Hadjar : «Le ministère ne ménage aucun effort pour assurer la sécurité des cités universitaires»

Hadjar
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar. New Press

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a indiqué, mardi, que les services de son département ministériel «ne ménagent aucun effort» en vue d’assurer la sécurité au sein des cités universitaires, dénonçant l’assassinat dont a été victime un étudiant résidant à la cité universitaire de Ben Aknoun (Alger).

S’exprimant lors d’une réunion avec les recteurs d’universités et directeurs des écoles supérieures de la région Centre, en présence du secrétaire général de l’Union des universités arabes (UUA), Amr EzzatSalama, Hadjar a affirmé que «les services de son ministère ne ménagent aucun effort en vue de sécuriser les universités et les cités universitaires».

Après avoir condamné l’acte criminel ignoble dont a été victime l’étudiant Assil Belalta, assassiné dans sa chambre à la cité universitaire Taleb-Abderrahmane 2 (Ben Akoun), le ministre a appelé à la nécessité de garantir la sécurité, le calme et la sérénité au sein de l’enceinte universitaire.

Le premier responsable du secteur a saisi l’occasion pour se recueillir à la mémoire de Assil et présenter ses condoléances à la famille Belalta. Il s’est également recueilli à la mémoire de l’étudiant africain retrouvé mort hors de l’enceinte universitaire dans la wilaya de Annaba, après avoir reçu plusieurs coups de poignard ainsi qu’à celle de l’étudiant palestinien, mort électrocuté suite aux intempéries enregistrées dans la même wilaya.

Pour rappel, les services de sécurité ont ouvert une enquête sur l’assassinat de Assil Belalta (21 ans), étudiant en troisième année médecine.

R. N.

Comment (9)

    Noboutef
    13 février 2019 - 16 h 29 min

    Ce ministre ne sera pas sanctionné,il est protégé par Boutef ,ouyahia n’a aucun pouvoir sur les ministres,c’est said qui s’en occupe.Il ne va pas perdre un alié à cause d’un étudiant.

    Anonyme
    13 février 2019 - 8 h 30 min

    Y’a eu mort d’homme, il a failli, il doit dėgager!!!

    Blakel
    13 février 2019 - 4 h 40 min

    Toujours la même clique d’incompétents, qui ne savent que manier la langue de bois, depuis 1962. Ils ne sont jamais sanctionnés, mais juste recasés d’un poste à l’autre.

    Les Sinistrés Universitaires
    12 février 2019 - 23 h 04 min

    Il va sécuriser les cités universitaires alors qu’il a laissé l’obscurantisme islamiste régner en maitre?
    C’est le 4eme meurtre commis dans un campus, sous la tutelle de ce situé sinistre. Delly brahim ( une jeune fille qui tombe mystérieuse de sa fenêtre),Annaba ( un étudiant palestinien électrocuté, plus le jeune Zimbabwéen qui à été sauvagement agressé à la sortie du campus, et qui a décédé suite à ses blessures),et maintenant ce jeune médecin qui a été sauvagement tué par son camarade de chambre? Difficile à avaler!
    Les cités universitaires sont devenues des cités mouroirs, après les hôpitaux mouroirs. Ce sinistre doit être demis de ses fonctions illico presto. Le niveau en chute libre des étudiants,toutes filières confondues, leur prise en charge,leur encadrement, et leur bien-être est le cadet de ses soucis. À chaque rentrée universitaire, son intérêt demeure centré sur le nombre de nouveaux bacheliers inscrits, et sa gestion de l’Université s’arrête là. Le reste de l’année est toujours secoué par de longues grèves, sans issues.
    Les universités sont désormais des lieux fréquentés par des pseudo étudiants hirsutes, vêtus de kamis,gandouras, avec des claquettes aux pieds,et coiffés de chéchias,pour certains. Et ces lamentables accouchement sont accompagnés d’un vide intellectuel sidéral, d’une intolérance affiché du haram à tout ce qui touche les arts et la culture, et d’une misogynie implacable à l’égard des jeunes étudiantes,voilées, ou pas!
    C’est bien là la sinistre griffe d’un sinistre de l’enseignement supérieur, pour qui le prix Nobel n’est pas une référence académique. Alors sécuriser les cités universitaires, c’est trop lui demander, puisqu’il n’a jamais eu l’idée d’imposer une tenue correcte aux étudiants/étudiantes pour se rendre en cours, ou pour circuler dans l’enceinte du campus universitaire, où l’accoutrement islamiste est gde mise.

      @Les sinistrés Universitaires
      13 février 2019 - 7 h 34 min

      @ Les Sinistrés Universitaires.
      Prière lire:
      – ce sinistre et non situé sinistre
      -mystérieusement
      – accoutrement et non
      accouchement
      de/ et non gde
      . Erreurs d’inattention,dûes
      aux suggestions têtues
      du dictionnaire, et à la rapidité
      du clavier. Merci.

    anonyme
    12 février 2019 - 21 h 17 min

    On n’est nulle part en sécurité dans ce pays de …
    Seuls eux et leur progéniture ont droit à la sécurité

    Anonyme
    12 février 2019 - 20 h 04 min

    Ce rigolo va nous finir par nous faire croire que les cités universitaires son des clubs des pins pour étudiants.

    il courre, il courre le furet
    12 février 2019 - 18 h 42 min

    Cassez-vous ! on a assez entendu vos mensonges et assez vu !

    Anonyme
    12 février 2019 - 15 h 06 min

    Étudiant en 3e année Médecine, lui qui rêvait de concrétiser le voeux de toute sa famille , il a choisi de rester en son pays et faire ses études dans l’université d’Alger. Il n’a pas choisi comme tant d’autres la voie de l’étranger. Pourtant étant étranger à l’étranger , il serait , probablement, plus en sécurité. Mr le Ministre a choisi de faire une déclaration farfelue : les services du ministère ne ménagent aucun effort pour assurer la sécurité au sein de l’université. Rien que ça et pourtant le fait est là, il y a eu mort d’étudiants, si ce n’est des bagarres entre étudiants. Où est la sécurité ? Mr Hadjar doit déposer sa démission .
    Ils ont clochardise l’Algérie au point de ne se sentir en sécurité nulle part: Stades, hôpitaux, écoles ,universités et partout dans les édifices publics.

    23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.