une langue standard il a donné naissance à 22 dialectes et au sein de chaque pays, il y a des variantes ou sous dialectes ».

    Oui, il y a + 50 dialectes et parlers arabes…mais nous avons une seule langue standard, que nous appelons arabe fos7a, classique, qui constitue pour nous tous à travers le monde, une réference, un bien commun, une valeur et un dénominateur communs auxquels nous nous identifions et que nous partageons où que nous soyons et qui nous sert de langue vehiculaire, unificatrice et rassembleuse.
    par contre, pour vous, il y a +50 dialectes, idiomes et patois non-intercompréhensibles entre eux, (ouyahia lui-meme dans une conference de presse oficielle après la constitutionnalisation du berbere en fevrier 2016, a dit que le locuteur de chaque variante ne comprend que 10% du parler d’une aute variante. en plus de çà, vous n’avez pas, vous n’avez jamais eu une langue commune véhiculaire, unificatrice, rassembleuse. voilà la difference entre vous et nous.
    Non, vos dialectes et idiomes ne sont pas intercomprehensibles. nous avons assisté et constaté que quand deux berberes, chaouis et kabyles essaient de parler entre eux en berbere, au bout de quelques minutes, ils se mettent à parler carrément en arabe derja ou en français. çà veut dire ce que çà veut dire. des kabyles de l’est de béjaia, qui parlent le tasa7lit disent qu’ils ne comprennent pas les kabyles qui parlent le dialecte d’azzefoun. non, l’arabe derja algerienne n’est pas une synthese de l’arabe et du berbere. non, c’est faux et mystificateur. dans notre arabe derja il y a moins de 0,01% de termes d’origine berbere. par contre dans les dialectes berberes, il y a +50% de termes d’origine arabe. il n y a aucune parenté commune entre la derja et le berbere, ni dans la structure, ni dans la syntaxe, ni dans le lexique, ni dans la grammaire, ni dans la conjugaison, ni dans la prononciation.
    non, nous sommes arabes tout court et nous sommes +85% de la population algérienne. ton canular de 1% d’arabes en algerie selon la génographie est une fake et une mystification qui ne nous impressionnent pas.

    9
    4
      Anonyme
      12 janvier 2019 - 9 h 56 min

      Monsieur, Tu refuses d’admettre que le peuple Algérien est amazigh et que sa langue d’origine ne peut être que tamazight. Maintenant que ce peuple pour des raisons historiques lointaines, trés complêxes il parle l’arabe, cela ne veut pas dire qu’il porte les gènes arabes. Tu dois savoir aussi que si la langue arabe a connu son extension par le passé ce n’est pas forcément dû à l’intelligence des peuples arabes nomades mais dû à l’apport considérable des autres peuples pour l’épanouissement cette langue à cause de l’influence de la religion sur ces derniers. Tu dois reconnaître que la langue arabe puise ses forces de la religion sinon elle aurait disparue depuis logntemps.Tu dis que vous êtes à 85/100 arabes en Algérie. Moi je te dirai de ma part que les vrais arabes sont inférieurs à 3/100.Tu sais, c’est une question de temps, les Algériens finiront tôt ou tard par savoir toute la vérité qu’on leur a caché. Calmes toi, saches que la vérité est comme un buldozer qui finira par balayer tous les mensonges d’où qu’ils viennent.

      2
      9
    Anonyme
    11 janvier 2019 - 19 h 27 min

    A TOUS LES IGNARES QUI PARLENT DE DIALECTES.
    Pourquoi votre soit disant arabe, même avec une langue standard il a donné naissance à 22 dialectes et au sein de chaque pays, il y a des variantes ou sous dialectes. Nous malgré tous les colonisateurs et vos imams charlatans qui nous disaient que l’arabe est la langue sacrée et que tamazigh est impure, nos variantes sont très proches. Je peut vous informer que le kabyle et le chenoui sont quasi identique (comme l’algerois et l’oranais) et que le chaoui et le kabyle sont plus proche que l’arabe algérien et l’egyptien.
    Autre chose qui fait ressortir votre ignorance et votre racisme, c’est que tamazigh n’exclut pas l’arabe l’une et la langue de nos racines et l’autre notre langue spirituelle. Quant à la darja c’est une synthèse des deux. Sa structuration est amazigh et le lexique est moitié moitié.
    Enfin vous êtes trop bêtes et trop racistes pour comprendre ça. Pire 90% parmi vous sont des amazighs arabisés car les vrais arabes c’est seulement 4% de notre population.

    4
    11
    MELLO
    11 janvier 2019 - 16 h 00 min

    Dans l’une de ses déclarations , Abderrezak Dourari avait dessiné les contours de la mise en place et la création de cette académie.  » il faut éviter de donner naissance à un monstre linguistique . Nous sommes à même de proposer une composante répondant à des critères clairs qui puisse concrétiser dignement les objectifs.
    Pour le professeur, il est indéniable de désigner d’abord tout le corps basique de l’assemblée qui se chargera de dégager , autour d’une table, leur président. D’autant qu’il existe des experts du domaine pour pouvoir décider de l’émergence d’une direction.
    La désignation du responsable par les pouvoirs publics est une forme de musellement de cette institution. C’est sur ce principe que Mouloud Lounaouci s’est prononcé en refusant catégoriquement la désignation du responsable , mais qu’une élection par ses pairs est à même de répondre au mieux à cette fonction. Position partagée par le Professeur Dourari.

    4
    7
      tikjda
      12 janvier 2019 - 0 h 34 min

      Du point de vue du droit, c’est l’administration qui a le droit de nomination et qui devrait se faire à base d’une décision.Et si l’assemblée décide de désigner un des leurs c’est aussi valable, pourvue que l’administration, ayant le pouvoir de nomination soit consentante.Mais la question :est ce que cette assemblée s’est réunie pour désigner ce président et que l’administration a refusé?… De mon point de vue chacun des membres de l’assemblée souhaite que c’est lui qui serait désigné comme président d’ou le consentement à ce poste n’est pas tranché d’avance.En plus des visions politiques des décideurs qui pèsent lui aussi sur le choix, d’ou le mécontentement affiché de certains membres de cette académie.

    Anonyme
    11 janvier 2019 - 15 h 12 min

    CETTE TERRE PARLERA ARABI JUSQU’À LA FIN DES TEMPS ET CE N’EST NI VOTRE SOI DISANT ACADÉMIE DE FESTI NI VOS MENSONGES N’Y POURRONT CHANGER LA DONNE
    GHIR DIROU OUMIHA BERDA A VOS FANTASMES

    14
    11
      Anonyme
      11 janvier 2019 - 18 h 26 min

      (…)
      La dire la pour féroce est celle de Saddam et boumediene, les deux sont juste de mauvais songes. Alors que les peuples qu’5 voulaient exterminer, pourtant inermes, sont solides plus forts!
      Gargarisez vous de grandeur imaginaire, c’ est gratuit

      2
      9
      Anonyme
      12 janvier 2019 - 10 h 16 min

      Calme toi monsieur.Personne ne viendra te contester ton droit de choisir la langue de ton choix. Personne n’est contre la langue arabe puisque c’est notre peuple qui l’avait choisi à un moment donnée de son histoire.

    anonyme
    11 janvier 2019 - 10 h 49 min

    @ réponse à tikdjda 10/01/19, 10h57 : »Toi tu ne comprends rien du berbère. Ce sont les ennemis de tamazight comme toi qui ont empêché cette langue d’être une langue unifiée parmi les siens. »

    Réponse : Tu devrais plutot imputer cette carence et en vouloir à la paresse et l’inertie de tes ancetres qui n’ont pas pu ou eu le génie de développer et entretenir leur langue, comme l’ont fait d’autres peuples qui ne comptent pas plus de quelques milliers de locuteurs, au lieu de t’en prendre à ceux qui disnet ce qu’il en est, c’est à dire la vérité sur vos dialectes.

    6
    5
      Anonyme
      11 janvier 2019 - 13 h 24 min

      Tu sais le passé et ses erreurs font parti du passé.L’essentiel pour aujourd’hui qu’il y a une prise de conscience parmi ceux qui s’expriment avec cette langue, même venue tardivement. Arriver à officialiser cette langue est déjà un acquis non négligeable.Quant à dire qu’il y à plusieurs dialectes et qu’on aurait mieux fait que cette langue disparaise.Et bien je dirai que son dossier est clos en tant langue, que du côté juridique aussi le problème est réglé et que nos enfants étudient cette langue.C’est là l’éssentiel.Saches que les erreurs du passé ne se répètent plus.Quant « à la vérité sur nos dialectes » nous n’avons pas de leçon à recevoir de toi. Nous avons unifié nos dialectes en une langue standard depuis plusieurs décennies.Tout est rentré dans l’ordre. Au bon entendeur Salut.

      4
      8
        anonyme
        11 janvier 2019 - 14 h 51 min

        @ anonyme : » Quant « à la vérité sur nos dialectes » nous n’avons pas de leçon à recevoir de toi. « .
        Ce n’est pas une leçon ni un conseil, c’est un jugement de réalité. Pour ta langue standard, où est-elle ? montre la nous ! où sont ses réalisations, ses oeuvres et ses performances materielles ? je mettrais ma main à couper que ni toi ni la majorité écrasante d’entre vous qui parlez plus que vous n’agissez, qui nous fustigez plus que vous faites votre autocritique. vous ne la connaissez pas, vous en connaissez rien à part azul, tanmirt et agma. c’est plus facile de cacher vos carences et vos tares en mettant tout sur l’autre, l’arabe musulman.

        8
        2
          Anonyme
          12 janvier 2019 - 0 h 05 min

          Apparemment tu ignores tout de ce qui est fait pour cette langue.Tu dois savoir qu’il y a de cela trois décennies et qu’au nom du kharabisme, le régime Algérien avait interdit aux berbérophones de s’exprimer en leur langue même dans la rue.Mais cette répression n’a pas empêché ceux qui aiment cette langue de la développer et la standardiser pour qu’elle soit enseignée dans nos école à nos enfants. Et jusqu’à la date d’aujourd’hui le régime et ses allies pro-baathiste continuent de bloquer l’épanouissement de cette langue mais des efforts se font tout de même pour que cette langue retrouve petit à petit sa place parmi les siens.Tu doutes encore que cette langue n’a pas ses règles, n’a pas sa grammaire, n’a pas sa conjugaison, n’a pas son vocabulaire et elle n’a pas ses dictionnaires.Et bien tu te trompes.Vas y te renseigner sur le nombre de livres écrits et vendus.Peut être, tu crois qu’elle est alors enseignée en arabe ou en Français à nos enfants.Tu peux continuer à ignorer l’effort colossal de ceux qui ont travaillé et grillé leurs neurones pour que cette langue soit standardisée et enseignée à nos enfants. Tu sais, cette langue est prise très au sérieux par ceux qui l’aiment et ceux veillent sur elle.

    AAA
    11 janvier 2019 - 8 h 32 min

    A CROIRE QUE LE TEMPS EST EN TRAIN DE DONNER RAISON À LA SORCIERE NAIMA SALHI.

    1
    10
    Nous sommes Décontenancé .
    10 janvier 2019 - 20 h 06 min

    @A.P: ça ne vous dérangerai pas de nous dire pour qu’elle raison il a démissionné.
    Voilà l’élément le plus important de l’information.

    5
    1
      Anonyme
      11 janvier 2019 - 0 h 46 min

      Il voulait peut être avoir la présidence de cette académie! Déçu, il a claqué la porte; certains ne veulent pas avoir le second rôle! C’est toujours une question de Koursi.

      7
      1
    mouatène
    10 janvier 2019 - 11 h 14 min

    le geste du Professeur Dourari explique tout. l’Algérie est un grand pays avec toute sa diversité, laquelle doit etre associée à toutes les grandes décisions. les tribus constituent des peuples et leurs cultures. il n’existe pas de peuple à une seule culture. et en démocratie, la majorité dirige et la minorité en est associée à toutes le décisions. en cas de mésentente le référendum s’impose.

    11
    19
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 18 h 21 min

      Non Mr, il dit clairement que le régime veut nous enchaîner par l’ arabisation et donc travaille pour l’ assimilation et subordination de l’amazighs’ à l’ impératif arabislamique

      7
      8
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 23 h 48 min

      Tu dois savoir que ça n’existe nul part au monde où l’on soumet une langue d’un peuple à un référendum.Il n’ y a que toi qui le pense parce que tu n’es pas raisonnable.Si un jour on soumet la langue tamazight au référendum c’est tout le pays qui s’en va.Peut être tu souhaites la dislocation du pays d’ou alors ta proposition dangereuse.

      8
      10
    tikjda
    10 janvier 2019 - 10 h 03 min

    Je pense que Abderzak Dourari a exagéré d’annoncer précocement sa démission.Il fallait qu’il attende pour voir mieux et décider ensuite.Quand même Mohamed Djellaoui n’est pas des moindre pour que Abderezak Dourari lui affiche ce mépris avant que cette académie ne commence ses travaux.Je crois que le conflit est tout à fait personnel l’ayant opposé à Mohamed Djellaoui mais non lié aux méthodes du travail.C’est pourquoi je juge que Abderezak Dourari a tord.Ce n’est pas parce qu’on est médiatisé qu’on est meilleur et que la désignation de président de cette académie lui revient de droit.De toutes les manières ce sont ces comportements qui ont toujours nui à la langue et à la culture amazigh depuis des millénaires.Seul dieu sait si un jour viendra ou le peuple Algérien prendra conscience de ses défauts pour y apporter remèdes et saura que seul l’union pourra faire sa force pour éviter sa destruction et sa perte.L’histoire est là, bien écrite pour témoigner que notre parcours n’est pas reluisant à cause de ses divisions qui n’en finiront pas.Le peuple Algérien mieux pour pouvoir relever les défis.

    21
    6
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 18 h 22 min

      Haha, le régime veut torpiller les hommes honnêtes!

      3
      5
    Poison de Fafa
    9 janvier 2019 - 23 h 46 min

    En allant vers l’extrémisme vous ne servez pas votre dialecte, ni le bien de l’Algérie d’ailleurs.
    Un dialecte devient une langue une fois organisé… laissez le temps faire.
    Les sourds muets avaient leur dialecte naturel et on en a fait le langage des signe…
    On dirait un supporter de foot qui dort mieux lorsque son équipe gagne, alors qu’en réalité il n’en retire aucun intérêt palpable. D’ailleurs il est prêt à brûler un bus et ses occupants rien que parceque son club préféré a perdu contre le village voisin! Ne dispersons pas notre énergie et notre temps, le monde avance…
    Traduisons plutôt des manuels technologiques puisque hélas, l’Arabisation a bien pris racine en Algérie.

    15
    35
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 8 h 50 min

      Non Mr,
      une culture ne se synthètise pas. Quant à Faffache lisez ce qu’avait déclaré Mehri ex secrétaire du Baath FLN:

       » c’est De Gaulle qui nous a imposé l’arabisation ».

      24
      11
        anonyme
        10 janvier 2019 - 15 h 43 min

        Et ce témoignage, qu’est ce que tu en fais : « Nous avons adroitement manipulé les kabyles en leur disant avec insistance que les arabes sont des envahisseurs et des colonisateurs.
        Ainsi, on les a amenés à nous considerer comme des libérateurs et des sauveurs. Et depuis, ils ne remarquent pas que nous sommes leurs vrais envahisseurs et leurs cruels colonisateurs. Au contraire des arabes, qui sont durs et obstinés, les kabyles, eux, sont comme du beurre tiédi. On peut les tartiner facilement. »
        charles pasqua, ministre français de l’interieur de 1986 à 1988 et de 1993 à 1995.

        12
        19
    anonyme
    9 janvier 2019 - 19 h 28 min

    @ nabil d’amerique.
    oui il y a +50 dialectes arabes (vernaculaires), mais il n y a qu’une seule langue arabe véhiculaire à laquelle se référent et s’identifient tous les arabes à travers le monde, meme en dehors des 22 pays arabes. par contre il y a une +cinquantaines de dialectes et idiomes berberes mais il n y a aucune (il n y a jamais eu) langue berbere véhiculaire à laquelle pourraient se referer ou s’identifier les berberes. en tous cas un kabyle avec son parler kabylze ne comprend aucun autre parler chaoui, touareg,, m’zabi ou chelhi. heureusement qu’il y a l’arabe derja algérienne ou le français pour les faire comprendre entre eux.
    Voilà la difference, monsieur.

    27
    76
      tikjda
      10 janvier 2019 - 10 h 57 min

      Toi tu ne comprends rien du berbère.Tu feras mieux de te taire.Ce sont les ennemis de tamazight comme toi qui ont empêché cette langue d’être une langue unifiée parmi les siens.Mais ne t’en fais pas les Algériens qui aiment leur pays et leur unité ont pris conscience de leur histoire pour pouvoir s’entendre sur cette langue.Et ce n’est qu’un début.Tu sais, si tu comprends le peu du berbère tu sauras que toutes les dialectes dont tu parles ont dans leur majorité, au moins, 60/100 des mots en commun.Moi qui ayant sillonné les différentes régions des berbérophones en Algérie et ailleurs, je sais de quoi je parle.Où est le problème qu’il y est plusieurs dialectes? Mais c’est justement de ces dialectes qu’on fera une langue riche.Que dis tu du Français, de l’Espagnol, de l’Italien, de l’Allemand…qui sont issus du latin, lui même issu partiellement du grec.Tu me parles des dialectes berbères comme si les dialectes arabes Algériennes n’existent pas.Vas y à l’est et à l’ouest tu sauras la différence entre le dialecte des Oranais et celle des Annabis. En plus l’arabe Algérien n’est qu’un mélange du berbère, du Français associés à des mots de l’arabe académique et cette dernière s’est aussi enrichie de l’hébreu puisque l’arabe en contient jusqu’à 25/100 de l’HÉbreu. Arrêtes de dire les conneries.Le berbérophone quant à lui parle sans complexe l’arabe le français et d’autres langues.Ton jugement est irrationnel et mal fondé.C’est peut être l’ouverture des berbères vers les autres langues tel le grec, le latin, l’arabe … depuis les temps les plus lointains de notre histoire(la preuve on avait beaucoup d’écrivains, philosophes et savants tels Saint Augustin Apulée,Juba2 et plusieurs autres…) qui ont fait de lui qu’il avait négligé sa langue et combat à tord et par ignorance sa vraie langue comme toi de même que ses origines berbère et qu’il se croit à tord de descendance arabe.Il est temps que l’Algérien prenne conscience de ses vrais origines, de sa vrai langue, en étudiant son histoire d’une manière approfondie et par des méthodes scientifiques pour savoir toutes les vérités qu’on lui cache pour des raisons politiques.On doit alors savoir que le peuple Algérien est berbère partiellement arabisé mais non arabes.Ce sont là des vérités irréfutables que tu dois connaitre.

      32
      8
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 18 h 38 min

      J’avais l’habitude de dire a des amis kabyles, si vous dites ceci en kabyle et nous les chaouis on dit cela pour le meme mot, c’est tres bien. Ca veut dire que la langue berbere est tres riche. Il ne suffit que de volonte et bonne intention pour en refaire la langue qu’elle etait.

      7
      6
      JeSaisTout
      12 janvier 2019 - 0 h 18 min

      En fait peu importe si les Berbérophones ne se comprennent pas. cela n’empêche en rien l’apprentissage de toutes ses variantes dans les régions d’origine respectives, voire le reste du pays. Nous avons l’exemple de la langue Celte, elle est différente d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre. L’Irlandais, le Breton, le Gallois et l’Ecossais sont des langues celtes, mais différentes. Le Gallois apprend sa langue et ainsi de suite, … Le Celte, dominé par l’Anglais pourtant, n’est pas considéré comme un dialecte. Il ne cesse de progresser dans chaque société concernée. C’est à mon avis un exemple à suivre par les pays du Maghreb pour promouvoir le Berbère.

    LE NUMIDE
    9 janvier 2019 - 19 h 06 min

    LA QUESTION BERBÈRE : CONSTRUIRE UN TOIT , CONSTRUIRE UN FEU* !!
    1-LE MESSAGE BERBÈRE DE BOUTEFLIKA AU ACADÉMICIENS ET AUX MILITANTS DE LA LANGUE : au Travail !
    2- LE DEVOIR DES ACADEMICIENS BERBERES ET DES MILITANTS : Au travail !
    3- L’ERREUR DE DOURARI : la Démission pour tourner en rond ,au lieu du travail et de la patience pour mettre humblement une pierre à l’Édifice
    4- L’ ENNEMI MORTEL DES BERBÈRES DEPUIS TOUJOURS (Selon la Synthèse de Mammeri et selon leur expérience historique malheureuse ) : La Division pour plaire aux Maitres des Empires et aux Conquérants , au lieu de l’Union Nationale pour s’entraider et s’entraimer …

    ( la Formule conceptuelle de « CONSTRUIRE UN FEU » est de l’intellectuel et universitaire algerien Wadi Bouzar )

    19
    13
      Nora
      9 janvier 2019 - 20 h 54 min

      Vous voulez vraiment savoir pourquoi professeur Dourari a claqué la porte? Il ne veut pas cautionner la médiocrité

      11
      28
        Bouzorane
        9 janvier 2019 - 23 h 51 min

        Pourtant, son geste est très médiocre!
        Rejeter et condamner de la sorte une structure qui vient juste de voir le jour, qui n’a pas encore commencé quoi que ce soit, c’est vraiment un comportement médiocre!
        N’en parlons pas du coté sentimental, car cette académie fait l’objet d’une grande d’attente et d’un grand espoir, et ce Monsieur par son égoïsme et sa légèreté a gâché la fête.
        Il fallait laisser le temps au temps, accorder le bénéfice du doute, wait and see,…..
        Non, non, ce Monsieur hyper médiatisé, a fait preuve d’une légèreté excessive, et s’est discrédité lui-même

        22
        5
    anonyme
    9 janvier 2019 - 18 h 17 min

    il a claqué la porte car il n’a pas été nommé au poste qu’il convoitait et qui a été donné à cet inconnu de djallaoui. il a été exclu de ce poste car il a révelé lors d’une rencontre de presse qu’il y a 13 dialectes berberes rien qu’en algérie. chose que le lobby berberiste au sein du pouvoir cachait. il a donc été puni pour avoir revelé ce secret.

    22
    57
      Nabil d'amérique
      9 janvier 2019 - 19 h 00 min

      Tout comme, il y a 22 dialectes arabes, avec des sous dialectes dans chacun des 22 pays dits arabes. Ne confondez pas langue et ses variantes populaires.
      De toute façon, avec mon arabe algérien je ne comprend aucun arabe,, heureusement qu’il y a l’anglais pour pouvoir me faire comprendre.

      61
      22
        Karimnokia
        10 janvier 2019 - 7 h 38 min

        Si vous parlez darija, là je suis avec toi. Mais si c’est c’est fosha là je ne suis pas d’accord avec toi.

        1
        5
        ali
        11 janvier 2019 - 14 h 25 min

        avec l’arabe et tu comprend pas les arabes ;alors avec ce dialecte tamazik fourchu comment peux-tu comprendre les autres nations. drôle de logique

        1
        2
      =DZ
      9 janvier 2019 - 19 h 31 min

      Quelle logique. de la haine gratuite.
      Il faut réfléchir avant de poster des débilités.
      Chaque langue a des milliers de dialecte.
      22 pays arabes n’ayant pas le même dialecte.
      Et dans chaque pays arabe, on trouve des milliers de dialectes. Idem pour les autres langues.
      Rien de nouveau.

      34
      8
    Dourari koune s'baah !
    9 janvier 2019 - 17 h 08 min

    Professeur Dourari, si vous êtes un vrai « darguèze » comme disent les kabyles, expliquez nous sans détour les vrais raisons de votre démission ! C’est bien de faire le bruit de claquage de porte, mais les algériens cherchent à savoir pourquoi vous démissionnez ! Donnez-nous les raisons véritables si vous êtes un … darguèze ! Si vous n’en donnez pas, il ne faut pas s’étonner que les internautes disent des choses et d’autres à votre sujet et vous soupçonne de ceci et de cela. Koune s’baah ! Soyez un lion du Djurdjura ou de l’Atlas , chiche !

    39
    9
      Algérienne-DZ
      9 janvier 2019 - 18 h 02 min

      Je crois que vous avez tout dit.
      Il ne peut être ni Arguez ni un Lion de Djurdjura.
      Il est l’ombre de lui même.

      27
      10
    Amghar
    9 janvier 2019 - 16 h 50 min

    On attendait Salem Chaker à la présidence et les Said Chemakh, Ramdane Achab, Hend Sadi, et la liste est longue de toutes ces personnes qui ont contribué à la construction de cette langue…. mais comme d’habitude ce pouvoir va touiller dans sa marmite des sans grades pour nous servir une tambouille fade de sa fabrication.

    45
    13
      MELLO
      10 janvier 2019 - 19 h 42 min

      Voilà les vraies raisons de la démission du Pr. DOURARI.
      En prenant connaissance de la composante de cette pseudo-académie, le professeur Dourari à compris toute la supercherie d’une telle manigance. Mouloud Mammeri ( Allah irahmou) apprécierait le geste.

      2
      2
    Anonyme
    9 janvier 2019 - 16 h 04 min

    [email protected]

    On veut construire une académie ALGÉRIENNE. RIEN D’AUTRE.
    Il s »agit du patrimoine Algérien. On ne veut pas faire une académie qui vend des patates à tout le monde.

    26
    11
    Kabyle-Dz
    9 janvier 2019 - 16 h 01 min

    Ce n’est pas une perte.
    Ces pseudo-intellectuels sans fibre patriotique, on en a que faire.

    37
    12
    DYHIA-DZ
    9 janvier 2019 - 15 h 58 min

    J’ai lu ses interviews pour avoir une idée sur ses orientations.
    La conclusion: Je suis très contente qu’il soit PARTI. Il ne mérite pas ce poste.
    Un traitre de moins.
    On veut quelqu’un pour défendre l’amazighité Algérienne et point barre.
    Personne ne demande les extensions malsaines.
    Qu’il dégage sans retour.
    Manque de patriotisme !!

    38
    18
      Ramdane
      10 janvier 2019 - 7 h 31 min

      Ya Dyhia,
      arretez de juger les gens, tu connais DARDOURI toi ? il suffit de voir les noms qui compose la liste de cette academie , pour ta gouverne, il y a ceux qui travaillent pour tamazight et il ya ceux qui travaillent dans tamazight .
      à toi de faire une déduction maintenant

      3
      2
    selma
    9 janvier 2019 - 15 h 56 min

    C’est un scientifique, un universitaire, un promoteur de tamazigh qui ne mâche pas ses mots
    Un éminent linguiste qui maîtrise parfaitement l’arabe, tamazigh, l’anglais et le français, il a publié des ouvrages fort intéressants sur les langues et sur les politiques linguistiques, un écrivain doté d’une très grande culture,
    apparemment ce ne sont pas des critères suffisants

    15
    23
      Rezki Djerroudi
      9 janvier 2019 - 21 h 56 min

      Madame Selma dans ce genre de joute il n’est pas nécessairement important d’avoir tous les critères et les qualités que vous avez mentionnés pour faire l’unanimité autour de sa bonne volonté de faire rayonner une identité sur laquelle une chape de plomb n’est pas prête encore de se soulever si l’intention en fait défaut au grand dam des adeptes de la langue amazigh. Par contre si c’est pour amuser la galerie il n’en serait que mieux ainsi.

      2
      2
    Kahina-DZ
    9 janvier 2019 - 15 h 52 min

    Bon débarras !! J’espère qu’il ne veut pas imposer son grand makhreb au détriment de l’intérêt de l’Algérie.
    Cherchez un autre plus patriote.

    26
    21
      Ramdane
      9 janvier 2019 - 17 h 59 min

      ya l’KAHINA ,
      arretez de juger les gens, tu connais DARDOURI toi ? pour ta gouverne, il y a ceux qui travaillent pour tamazight et il ya ceux qui travaillent dans tamazight .
      à toi de faire une déduction maintenant

      9
      2
      رفيق
      9 janvier 2019 - 22 h 55 min

      A LA CUISINE… VITE !!

      1
      7
        Anonyme
        11 janvier 2019 - 7 h 24 min

        Prenez le vol du matin Alger le Caire, votre chez vous.

        1
        3
    FAID
    9 janvier 2019 - 15 h 37 min

    Ils ne savent rien faire quant c’est du sérieux, la revendication et leurs fond de commerce.

    8
    13
    Problème d'Ego, fond de commerce. Bon débarras !
    9 janvier 2019 - 15 h 25 min

    Ces individus se foutent de l’intérêt et de l’unité du pays. Leurs seules intérêts sont leurs petites personnes . ils utilisent les revendications identitaires et les identités du pays comme un fond de commerce. Ils ne survivent qu’avec ça. Nul n’est indispensable, bon débarras, je ne le connais pas mais il y a beaucoup de talent susceptible de rejoindre cette académie.

    28
    16
      Anonyme
      10 janvier 2019 - 8 h 58 min

      Ce que vous ne connaissez pas, c’est la dignité…

      3
      2
    Anonyme
    9 janvier 2019 - 15 h 11 min

    Peut-être qu’on lui a demandé de travailler en collaboration avec les zaouïas. Tout est possible.

    25
    18
      Anonyme
      9 janvier 2019 - 16 h 53 min

      C’est lui qui veut travailler avec ses propres zaouïas

      14
      9
    Anonyme
    9 janvier 2019 - 15 h 09 min

    Le salaire n’est pas bon ??

    15
    15
      Ramdane
      9 janvier 2019 - 15 h 34 min

      y a si Anonyme,
      pas la peine de faire des déduction hâtives et accuser les gens , vous connaissez DOURARI vous ? c’est un chercheur et un homme de principe, essayez de comprendre pourquoi il a claqué la porte ensuite parler

      15
      10
        Anonyme
        9 janvier 2019 - 17 h 10 min

        Justement j’essaie de comprendre.
        Allez courage, dis moi pourquoi est-il parti.
        On ne veut pas une académie pour M’henni.

        9
        16
          Ramdane
          9 janvier 2019 - 17 h 56 min

          Ya Si Anonyme,
          il suffit de voir la liste qui composent cette académie (voir le décret) la majorité n’ont rien a voir avec tamazight, c’est des parachutés , bref :il y a ceux qui travaillent pour tamazight et ceux qui travaillent dans tamazight .
          à bons entendeurs salut

          13
          7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.