Abdelkader Messahel : «L’élection de l’Algérie est une reconnaissance à ses efforts»

messahel Conseil
Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. D. R.

«L’Algérie a été brillamment élue au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine par le Conseil exécutif de l’UA pour un mandat de trois ans», a indiqué, ce vendredi à Addis-Abeba, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.

«Cette élection consacre, une nouvelle fois, la crédibilité de la diplomatie algérienne sous la conduite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et de sa contribution à la préservation de la paix et de la sécurité en Afrique et au-delà», a précisé le ministre en marge de la 34e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA. «C’est aussi une parfaite reconnaissance de l’apport de l’Algérie à la stabilité régionale, notamment dans le contexte actuel marqué par de grandes turbulences», a ajouté Abdelkader Messahel.

L’Algérie a déjà fait partie du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour trois mandats, respectivement entre 2004 et 2007, entre 2007 et 2010 et entre 2013 et 2016. Au titre de cette participation «active» au sein de cet important organe de l’Union africaine, l’Algérie a «grandement contribué à la mise en œuvre du mandat du Conseil de paix et de sécurité, à savoir la prévention, la gestion et la résolution des conflits en Afrique», a-t-on indiqué de source diplomatique.

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a été mis en place en 2002 et opérationnalisé en 2004, en tant qu’organe restreint de quinze Etats membres, chargé des questions en lien avec la paix, la stabilité et la sécurité en Afrique. Cette élection est intervenue, ce vendredi matin, à la reprise des travaux du Conseil exécutif, dans une session consacrée au renouvellement des composantes de quelques organes de l’Union africaine, dont le Conseil de paix et de sécurité. Abdelkader Messahel représente l’Algérie aux travaux du Conseil exécutif de l’UA.

R. N.

Comment (10)

    Algerian
    9 février 2019 - 20 h 21 min

    Chapeau bas Mr Boutéflika.

    K. DZ
    9 février 2019 - 17 h 32 min

    Il fait du bon boulot et il est infatigable, mais je n’arrive pas à le trouver sympathique, il a ce quelque chose qui vous…sape le moral, autrement je n’ai rien à dire vraiment !

    Elephant Man
    8 février 2019 - 19 h 35 min

    👍✌🇩🇿 LA GRANDE CLASSE MACHALLAH

    Grâce a qui ?
    8 février 2019 - 17 h 26 min

    L’Algérie a de brillants diplomates dans les institution de l’UA qui travaillent dans l’anonymat et ce parachuté et protégé leur vole leurs efforts, il ne se passe pas deux jours qu’on nous parle pas de lui .

    Kader
    8 février 2019 - 15 h 57 min

    One Two Three Viva la RASD et Point barre

    Anonymeplus
    8 février 2019 - 15 h 38 min

    Quand certains pays se font connaître par le trafic de drogue, la contrebande et le financement d’organisations terroristes style mujao, l’Algérie elle, est connue et reconnue par 48 pays sur les 55 que compte l’Afrique pour ses efforts de paix à travers tout le continent africain.
    Chacun sa spécialité, on ne mélange pas les torchons et les serviettes.

    abdel
    8 février 2019 - 15 h 10 min

    Oui or le ministre sa tous le monde le sais.

    Al Alya
    8 février 2019 - 13 h 20 min

    « … sous la conduite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika » ??? J´ai rien compris!!!

      Mohis
      8 février 2019 - 15 h 24 min

      He bien, tout simplement parce que, au plan constitutionnel, et a l’instar de ce qui se passe dans de nombreux autres pays, la conduite de la politique exterieure releve des prerogatives du Chef de l’Etat.

        ADMI
        9 février 2019 - 17 h 53 min

        OUI MAIS??????????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.