Bouteflika s’engage à mener des réformes politiques et économiques profondes

économiques
Bouteflika s’engage à aller vers une «conférence nationale inclusive». New Press

Par Hani Abdi – Comme annoncé par Algeriepatriotique, le président Abdelaziz Bouteflika annonce ce dimanche 10 février sa candidature à la présidentielle du 18 avril 2019. L’annonce a été faite dans un long message adressé à la nation et diffusé par l’agence officielle APS. Bouteflika s’engage dans ce message à aller vers une «conférence nationale inclusive» afin d’élaborer «une plateforme politique, économique et sociale».

Le Président-candidat annonce aussi son intention de proposer aux forces politiques un «enrichissement de la Constitution», réformée déjà trois fois sous son règne. Autrement dit, le Président-candidat compte concrétiser ce qu’ont essayé de faire des forces politiques avant sa candidature.

Il y a quelques mois, tout le monde parlait d’un éventuel report de la présidentielle pour organiser une conférence nationale consensuelle. Une idée qui a bien marché, notamment lorsqu’elle a été relayée par un parti du pouvoir. Mais elle a fini par être rejetée par le pouvoir, qui dit tenir au respect de la légalité constitutionnelle. En réalité, le pouvoir ne voulait prendre aucun risque de créer un vide institutionnel qui pourrait lui jouer des tours.

La candidature de Bouteflika va donc lui permettre d’exécuter son «programme politique» et d’apporter des changements qu’il veut pour pérenniser le système en place.

Le président Bouteflika propose donc pour son cinquième mandat une synthèse des initiatives et des idées politiques ayant circulé ces derniers mois sur la scène politique nationale. Il se propose ainsi de parrainer un projet de construction d’un consensus national sur, à la fois, les questions politiques, économiques et sociales. Cette conférence nationale qu’il propose «pourra débattre pour proposer des solutions ralliant le consensus le plus large possible sur le modèle politique et économique à suivre et sur les questions sociales». «Ce que nous souhaitons réaliser dans les domaines politique, économique et social ne peut véritablement être atteint que si nous travaillons à améliorer la gouvernance, aussi bien dans les institutions et administrations de l’Etat que dans le secteur des entreprises, publiques et privées. D’où l’intérêt particulier que nous devons absolument accorder à l’émergence aux postes de responsabilité et de gestion d’une ressource humaine de qualité, formée, qu’il faut absolument encourager et protéger», souligne le Président dans son message.

Présentant les grandes lignes de ses réalisations durant deux décennies, Bouteflika s’engage à lutter pour plus d’égalité sociale, pour renforcer l’indépendance de la justice, pour accentuer la lutte contre la corruption, hâter les réformes économiques structurelles et parachever les réformes lancées dans divers secteurs comme l’Education et la Santé. Il promet, comme en 2014, de promouvoir plus de jeunes aux postes de responsabilité mais aussi dans les assemblées élues. Il appelle dans ce sillage à «faire prévaloir tout ce qui rassemble que sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions».

H. A.

Comment (57)

    DAHMANI
    11 février 2019 - 19 h 25 min

    Dans les pays qui se respectent le chef d’Etat une fois élu s’attelle à mettre en œuvre sa stratégie ‎pour améliorer les conditions de vie de ses concitoyens par le travail, pour espérer être réélu. Chez ‎nous, y a pas de soucis, on s’ingénie à ne pas respecter les règles .Quand l’argent du pétrole coule à ‎flot, on « gave » le citoyen et on s’endort sur ses lauriers. Quand la crise s’installe, on promet « des ‎réformes profondes » (ce qui ne veut rien dire pour le citoyen lambda) qu’on distille au compte ‎gouttes pour rester le maximum au pouvoir. ‎

    4
    1
    Anonyme
    11 février 2019 - 19 h 11 min

    Dans les pays qui se respectent le chef d’Etat une fois élu s’attelle à mettre en œuvre sa stratégie ‎pour améliorer les conditions de vie de ses concitoyens par le travail, pour espérer être réélu. Chez ‎nous, y a pas de soucis, on s’ingénie à ne pas respecter les règles .Quand l’argent du pétrole coule à ‎flot, on « gave » le citoyen et on s’endort sur ses lauriers. Quand la crise s’installe, on promet « des ‎réformes profondes » (ce qui ne veut rien dire pour le citoyen lambda) qu’on distille au compte ‎gouttes pour rester le maximum au pouvoir. ‎

    3
    1
    Anonyme
    11 février 2019 - 14 h 49 min

    je l aimais bien ce boutef c est a partir du moment qu il a commencer a jongler avec la constitution (4ême mandat ext ext) qu il est tomber très bas dans mon estime comme on dit chez nous une mauvaise action annule 10 bonnes actions,, je pense surtout que c est dû a son entourage qui profite de l état de sa santé pour s enrichir en vidant les caisses du trésor et pire ça continu mais cela va retomber sur leurs proches qu ils aiment le plus et aucun remède aussi cher soit il n y pourra

    7
    2
    anonyme
    11 février 2019 - 13 h 04 min

    Quelqu’un a t’il vu ou entendu ce president ?

    Profond Sommeil
    11 février 2019 - 12 h 41 min

    « … s’engage à mener des réformes politiques et économiques profondes » ça fait 20 ans qu´il annonce qu´il va faire des « réformes… profondes » même dans 50 ans il va annoncer qu´il va faire des « réformes… profondes » et celui qui viendra aprés lui (oui ça arrivera un jour) il va annoner qu´il va faire des « réformes… profondes » jusqu´a ce que le peuple se réveille de son sommeil lent et profond et même trés profonds, pareil comme les réformes…

    Anonyme
    11 février 2019 - 10 h 34 min

    ..Dans toutes les grandes democratie qui se font respecter,les presidents nouvellement elus attaquent les reformes des le premier jours de leur prise de pouvoir,on le voit aujourd hui meme encore .Pour certain qui ont de la chance leurs reformes passent dans l opinion qui consent des sacrifices,chez d autres c est le chaos qui s en suit comme en France…Pourquoi…?? tout simplement il y a ceux qui imposent des reformes justes et indispensables pour les interets du pays …et du peuple….et qui recoltent les dividentes du developpement et de l amelioration du pouvoir d achat des citoyens qui va engendrer le bien etre et la stabilite…. et il y a ceux qui veulent imposer des reformes agressives pour enrichir les riches et appauvrir davantage les classes moyennes et ceux qui sont dans le besoin….
    c est souvent des reformes imposees par des lobbys puissants qui ont balayes le chemin a la presidence d un candidat qui leur est soumis pour appliquer leurs programmes conformes a la mondialisation et la globalisation agressive economique, culturelle et financiere qui engendre des inégalités de revenus, de développement, de dégradation des termes de l’échange.
    Certains acteurs puissants bénéficient plus des phénomènes de mondialisation, tandis que la majorite est perçue comme les « perdants » de la mondialisation. Conclusion. La mondialisation telle qu’elle existe aujourd’hui a des effets écologiques et sociaux très négatifs. Les changements climatiques en sont une manifestation, mais aussi l’accroissement de la pauvreté et des distances économiques et sociales entre groupes humains.
    Voila ce qu’il en est des reformes que comporte tardivement le programme de Bouteflika pour un 5e mandat….
    La reponse unique c est de ne pas boycotter les elections, allez en masse faire votre choix librement pour que vive l Algerie loin du chaos ou ils veulent nous pousser!!!

    Anonyme
    11 février 2019 - 9 h 12 min

    tient donc juste au moment des élections ?!? il nous prend vraiment pour du bétail

    9
    1
    Anonyme
    11 février 2019 - 8 h 30 min

    Ces 20 dernières années l’Algérie n’a pas fait que du sur place : elle est passée de république imparfaite à émirat de droit divin et de pays du tiers monde à pays du quart monde abonné au sous développement durable !

    14
    Zaatar
    11 février 2019 - 8 h 15 min

    Comme à l’habitude à la veille de chaque élection présidentielle où Bouteflika est candidat, c’est à dire la cinquième fois et depuis 20 ans maintenant, on nous chante encore les réformes que le président va mener et les changements qu’il va apporter au cours de son mandat. Merci Monsieur le Président. Cependant, moi je reste pragmatique. Depuis 20 ans des choses ont changé certes, mais elles se sont empirées. Depuis 20 ans on a voulu faire des choses certes mais tout est allé de travers. Et puis, avant le dernier quinquennat, c’est à dire en 2014, nos réserves de change se situaient à plus de 200 milliards de dollars, et depuis la crise pétrolière, c’est à dire depuis 2014, nos réserves s’amenuisent pour se situer maintenant à près de 60 Milliards de dollars. Ce qui voudra dire que l’on ne produit pas de richesses et que l’on a vécu en bonne partie sur nos réserves. Et que si cela continue, ce qui est inévitable, en deux ans à peine on aura bouffé ce qui nous reste, et après on se bouffera entre nous… c’est ce que vous nous réservez Monsieur le président.

    16
    Rabah
    11 février 2019 - 8 h 10 min

    Il n’a pas fait cela, entre 1999 et 2013, lorsqu’il tenait encore debout alors qu’il avait 14 ans pour le faire. Il voudrait le faire aujourd’hui qu’il est alité, sourd, muet, invalide et cliniquement quasi-mort.
    C’est tout simplement tragi-comique !!!!!!
    DEGAGE !!!!!!!!!!!!!

    11
    1
    A3ZRINE
    11 février 2019 - 6 h 33 min

    Mais qui l’empêchait de réaliser ces projets pendant ses mandats. Il s’est taillé une constitution sur mesure et n’a eu aucun opposant, il les tous éliminés, même le fameux service de sécurité. Il a promis de rajeunir la gouvernance depuis son fameux discours de table jnana en contrepartie il a ramassé tous les vieux pour les réintroduire dans le circuit, il a fait du recyclage, tout ça pour dire que la coupure avec le peuple et bel et bien consommée, il va falloir truquer encore une fois ce vote.

    17
    1
    NUMIDIA
    11 février 2019 - 4 h 43 min

    Bouteflika est connu pour faire toujours L’INVERSE DE CE QU’IL PROMET….. Son background parle contre lui. Mais à présent qu’il est très malade, RABI YI CHAFIH….. quand même ! Peut-on affirmer avec certitude que c’est BIEN LUI qui decide SEUL de tout ce que les newspapers avancent aux lecteurs crédules que nous sommes ??? JE DOUTE FORT…..

    14
    1
    ben
    11 février 2019 - 4 h 23 min

    quand le fruit est pourri il faut l enlever de l arbre pas lui donner un coup de peinture vert
    les moudjahidins se sont sacrifié pour que des anes viennent parader en cravate et se soigner chez SIDI FRANCA
    et puis ne dit on pas tels que vous êtes vous serez gouvernés ?

    11
    1
    Anonyme
    11 février 2019 - 2 h 40 min

    Pour une fois je ne trouve pas mes mots. Les 1000 kgs de cocaine pure vont peut etre servir a doper l’economie et duper le petit peuple.

    10
    1
    jimjim
    11 février 2019 - 2 h 24 min

    avant chaque election presidentielle on nous annonce des reformes qui ne seront jamais faites
    quand ils revisent la constitution ce pour leurs interets

    Anonyme
    11 février 2019 - 0 h 22 min

    «Bouteflika s’engage à mener des réformes politiques et économiques profondes».
    ———————————————————————————————————————————————-
    – Moi, à sa place, je ne m’engagerai pas trop !
    – D’abord tu n’es pas à sa place. Et ensuite, pourquoi il ne devrait pas s’engager ?
    – Parce que pour s’engager, «il faut d’abord avoir les moyens de sa politique» comme on dit.
    – Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il est président de la République. Il a tous les moyens à sa disposition !
    – Oui, il les avait déjà… et, théoriquement, il les a encore toujours.
    – Et alors ? Où est donc le problème ?
    – Mais je te dis qu’il n’a pas l’essentiel !
    – Et c’est quoi au juste cet essentiel ?
    – La santé.
    – …

    MELLO
    10 février 2019 - 22 h 26 min

    « Promesses-promesses- » fut présenté à guichets fermés en 2016 est de retour en Algérie en cette année 2019. Cette pièce reste marquée par cette scène :  » Rose , je m’appelle miss Broodie, et dans ma classe , tu vas apprendre tout ce que tu as besoin de savoir. Et il ne va rien t’arriver de mal dans ma classe , parce que je serais toujours là  » . C’est une promesse que je te fais . Sais tu , c’est quoi une promesse ?.

    Antisioniste
    10 février 2019 - 22 h 11 min

    1-le président Abdelaziz Bouteflika annonce ce dimanche 10 février sa candidature à la présidentielle du 18 avril 2019
    2-Bouteflika s’engage dans ce message à aller vers une «conférence nationale inclusive» afin d’élaborer «une plateforme politique, économique et sociale».
    3-Le Président-candidat annonce aussi son intention de proposer aux forces politiques un «enrichissement de la Constitution»
    4-Il se propose ainsi de parrainer un projet de construction d’un consensus national sur, à la fois, les questions politiques, économiques et sociales
    5-Cette conférence nationale qu’il propose «pourra débattre pour proposer des solutions ralliant le consensus le plus large possible sur le modèle politique et économique à suivre et sur les questions sociales»
    6-Bouteflika s’engage à lutter pour plus d’égalité sociale, pour renforcer l’indépendance de la justice, pour accentuer la lutte contre la corruption, hâter les réformes économiques structurelles et parachever les réformes lancées dans divers secteurs comme l’Education et la Santé
    7-Il promet, comme en 2014, de promouvoir plus de jeunes aux postes de responsabilité mais aussi dans les assemblées élues. Il appelle dans ce sillage à «faire prévaloir tout ce qui rassemble que sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions».

    Je vous prie de me pardonner pour mes questions (stupide probablement) mais somme nous vraiment en train de parler de la même personne, c’est-à-dire celle qui ne s’est pas adresser à nous depuis quoi… 6 ans, celle qui ne peut bouger ni parler 5 minutes d’affiler….?
    N’est-ce pas beaucoup pour quelqu’un clouer sur un fauteuil depuis des années ?
    Il est grand temps de contacter Guinness, car on va certainement battre tous les records préhistorique et historique de la bêtise humaine et inhumaine avec cette mascarade, et il ne faut pas oublier surtout de nous mettre des nez rouge sur la figure car on est vraiment des clowns si on laisse passer ce foutue 5eme mandat de la honte.

    30
    1
    Nasser
    10 février 2019 - 22 h 04 min

    Mêmes promesses à chaque fois. Promis. Juré. Cette fois on va les faire, ces réformes. Le pouvoir va organiser une conférence. Slimane Azzem disait qu’en Algérie quand on ne voulait pas régler un problème, on lui organiser une conférence. Pompidou lui disait que les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

    7
    1
    Anonyme
    10 février 2019 - 21 h 29 min

    A partir d’aujourd’hui, je ne vois aucune autre réforme constitutionnelle possible que celle de l’instauration et l’officialisation en catimini d’un semblant de monarchie absolue.
    Il faut bien noter que depuis son accession aux plus hautes responsabilités de l’État, (dans des circonstances où le scrutin de 1999 se devait d’être annulé et reporté, après la décision des autres candidats de se retirer de façon collective, suite au constat de la grande opération de fraude et de falsification des résultats au profit du seul candidat Bouteflika), Le président actuel n’a eu, et n’a toujours, que deux obsessions fondamentales qui lui tiennent encore à cœur :
    1- Triturer la Constitution selon les circonstances qui lui seront les plus favorables, et
    2- La privatisation du secteur des hydrocarbures.
    Et croyez moi, il n’en démodera pas. Parce qu’il n’a pas d’autre programme que les deux points cités.
    Tout le reste n’est que de l’enfumage et du verbiage destinés à masquer l’essentiel et à faire passer la pilule !

    ex algérien
    10 février 2019 - 21 h 03 min

    La blague du jour, bouteflica qui s’engage à faire des réformes profondes alors qu’il n’est meme pas capables de prononcer une phrase et de se tenir debout.
    Et on peut savoir pourquoi il n’a pas fait ces réformes profondes les années passées?

    Quelle honte, quelle humiliation, nous sommes l’arisée de toute l’humanté

    J’ai honte, je rend ma nationalité algérienne et je me teint le cheveux en blond et je change de nom!

    24
    2
    lhadi
    10 février 2019 - 20 h 45 min

    Si Machiavel était algérien, il serait un enfant de chœur dans le microcosme politique algérien enferré dans son aporie et sa dichotomie.

    Ne nous laissons pas abuser par l’inconséquence des actes et l’incompétence des propos .

    Le florentin d’Alger, bien que diminué par son accident vasculaire, le poids de l’âge et l’usure du pouvoir, s’évertue à nous proposer des réformes qui épousent notre siècle.

    Comment peut on le croire, lui, qui, dans sa méthode de gouvernance, se conforme à une philosophie dépassée qui a completement échoué ?

    Comment peut il proposer des réformes qui épousent notre siècle puisqu’il s’en tient, au jour d’aujourd’hui, à une idéologie déficiente qui ne récompense pas l’initiative individuelle et son accomplissement ?

    Fraternellement hadi
    ([email protected])

    31
    5
      Le Rouspétodonte
      10 février 2019 - 21 h 40 min

      Et pourtant, cette idéologie déficiente, dont Bouteflika n’est d’ailleurs pas adepte, encore de la désinformation, a très bien réussie à la Chine et, bientôt, au Vietnam.

      4
      5
      Lahouaria
      10 février 2019 - 22 h 08 min

      Arrêtes de philosopher, tu nous soules toi, y’en a marre, laissez ce Président tranquille…

      3
      75
        Tfouh
        11 février 2019 - 5 h 19 min

        [email protected] fraichement naturalisée;tu parle quel président des voyous et des trafiquants de drogue;non merci

        45
        4
          Lahouaria
          12 février 2019 - 2 h 20 min

          Bouteflika est un réformiste et veut terminer les ouvrages qu’il a paraphé, c’est un bon président, certes malades. Lâchez lui la grappe zut, occupez de vos oignons et laissez Dawla aux dirigeants… Et Khafou me Rabi cessez vos dénigrements sur cet homme, je hachem en vous lisant honte à vous!

          2
          4
    Yes
    10 février 2019 - 20 h 43 min

    Pas besoin de réformes réformes….ressassées .. A-t-on besoin de réformes pour libérer les investissements de cevital?? Au moins expliquer le pourquoi du comment de c blocages ,question à laquelle tous les ministres ,1er ministre et présidence refusent de répondre!! Qu’ils donnent au moins une réponse une raison,un texte de loi,un règlement….rien.

    21
    7
    RRR
    10 février 2019 - 20 h 36 min

     » ils  » savent que personne ne bougera , alors prions pour que Allah youstour Jazairouna et le peuple el makboune.

    17
    6
    Hibeche
    10 février 2019 - 20 h 29 min

    Pour ceux qui se disaient pourquoi il y’a eu le printemps arabe ; avez-vous compris maintenant ?

    18
    6
    Bien situer le débat !
    10 février 2019 - 20 h 19 min

    Cher compatriote @Le Rouspétodonte – 19 h 22 min Bien vue , en plein dans le mille ! Un peuple n’a que les gouvernants qu’il mérite c’est vrai !

    Ceci étant , il faut aussi montrer du doigt les vrais responsables, les seuls vrais responsables, qui ont fait du peuple algérien, jadis très politisé, éclairé, lucide , cultivé et combattant, une espèce de troupeaux de moutons, de chèvres, (…) d’individus devenu sans culture politique : c’est le clan venu des frontières en 62 qui s’est accaparé par la force le pouvoir au nom de ce qu’il appelle la légitimité révolutionnaire, c’est le FLN de 62, c’est l’ANP qui a pris la place de l’ALN. Il faut quand même bien situé le débat !

    22
    7
    anonyme
    10 février 2019 - 20 h 17 min

    L’Algérie a besoin d’un plan quinquennal ou de plus longue durée. D’un plan économique qui délimite les besoins, les moyens et les objectifs. Pas d’un chantier institutionnel ni constitutionnel. De ce côté là, nous ne manquons de rien. Ce sont nos ventres qui sont vides, pas nos têtes !

    8
    9
    anonyme
    10 février 2019 - 20 h 15 min

    L’oligarchie compte ramener ses enfants de l’étranger, maintenant qu’ils ont des diplômes et de l’expérience ? Je doute qu’ils tiennent une minute à leur poste. Je parie surtout qu’ils ne rentreront jamais … à cause même du système que leurs pères ont mis en place !

    24
    5
    Hibeche
    10 février 2019 - 20 h 13 min

    Je ne veux qu’il nous fasse des réformes, je veux juste qu’il nous dise  » (…) « hachakoum  » mais en direct à la télévision.

    20
    6
    Nacer
    10 février 2019 - 20 h 10 min

    CE QU’IL N’A PAS FAIT EN 20 ANS, ALORS QU’IL ÉTAIT EN BONNE SANTÉ, IL VEUT LE FAIRE MAINTENANT QU’IL EST GRABATAIRE.
    PAUVRE ALGÉRIE ON SE VENGE DE TOI ET DE TON PEUPLE

    40
    5
    Anonyme
    10 février 2019 - 20 h 08 min

    Mais pourquoi ne les a-t-il pas faites pendant les 20 longues années qu’il est resté au pouvoir avec un baril de pétrole à plus de 100 dollars et un pouvoir quasi monarchique?De qui se moque-t-on avec de telles promesses?

    38
    5
      Mohamed
      11 février 2019 - 11 h 46 min

      Salam aleikoum,

      Et pourquoi quand il était en bonne santé, conscient et avec ses capacités cognitives, intellectuelles et physiques en bonne condition, il n’a rien fait et maintenant qu’il est diminué, il veut nous voler encore 5 années de nos vies pour encore patauger dans la boue???

    Tredouane
    10 février 2019 - 19 h 55 min

    Reformes papier ,ou reformes par des décisions et actes.
    Je privilège certainement des réformes par des actes strictes que j’estime urgent dont j’expose les axes
    1 la nominations aux postes de responsabilités doivent obéir au seul critère de compétences dévouement et rendement;
    2 la souveraineté de la justice ;
    3 l’abolition de la politique des privilèges,rémunération excessif privilèges matériels….
    4 réorganisation du champ politique ,pas de subvention aux partis
    5 reforme du systéme bancaire
    6 réduction des représentations diplomatiques pour plus d’efficacités
    Ainsi de suite ;la consolidation de la relation entre gouverné et gouverneures reste le défie à relevé ,dans le respect des principes fondateurs de la Nation Algérienne.

    10
    8
    Humiliation !
    10 février 2019 - 19 h 42 min

    La messe est dite et l’humiliation qui nous traverse la face depuis maintenant 20 années que j’ouvre ma fenêtre sur le mémorial des Martyrs qui sont morts pour avoir des (…) qu’est-ce qu’on n’a fait pour mériter ça ??
    c’est comme si tout les hommes de la planète me regarder en me crachant au visage en restant polie .

    37
    7
      Anonyme
      10 février 2019 - 20 h 51 min

      La véritable formulation de la question que tu poses devrait plutôt être la suivante : «Qu’est-ce qu’on a PAS fait pour mériter ça ?».

      16
      4
    marri
    10 février 2019 - 19 h 37 min

    20 ans n’ont pas suffit pour faire des changements profonds, nous ne voyons pas comment il va faire en quelques mois? sauf si son club resreint a tout préparé à l’avance pour la perpétuation du système. Dieu reconnaîtra ses serviteurs n’est-ce pas?

    29
    6
    Zombretto
    10 février 2019 - 19 h 36 min

    Espérer ou croire que Bouteflika et/ou son équipe entameront véritablement des changements significatifs dans quelque domaine que ce soit serait croire qu’un tigre commencera à bouffer de la salade et des patates dans son vieil âge et les lions auront la nausée à la vue de la viande fraîche mais saliveront en lorgnant des carottes et des navets. Les buissons de genêts donneront des bananes et les vieux figuiers tout secs donneront des kiwis et des ananas.

    22
    5
    Le Rouspétodonte
    10 février 2019 - 19 h 22 min

    <>…Tout est exprimé par ces 3 mots ; dans ce genre de pays, un président de la république ne n’exerce pas un mandat, il règne. Je suis arrivé à la conclusion, depuis un bon moment déjà, que le mal n’est pas dans l’individu ou dans un groupe mais dans la société entière. Cette société n’a pas de principes et de valeurs fondatrices républicaines, elle ignore ses devoirs et ses droits ; a-t-on jamais vu la société montrer son approbation ou sa désapprobation d’une mesure politique grave ? A-t-on jamais vu la société exiger la sanction de ripoux pris en flagrant délit ? A-t-on jamais vu la société exiger la réhabilitation d’un homme injustement déchu ou harcelé ? Jamais la société (la rue) n’a manifesté, d’une façon quelconque et pacifique, ses états d’âme ses espérances. Serait-ce parce qu’elle n’en a aucun ? A croire que tout ce que nous vivons, tout ce que nous subissons, n’a aucun effet sur nos vies, sur notre avenir. Et, quand un journaliste, à l’exemple de Mr Hani Abdi, s’agissant du pouvoir du président de la république, parle de règne et non de mandat., il ne fait qu’exprimer la culture générale de la société. Cela en dit long sur notre incapacité d’assimiler les fondements et les principes de l’état moderne ; nous vivons au 21è siècle mais notre acception du pouvoir est médiévale voire antique. Alors, je ne pense pas que le mal soit dans l’individu ou dans un groupe mais dans toute la société. En d’autres termes, et plus simplement, Bouteflika & consorts ou X & consorts, ce sera toujours la même chose, le vice est dans tout l’arbre pas dans un seul rameau ; pour, nous ce sera toujours le règne de X ou de Y, car mandat républicain n’est pas dans notre culture.

    20
    9
      Anonyme
      10 février 2019 - 19 h 54 min

      «Jamais la société (la rue) n’a manifesté, d’une façon quelconque et pacifique, ses états d’âme ses espérances»
      ———————————————————–
      Votre naïveté me fait croire que vous penser vivre dans un pays de droit, de liberté d’opinion et de démocratie…. Mais où étiez vous donc lorsque la rue a manifesté pacifiquement et a été, à chaque fois, dispersée, ramassée et amenée dans les commissariats ?!? Vous pensez vraiment que les algériens n’ont pas manifesté contre le 4ème mandat de fakhamatouhou (pour ne citer que ce dernier) ?!?
      Allez donc consulter You tube et bien d’autres sites sur la toile pour vous en rendre compte…
      La dernière de ce genre de manifestations a eu lieu sur la Place des martyrs, il y a quelques semaines. Elle a été menée par les membres du collectif «Mouwatana». Et comme de coutume, elle a été étouffée par la police et les manifestants évacués vers les commissariats.

      21
      7
        Le Rouspétodonte
        10 février 2019 - 21 h 46 min

        La tare est dans votre fonds culturel ; les opposants d’aujourd’hui seraient des Bouteflika de demain. Vous n’avez pas dans votre culture les principes que vous me jetez à la figure : pays de droit, de liberté d’opinion et de démocratie. Et c’est valable pour tous les pays de ce côté-ci de la planète. Vous êtes des médiévaux en costume du 21è siècle, vous êtes incapables de démocratie, incapable de droit, incapables de liberté d’opinion. Voilà pour ma naïveté.

        4
        2
          Anonyme
          12 février 2019 - 1 h 31 min

          Mais il est honnête de reconnaitre et d’afficher sa naïveté. Par contre ce qu’il l’est moins, c’est de se penser en droit de déverser son impuissance et de cracher sa haine d’un peuple maghloub 3ala amrou.
          ET en passant, c’est très courageux de se permettre ainsi de l’insulter comme tu le fais derrière ton clavier !
          Et si tu étais vraiment aussi courageux que tu veuille le faire croire, dit nous un peu quand tu as, personnellement, manifesté contre ce régime et dans quel commissariat de police tu a été emmené, interrogé et fiché.

        Le Rouspétodonte
        10 février 2019 - 21 h 59 min

        Et je parle de la société profonde, celle qui caractérise ce pays et qui constitue 95 % au moins des algériens; Mowatana est une minorité non représentative. C’est pour cela qu’elle active, hélas, dans l’indifférence générale.

        4
        2
      passager
      11 février 2019 - 8 h 57 min

      Votre constat est juste , mais son explication ne l’est pas , ce peuple dépourvu du comportement de citoyen ne l’a pas été en 1962 quand les dirigeants de l’époque se sont affrontés pour le pouvoir avec des centaines de morts , il a bien crié « 07 ans barakat »….aujourd ‘hui , c’est vrai il ne l’est plu , devine la faute à qui?….le sentiment citoyen ne vient pas du néant , et il ne vient pas de quelques hirondelles à gauche ou à droite , il se cultive…il est le fruit d’un projet de société defendu par le pouvoir et partagé par la société civile .en 50 ans , la société civile a été éffacée , alors il restait un seul acteur : le pouvoir …

      1
      1
    Felfel Har
    10 février 2019 - 18 h 59 min

    Après 20 ans d’hibernation, d’absence d’initiatives au profit du pays et du peuple, voilà qu’on met dans la bouche de Bouteflika les mêmes promesses de réformes que celles préconisées par Macron pour son pays. Coïncidence? Je ne le pense pas. C’est un tuyau soufflé par l’Élysée pour nous duper.
    Combien de temps faut-il pour « exécuter le programme du président »? S’agit du programme qui a permis d’enrichir certains privilégiés et de paupériser les masses?
    En 20 ans, La Corée du Sud est passée de pays sous-développé, ravagé par la guerre en une puissance économique, un vrai dragon. En moins de temps l’Éthiopie s’est affirmée comme une puissance économique régionale en Afrique de l’Est, et ce sans disposer des immenses ressources dont bénéficie notre pays. A contrario, l’Algérie fait du sur place et pour cause, elle a adopté la technique de ceux qui avancent doucement le matin et pas trop vite le soir quand elle ne fait pas marche arrière.
    Ceux qui se prennent ou qu’on présente comme des messies ne s’illustrent que par des mystifications abêtissantes et des illusions chimériques, des mirages évanescents, bref du vent! Avouons-le en clamant que nous ne croyons plus aux miracles!
    On a perdu 20 ans et on cherche à nous imposer 5 autres années d’inaction sous le fallacieux prétexte de réformes, véritables écrans de fumée, de la poudre de perlimpimpin! Arrêtons ce baratin et assurons-nous que les prestidigitateurs qui nous annoncent des lendemains idylliques échouent dans leur plan. No pasaran! Ici s’arrête la charrette des bonimenteurs! The fake promises stop here!

    26
    7
      Anonyme
      11 février 2019 - 8 h 22 min

      Non, ces 20 dernières années l’Algérie n’a pas fait que du sur place : elle est passée de république imparfaite à émirat de droit divin et de pays du tiers monde à pays du quart monde abonné au sous développement durable !

    Adieu Algérie
    10 février 2019 - 18 h 25 min

    Le déclin est amorcé, on n’accuse pas Bouteflika mais plutôt son équipe qui n’a pas le droit d’agir avec un abus de pouvoir flagrant en imposant un quinquennat inattendu et non souhaité par le peuple algérien.

    33
    2
    Anonyme
    10 février 2019 - 18 h 12 min

    D’abord, il est inconcevable que Bouteflika se réveille ainsi, juste à la veille des présidentielles, pour annoncer son intention de «corriger le tir» et qu’il envisage désormais de s’atteler à changer les «mauvaises habitudes» qui sont pourtant apparues durant les 20 années d’un long règne sans partage. Cela fait 20 ans que ces «dérapages» perdurent et rien n’a été fait par Bouteflika pour y remédier. De ce fait, il devient difficile de considérer ces «dérapages» comme d’involontaires erreurs de parcours.
    Et après tout, qu’est-ce qui garantit que Bouteflika pourra désormais imposer et faire ce qu’il n’a pas fait lorsqu’il était déjà en meilleure santé, physique et mentale, qu’aujourd’hui ?
    Les nouvelles réformes «envisagées» aujourd’hui auraient d’autre part eu plus de crédibilité si elles avaient été annoncées et initiées durant au moins les 3 dernières années du présent mandat. Cela aurait été un «bagage» plus ou moins sérieux, ou plus au moins convainquant, pour une 5ème candidature à un 5ème mandat consécutif. Mais venir annoncer son intention de procéder à ces «réformes» juste à la veille des présidentielles, laisse penser qu’il s’agit là de «bricolage» et de «remplissage» de dernière minute – donc de la poudre aux yeux – et que, dans les faits, la candidature de Bouteflika était avant cela, et pour le moins, hypothétique. Ce qui soulève par ailleurs la très sérieuse et très grave question de la volonté réelle du «candidat» quant à son libre choix, et à sa décision personnelle, de postuler à un 5ème mandat consécutif.
    Rien ne peut en effet confirmer qu’il s’agit bien là de la volonté personnelle de Bouteflika lorsque ce n’est pas lui qui l’annonce en personne, en directe et de vive voix, au peuple algérien. Parce que les mots et les belles paroles d’un message lu par d’autres que lui même n’engagent que leurs rédacteurs. Et ce sont ces rédacteurs qui doivent sortir de l’ombre en assumant leur totale responsabilité au lieu de se dissimuler ainsi derrière un homme malade, incapable et inconscient du monde qui l’entoure.

    37
    3
    FELLAG
    10 février 2019 - 17 h 52 min

    La vérité si je mens cinq;depuis avril 1999 ce monsieur et son clan promettre les citoyens des changements;sans rien n’était sauf la légalisation de la corruption;l’injustice aux enchères;réhabilitation des traitres et les voleurs;invention des urnes caméléon,aider les pilleurs à quitté le territoire;humilié la population Algérienne, et allait pleurniché sur la tombe de l’assassin des Algériens bléssés et fatigués avec des longues années de lutte pour l’indépendance;oui ce mérite récompense chez les hors la loi et les trafiquants de farine Colombienne et LE kif Marocain

    27
    4
    ZOUBIDA
    10 février 2019 - 17 h 36 min

    ÇA Y EST ! LA MESSE EST DITE….. LE BATEAU « ALGÉRIE » VA ÊTRE COULÉ A PIC PAR CES AGENTS DES PUISSANCES ÉTRANGÈRES !
    T’BQAYE BESSLAMA YA BLED EL KHIR…..

    36
    9
    UMERI
    10 février 2019 - 17 h 32 min

    On devrait intituler le slogan de campagne pour le 5éme mandat de Bouteflika, « MISSION IMPOSSIBLE 20 ANS APRES. Maintenant qu’il est malade, essoufflé, fatigué, il s’apprête à mener des réformes économiques, politiques, profondes, prenant les algériens, pour des ignares et les agitateurs, profiteurs, qui l’entoure des patriotes qui vont l’aider dans sa démarche. Peine perdue, ils sont là que pour poursuivre leur racket des biens publics.

    28
    4
    Anonyme
    10 février 2019 - 17 h 07 min

    Comment a t il rédige tout ce programme alors qu il n est même pas conscient? Et comment va t il le mettre en place et s assurer de son avancement dans son état?
    Ils sont forts ceux qui veulent le maintenir au pouvoir,ils nous prennent pour de vrais debiles?
    Pourquoi toutes ces propositions n ont pas été réalisées ces cinq dernières années ?

    32
    5
    Dz213
    10 février 2019 - 16 h 58 min

    Après le tbehdil qui ont fait hier a la coupole ou tout lès chiyatines et khobzistes étaient présents,une grande fawda on dirait des supporteurs de foot ou tout le monde voulait montrer son visage devant la caméra,c’est grave pour l’image de notre pays,<>mais ils se moquent de qui?de leurs faute que le pays est au bout du gouffre,un pays ou le taux de chommage est au dessus de10%,chaque jour des centaines de gens meurent de diabettes,prostates, cancers,cardio vasculaires sans compter lès overs doses de tout genres de drogues,la violence ,accidents des routes ,les divorces et l’anarchie dans tout lès domaines ,yaRham waldikoum kilouna,depuis 1962 nous avons rien gagné rien de vous,on à connu ni el iza wal karama,ni une bonne santé,ni une bonne éducation,ni le bonheur absolument rien que du malheurs.

    26
    3
    Lghoul
    10 février 2019 - 16 h 18 min

    SUPER ! Apres 20 ans de corruption et de pourrisement.

    40
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.