Ce député français d’origine algérienne qui s’est opposé à Macron au Parlement

Macron député
Brahim Hammouche. D. R.

Par Kamel M. – Il s’appelle Brahim Hammouche et est député de Moselle, dans l’est de la France. Français d’origine algérienne, le Dr Brahim Hammouche – il est psychiatre – a été le seul élu de La République en Marche (LREM) à avoir voté contre un texte proposé par son propre camp appelé «loi anticasseurs».

«Une démocratie sans contradiction, sans manifestation, sans expression du mécontentement n’est plus une démocratie», a souligné le député franco-algérien au micro d’un chroniqueur de l’émission «Quotidien» diffusée par TMC.

Pour Brahim Hammouche, la loi anticasseurs, préparée dans la hâte suite au mouvement des Gilets jaunes, «montre une forme d’autoritarisme». «Je ne dis pas que ce pouvoir est autoritaire, je dis [que] demain, il se peut qu’un pouvoir autoritaire se mette en place et aura tous les outils pour pouvoir faire – je dirais – la sale besogne», a argué Brahim Hammouche.

Au journaliste qui lui rappelait la phrase culte de Jean-Pierre Chevènement qui affirmait qu’«un ministre, ça ferme sa gueule et si ça veut l’ouvrir, ça démissionne», le député LREM a rétorqué, avec ironie, que «quand on est député, on ne peut pas devenir ministre, on ouvre sa gueule».

Brahim Hammouche est passible de sanctions pour ce qui pourrait être qualifié de non-respect à la solidarité partisane. Mais le député ne semblait pas inquiet outre-mesure par cette éventualité, se montrant, au contraire, serein et convaincu de la justesse de son vote par lequel il exprime sa crainte de voir la loi proposée par Macron servir d’instrument législatif pour porter atteinte à la liberté de manifester en France.

Une cinquantaine d’autres députés LREM se sont abstenus de voter la loi anticasseurs, créant ainsi un malaise au sein du parti fondé par Emmanuel Macon dans le sillage de sa démission du gouvernement socialiste sous François Hollande.

Le courage de Brahim Hammouche devrait faire des émules et inciter d’autres députés à faire barrage à Macron dont la politique semble, à leurs yeux, avoir dévié de sa trajectoire initiale depuis son avènement au pouvoir en mai 2017.

K. M.

Comment (12)

    Sacro-Saint
    1 mars 2019 - 18 h 58 min

    C’est un Français dans l’hémicycle de son pays la France. Il n’a fait que son travail à l’instar de tous les députés du monde qui n’appartiennent pas aux Républiques Bananières ou sous influence de certains lobby.
    Pour moi c’est un non événement, par contre, intéressons-nous plutôt à nos députés, là je pense, qu’il y’a du boulot et dans NOTRE intérêt.
    Quand à sa filiation Algérienne, c’est bon à savoir mais uniquement pour info, çà chatouille un peu notre ego pas plus. —

    LIBERTÉ DE S'EXPRIMER
    1 mars 2019 - 10 h 52 min

    Tres grand applaudissements pour monsieur Brahim Hammouche.
    Psychiatre de métier c’est au minimum un bac+10 il est très très loin d’être un idiot.
    La fibre d’algériens coule dans son sang il n’y a aucun doute.

    La liberté d’expression est définie par la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui dispose que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

    Ainsi, chacun a le droit d’avoir son opinion, ses idées et de l’exprimer par n’importe quel moyen et sous n’importe quel format. Le point sur la question.

    La liberté d’expression et son affirmation dans la loi
    L’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) réaffirme la liberté d’expression en disposant que « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. »

    La Convention ayant valeur supra législative, elle prime les lois nationales, y compris constitutionnelles, chaque État devant adapter sa législation interne aux exigences européennes.

    En outre, en droit français, la liberté d’expression est formulée aux termes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC) de 1789 et a donc valeur constitutionnelle, c’est-à-dire que les lois doivent respecter cette liberté.Liberté fondamentale : la liberté d’expression
    Le Conseil constitutionnel a précisé en 1994 que la liberté d’expression est une « liberté fondamentale d’autant plus précieuse que son existence est une des garanties essentielles du respect des autres droits et libertés. »

    La liberté d’expression est un droit universel qui constitue un élément de toute démocratie. Elle prend plusieurs formes : orale, écrite, audiovisuelle, culturelle, virtuelle, artistique, etc.

    La liberté d’expression regroupe plusieurs libertés distinctes :

    liberté de la presse ;
    liberté des spectacles ;
    liberté de l’enseignement ;
    libertés collectives de diffuser des opinions (réunion, association, manifestation)…
    Bon à savoir : la presse est indépendante, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de contrôle politique ou économique sur la production et la diffusion de journaux et magazines. De plus, la presse est pluraliste.

    La liberté d’expression se retrouve également sur le web : blogs, sites internet, réseaux sociaux, etc.

    7
    1
    Anonyme
    1 mars 2019 - 9 h 49 min

    @ On s’en fou de ce député 1 mars 2019 – 9 h 28 min Qu il tienne tete a Macron ou non c est une autre affaire….mais le courage de dire  » non  » quand il le faut,est un signe de caractere et une philosophie noble pour rejeter et refuser l inacceptable et ceci est un signe de fideleíte aux engagements pris vis a vis de ses electeurs….on ne tourne pas la veste aussi rapidement que l a fait Macron…

    12
    5
      Khekfane
      1 mars 2019 - 13 h 04 min

      quel hammouche vous piqué?

      dans monde démocratique

      le rôle d’un député est de traduire à haute voix l’opinion des ses constituants

      Rien d’extraordinaire, il est élu, oui
      Élu pas désigné , pour ce faire

      Et son compte en banque est scruté
      À la loupe

      dans ce cas ci il sajit d’un d’épuisé français

      S’exprimant dans l’hemicycle De l’assemblée française

      et non pas d’un footballeurs dlorigine algérienne
      😭

      2
      2
    On s'en fou de ce député
    1 mars 2019 - 9 h 28 min

    Il peut tenir tête à Macron, rira bien qui rira le dernier.

    2
    10
    Anonyme
    1 mars 2019 - 8 h 32 min

    Je tire mon chapeau…..un veritable gestionnaire de la mission que lui ont octroyes ses electeurs….la justesse du jugement et le courage politique ….de dire non…un exemple a suivre.

    16
    2
    Abder
    1 mars 2019 - 8 h 31 min

    Cet article est sans interet pour nous en general par contre il serais tres productif de l’inserer dans les annales de notre « noble » assemblee.

    15
    2
    Jazayria
    1 mars 2019 - 8 h 08 min

    Je salue votre courage Monsieur ! Voilà un homme de principe.
    Ce Macron a été propulsé au sommet de l’État pour accomplir un agenda bien précis. Les Français ont voté pour un gamin arrogant et sans expérience. Ils envoient des casseurs dans les manifestations pour détourner l’attention des français, et passer à la trappe toutes les revendications du peuple. Les médias mensonges sont complices de ce système. Il n’y a pas de démocratie en France, les sionistes ont pris le pouvoir, tout est contrôlé. L’état totalitaire est en marche…
    Il ne fait plus bon vivre en France.

    20
    5
    DZA
    1 mars 2019 - 7 h 12 min

    C’est là, toute la différence entre un député visionnaire à la culture politique conséquente, qui pense à l’intérêt de la Nation et des Citoyens.
    Et le député de la chkara, à la culture de trabendiste, et à l’esprit prédateur, pour qui l’Etat, (le Beylik), est une source d’enrichissement personnel.
    Tout est une affaire de culture. Les origines n’ont rien à voir.

    21
    3
      Zyriab
      1 mars 2019 - 9 h 08 min

      De toute évidence ce lecteur n’a aucune idée des mœurs française Devrait-on rappeler comment Juppé a était obligé de fuir au Canada Fillon obligé de refuser de se présenter aux élections Cahuzac et Woerth devant les portes de prison à pleurer de leur pardonner Avant de dire des inepties certain feraient mieux de tourner leur 14 fois

      7
      3
    Elephant Man
    1 mars 2019 - 6 h 56 min

    Ça c’est un député ! C’est tout à son honneur.
    Je ne vois pas l’intérêt d’une loi anticasseurs puisque le panel juridique existe déjà.

    18
    1
      Anonyme
      2 mars 2019 - 4 h 30 min

      J’ai remarqué à travers tes nombreux commentaires (Mme CH) que tu es toujours favorable aux manifestations en France, à juste titre. Par contre dès qu’il s’agit de manifestations en Algérie contre ton fakhamatouhou, tu deviens une vraie chiyatte. Le deux poids, deux mesures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.