Bouteflika s’est-il inspiré d’une note de l’armée pour la conférence nationale ?

Bouteflika document
Bouteflika à l'Académie interarmes de Cherchell en juin 2011. New Press

Par Karim B. – Un document attribué à des officiers de l’armée, et vraisemblablement rédigé par un ancien conseiller à la présidence de la République, préconisait, voici longtemps, les réformes radicales nécessaires pour changer de régime.

Dans cette note intitulée «Analyse de conjoncture, des origines de la crise aux perspectives, quoi faire, comment et pourquoi ?», les analystes estimaient que «progresser encore sur la même voie ou entreprendre une autre démarche qui ne soit pas en rupture radicale avec le passé risquerait de reconstituer les mêmes conditions de l’échec et d’éloigner définitivement l’espoir qu’une solution de sortie de crise existe».

«Aussi serait-il illusoire de croire arriver à œuvrer à la recherche de solutions aux tensions existantes sans prendre en considération l’exacte mesure des problèmes et l’identification des éléments de rupture à introduire dans la tendance lourde qui imprime son rythme à l’évolution de la crise», soulignait le document qui demeure d’une brûlante actualité.

La note suggérait une «reconstruction du paysage politique», telle que le prévoit, semble-t-il, le projet de la conférence nationale proposée par le président Bouteflika s’il maintient sa candidature et s’il est élu pour un cinquième mandat contesté.

Les auteurs du rapport voyaient en l’élection d’une Assemblée constituante «avec pour implication une désidéologisation de la Constitution» une nécessité absolue qui devait commencer par la dissolution «concertée si possible» de tous les partis politiques sans exception aucune, puis la recréation de partis politiques «sur la base de l’interdiction du retour de tous les sigles déjà existants», allusion au FLN, notamment, patrimoine commun à tous les Algériens.

Le document prônait également une «concertation sur la nature du nouvel ordre national interne à instaurer, ses principaux constituants, les principes qui le régissent et les équilibres qui le garantissent».

Est-ce la conférence à laquelle le Président sortant a appelé ?

K. B.

Comment (38)

    EL Che
    10 mars 2019 - 10 h 19 min

    La bataille n est pas entre Republicans et Islamistes , elle est plutôt entre Souverainistes et Libéraux.

    Les Souverainistes sont les patriotes qui veulent conserve l’état providence et tout ces mécanismes d’Auto defense qui résiste a la Globalisation/Privatisation.

    Les Libéraux sont en Générale les Riches Elites qui sont le Fer De Lance de la Globalisation (Nouvel Ordre Mondiale) et qui cherche a casse l’état Providence et s’accapare des richesse du pays par le biais de la PRIVATISATION……..

    C est ca la bataille qui fait rage en Algérie Patriote (Nationaliste) contre Capitaliste ( Internationaliste /Globaliste) –

    Tahya AL Jazayer w Allah Yerham Echouhada

    3
    3
    Anonyme
    9 mars 2019 - 21 h 49 min

    ATTENTION DANGER !
    GUEMAZI (ex du FIS membre fondateur) invité d’honneur de l’OPPOSITION lors de sa réunion ! Il s’est même permis de les inviter de faire une prière derrière lui !
    Il est clair qu’il y a tentative de L’opposition d’introduire le FIS au nom des manifestants, croyant qu’ils accepteront !!
    Guemazi a même lancé un appel (aux islamistes de son camp bien-sûr) à rejoindre les manifestations
    Il y a donc une grave tentative, de « l’opposition » de détournement des marches en se servant de l’ex fondateur du FIS !
    Ce sera un prétexte pour mettre un terme aux manifestations honnêtes et pacifiques si cette « opposition » est laissée parler au nom des manifestants !
    Ce sera la fin d’une contestation juste, propre et incontestable !
    Rejetons donc, en bloc, cette « opposition » opportuniste et manipulatrice qui ne cherche qu’à remplacer ce pouvoir, au nom des manifestants, et sans possibilité de changement du système !
    On vous dira alors « vous voyez que les islamistes dont derrière et vous manipulent »
    Dans ce cas, si l’armée intervient ce sera dans son droit le plus absolu….
    A suivre………….

    7
    6
    Hocine-Nasser Bouabsa
    9 mars 2019 - 21 h 45 min

    @ Sacro-Saint, 9 mars 2019 – 14 h 45 min

    J’adhère totalement au régime républicain que vous voulez pour l’Algérie « Démocratie, indépendance de la justice, Liberté des médias (presse), alternance au pouvoir, identité Algérienne (dans toutes ses composantes) … Etc. Dans un système basé sur l’équité, égalité des chances, répartition équitable des richesses ». Mais je n’adhère pas au concept français qui consiste à classifier les régimes politiques qui se succèdent dans un pays en différentes Républiques.

    De mon point de vue, on ne peut parler d’une nouvelle République que lorsqu’il y avait interruption (par exemple par un régime monarchique ou despotique qui abolit l’ordre républicain ancré dans la constitution). Or, ce n’est pas le cas en Algérie. Car la République Algérienne est née en 1962 et elle existe toujours. Maintenant si nous devions utiliser le concept de Républiques successives tout en étant conséquent, nous serions aujourd’hui, non pas à la deuxième mais à la septième République, puisqu’il y avait le coup d’état de 1965, la Charte nationale en 1976, la constitution de 1989, le coup d’Etat de 1992, la constitution de Zeroual et la constitution de Bouteflika.

    Et Maintenant c’est à mon tour de poser quelques questions :

    – Pourquoi, le concept de « deuxième République » est-il repris avec beaucoup d’insistance depuis un certain temps ?

    – Quelles sont les conditions à remplir pour déclarer la « deuxième République »

    -Croyez-vous que les problèmes du sous-développement soient résolus avec le changement de l’appellation.

    – N’y a-t-il pas une confusion entre les erreurs (mauvaise gouvernance) des hommes et celles du système.

    – Ne pensez-vous pas que les problèmes de l’Algérie sont plutôt liés à la personnalité négative et l’incompétence de Bouteflika et celles des hommes clé qui l’ont soutenu pendant 20 ans.

    Certes, la constitution de Bouteflika été volontairement truffée d’anomalies pour servir le clan. Donc militons ensemble pour l’échanger par une autre (celle de Zeroual fut très appréciée par les spécialistes) et militions ensemble pour installer l’Etat de Droit.

    4
    2
    EL KHOU
    9 mars 2019 - 21 h 22 min

    Je me demande si cette note n’est pas de l’ancien vice ministre de la défense décédé récemment Feu Abdelmalek GENAIZIA alors conseiller militaire à la présidence.

    NORD DEAN
    9 mars 2019 - 19 h 49 min

    Pour donner un dernier coup de grâce à ce régime, partagez sur tous les réseaux sociaux :

    Le prochain « PRIX NOBEL DE LA PAIX » doit être discerné au « PEUPLE ALGÉRIEN » qui a donné une leçon à toutes les Nations dans ce domaine.

    De toutes les manifestations dans monde et de tous les temps, on n’a jamais vu un soulèvement dans la joie et une « Révolution Tranquille ». .

    5
    2
    Blida
    9 mars 2019 - 19 h 09 min

    Juste un ‘ptit’ addedum: j’aimerais savoir ce qu’on entend exactement par le système ?
    si je pose la question, c’est parceque Bouteflika et la Présidence ne sont qu’une partie du système. Une partie qui est là depuis seulement 20 ans !
    Qu’en est-il des fameux ‘autres’ ? qu’en est-il de l’armée, du DRS même dans sa nouvelle mouture ???
    ces 2 autres pilliers sont là depuis l’indépendance contrairement à Bouteflika !!!
    Que penser alors de ces menaces claires du chef d’état major ?

    Je trouve que c’est un peu trop facile de tout faire porter sur le seul clan Bouteflika ! Certes il n’a pas été irréprochable mais il a fait de bonne choses tout de même. Il est vrai que depuis 2013-14, son clan est allé bien au delà de ce qui est tolérable comme il est vrai que cette mascarade aurait dû être terminée en 2014. Ce 4me mandat a été simplement de trop.

    Maintenant, je pense que Bouteflika est fini mais il faut faire attention à ce qu’il ne soit pas remplacé par un autre Bouteflika voire pire ! le changement c’Est bien mais il faut s’assurer que ce sera en mieux

    Bien à vous

    6
    4
    Norebi
    9 mars 2019 - 16 h 49 min

    Ils ont dilapidé l’Algerie ,le peuple ne peut oublier les dépassements, la corruption, l’injustice, quand à Ouyehia qui a eu l’audace de déclarer à la télévision  » affame le chien il reconnaîtra son maître  » djoua3e El Kelbe ya3rafe moulehe , les gouvernants du système sont arrivés à insulter le peuple, sans s’en inquiéter, les limites ont été dépassés, alors qu’ils dégagent du pouvoir qui n’est pas le leur.

    12
    6
    Lahouaria
    9 mars 2019 - 16 h 43 min

    Abdelaziz Bouteflika n’a pas démissionné ni Ahmed Gaid Salah d’ailleurs

    9
    9
    صالح/ الجزائر
    9 mars 2019 - 14 h 45 min

    Est ce que la constitution est respectée et appliquée par le premier magistrat du pays , et son entourage , pour aller plus loin à l’«Analyse de conjoncture, des origines de la crise aux perspectives, quoi faire, comment et pourquoi ?»?.
    Un adage populaire dit : moi je lui montre le chemin, alors que lui me montre les traces (أنا نوريلو في الطريق هو إوريلي في الجرة) .
    Quelque soit la voie ou la démarche à entreprendre , pour soit disant arriver la «reconstruction du paysage politique» , les demandes du peuple ne sont pas aussi compliquées pour attendre les suites hypothétiques des analyses , concertations , reconstruction , conférence nationale , assemblée constituante … à fin de les exaucer .
    Les mêmes fléaux ravageurs, tels que corruption , clientélisme , régionalisme , « moualat » , incompétence , vole , hypocrisie , arrivisme … et autres , sont combattu par tous les régimes politiques suivis dans le monde , quelque soient leur coloration , de l’extrême droite à l’extrême gauche , en passant par la DI .
    Ces « valeurs » ne sont cotées et valorisées que malheureusement par le système de gouvernance algérien , surtout depuis l’avènement de la république des «Fils de…» , dans Dzaer al izza wa al karama .

    7
    2
    SaidZ
    9 mars 2019 - 13 h 57 min

    L’après bouteflika est entrain les main de notre valeureuse armée populaire. Il y a que notre armée qui puisse remettre notre pays sur les railles et dans la direction de la justice, fraternité, égalité et du développement.
    Notre armée se doit d’y intervenir dans l’intérêt suprême du peuple algérien qui jusqu’à là n’a que trop souffert. L’Algérie ne peut pas rester prisonnière des oligarques et familiale, NON L’ALGÉRIE EST UNE RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE EST POPULAIRE.
    L’armée doit dans l’urgence faire:
    – mettre fin au gouvernement.
    – assurer une sortie honorable à boutef, pour ne pas envenimer les choses ..
    – déclarer que le fln est désormais marque déposée exclusivement au peule Algérien et plus personne ne peut parler à son nom.
    – organiser une conférence nationale avec aucune personne ayant déjà eu un pouvoir quelconque sur la population, du sang neuf que du neuf.
    – la légitimité historique est fini.
    Désormais, le pays appartient au jeunes . Vivement un président de moins de 60 ans et des ministres jeunes issus du peuple OUI DU PEUPLE, LE VRAI!
    Vive l’Algérie, gloire à nos martyrs et vive l’armée populaire.
    Par le peule et pour le peule.

    11
    5
    La Viriti
    9 mars 2019 - 13 h 08 min

    L’auteur de l’article omet de dire que Bouteflika n’a aucune légitimité pour organiser quoi que ce soit et sûrement pas une conférence nationale qui est l’antithèse de son mode de go8vernance tribal et régionaliste.
    L’auteur de l’article parle de la proposition d’un président qui a viole la constitition et qui est de facto hors la loi.

    Enfin si Bouteflika était en bonne santé au jour d’aujourd’hui, il n’aurait même pas songer 1 demi seconde à cette conférence nationale. Il aurait continuer à nous gérer par injonction, par mépris et au sein de sa tribu pour exécuter caprices et pulsions destructrices.

    Dommage que l’auteur de l’article ne mette pas en perspective la pseudo decision ( forcée par la mobilisation du peuple ) de Bouteflika d’une conférence avec le fait que la famille Bouteflika et sa tribu était juste dos au mur et coincés….

    26
    3
    maori
    9 mars 2019 - 12 h 20 min

    Tous les militaires algériens sont issus du peuple, ils ne sont pas descendus du ciel, ils ne sont ni prophètes ni princes ni anges ni diables. Il est louable que parmi eux il y ait un think tank ou, comme l’on veut, un brain trust qui analyse la société algérienne, tant au niveau de ses structures politiques qu’au niveau de ses structures sociale , économique educationnelle, voire même culturelle ou religieuse. Cette implication ne peut-être que positive pour le développement du pays, sa stabilité donc sa préservation et de facto sa défense. L’armée n’est pas une tenue, une casquette avec une tresse la plus compliquée et impressionnante possible au dessus de la visière et des galons aussi impressionnants sur les épaulettes. L’armée est un membre corporel du pays et de son peuple. Son rôle, son obligation, c’est que le corps fonctionne en parfaite symbiose avec un maximum de sécurité pour tout le monde. L’armée ne peut-être apolitique mais doit avoir, comme on le ressasse tous les jours, un devoir de réserve par rapport à la gestion des gouvernements et de leurs administrations. Elle ne doit s’impliquer que s’il y a péril pour le pays, comme on l’a connu lors des années de sang que nous avons vécu, mais elle ne doit absolument pas prendre position pour le parti ou la personne au pouvoir et se dresser contre le peuple et sa juste volonté…..

    10
    2
    TARZAN
    9 mars 2019 - 12 h 14 min

    tout est parti de la candidature pour un cinquième mandat, et je pense que les élections doivent être reportées sine die pour organiser une conférence et un dialogue entre algériens pour trouver un très bon candidat qui doit être ouvert d’esprit, pour une économie ouverte à tous les pays du monde et non plus qu’à la france, et garder la frontière avec le maroc fermée jusqu’à ce que ce pays devient une république!!!…

    13
    9
      Elephant Man
      10 mars 2019 - 5 h 06 min

      @Tarzan
      Ah non Tarzan, l’Emir Abdelkader la référence FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART POUR TOUJOURS
      Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.

      1
      1
    Tredouane
    9 mars 2019 - 11 h 25 min

    Il est plus que claire et même vitale que certains des pseudos politiques devrais être écartés de la seine politique;car non seulement incapable de générer des solutions immédiate, ils sont sans la moindre perspective d’avenir, pour être plus claire j’estime que nous n’avons plus besoin de pseudos politiques qui jouent un rôle de figurant en contre parti de privilèges,cela est dangereux.
    A mon avis trois grandes tendances politiques réel existes au seins de la Nation qui devrons être canalisé sous forme de partis politiques représentatif.

    5
    1
    Norebi
    9 mars 2019 - 10 h 33 min

    Pas besoin de trop commenter , le peuple a dit non , au système, le peuple réclame l’indépendance du 5 juillet 1962 , le système doit rendre cette indépendance au peuple algériens point barre.

    18
    6
    Anonyme
    9 mars 2019 - 10 h 12 min

    Bonjour, cette initiative d’organiser une conférence Nationale avec la participation de tous les acteurs qui représentes les divers Catégories sociales est très intéressante cela va surement éviter un Chaos qu’on a déjà connu dans les années 90 et ainsi permettre une transition pacifique et intelligente, et pour les gens d’actuel pouvoir et les précédents cette conférence leurs permettra une amnistie et une sortie de la grande porte, un changement d’un régime comme le demande le peuple se fait dans un pays intelligent avec la douceur et le temps…

    8
    15
    A3ZRINE
    9 mars 2019 - 10 h 12 min

    Tous savaient ce que devait se faire, tous avaient les solutions du problème mais personne n’a osé le proposer ou l’imposer. Vous attendez que des millions d’Algériens sortent dans la rue pour dévoiler ces propositions ? Si tel est le cas je dirais que ces propositions n’arrangent pas les affaires de pas mal de monde, ça signifie la fin des privilèges et le traitement exceptionnel dont bénéficie une minorité de nantis qui a mis la main sur toute la richesse du pays.

    21
    3
    elhadj
    9 mars 2019 - 10 h 10 min

    ne méprisez pas pas l intelligence et la maturité politique du peuple algérien en tentant de lui faire avaler les pseudo messages d un président affaibli, inconscient et dont les fonctions vitales sont menacées selon les révélations d un quotidien du pays ou il est hospitalise et sans que les citoyens ne soient légitimement informés de l état réel de son état de sante et qu on tente de leur imposer pour un autre mandat de 5 ans.le peuple est conscient que les rênes du pouvoir détesté et rejeté sont tenus par une oligarchie qui manœuvre sans légitimité et dans l opacité .les grandioses manifestations populaires révèlent en effet la colère du peuple et le rejet du système qui a conduit le pays a la faillite et a la mal-gouvernance.un renouveau s impose selon l exigence du peuple souverain qui rejette le 5 eme mandat et le renvoi des dirigeants actuels qui se sont érigés en tuteurs des citoyens.

    10
    3
    El pueblo
    9 mars 2019 - 10 h 06 min

    Un travail de longue haleine est à entreprendre, le peuple a vécu la facilité et la médiocrité à tous les niveaux, et est il prêt à relever ses manches et suer? ‘c’est ici beyt el qassid)
    Dilemme pour moi et mission ardue

    11
    1
    Anonyme
    9 mars 2019 - 8 h 51 min

    Encore ces militaires qui se prennent pour les tuteurs du peuples!!!!! En quoi ces ghediri Benhadid …etc en plus de crédit que tous les autres algériens ???
    Messieurs les militaires vous avez dévoyé la révolution, vous vous êtes retourné contre l’autorité légitime et les moudjahidines authentiques, vous avez commis putsch sur putsch et avilisé les algériens, vous avez tiré sur les algériens, vous avez créé le terrorisme, et malgré tous ça vous prétendez encore gouverner les algériens

    10
    8
    Ca suffit
    9 mars 2019 - 8 h 50 min

    Je vois que ceux qui défendent les fantomatiques et chimiatre Polisaro commencent a s’inquiéter ….
    Les vrais algériens cherchent la paix et l’union pour eux et pour leurs enfants et non pas le séparatisme et la division , deja 3000 milliards partie en fumée pour deviser et nuire au pays voisin de l’Ouest
    Ca suffit !!!

    9
    25
    Hocine-Nasser Bouabsa
    9 mars 2019 - 8 h 15 min

    Hands out from Novembre 1954 et le Congrès de la Soummam

    – C’est quoi cette chanson de deuxième république ?
    – C’est quoi cette idée de « désidéologisation de la constitution » ?

    On a l’impression qu’un clan oligarchique veut surfer sur la révolte populaire pour couper l’Algérie de ses fondations Novembristes et Soummamistes, afin de l’embarquer dans un bateau ultra-libéraliste sauvage et sans port d’ancrage.

    Le PEUPLE ne veut qu’une chose: éradiquer la corruption, dont les oligarques qui réclame le libéralisme sont à l’origine, sont à l’origine, et instaurer la justice sociale réelle et l’Etat de droit.

    Les géniteurs du fantasme de la «deuxième République» en Algérie, à court d’idée, se sont s’inspiré du modèle français avec la classification de ses Républiques. Ce n’est que du baratin de mauvaise intention et du perroquisme purs.

    Le système capitaliste que souhaite établir ces oligarques est out. Il est en fin de cycle. La preuve: l’occident est en crise économique. A l’opposé, la Chine avec son parti communiste a accompli un miracle avec un système monolithique. L’Algérie avait pendant le règne Boumediene un système d’éducation performant et une excellente croissance économique qui a permet la création d’un tissu industriel dense, que Chadli, la guerre civil, Bouteflika et les prédateurs oligarchiques, qui réclament la deuxième République, ont détruit. Et pourtant le système de Boumediene était aussi monolithique

    Le problème ne réside pas dans les textes, mais dans leur application. La constitution de Zeroual doit être rétablie et appliquée.

    24
    16
      Anonyme
      9 mars 2019 - 8 h 52 min

      Tout à fait d’accord. Nous n’avons pas besoin de constituante, c’est du maquillage. Il faut être lucide, on peut avoir des gens qui profitent de cette situation pour désalgérianiser les fondements de notre personnalité collective. Il faut être intraitable avec la fidélité aux références historiques. La constitution de Liamine Zeroual est impeccable. On s’en fiche des mots « 2ième République », ce ne sont que des mots, à nous de ne pas tomber dans les travers de la publicité politique fréquente en France. La France n’est pas un modèle pour nous, il suffit de les regarder… Nous devons avoir nos références, nos modes, notre personnalité.
      Il faut un nouveau président avec les meilleurs experts de l’Algérie aux commandes. Le clan Bouteflika doit partir, nous en sommes rassasiés à en vomir.

      12
      6
      Sacro-Saint
      9 mars 2019 - 10 h 29 min

      @Hocine-Nasser Bouabsa, bonjour mon frère
      Votre point de vue est plausible et recevable en matière à discussion, s’il n’était pas enveloppé … Je dirai : d’égocentrisme.
      Exemple : « Le PEUPLE ne veut qu’une chose… »,  » La constitution de Zeroual doit être rétablie et appliquée » …

      Affirmer plutôt :  » je pense que le PEUPLE ne veut qu’une chose… », La constitution de Zeroual doit être à mon sens rétablie et appliquée. »…

      Sinon qu’elle différence, entre vous et ceux qui nous imposent leurs idées. ?

      Amitiés.

      12
      2
        Hocine-Nasser Bouabsa
        9 mars 2019 - 12 h 46 min

        Votre critique est recevable. Il ne s’agit pas d’imposer mais d’échanger les opinions.

          Sacro-Saint
          9 mars 2019 - 14 h 45 min

          @Hocine-Nasser Bouabsa 9 mars 2019 – 12 h 46 min
          Votre réponse dénote dans mon jugement que vous étés très éduqué et Oulid Familia, ce qui ouvre un débat pour informer, enrichir, améliorer, réajuster, contredire, démentir … nos opinions respectives dans un respect mutuel. Quel beau trésor culturel.

          Alors permettez-moi juste de poser quelques questions. Si je pense dans mon for intérieur qu’une 2e République est :
          Démocratie, indépendance de la justice, Liberté des médias (presse), alternance au pouvoir, identité Algérienne (dans toutes ses composantes) … Etc.
          Dans un système basé sur l’équité, égalité des chances, répartition équitable des richesses … Pour en finir avec la première qui date de 1962.

          Suis-je ?
          1 – Un géniteur du fantasme, à court d’idée, baratineur de mauvaise intention … ?
          2 – Contre les idées du Congrès de la Soummam ou à l’inverse, complémentaire et/ou prolongement ?
          3 – Un perroquet, singeant « les bonnes idées des étrangers », ou moderne en les imitant à utiliser leurs technologies (Voitures, portables, paraboles, internet …) ?

          Enfin, après vous avoir donné ma conception des choses. Ne trouviez-vous pas que nous avons le même objectif en empruntant des chemins différents ?

          Amitiés. —

          2
          1
      Blakel
      10 mars 2019 - 0 h 04 min

      @ Hocine-Nasser Bouabsa
      « Le système capitaliste que souhaite établir ces oligarques est out. Il est en fin de cycle. La preuve: l’occident est en crise économique. A l’opposé, la Chine avec son parti communiste a accompli un miracle avec un système monolithique. »
      Le système politique chinois est plutôt monolithique certes, mais ça fait longtemps qu’il n’est plus communiste, économiquement parlant. C’est un système capitaliste, avec tutelle étatique, et les oligarques existent en Chine.
      « Le problème ne réside pas dans les textes, mais dans leur application. La constitution de Zeroual doit être rétablie et appliquée. »
      La constitution actuelle est quasiment la même qu’à l’époque de Zeroual. La disposition qui prévoyait la limitation des mandats à deux, a été rétablie, après avoir été supprimée par fakhamatouhou. Comment se satisfaire d’une Constitution, qui permet au Président de la République de nommer directement un tiers des membres du Conseil de la Nation (Sénat). Cette disposition (digne d’une république bananière) inchangée depuis, date de l’époque de Zeroual.

    Hibeche
    9 mars 2019 - 7 h 58 min

    D’abord, AP, de grâce, épargnez nous les phrases Bouteflika à dit, Bouteflika a fait, Bouteflika ceci, Bouteflika cela. Tous les lecteurs d’AP savent que fakhamatihi ne dit rien, ne fait rien depuis 6ans.
    Pour la conférence, pourquoi ça n’a pas été fait depuis ces dernières années? pourquoi attendre que les algériens se soulèvent pour en parler ? pourquoi ne pas la faire dans les 3, 4 mois prochains sans parler, ni vouloir élire Fakhamatouhoum ?
    Le proposer maintenant, tout le monde pense à la diversion, et à gagner du temps pour faire avorter le mouvement en imposant fakhamatihi même post mortem

    31
    3
    Ali 6
    9 mars 2019 - 7 h 32 min

    Comment faire confiance à un régime qui à toujours menti et manipuler,seule est unique feuille de route c’est la proposition du général Hocine Benhadid,il nous faut des personnes intègre et très bonne famille honnètes et compétents,

    39
    3
    Abdelkader Madani
    9 mars 2019 - 6 h 45 min

    Trés bonne chose….Si la prétendue note vraiement existe, et sera prise en considération par les boutef ,Gaid salah & co.
    Pourquoi pas? les meilleurs cadres de la nation sont chez l’armée.
    J’en connais pas mal de majors de promotions des universités et écoles superieures des années 80-90, qui sont aujourd’hui les vrais cadres de l’ANP.
    Oui on avai le droit d’avoir peur d’une junte commandée par des anciens moudjahidines et des fils de Degaule de la promotion Lacoste.
    Alors ni ouled frança, ni legitimité révolutionnaire.Il est primordial pour sortir de la crise de passer le flambeau á toute une autre génération et arrêter de tergiverser.

    11
    10
    Anonyme
    9 mars 2019 - 6 h 45 min

    Le problème ne réside pas dans le nom des partis, mais dans les personnes qui composent ces partis ainsi que le gouvernement et les autres.

    Le peuple vous dit : RAS LE BOL DE VOS CHARLATANS BOULITIQUES = BOULIMIQUES.
    La compétence doit retrouver sa valeur. La promotion de la médiocrité a tué la société Algérienne.

    38
    Antisioniste
    9 mars 2019 - 6 h 12 min

    Je viens de me réveiller, et je viens de lire cet article qui parle de la source d’inspiration de l’appel du président sortant. Non mais sérieusement qui peut encore croire que le président sortant a une quelconque idée de ce qui passe autour de lui en ce moment ?
    Beaucoup, pour ne pas dire tous les observateurs du mouvement contestataire populaire algérien survenu le 22 février à travers l’ensemble du territoire national l’on comparé au temps de l’indépendance de 1962. Ils ont probablement raison, je ne le sais pas, car moi je suis née après que la messe a été dite, un peu comme cette jeunesse qui ne m’a pas déçu et m’a rendu très très fier de mon algérianité. Les observateurs oublient qu’à cette époque les liesses populaires qui défilait célébrer à juste titre une indépendance survenue après 7 années de combat acharné contre la France colonial. Ils oublient que nous étions au bord d’une guerre civile entre l’armée des frontières et celle de l’intérieur, et que la lutte pour le pouvoir avait commencé bien avant cette indépendance (tripoli). Ils oublient surtout que depuis ce temps-là jusqu’à maintenant rien n’à changer, excepter cette admirable jeunesse qui est sortie manifester, et les nouvelles technologies qui était inexistante auparavant dont elle se sert aujourd’hui pour communiquer et se coordonner en temps réel.
    En entend encore certains se demander qui a bien pu organiser tout cela ? Certains parlent de mains étrangère, d’autre d’une manœuvre des tenants du pouvoir, d’autres vois la vengeance du général Toufik, canvas, tartempion, et pourquoi pas les extraterrestres tant qu’on y est. Personnellement je crois que cette jeunesse nous a tous surpris, elle a tétanisé les tenants du pouvoir malgré les moyens dont ils disposent. Elle a révélé la complaisance de beaucoup, et la petitesse de ce que nous avons appelé pendant des décennies l’Elite et l’opposition qui ont été incapable de trouver un terrain d’entente, et encore moins une alternative, et pendant que cette Elite et les tenants du pouvoir se crêper le chignon, si je puis dire, cette jeunesse les regarder tantôt avec dégout, tantôt avec amusement jusqu’à ce qu’elle entend et comprend le terme de RUPTURE. Le 22 février a était à la fois la date de cette rupture, et le point de non-retour.
    Terminer la résignation et le silence, fini les manipulations et la complaisance, place à la transparence, à la vrai liberté d’expression, à la vrai démocratie participative, au travail producteur et aux salaires équitable, à la justice sans bandeau pour qu’elle voit ce qui se passe réellement afin d’établir l’équité. Terminer les passe-droits et les dessous de table, le peuple est dans l’équation maintenant, et son verdict est sans appel.
    Nous sommes actuellement déjà dans la transition, et cela n’est pas le fait des tenants du pouvoir ou de la dite opposition, et encore moins de « la main étrangère ». C’est le fait de la haute conscience des enjeux et de la volonté déterminé du seul souverain dans ce pays qui la dit imposé et démontré clairement, je parle de son Excellence le PEUPLE ALGERIEN.
    Comme je l’ai déjà dit dans plusieurs de mes commentaires sur ce même site AP, dans l’équation politique algérienne depuis 1962 les jeux ont toujours était fait entre tenants du pouvoir et « opposition », et ça s’est presque toujours terminer en pugilat pour ne pas dire plus. Pendant 57 ans son Excellence le Peuple Algérien a été plus que patient, plus que raisonnable, il a été un absent utilisé dans l’équation à ses dépens. Mais les tenants du pouvoir ainsi que la dite opposition ont magistralement démontré leur faillite et leurs échecs malgré l’abondance de richesses multiple dans se pays, dont la plus grande et la plus efficiente a toujours était le génie de ce peuple algérien bouillonnant, mais silencieux et résigner jusqu’au 22 février 2019. Maintenant les surfeurs opportunistes veulent et tentent d’utiliser (à défaut de s’approprier) se formidable soulèvement pacifique civilisé et parfaitement bien organisé qui démontre la maturité que j’avais déjà pressentie dans cette jeunesse qui a fait couler des larmes de joie sur toutes les joues des patriotes qui croyait comme moi qu’ils allait quitter se monde en laissant se pays entre les mains étrangères de l’intérieur. Les tenants du pouvoir sont dans l’improvisation, car ils ont été non seulement surprit, mais carrément dépassé par les évènements qu’ils croyaient improbable pour ne pas dire impossible, arrogance oblige.
    Les revendications du peuple sont claires et elles sont un droit légitime, et étant donné le vide politique évident et l’incapacité de la dite opposition de trouvé un terrain d’entente et une alternative, il revient au peuple de designer des personnes intègre et compétentes capable de parler en son nom, et lui rendre ses droits. Je ne parle pas au nom du peuple, mais j’en fais partie, ma suggestion n’est rien d’autre qu’une suggestion.
    Puisque nous voulons la rupture pour récupérer notre pays et nos droits légitimes, et c’est ce que nous voulons, nous allons offrir aux tenants du pouvoir une sortie honorable, à défaut d’un jugement équitable qui leur serait fatal à tout point de vue, et leur cafouillage flagrant me laisse pensé qu’ils sont conscient de se risque, à moins qu’ils ne veulent se suicider. Pour ce faire nous n’avons pas besoin de « politiciens » dans cette phase pour nous représenter en tant que porte-parole de nos revendications, mais de personnes patriotes compétentes et sérieuses. J’ai longuement réfléchie à se cas de figure, et j’ai pu trouver des personnalités algériennes qui peuvent faire l’unanimité, et nous représenté pour qu’on reste dans la légalité et le civisme, ainsi que le pacifisme.
    …..
    Nous devons continuer à investir la rue incessamment durant tout le temps qu’il faut pendant que nos représentants négocient une sortie de cette crise qui a assez durer, et qui doit prendre fin dans les plus brefs délais, selon nos conditions pas les leurs. Car nous avons un pays entier à construire et à faire évoluer, autant dire que c’est un travail de titan qui nous attend, et je suis sure qu’ensemble nous réussirons.

    25
    3
    Elephant Man
    9 mars 2019 - 5 h 22 min

    Je vais être pragmatique le changement de sigle de partis politiques pour quel résultat.. Le cas de la France le RPR devenu l’UMP, l’UDF devenu MoDem, l’extrême droite FN devenu RN rassemblement national… Au final ça ne change rien.

    31
    11
    AB;
    9 mars 2019 - 4 h 49 min

    Salam, personnellement il faut un ex militaire pour assurer la transition que ce soit MR GHEDIRI ou un autre , le peuple n a pas d autre choix ,l’opposition est discréditée et n est pas à la hauteur de l enjeu et je dirais même elle est dépassée part les événements .Je réitère ma sympathie pour cette nation et jeunesse Algérienne la CLASSE !!!!

    17
    25
      Elephant Man
      9 mars 2019 - 5 h 16 min

      Ghediri est pour l’ouverture des frontières !!!!
      C’est rédhibitoire.

      19
      26
        icialG
        9 mars 2019 - 19 h 46 min

        SI Ghediri prend des décisions qui vont a l encontre de a volonté du peuple ,autant garder l ancien système de mais parait qu il s est retirer de la course on ne sait pourquoi

    Anonyme
    9 mars 2019 - 4 h 39 min

    Et est-ce ce que Ghediri avait en tête ?

    10
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.