L’ex-ambassadeur de la France à Bamako accuse : «La France a donné Kidal aux séparatistes»

Nicolas Normand
Nicolas Normand, ex-ambassadeur de la France au Mali. D. R.

Ce sont des accusations graves que vient de porter l’ex-ambassadeur de la France au Mali Nicolas Normand à l’encontre de son pays.

«La France a ajouté du désordre au désordre et elle a manqué l’occasion en 2013 de neutraliser tous les groupes armés du nord du Mali», a-t-il soutenu dans une déclaration jeudi dans l’émission Afrique de RFI dont il était l’invité.

Pour l’ex-ambassadeur qui vient de publier un ouvrage intitulé Le Grand Livre de l’Afrique, l’opération de Serval de janvier 2013 qui a évolué en opération Barkhane aurait pu donner des résultats probants si elle avait su empêcher la propagation des djihadistes au Mali.

Mais ce n’est pas le cas. Selon lui, la France a choisi le mauvais collaborateur dans la crise du Nord-Mali. «La France avait cru distinguer les bons des mauvais groupes armés», souligne Nicolas Normand. Avant d’ajouter : «Certains qui étaient perçus comme politiques et d’autres qui étaient perçus comme terroristes et l’armée française est allée rechercher ces groupes, le MNLA à l’époque». Il qualifie ces derniers de séparatistes touarègues qui étaient minoritaires. Ainsi, selon lui, c’est la France «qui a donné Kidal aux séparatistes».

Nicolas Normand met en cause par ailleurs l’accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali. A ses dires, c’est un document qui donne plus de privilèges à un groupe signataire au détriment d’autres. Il a dénoncé la possibilité offerte à ce groupe de garder les armes jusqu’à la fin du processus. Il explique également que la situation actuelle profite bien à certains acteurs du processus, notamment les Ifoghas, qui, avec le retour à la normale, risque «de se faire diriger par la majorité touareg (les Imgad)».

Pour l’ancien diplomate français, la méthode employée par la France est «simpliste». «On applique toujours la même formule : il y a des troubles, on envoie une sorte de corps expéditionnaire et ensuite on fait une élection précipitée du président de la république qui est censé redonner une légitimité au pouvoir, et, enfin, on met des Casques bleus pour gérer le tout. Ce qui est un chao», a-t-il expliqué.

R. I.

Comment (4)

    Blakel
    16 mars 2019 - 0 h 14 min

    Je n’accorde pas plus de confiance aux propos de cet ex-ambassadeur aigri, qu’aux propos de la diplomatie officielle française actuelle. Il prétends que l’intervention française a profité aux Touarègues, alors que ces derniers considèrent au contraire, que l’intervention française, s’est produite pour les affaiblir.Peut-être que cet ex-ambassadeur aurait souhaité que les Touarègues disparaissent totalement au profit du pouvoir de président pantin du Mali, ou au profit des jihadistes.
    Les propos des diplomates sont rarement dénués d’arrières pensées. Qui sait, cet ambassadeur roule peut-être pour certains lobbies français, mécontent de la façon dont le dossier malien a été géré par l’Elysée. Des intérêts divergents tentent souvent de peser sur la politique extérieure d’un pays. Les hauts fonctionnaires ne roulent pas toujours pour les mêmes intérêts. Apparemment ce monsieur à une dent contre les Touarègues, Quand la France intervient en Afrique, c’est évidemment avant tout pour ses propres intérêts, rien de nouveau en cela.

    13
    1
    Oudalarga
    15 mars 2019 - 16 h 13 min

    La France (tous ses dirigeants), et depuis bien longtemps, s’occupe à foutre la m…. là où elle peut pour se donner de la visibilité au plan international et paraitre comme une puissance…elle croit « tirer des coups de canon », alors qu’elle ne fait que lâcher le bruit du gaz méthane naturel…!

    10
    3
    Anonyme
    15 mars 2019 - 13 h 31 min

    C est pour cela que les forces militaires des trois puissances USA,France et Allemagne sont dans les pays du Sahel…..rien que pour organiser le terrorisme et manipuler le flux des refugies a nos frontieres…voila ce que veut dire l Ambassadeur Francais…..L Afrique ne se developpera veritablement que lorsque les Etats seront veritablement libre et independant et se debarrasseront de ces dictateurs a la solde de ces puissances coloniales qui les a installes et qui les protege…..La Francefrique mafieuse et coloniale n a pas d avenir en Afrique….

    16
    4
    Felfel Har
    15 mars 2019 - 13 h 12 min

    Après les révélations d’un général sur la complicité de la France aux évènements tragiques du Rwanda, voila qu’un diplomate nous informe sur ses magouilles au Mali. Il se pourrait que d’autres « gorges profondes » nous renseigneront sur les activités clandestines de ses troupes,de ses barbouzzes, de ses hommes d’affaires et de ses diplomates au Mali, au Niger, au Tchad, au Cameroun, au Gabon, au Burkina Fasso, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et peut-être même plus proche de nous au Maroc et en Tunisie. Il se pourrait même qu’elle s’active en coulisses pour enfoncer notre pays dans le chaos créé par les frères Bouteflika avec ses relais tapis dans l’ombres, des taupes, des agents dormants.
    La Françafrique démasquée, dénudée dans toute sa hideur, cette France qui se croit incarner le monde civilisé pour donner des leçons aux autres. Son maquillage s’efface pour révéler sa vraie nature de puissance décadente à la recherche d’un prestige qu’elle n’a plus depuis des lustres.

    14
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.