Le FFS dénonce l’arrestation de trois militants du parti à Alger

FFS
FFS exige l’arrêt immédiat des poursuites et des intimidations. PPAgency

Par Sadek S. – Dans un communiqué rendu public ce mercredi, le Front des forces socialistes (FFS) a dénoncé l’arrestation de trois de ses militants qui distribuaient ce matin à Alger des prospectus appelant au boycott de la présidentielle d’avril prochain.

«Le Front des forces socialistes a organisé une action pacifique de distribution de l’appel à la mobilisation des Algériens et des Algériennes et au boycott du scrutin du 18 avril, au niveau d’Alger-centre», indique le communiqué du plus vieux parti d’opposition en Algérie, qui précise que «trois de nos militants, les camarades Kousseila Iddir, secrétaire national à la solidarité, le camarade Massinissa Boussekin, secrétaire national au mouvement estudiantin, et le camarade Mustapha Samet ont été arrêtés et emmenés au commissariat».

«Ces pratiques brutales et autoritaires, écrit le FFS, viennent confirmer les déclarations du régime de réprimer l’opposition et l’empêcher de mener campagne pour le boycott de la mascarade électorale. Elles constituent une entrave flagrante à la liberté d’expression et d’exercice politique».

Dans son communiqué, le FFS dit ainsi dénoncer ces arrestations. Il «exige l’arrêt immédiat des poursuites et des intimidations à l’égard des militants politiques de l’opposition». Le FFS n’a pas omis, dans son communiqué, de réitérer son «appel aux Algériens et aux Algériennes pour un boycott actif, massif et pacifique du scrutin présidentiel».

S. S.

Comment (4)

    MELLO
    21 février 2019 - 0 h 14 min

    La position du FFS reste la plus plausible dans une telle ambiance malsaine. Le boycott reste la meilleure des positions vis à vis d’un événement qui porte le nom d’élection. Le pouvoir à piétine le voeux de tout un peuple qui rejette ce 5e mandat. Les jours à venir nous éclaireront sur la vraie ‘identité du candidat du pouvoir , puisque celui qu’on nous propose ferait objet d’un retrait au profit du candidat qui a pris  » un grand risque » d’affronter le système dont il est issu. Quant aux militants du FFS arrêtés à la grande poste , ils ont été relâchés après vérification d’usage. Le refus d’obtemperer , à savoir refuser à la police de vérifier leurs sacs, eux qui distribuaient des flyers de boycott. Au final , la raison l’emporte.

    3
    1
    Stop oujda
    20 février 2019 - 21 h 24 min

    Le FFS a toujours boycoté les élections,mais le Boutef est rusé ,il a fait un discours en 2012 Tab Jnana,tous les partis croyaient que le scrutin allait être démocratique.HHHHHH c’etait encore une ruse d’oujda,il a donné quelque sièges au FFS pour qu’il se la boucle,et le voila bycotter encore une fois,mais cette fois c’est trop tard.
    Il faut aller à la rue,c’est ça le parlement maintenant.
    Allez les jeunes jusqu’au bout,moi je serai personnellement,j’ai préparé basket et jogging.Cette mafia si elle ne tombe pas maintenant,jamais elle tombera

    5
    4
    elhadj
    20 février 2019 - 18 h 22 min

    que le parti FFS boycotte c est son affaire mais qu il impose son diktat aux citoyens en polluant le climat par la distribution de tracts c est inacceptable au lieu d organiser des meetings d explication.

    4
    13
      Lamari mehd
      20 février 2019 - 19 h 36 min

      Ya el hadj (…) ,le FFS ne fait qu’agir de manière civilisée et démocratique…mange ton sandwich fromage+ cachir..et (…)

      12
      8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.