Abderrazak Mokri se rêve en «candidat unique» de l’opposition

Mokri Présidentielle
Abderrazak Mokri se voit Président. PPAgency

Par R. Mahmoudi Le bureau exécutif du MSP indique avoir donné son accord de principe à l’initiative lancée par Abdallah Djaballah pour aboutir à la présentation d’un candidat unique de l’opposition à la prochaine élection présidentielle. Le chef de file du parti islamiste El-Adala s’est lancé dans une série de consultations avec les principaux candidats et partis de l’opposition pour tenter de les convaincre de s’entendre sur un «candidat consensuel» pour affronter le Président sortant, alors que lui-même ne se présentera pas à ce scrutin.

Pour le parti d’Abderrazak Mokri, qui a été le premier à annoncer sa participation à l’élection du 18 avril, il appartiendra à son madjlis echoura (conseil consultatif) de trancher cette question avant la date limite du dépôt des candidatures, indique un communiqué du parti rendu public lundi. A cette occasion, le parti appelle les candidats de l’opposition à coordonner leurs actions, à évaluer ensemble la situation actuelle et à se consulter au sujet des «menaces qui guettent le processus électoral».

Il est acquis que le MSP n’acceptera l’option d’un candidat unique de l’opposition que si le choix se porte sur son chef qui ne cesse de répéter depuis l’annonce de sa candidature que si les élections se déroulaient sans trucage de l’administration, il sortirait le premier du scrutin. Il est persuadé que le courant islamiste en Algérie, comme dans tous les autres pays arabes ou islamiques, représente la première force politique.

Aussi est-il difficile d’imaginer un consensus, à quelques semaines de l’entame de la campagne électorale, entre les trois ou quatre postulants se réclamant de l’opposition, à savoir notamment Abderrazak Mokri, Ali Ghediri et Ali Benflis. Même si ces trois semblent avoir comme point commun de combattre un seul adversaire, le Président sortant.

Plus difficile encore d’imaginer des compromis durables entre des candidats que tout sépare au plan idéologique.

R. M.   

Comment (18)

    Rayes Al Bahriya
    14 février 2019 - 0 h 49 min

    Quelle moquerie!
    Vos lunettes ne sont pas une moquette sur votre toi du monde!
    Ça se porte sur le nez y’a mokri !
    Un jour vous poserez sur votre coco , le siège de la présidence !
    En attendant posez le siège de votre parti msp!!!
    El Fahem yefhem!

    Clovis
    13 février 2019 - 18 h 13 min

    Mokri se fout du monde. Quand on sait ce qu’il represente, surtout si en plus il croit incarner ce candidat unique, on dit : quel toupet !!!. La peste et le cholera…. Dans la configuration actuelle seul Ghediri semble emerger du lot et merite qu’on vote pour lui. Il peut et doit incarner l’espoir du changement.

    Luxunun
    13 février 2019 - 8 h 20 min

    Y a-il quelqu’un pouvant m’expliquer c’est quoi le boycott actif?
    Parce que pour moi, c’est dire la chose et son contraire; ce n’est pas une posture, c’est une imposture.
    Alors, soit on empêche ces élections et le 5 ème mandat, soit on vote massivement pour un candidat et protéger nos voix.
    Autrement, on est mûr pour l’esclavage.

    K. DZ
    13 février 2019 - 5 h 44 min

    Il peut toujours rêver d’être #El Mahdi El Mountadhar# le Messie, mais ce sera pas pour demain….ni pour le 18 avril prochain.

    Anonyme
    12 février 2019 - 19 h 33 min

    même pour rêver demande la permission a erdogane

    Anonyme
    12 février 2019 - 19 h 23 min

    Des turcs a El Mouradia on aime pas trop , non ça ne colle pas

    LE VIDE ET ADAM
    12 février 2019 - 19 h 12 min

    « La Nature a horreur du vide », il est impératif de constituer une opposition sous une unique bannière afin, ne serrais se qu’empêcher le pouvoir de faire cavalier seul. Mr Mokri qu’on essaye de nous vendre est bel et bien une « moquerie » et je fais aussi appel à un autre adage : « Ahrab mél habse ou tah fi babou » que je traduirai suivant mon inspiration par : « Il s’est échappé d’une prison pour atterrir sur pire que Guantanamo ». Pour faire prompt, quand est-ce que le MPS a-t’il était « Opposition » ? Depuis le début de cette année seulement il a changé maintes fois de cap. Girouette cherchant constamment la direction du clan le plus fort. Depuis sa naissance il a toujours fait carpette ou se mettent à plat ventre ses parlementaire de « QUOTA ». Ce parti « kleenex » a même enfanté des ministres au rôle de « Papier hygiénique » (Avec tous mes respects aux lecteurs).

    Bref, revenons au sujet réel. Mr Ghediri est tout désigné pour cette fonction de protagoniste. Si toutes les forces vives qui ont besoin de changement s’amarrent derrière cette personnalité, quelque soit le résultat du vote, c’est toujours une victoire. Une force réelle d’opposition est née. Un message est transmit d’office : le peuple est là, gouverner sans lui est risqué, le tromper est dangereux, le voler est punissable … ——

    elhadj
    12 février 2019 - 17 h 59 min

    tant que l opposition ne s entend sur la désignation d un candidat unique ,elle ne sera jamais ni crédible ni représentative pour s élargir et s implanter au sein de la société civile,laquelle est au demeurant démobilisée et désemparée par la grave situation du pays.que ces pseudo partis auto proclames opposition se concertent et se décident pour designer pourquoi pas le présidente du parti EL MOUSTAKBEL M BELAID afin de doter le pays d un président jouissant de toutes ses facultés et de toutes ses capacités pour le diriger, pour assainir la gestion,pur lui redonner sa bonne image d antan,pour réhabiliter la confiance des citoyens en leurs institutions,pour lutter avec rigueur contre la corruption.si chacun veut être président en partant dans cette campagne éparpillés ,soyez en certains que vous serez tous éliminés et le statu quo perdurera et l histoire retiendra votre incapacité ……………………….

    Anonyme
    12 février 2019 - 16 h 55 min

    arrête de comparer le peuple de bougnoule (qui se déplace de 600 km juste pour avoir un sandwich à la coupole) et le peuple d’une grande nation !!

    5
    1
    Anonyme
    12 février 2019 - 13 h 51 min

    Tous devraient s’unir derrière Ali Ghediri, pour l’Algerie.,
    Au fait, » islamiste » celà sort d’où et ça date de quand ce terme, c’est une invention non ?

    12
    1
    Damane
    12 février 2019 - 12 h 55 min

    Un candidat de consensus , moi je ne pense pas remplacer Bouteflika par un général c’est la solution pour sortir de la crise actuelle que vit l’algerie.

    11
    Makri retire toi. Le mur est devant toi
    12 février 2019 - 12 h 51 min

    Comme je l’ai dit sous le pseudo « @Ghediri, retire toi le mur est devant toi », je le dis aussi à Makri. Ni lui, ni Ghediri n’ont réellement chercher à négocier pour un candidat unique avec les vrais forces du changement et la société civile progressiste ! Ghediri aurait pu être la candidature idoine dans la mesure où il n’est pas affilié à un parti politique ! On sait que si un parti politique propose cette solution, l’ego des autres partis va l’emporter et va tout faire capoter ! C’est connu. On a raté l’opportunité Ghediri, on va donc attendre « Godot » !

    Et donc comme je l’ai dit à Ghediri, lui en qui j’ai fondé quelques espoirs au tout début, et envers qui j’ai changé d’avis quand j’ai constaté qu’il n’a montré aucun signe de rapprochement avec les appareils de ce partis dits de l’opposition pour capitaliser leur expérience et leurs forces militantes et matérielles, je dis la même chose à Makri : « Makri retire toi. Le mur est devant toi » car le boycott actif est pour l’instant la seule solution. On ne pas vaincre le pouvoir en partant isolé, c’est une donnée ! çà c’est mon avis et je n’ai contre Ghediri ni Makri en tant que tel ! J’ai juste le droit de donner et d’argumenter mon avis, aux autres de donner le leur ! Je ne me pose pas en donneur de leçon , en ai-je la légitimité, le bien-fondé !

    PS : C’est une évidence, Makri va aller aux élections pas pour vaincre et POUR gagner mais pour avoir des dividendes après le 19 avril ! Les islamistes sont connu pour leur entrisme et ils ne changeront pas beaucoup. Le Hamas et le MSP avec Nahnah (qu’il repose ne paix), Aboudjerra Solatani, Makri etc.. etc.. l’ont toujours prouvé dans le passé ! C’est un peu comme Benflis qui cherche à se re-caser mais pas à vraiment changer les choses !

    8
    1
      Hamalaoui
      12 février 2019 - 18 h 06 min

      Makri = ali belhadj + Abbasi Marini + Madani mezrag + Massu et ses paras + Mitterrand en qualité de ministre de li terreur de la France coloniale.

    Anonyme
    12 février 2019 - 10 h 06 min

    Un candidat unique c est possible…mais il faut un consensus general des partis de l opposition…..
    L exemple de francois Mitterrant est encore vivant a nos yeux….Francois Mitterant a toujours perdu dans les elections Francaises …mais le jour ou il a convaincre tous les partis de l opposition d etre leur candidat unique avec l union de la gauche..il est sorti vainqueur et elu president ….deux mandats de 7 ans grace a l union de l opposition.Reste si les partis de l opposition Algeriens suivront cet exemple……tres difficile a le croire …ils partiront en rang disperses pour ….la deroute et la defaite certaine.Bouteflika sera reelu …..et Dieu decidera pour le reste.

    9
    1
    Ali 8
    12 février 2019 - 10 h 01 min

    Pour une fois je suis d’accord avec Mr Mokri,ya n’a pas d’autres solutions, lorsque un pouvoir corrumpus manipule et fraude aux élections,que faire soit boycotter, soit choisir un seul candidat, et puis réorganiser des nouvelles élections est le meilleur gagne, pourquoi le régime corrumpus a multiplier des partis satellitaire juste pour magouilles et fraudé, nous n’avons plus le choix le régime cherche à détruire ceux qu’ils restent et puis pour certains se réfugient en France et d’autres au Maroc,et le peuple a la mer ou dans cimetières

    7
    5
    Horîzon
    12 février 2019 - 9 h 56 min

    Tout récemment, Mokri a negocié avec le pouvoir en place pour avoir 1 ou 2 strapontins dans le futur gouvernement du 5 eme mandat présidentiel et n’ayant pas obtenu gain de cause, il se découvre subitement les vertues d’etre le leader de l’opposition !..Accéder au pouvoir, coute que coute en s’adaptant à la situation du moment.

    14
    2
    Anonyme
    12 février 2019 - 9 h 55 min

    S’ILS ÉTAIENT INTELLIGENTS ILS PROPOSERAIENT UN CANDIDAT CONSENSUEL SANS ÉTIQUETTE POLITIQUE. UN UNIVERSITAIRE CONNU ET RECONNU POUR SES COMPÉTENCES ET SA DROITURE.
    CECI ETANT, C’EST PAS SUFFISANT POUR AFFRONTER CETTE MAFIA, IL FAUT PEUT ETRE SE RABATTRE SUR UN CANDIDAT QUI A UN PIED DANS CE SYSTÈME ET DES APPUIS A L’INTÉRIEUR. GHEDIRI LES A T-IL ?

    13
    3
    UMERI
    12 février 2019 - 9 h 51 min

    Tiens, tiens, Mr Mokri rêve être un candidat unique de l’opposition, mais curieusement, c’est le même rêve, pour Soltani, Djaballa,Benflis et consorts.La seule chose qui peut les départager, c’est le tirage au sort, qui sera répétitif, jusqu’à ce que Makri gagne, mais, il va falloir supplier Bouteflika, pour qu’il lui cède la place.

    5
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.