Accord OPEP-non OPEP : l’Algérie a réduit sa production de pétrole

pétrole
Réunion OPEP-non OPEP en décembre dernier à Vienne. D. R.

L’Algérie a réduit sa production de pétrole dans une fourchette oscillant entre 24 000 et 25 000 barils par jour au 1er janvier 2019 dans le cadre de l’accord OPEP-non OPEP signé en décembre dernier, a indiqué lundi le vice-président de l’exploration et de la production de Sonatrach, Salah Mekmouche, rapporte l’agence de presse officielle APS.

Avant la mise en œuvre de cet accord, la production de l’Algérie était de 1,08 million de barils par jour, a indiqué à la presse M. Mekmouche.

Pour rappel, l’OPEP et les pays producteurs de pétrole non membres de l’OPEP ont conclu un accord en décembre dernier à Vienne, qui prévoit une réduction collective de la production de brut de 1,2 million de barils par jour à partir de janvier 2019 pour une période initiale de six  mois. En vertu de cet accord, les pays de l’OPEP doivent réduire leur production de 800 000 barils par jour contre 400 000 barils/ jour pour les producteurs non membres de l’Organisation.

Le ministre saoudien de l’Energie, Khaled Al-Faleh, a annoncé récemment que l’Arabie Saoudite réduira en janvier ses exportations de pétrole de 10% par rapport à novembre afin de stabiliser les prix. Pour sa part, le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, a indiqué que la Russie a commencé à réduire davantage sa production de pétrole et le niveau de réduction pourrait atteindre 50 000 barils/jour d’ici fin janvier, alors que le niveau actuel de réduction de la production de son pays a dépassé les 30 000 barils/jour.

  1. E.

Comment (2)

    Fchelna
    14 janvier 2019 - 14 h 43 min

    Bof, laisse tomber, on importe le carburant avec lequel on roule, on a juste assez de gaz pour notre usage interne, et on veut vendre de l’électricité produite grâce aux énergies fossiles, car le solaire est encore inexistant !
    Pays de paradoxes dus à la corruption et au laisser-aller.
    Tout le monde veut traire la vache pour soi-même mais ne pense jamais à la nourrir cette brave bête.

    N'ayons pas crainte de la vérité !
    14 janvier 2019 - 13 h 15 min

    Il serait plus honnête pour ce qui concerne l’Algérie de parler plutôt d’incapacité à produire son propre quota que de parler de « baisse volontaire » du niveau de production ! Tous les experts disent, et même les cadres du ministère de L’Énergie y compris le Ministre lui même, que la production de pétrole et de gaz algérienne ne cessent de baisser d’année en année d’une manière drastique (et en plus plus vite que prévue) et qu’il n’y a plus de découvertes commerciales depuis fort longtempsdéjà ! çà ne sert à rien de mentir au peuple !

    12
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.