Ces deux éléments imprévus dans l’élection présidentielle d’avril 2019

Nekkaz éléments
Rachid Nekkaz au milieu d'une foule compacte à Khenchela. D. R.

Par Karim B. – Si le rôle de l’administration a toujours été décrié – rien de nouveau à cela –, accusée qu’elle est de favoriser le «candidat du système», deux nouveaux éléments sont entrés en jeu dans l’élection présidentielle d’avril prochain.

D’abord, la candidature surprise d’Ali Ghediri. Si ce nom ne disait rien au commun des Algériens avant son entrée fracassante dans l’arène politique, cet ancien militaire a défrayé la chronique par ses écrits hostiles au chef d’état-major de l’ANP dont il était le subordonné lorsqu’il dirigeait la Direction centrale du personnel au ministère de la Défense nationale. Dans trois contributions parues dans la presse nationale, Ali Ghediri a carrément appelé le vice-ministre de la Défense à ne pas s’ingérer dans le processus politique et souhaité son départ.

La seule particularité du candidat Ghediri est son grade. Le mot «général» a résonné comme le tonnerre dans le ciel brouillardeux qui caractérise la scène politique nationale. Première victime collatérale de l’ancien officier supérieur de l’armée : Ali Benflis. Le farouche opposant au président Bouteflika dont il était le directeur de campagne en 1999 s’est pratiquement effacé devant le nouveau concurrent, qui focalise sur lui l’attention des médias et d’une partie de l’opinion publique.

Ali Benflis paraît timoré, avançant à tâtons dans cette précampagne où les autres principaux candidats ont déjà planté le décor. Le général à la retraite Ali Ghediri, avec ses apparitions fréquentes sur divers médias, et Abderrazak Mokri, qui compte jouer un rôle dans cette échéance électorale après s’être distingué par ses «révélations» sur ses rencontres «secrètes» avec le cercle présidentiel – signe que lui et son parti islamiste «ont leur mot à dire» –, ont relégué au second plan celui qui se présentait comme «l’alternative par excellence» au système en place.

Autre élément qui a chamboulé les calculs des décideurs, le poids des réseaux sociaux dans la mobilisation des citoyens contre le cinquième mandat. Le pouvoir n’a pas vu venir cette nouvelle donne dont il semble avoir négligé l’impact sur la rue. Rachid Nekkaz a bien compris l’importance de cet outil et s’en sert à outrance depuis qu’il a décidé de se frotter à la politique. Le candidat à la présidentielle a transposé ses actions qui ont fait sensation en France pour les adapter à la réalité algérienne, et l’hameçon semble bien avoir accroché si on en juge par l’accueil qui lui a été réservé dans certaines régions du pays.

L’alliance présidentielle, elle, reprend les mêmes recettes pendant que le citoyen réclame un nouveau menu sur sa table.

K. B.

Comment (36)

    EL MATRAGUE
    21 février 2019 - 15 h 57 min

    Il nous faut EL MATRAGUE pour redresser tout ca et le meilleur homme pour nous …. reste un militaire surtout Algérien. fils de chahid, pour mettre de l`ordre dans ce cirque (Amar ….Saidani, Ghoul, Benyounes… EL AMAMRA)…. Tous derrière vous Monsieur Ali Ghediri pour prendre EL MATRAGUE, et remettre de l`ordre dans ce carnaval fi Déchra. Après …on aura droit à des ministres intègre comme M. Benflis, Nekkaz, Djaballah, Mokri, pourquoi pas Louiza Hanoun comme ministre de l`Éducation….. Ensuite nos nouveaux services de renseignements auront la liste des biens pillés au peuple avec les Algériens intègres à l`étranger et commencera le rappariement des richesses (argent, cerveaux, ingénieurs, chercheurs…avec leur familles et leurs patrimoine. Le pays va exploser vers un avenir merveilleux.

    1
    1
    Anonyme
    21 février 2019 - 0 h 12 min

    Bouteflika malade et diminué, Ghediri, Benflis, Ouyahia, Makri, Nekkaz, ou quiconque des candidats à la Présidentielle même de haut niveau culturel, ne valent pas un candidat quelconque « islamiste », mais de l’ex FIS même de niveau primaire. Nous l’avons vu, vécu il y a 28 ans et la même conception et mentalité domine aujourd’hui.

    1
    13
    Nasser
    20 février 2019 - 23 h 54 min

    La majorité des algériens ne sont pas encore mûrs (ou assez cultivés) pour la démocratie et l’innovation! L’école ne s’y prête pas, la famille ignore les sujets, leur conception religieuse nie ces deux notions, leur niveau culturel et politique est très faible….Ils trouveront normal de voter un Président en leurs présentant seulement un photo … Leur niveau d’abstraction et de raisonnement est resté figé en 1980 …Les algériens ont donc les gouvernants qu’ils méritent! Si le FIS (d’il y a 28 ans) présente, aujourd’hui, comme candidat à la présidentielle Abassi ou Belhadj ou Ferkous, (ou seulement leurs photos) ils l’emporteront haut la main !!…..« Quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain » (Victor Hugo).

    11
    6
      kriba
      21 février 2019 - 15 h 53 min

      Comparer le savantissime sheikh Ferkous , aux criminels du FIS ca c’est de l’ignorance , ca y es vous avez sorti une sitation de victor hugo et on se sent plus pisser . Votre commentaire est rempli de fautes … Le soucis est bien la , il y a un grand fossé entre le peuple Algerien qui revient à sa religion , contrairement aux pseudo laics débiles , qui n’a ni diplôme mondain , ni savoir religieux , vous nous faites rire jusqu’au bout , vous voulez l’agrément non pas du créateur , mais de la France qui continuera à vous cracher dessus , soit disant en passant elle a bien raison vu votre comportement digne de lache . Et sachez une chose jamais une personne comme sheikh Ferkous ne se présentera à une élection , mais encore la vous faites parler votre niveau d’ignorance…

        Nasser
        22 février 2019 - 12 h 33 min

        Ferkous « savantissime » donc !
        Et toi? Sûrement son « douctourissime »?
        Il a inventé quoi avec ses ouailles comme vous? Le « tib ennabaoui »? La « roqia char3iya »? Les « sabaya »? Le « niqab » aux femmes? La pédophilie en mariant « licitement » les fillettes (pas les siennes)?…. ou bien, la gandoura, le doliprane, le micro, voiture ou l’avion que vous utilisez? Celui qui envoi les femmes en « niqab » dans les rues pour distribuer des « prospectus religieux » sur lesquels on lit les versets du Coran, des hadiths faux et des citations stupides? Celui qui a prêté allégeance au royaliste saoudien « medkhili » « ? Vous voulez lire la lettre? Vous ne savez pas que le particularisme des arabes, comme votre espèce, est que 90% de vos héros historiques ( depuis la mort du Prophète) sont des assassins, des sanguinaires, des violeurs? (C’est un azhariste anti-salafo-takfiriste qui le dit)
        Votre Ferkous est un perroquet, copieur, et radoteur! Et votre espèce suiviste des moutons! Votre « gourou » (vous l’annoncez avec « savantissime » ne fait qu’ingurgiter et « vomir » le « tourath » sanguinaires et inhumains d’il y a 13 siècles sans raisonnement; surtout celui de votre Grand chef « cheikh al islam » Ibn El khra!
        Parce que vous n’avez aucun sens de la logique, du raisonnement voire aucun sens civique! Des « bourourou » vos êtes quoi!
        Vous êtes des falsificateurs, des fossoyeurs, des menteurs, des manipulateurs. Vous pataugez dans un « islam », même pas « parallèle », mais inverse de celui du Coran. Vous irez sans aucun doute au Paradis rencontrer les « houriates » qui vous attendent!
        Vous savez combien de fautes d’orthographes et de syntaxes vous avez fait? Vous!

    Bootsyc
    20 février 2019 - 22 h 14 min

    Nekkaz candidat! Franchement, c‘est une honte. On dirait qu‘il n ya plus de vrais politiciens en Algerie

    9
    14
      Truefaith
      24 février 2019 - 6 h 40 min

      En quoi serait-il une honte ? Il faut du renouveau parmi Ghdiri ancien DRH de l’armée ou nekkaz homme d’affaires. Que celui qui saura mobiliser le peuple algérien par les urnes et dans l’action est le bienvenu. Bouteflika a fait du bon travail pendant des années, mais à présent il faut qu’il se repose. Si des personnes de son clan souhaitent diriger l’Algérie, qu’elles se présentent aux urnes et que le meilleur gagne démocratiquement.

    Abou Langi
    20 février 2019 - 17 h 32 min

    Cher Abou Stroff

    Merci pour ton auguste contribution, Cher Abou Stroff.

    C’est pour cette raison que ces jeunes ne devraient pas tenter de changer les choses qu’ils envient. Un jour peut-être, quand ils seront vieux et malades, ils voudront devenir président à vie eux aussi.

    Si Dieu le veut, youma idin ils ne voudront pas que des envieux comme eux aujourd’hui viennent les en empêcher. Pour l’instant, il ne veut pas; Et on ne peut pas aller contre sa volonté.

    Un bon musulman la youghiyirou ma bi ennassi hetta allahou youghayirou mabihim.

    2
    10
    Karamazov
    20 février 2019 - 17 h 18 min

    @Cher amigo Zaatar

    Ce que nous disons aujourd’hui nous l’avions toujours dit. Aucun parti , aucune force présente actuellement ne saurait bouleverser la situation car elles structurent aussi le système. Seul un événement extérieur inattendu ou généré aléatoirement d’une manière endogène pourrait emporter tout ce beau monde avec l’eau du bain.

    Il ne s’agit pas d’une incantation mais de logique. Il a y a des choses qui doivent s’arrêter et elles s’arrêteront.
    C’est une question de matérialisme historique , c’est darwinien.

    Reste à savoir comment ?

    11
    2
      Zaatar
      21 février 2019 - 2 h 09 min

      Cher Karamazov,

      Totalement d’accord. D’ailleurs c’est ce que dit la theorie. Meme Einstein a ete remis en place lorsqu’il ne voulait pas accepter l’image que lui renvoyaient ses equations. Le changement est inevitable. Rien n’est immobile ou eternel. Alors, ca nous remet sur le rail d’apophyse et son orbite qui croiserait celle de la terre en 2029 et 2036.

      5
      1
    Stop oujda
    20 février 2019 - 16 h 36 min

    Nous avons des maires nous?nous avons des plantons de Boutef dans chaque mairie.Ils n’obéissent qu’aux instructions.Cest pour ça que tout doit se renouveler de haut en bas .

    21
    5
    Anonyme
    20 février 2019 - 15 h 25 min

    Il faut pas chercher de midi à quatorze heure la (…) doit quitter le bateau mais c’est le timing qui lui fait peur

    19
    1
    Algeriano
    20 février 2019 - 13 h 43 min

    la realite c’est que ce sursaut populaire n’a plus besoin d’intermediaire pour exprimer le 22 son refus du systeme tout simplement , maintenant attendant pour voir l’evolution de la sitution. nous savons tres bien que le pouvoir lachera pas de sitot et il faut s’attendre a des troubles des mangeurs de kachir pour arreter ces elections et revenir aux annees 92.

    27
    6
    Felfel Har
    20 février 2019 - 13 h 41 min

    Ce que le pouvoir n’a pas prévu, c’est la réaction du peuple à l’annonce de la candidature de Bouteflika pour un 5ème mandat: « Barakat!, ça suffi!t », sont maintenant les mots d’ordre du peuple dans son immense majorité. Pour la première fois depuis 20 ans, le peuple exprime son ras-le-bol du mépris du pouvoir à son égard et son refus de participer à une énième mascarade électorale. Voter pour quelqu’un qui est quasi-inexistant sur la scène politique, c’est permettre aux hommes de l’ombre de régenter le pays, de le piller, de le ruiner et de le mener à la catastrophe. Le peuple ne veut pas accepter ce funeste destin, cette descente en enfer.
    En s’opposant au peuple, le FLN, le RND et les partis-croupions de Ghoul et de Benyounès qui s’acharnent à imposer Bouteflika, paieront plus tard le prix de leur entêtement. Ils auront choisi leur camp, celui des oppresseurs, des despotes, des affameurs, des fossoyeurs des espoirs du pays.
    La mémoire du peuple est infaillible! Viendra l’heure des règlements de comptes!

    56
    2
    MELLO
    20 février 2019 - 13 h 40 min

    Un climat politique vicié, une atmosphère opaque , un peuple tenu très loin de la chose politique, voilà pourquoi le patriote , le nationaliste Ali Ghediri s’est engagé dans cette compétition, bien que toute élection , en Algerie, ne peut aboutir à un changement. Ali Ghediri n’est pas étranger à ce système , qu’il connaît parfaitement bien . Sa candidature fait suite à cette tentative de baillonnement de ses positions sur un quotidien Algérien. Ali Ghediri n’est pas un OVNI venu de nulle part. Quant aux réseaux sociaux , maintes tentatives de verrouillages, ont été tentées par les différents responsables du secteur, mais comme le monde entier est à nos portes , l’Algérien ne peut pas rester à l’écart de ces TIC.
    L’arrivée de cette technologie peut bien servir à mettre en place le Vote Électronique qui fera barrage à toute tentative de falsification des résultats . Chaque voix d’un électeur est comptabilisée sans l’intervention des bureaucrates. Les fraudes électorales n’ont jamais cessé, y compris dans les pays les plus développés, mais allez comprendre comment une minorité peut gouverner la majorité. Malheureusement c’est sur ce terrain qu’évolue le système Algérien.

    25
    4
    NORD DEAN
    20 février 2019 - 13 h 10 min

    En se référant au titre de l’article : « … deux éléments imprévus dans l’élection présidentielle … »
    S’il y avait seulement et iniquement deux (02) éléments imprévus, on serai les plus heureux du monde.

    Allah yastarna ou yastar el moumnines. —

    12
    2
    lhadi
    20 février 2019 - 12 h 26 min

    La politique qui nous est donnée en spectacle par des marins d’eau douce qui naviguent à vue est affligeante.

    Elle engendre découragement et repli et assure tous ceux qui trouvent intérêt au fonctionnement du système actuel. Elle anesthésie le corps social en proie à toutes les divisons, les « sauve qui peut » et les peurs qui arrangent.

    Dans un tel contexte, il s’agit de remplacer la dépossession par l’appropriation, le silence par l’expression et de faire un point d’étape, de reprendre l’histoire et d’envisager l’avenir.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    19
    Zaatar
    20 février 2019 - 11 h 40 min

    L’imprévu, pour ma part, dans cette élection présidentielle serait ces jeunes qui rejettent dans leur majorité ce cinquième mandat. Le pouvoir en place qui voudrait faire passer la pilule s’obstine à tenir un langage qui risque de faire « exploser » la chose. Il parle avec le sentiment d’une « appartenance » (à lui) de tout ce qui pourrait avoir trait à l’état, ses institutions, ses richesses…etc. Même au niveau des promesses, le langage entretenu porte à croire que sans ce pouvoir en place rien ne pourra être tenu. Reste que les jeunes ne sont pas si naïfs que ça, et ce pouvoir n’a pas l’air de l’avoir compris. Tous ces laissés pour compte de ce système inégalitaire finiront par exprimer leur ras le bol un jour ou l’autre. Ils le font d’ailleurs savoir par le rejet de ce cinquième mandat. on attend (moi personnellement) que ces prochaines élections ne se passeront pas aussi tranquillement que le pouvoir pourrait l’espérer. Quelque chose sommeille quelque part, prêt à se réveiller le moment opportun.

    43
    5
      Karamazov
      20 février 2019 - 12 h 23 min

      Ave amigo,

      Cet imprévu n’est pas si imprévu que ça. C’est la seule chose qui puisse contrecarrer les plans et qui est invoquée dans toutes les incantations.

      Si on regarde le déroulement de ces élections on voit bien qu’aucun candidat qu’aucun événement planifié n’est en mesure de bouleverser la donne ou l’ordre des choses. Ni même se fixe cet objectif clairement pour être élu. Il n’y a que des promesses d’après.

      Il n’y a aucune possibilité d’ éviter la réalisation d’un scénario écrit d’avance sauf un autre scénario que tout le monde sait mais qui n’est pas écrit.

      14
      1
        Zaatar
        20 février 2019 - 13 h 14 min

        Azul l’ami,

        On sait que H’mida est très préventif et très méticuleux. ça je n’en doute pas un instant. Mais cependant, même s’il dispose de tous les thermomètres de la jeunesse, je ne crois pas qu’il ait sa véritable température. Rien qu’en analysant l’Anseij, la harga, les hittistes et les laissés pour compte dans le trabendo, l’informel…etc, on devine que quelque chose lui échappe soit dans la « sublimation », « la cristallisation », « l’ébullition », « point d’éclair », et autres « évaporation ». Et puis d’ailleurs, il ne peut pas tout savoir. Reste à confirmer cependant.

        17
        3
      Abou Stroff
      20 février 2019 - 15 h 59 min

      moua, je hais ces jeunes qui se mettent en travers de mon destin tracé nécessairement par……………… le Bon Dieu.
      en effet, je n’étais rien ou plutôt un moins que rien au début de l’année1999. depuis cette date et grâce à la politique judicieuse de notre bienaimé fakhamatouhou national (que Dieu lui prête vie jusqu’à ce que mort s’en suive) je suis devenu une chakhsia watania.
      moralité de l’histoire: la garantie de mes intérêts bien compris passe par la pérennisation du pouvoir de bouteflika (peu importe le prénom). et je me sens prêt à accepter que bouteflika demeure notre leader, même après sa mort. après tout, cela fait déjà des années que si aziz n’est plus vivant et quelques dizaines d’années de plus au pouvoir ne changeront guère la donne, n’est ce pas?

      7
      3
    Abou Langi
    20 février 2019 - 11 h 33 min

    Encore des nouvelles réjouissantes.

    Malgré qu’on sente quand même une hésitation dans ces conversions de dernière heure et à pas de loup parce que pour l’instant mazal ma ra.ayna enassou yedkhoulouna fi sabil Fakhamatoun afwadjène comme des vrais bigots convaincus, mais seulement en douce et individuellement c’est quand même rassurant de lire des articles qui vont dans ce sens même s’ils ne disent pas qu’ils y vont.

    Finalement à part ce trublion de Nekkaz qui fait tout ce qu’il peut pour mériter le bulletin que les égarés iront mettre pour lui le 18. Il n’y a pas de quoi s’alarmer.

    On va vers le cinquième mandat sur des roulettes car rien ne semble en mesure de contrecarrer la marche naturelle vers le cinquième mandat elladi kataba allhou lakoum.

    Si la Sainte alliance pour Fakhamatouna ne sort pas la grosse artillerie c’est juste parce qu’il n’ y a pas de quoi . On ne tire pas sur les mouches avec des obus.

    8
    30
    Anonyme
    20 février 2019 - 11 h 26 min

    quel que soit le candidat de l opposition , il va battre Bouteflika ; vue le refus de la jeunesse algérienne de ce systeme !et si jamais le systeme fait une manœuvre contre les prétendants de l opposition ce serait le chaos et l armée a intérêt à a ne pas intervenir cette fois ci car elle risque de mener l Algérie vers l inconnu et puis le TPI observe sérieusement la situation en Algérie ? ! à ce rythme Rachid Nekaz est bien placè pour damer les pions à l ensemble des prétendants ! et les grands perdants ça ne serait pas Bouteflika ,mais le FLN et le RND puisqu ils seront hors jeux en cas de disqualification de leur représentant ! ces deux partis a ce moment là signeront leurs fin politique car tous les algeriens demandent leur dissolutions ! Et c est ce qui justifient leur paniques et peurs de l avenir incertain !

    34
    3
      Séhab
      20 février 2019 - 13 h 43 min

      Et moi je vais vous dire que Nekaz il va être recalé par conseil constitutionnel!! je suis ni avec le système ni contre Rachid Nekaz.
      Pourquoi recalé?? a cause de sa résidence en Algérie qu’est inférieure a 10 ans et puis il est né a l’étranger. Maintenant vous allez me dire oui! Mais Bouteflika est malade, on le vois jamais, il est sur une chaise roulante et et et….
      Mais ça c’est une autre histoire beaucoup plus compliquée a vous l’expliquer… je pense même que je n’est pas besoin de vous l’expliquer vous savez aussi bien que moi pourquoi!
      c’est bien pour ça que tout ceux qui scandent « Rachid président » gaspillent leurs salive pour rien!! je trouve que c’est beaucoup mieux et plus sérieux d’utiliser sa salive et scandé pour le candidat le mieux placé pour contrer le système. Dans l’intérêt de l’Algérie qu’est tout simplement ALI GHEDIRI et ça c’est juste mon opinion en toute démocratie

      23
      5
    Nasser
    20 février 2019 - 11 h 07 min

    ALLEZ LES JEUNES! LA SIESTE EST FINIE
    RASSEMBLEMENT POUR VOTER GHEDIRI !

    65
    10
    Karamazov
    20 février 2019 - 10 h 41 min

    Je ne vois pas comment un nom jusque-là inconnu pouvait faire une entrée fracassante et raisonner comme le tonnerre dans un ciel serein.

    Il n’en fut absolument rien. Le Général est entré le plus normalement du monde dans ces élections sans tambour ni trompette.Je ne vois comment dans notre pays ce mot puisse-il frapper l’attention. Général? quel Général? Et ceux qui l’on rejoint ne l’ont fait qu’avec hésitation ou dans des rumeurs seulement. Et à l’heure ou on parle il n’est qu’un candidat putatif parmi d’autres. Il suffit de vous lire pour s’apercevoir qu’il ne se distingue en rien des autres candidats qui ne font pas grand bruit non plus.

    Reste le deuxième élément dont on ne voit pas encore l’impact sur le terrain. Jusqu’à présent les réseaux sociaux ne sont qu’un lieu de transfert des émotions sans vrai lien et sans influence sur le déroulement réel des rapports de forces sur le terrain.

    A vrai dire les jeux sont faits : toutes les supputations et les scenarii font partie du folklore habituel qui accompagnent chaque échéance électorale. Ils font partie du packaging.

    Le seul élément fondamental qui pique de suspense tout ce cinéma, et seulement parce qu’il en faut aussi pour agrémenter la morosité ambiante, est une inconnue : que se passera-t-il le 18 ?

    12
    22
    DZA
    20 février 2019 - 10 h 20 min

    Les réseaux sociaux sont un grand moyen de diffusion de l’information. La jeune population est plus branchée sur un Smartphone que sur les medias classiques, TV et presse écrite. Les jeunes dans leur grande majorité, vivent leur temps, leur époque, ils ne sont pas coupés du monde moderne, et surtout, ils ne veulent pas être différents, arriérés.

    La population qui s’intéresse à la politique et surtout aux élections, c’est celle qui est dégoûtée par la situation actuelle et qui désire un changement, celle qui veut une Algérie meilleure.
    Cette population, est certainement prête à accorder sa confiance à la personne qui a la capacité et le programme adéquat.
    Les gens ont compris qu’on ne fait pas du neuf avec vieux. Ceux qui désirent le 5éme mandat, veulent juste sauvegarder leurs intérêts et acquits.
    La population est plus consciente que ne pense pas le système. Malgré les miettes que le système a distribuées et qu’il distribue encore pour acheter les consciences, les gens ont compris qu’on ne leur a pas fait de cadeaux; lorsqu’il faut 30 ans ou plus pour avoir un logement, qu’ils y a plus de risque de mourir en entrant dans un hôpital, que s’ils veulent que leurs enfants apprennent quelque chose, il faut leur payer des cours privées, pendant que rentiers se sucrent sans retenue.
    Les temps ont changé. Li tab djanou, n’a qu’à partir.

    35
    4
      Elephant Man
      20 février 2019 - 10 h 36 min

      @DZA
      Les réseaux sociaux sont un grand moyen de PROPAGANDE et de DÉSINFORMATION ce ne sont pas les exemples qui manquent.

      10
      38
        DZA
        20 février 2019 - 13 h 18 min

        Tout autant le sont les organes publics officiels et leurs satellites privés. Propagande et désinformation . Et ce ne sont pas les exemples qui manquent.
        Merci pour l’info, … on apprend tous les jours .

        15
        1
          Elephant Man
          20 février 2019 - 13 h 55 min

          @DZA
          Quel est le dessein final des réseaux sociaux à votre avis et cette tartufferie de Zuckerberg au congrès américain …
          Comment croyez-vous que les printemps arabes arrivent…BHL n’a pas fait du porte à porte en Libye.
          Quant à la presse française je la qualifie de meRdias je n’ai pas de TV.

          3
          10
    the true
    20 février 2019 - 9 h 38 min

    Soyons sérieux. premièrement,il ne suffit pas de recueillir les 60000 signatures pour pouvoir gagner une élection présidentielle.il faudrait avoir des partisans partout dans les bureaux de vote à l’échelle nationale pour veiller à ce que ses voix ne soient pas volées au profit du candidat du pouvoir ou d’autres adversaires. deuxièmement,avec tout mon respect pour nekkaz,je trouve que c’est incohérent de se présenter à des élections présidentielles en Algérie après avoir échoué en lors des élections présidentielles en France . il s’agit de l’élection d’un président de la république.ou on se sent entièrement Algérien ou on se sent entièrement français.

    18
    20
    Rayes Al Bahriya
    20 février 2019 - 9 h 35 min

    Nekkaz est le BHL des printemps arabes !
    Réussira pas !
    EXIT NEK -JAZ LÉVY !
    Votons comme ds la publicité ! Votez éliminé!
    MOKRI va appuyer la liane présidentielle comme d’habitude, cet agent du pouvoir !
    Ghediri est le meilleur mais doit avoir une élite pour le soutenir !
    Voyons pour le meilleur ,
    A bon entendeur salut populaire .

    53
    11
    anonyme
    20 février 2019 - 9 h 35 min

    Juste pour info

    Entre 3000 et 4000 manifestants se sont rassemblés, ce mardi matin, devant le siège de l’APC de Khenchela.
    Ils sont en colère contre le maire de Khenchela, Kamel Hachoud, d’obédience FLN, qui a commis un geste provocateur hier, en publiant une vidéo de lui, probablement ivre, et affirmant qu’il refuse « chez lui » tous les candidats en dehors de celui de son parti, Abdelaziz Bouteflika s’entend.
    Les forces de l’ordre semblent pour le moment débordées par l’ampleur de la manifestation.

    31
    4
      Nasser
      20 février 2019 - 19 h 05 min

      Il est simplement ignare et idiot!
      S’il y a « un seul » joueur, il jouera alors contre qui?

    Anonyme
    20 février 2019 - 9 h 30 min

    Voilà que vous revenez à la raison Mr Karim B

    8
    1
    Anonyme
    20 février 2019 - 9 h 22 min

    Le peuple a le droit de refuser cette 5éme candidature de Bouteflika et il n’est pas normal de l’accepter.

    43
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.