Réaction unanime : la fermeture de l’université est une «provocation»

Hadjar décision
Le ministre Hadjar au rassemblement du FLN à la Coupole. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Pour sa première mesure prise après les manifestations gigantesques de vendredi dernier, le gouvernement s’enfonce. La décision annoncée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’avancer les vacances de dix jours, dans le but, inavoué mais facile à comprendre, d’éloigner momentanément les étudiants des manifestations populaires contre le cinquième mandat, est non seulement rejetée par les collectifs étudiants et enseignants d’un grand nombre d’universités du pays mais, plus grave encore, risque de provoquer de nouvelles tensions, en poussant les étudiants à mener des actions plus radicales.

D’ailleurs, plusieurs appels ont été lancés à travers les réseaux sociaux – l’arme essentielle des manifestants – pour désobéir à cette instruction, en poursuivant les cours et, même, à «occuper» carrément les universités. Chose qui ouvrirait immanquablement la voie à un dangereux processus de désobéissance civile.

Considérés comme le fer de lance de la protestation, les étudiants ont aussitôt brandi cette injonction du département de Hadjar comme une preuve de «mépris» et d’«autoritarisme» du gouvernement tant décriés dans les manifestations.

Ainsi, en plus des appels à la poursuite des cours et l’occupation des lieux d’étude, le principal syndicat des enseignants universitaire, le Cnes, a, dans une déclaration rendue publique samedi, exigé le départ «immédiat» du ministre Abdelkader Hadjar.

Ce qui prouve encore l’absurdité et l’incongruité d’une telle décision, c’est que la direction des œuvres universitaires a, au même moment, assuré que les résidences universitaires resteront ouvertes pendant toute la période des vacances.

Il restera peut-être une seule solution à Abdelkader Hadjar pour désamorcer cette crise annoncée, c’est d’annuler tout simplement sa décision.

R. M.

Comment (16)

    Anonyme
    10 mars 2019 - 14 h 40 min

    Vous avez dit : ‘ Il restera peut-être une seule solution à Abdelkader Hadjar pour désamorcer cette crise annoncée, c’est d’annuler tout simplement sa décision.’
    Non la seule solution qui reste à Tahar Hadjar est de foutre le camp, fissa, fissa, point barre.

    12
    SaidZ
    10 mars 2019 - 13 h 49 min

    Décidément ce pouvoir, de plus en plus, se comporte comme un colon. Il ne cesse pas de lancer des défis au peuple, mais c’est incroyable!!!
    Vivement un jeune président et des responsables technocrates.

    SaidZ
    10 mars 2019 - 13 h 48 min

    Décidément ce pouvoir, de plus en plus, se comporte comme un colon. Il ne cesse pas de lancer des défis au peuple, mis c’est incroyable!!!
    Vivement un jeune président et des responsables technocrates.

    Vangelis
    10 mars 2019 - 11 h 12 min

    Non Hadjar n’a pas à annuler une décision, la sienne, puisque de facto elle l’a été par les étudiants, enseignants et CNOUS.

    De fait, il ne lui reste plus qu’à démissionner ou mieux à être congédié tel un mal propre par ses parrains qui ne doivent en aucun cas continuer à brimer les citoyens de tous bords.

    Assez d’autoritarisme, des despotisme et de népotisme. Fini l’Algérie des années FLN et consorts. Tous à la poubelle de l’histoire.

    16
    1
    Anonyme
    10 mars 2019 - 10 h 14 min

    La devise est la meme du ministre au brizidan, L’Etat c’est moi la loi aussi….
    Voilà pourquoi il y a un problème systémique et culturel. L’arabisme féodal qui se cache derrière les institutions fausse tout. Replatrer ou changer? Les couts des 56 ans de feinte d’un Etat sont finis dans la farce.

    14
    2
    KADER
    10 mars 2019 - 9 h 51 min

    tout est dévoilé: c’est leur avenir politique qui importe pas celui des jeunes ou de la nation !!!!

    13
    1
    Lghoul
    10 mars 2019 - 9 h 24 min

    Tous ces gens d’in pouvoir illegitime et vrais ennemis du peuple continuent a prouver qu’ils sont prets a vendre le pays et le mettre a feu et a sang pour rester et garder le pouvoir mafiosi qu’ils ont massivement introduit depuis 1999. Une raison supplementaire pour comprendre combien ils ne seront jamais crus par le peuple qui les VOMIT. De stratageme en stratageme ils ont trompe le peuple depuis 20 ans. Mais personne ne croirai aujourd’hui a leurs mensonges ni a leurs improvisations sataniques. Leurs conseillers ne pourront plus les sauver de la colere d’un peuple qu’ils ont toujours meprise et ngeglige avec une arrogance inouie.

    10
    1
    Sacro-Saint
    10 mars 2019 - 9 h 17 min

    Etant donné que c’est une provocation donc ne pas répondre tout en oubliant pas de l’inscrire dans l’ardoise du pouvoir.

      Antisioniste
      10 mars 2019 - 11 h 42 min

      Bonjour mon ami, la note va être très salé pour eux en fin de compte, mais c’est bien pour les affaires du peuple.

    ARABIA-DICTATORIA
    10 mars 2019 - 9 h 12 min

    Notre génie Mr Hadjar qu’il considérait que le prix Nobel ne faut rien et plus besoins d’étudié des longues années;il suffit d’adhéré aux partis FLN-RND et croire a la famille royale Bouteflika et frères et vous aurez un brillant avenir,et pour vous prouvez la majorité de nos dirigeants n’ont pas le Bac;et ceux qu’ils le Bac c’est contre une rançon;

    11
    1
    Gueli
    10 mars 2019 - 9 h 09 min

    Une telle décision ne peut être prise par le pauvre Abdelkader Hadjar mais lui a été ordonnée. C’est un ordre militaire pris par un seul individu dans un moment de colère extrême, et il lui aurait fallu de peu pour ordonner une année blanche…Malheureusement pour lui cette décision aura un impact et des effets contraires de ce qu’il a espéré… A-t-il cru juste un moment que ces étudiants et ce peuple sont aussi bêtes pour tomber dans le piège des provocations ou manipulations, ou sont ils incapables de sacrifices lorsqu’ils sont convaincus que c’est leur opportunité unique et leur chance qui ne se reproduira plus pour sortir de la déchéance ? … Ils sont déterminés et pacifiques.. C’est un comportement qu’ils ont appris et qui est leur façon d’être et leur raison d’être dans le temps Algérie 2019 et dans l’espace Algérie 2019. Ils savent bien que faute de quoi ils offriront au système l’occasion de se régénérer et de se maintenir… chose qu’ils ne peuvent aucunement supposer ou permettre. A l’usure c’est le peuple qui gagne toujours.

    10
    icialG
    10 mars 2019 - 9 h 01 min

    CE que mio pense ,ils appartient aux etudiant(e)s vu les circonstances de choisir et élire un responsable même provisoire de l éducation en attente de former le nouveau gouvernement ;le clan est entrain d appliquer la politique de terre brûler

    Antisioniste
    10 mars 2019 - 8 h 21 min

    Comme je l’ai deja dit les tenants du pouvoir sont dans l’improvisation et le cafouillage, On ne lâchera rien, mais pacifiquement!

    48
    2
    mergou
    10 mars 2019 - 8 h 11 min

    J’attribue le prix Nobel de la Bêtise à monsieur le ministre de l’enseignement supérieur.

    51
      NORD DEAN
      10 mars 2019 - 9 h 48 min

      @Mergou 10 mars 2019 – 8 h 11 min Bonjour frère.
      Ne pas oublier aussi de partagez sur tous les réseaux sociaux :

      Le prochain « PRIX NOBEL DE LA PAIX » doit être discerné au « PEUPLE ALGÉRIEN »

      Ce n’ai pas une ambition démesurée, c’est très important que le monde entier le sache, il s’agit de notre protection internationale. On ne tape pas sur un peuple proposé au prix Nobel de la paix.

      Merci .

      16
      1
    Anonyme
    10 mars 2019 - 7 h 41 min

    Les étudiants doivent rester bon enfants, rester dans les universités et parler ensemble pour lister toutes les idées qu’ils ont pour l’Algérie de demain avec leurs professeurs, les intellectuels. C’est un moment parfait pour penser ensemble, analyser ensemble ce dont l’Algérie a besoin,
    Ils doivent rester positifs et ignorer la provocation faite pour les pousser à la radicalité.
    Du calme que du calme et les ignorer totalement.

    49

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.