Messahel prend part au Caire à la réunion tripartite sur la Libye

Le Caire Messahel
Abdelkader Messahel. D. R.

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a pris part, ce jour au Caire, à une réunion ministérielle de la tripartite sur la Libye qui a également regroupé les ministres des Affaires étrangères d’Egypte, Sameh Choukri, et de Tunisie, Khemaies Jhinaoui.

Dans son intervention, le ministre des Affaires étrangères a réitéré l’approche algérienne fondée sur le triptyque de la non-ingérence, l’équidistance et l’appropriation par les Libyens du processus de règlement de la crise dans leur pays, en rappelant l’importance du dialogue inclusif et de la réconciliation nationale pour la mise en œuvre du plan d’action onusien.

Il a également renouvelé l’appui constant de l’Algérie au rôle de l’ONU et aux efforts du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Ghassane Salamé, en saluant son action pour rapprocher les positions des parties et acteurs libyens en vue de la mise en exécution du plan d’action devant mettre fin à la transition politique en Libye.

Il a, en outre, rappelé le devoir qui incombe à la communauté internationale et au partenaires régionaux et internationaux de la Libye à accompagner les  Libyens sans ingérence dans leurs affaires intérieures sur la voie du dialogue et de la réconciliation nationale.

Cette réunion a été sanctionnée par l’adoption d’un communiqué qui met l’accent sur les préoccupations que soulève la situation sécuritaire précaire en Libye et réitère l’appui de la tripartie à une solution politique basée sur le dialogue et la réconciliation nationale, seule à même de mettre fin à la crise et permettre à ce pays de retrouver sa stabilité et sa sécurité.

Tout en rejetant les interférences étrangères en Libye, les trois pays ont réitéré leur soutien aux efforts des Nations unies et du représentant personnel du secrétaire général, Ghassane Salamé, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre du plan d’action à travers une démarche consensuelle et dans le cadre de l’appropriation du processus de règlement par les Libyens eux-mêmes.

Le communiqué de la tripartite souligne également l’importance de poursuivre la concertation politique entre les trois pays, y compris pour la lutte contre le terrorisme et son financement, comme il exprime leur soutien à la Libye dans la lutte contre cette menace et contre les fléaux connexes, notamment le crime organisé et le trafic humain.

Rappelons que cette réunion intervient suite à la réunion ministérielle de la tripartite tenue à Alger le 21 mai 2018.

R. N.

Commentaires

    Elephant Man
    6 mars 2019 - 5 h 20 min

    La Libye où le bourbier à l’irakienne bis…
    Salamé, père de la journalope de france inter, est un atlantoultrasioniste.
    Principe de Non Ingérence effectivement.
    Seule et unique solution est Saïf al-Islam Kadhafi pour une recouvrance pleine et entière de la souveraineté libyenne.
    Le général Haftar a démenti les médias britanniques qui dans la fake news ont parlé de mercenaires russes à la solde de l’armée nationale libyenne. Ce qui n’est pas sans rappeler la demande de Saïf al-Islam Kadhafi au Président Poutine.
    Savoir que même l’entité sioniste a ses propres milices pour piller le pétrole libyen.

    4
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.