Le parti de Benflis rejoint les exigences du peuple pour une solution de crise

Benflis Talaie El-Hourriyet
Ali Benflis. PPAgency

Par Houneïda Acil Le BP de Talaie El-Hourriyet, présidé par Ali Benflis, a salué, à l’issue de la réunion extraordinaire, ce samedi 16 mars, la marche du vendredi 15 mars durant laquelle le peuple algérien a rejeté massivement les manœuvres du pouvoir politique en place visant, selon lui, «à sauver le régime et spolier le mouvement populaire de son objectif de changement radical de système politique». Notant la forte participation de la femme algérienne à toutes les marches et rassemblements, le PB de Talaie El-Hourriyet a rendu hommage «à la mobilisation de franges de la société notamment, les étudiants et lycéens, les enseignants, les avocats magistrats et autres branches du secteur de la justice, les syndicats autonomes, les personnes aux besoins spécifiques et les agriculteurs et travailleurs de différents secteurs d’activité».

Le BP s’est félicité de la participation des militants du parti aux marches populaires pacifiques, leur demandant de rester vigilants contre toute provocation et tentative de dévier le mouvement populaire de sa trajectoire pacifique. Il a également relevé avec satisfaction l’attitude des forces de l’ordre mobilisées à l’occasion des marches et rassemblements.

Le bureau politique du parti a fait sienne la réaction du président du parti, Ali Benflis, à la lettre du président Bouteflika adressée au peuple. Pour lui, son contenu est tout à la fois «une manœuvre grossière pour sauver le régime et lui permettre de gagner du temps pour se préparer à de futures échéances électorales et une manipulation pour diviser le mouvement de protestation et le détourner de sa trajectoire pacifique». Il dénonce «la supercherie des forces extraconstitutionnelles qui continuent à attribuer les lettres et messages» à la nation à un «Président malade» ainsi que «les manœuvres désespérées de ces forces extraconstitutionnelles à travers ce coup de force qui permet au président de la République de bénéficier d’une prorogation du 4e mandat pour une durée indéterminée». Il rejette dans la forme et dans le fond la lettre du 11 mars 2019 que l’on prête au président de la République, comme il a rejeté la lettre du 3 mars qui procède de la même veine.

Sanctionnant toute ingérence étrangère aux affaires internes du pays, le BP considère que le «départ immédiat du président de la République et des forces extraconstitutionnelles», comme le demande le peuple algérien, constitue une exigence pour la solution de la crise.

H. A.

 

Comment (22)

    Anonyme
    18 mars 2019 - 8 h 55 min

    Toute cette mobilisation historique, ce n’est surement pas pour remplacer Bouteflika, par un ancien du système comme Benflis, presqu’ aussi néfaste.

    Anonyme
    17 mars 2019 - 18 h 42 min

    Mr Benflis à la retraite
    Vous avez été directeur de Campagne de Bouteflika, son chef de cabinet, son ministre; son premier ministre et surtout secrétaire général du FLN
    drôle de coco
    Vous étés qu’un assoiffé du pouvoir
    LAISSER LA PLACE AUX JEUNES
    Vous avez 76 ans, bonne retraite

    5
    3
    Sprinkler
    17 mars 2019 - 13 h 06 min

    Les  » dinosaures  » de  » l’opposition  » qui ferraillent dur pour récupérer un peu de cette deuxième révolution, à l’image de cette relique de Benflis, n’auraient pas entendu la sentence de la jeunesse algérienne ! On a vu comment ces figures de proue du  » front du refus  » se sont fracassées contre la lame de fond qui a emporté le régime ! Y a quelque chose de pathétique dans leur acharnement à s’approprier le pouvoir, débitant invariablement un lexique qui sent la naphtaline…

    5
    1
    TARZAN
    17 mars 2019 - 9 h 45 min

    c’est l’histoire du vautour qui rêve d’être un lion

    6
    3
    Anonyme
    17 mars 2019 - 8 h 29 min

    La marcheurs n’ont pas besoin de pépère pour engloutir leurs luttes. Votre parti ne représente que 0.0001%.

    4
    4
    Citoye
    17 mars 2019 - 1 h 00 min

    On peut critiquer cette homme que je respect
    mais lui voudrait sincerement que l’algerie grandisse dans le bon sens.

    7
    5
    Cassius
    16 mars 2019 - 23 h 42 min

    Mr Benflis de grâce épargnez nous vos histoires à raconter à vos enfants. Si j’ai un peu de mémoire vous êtes un enfant du FLN élevé et nourri par les mamelles du FLN. Ce que vous étiez pour le FLN vous l’etiez pour le système du moment qu’en de votre grand rôle au sein du FLN vous étiez ministre de la justice alors quelle justice vous avez rendu au peuple sauf celle de décréter l’interdiction des marches et manifestations à Alger quand vous étiez chef du gouvernement sous Bouteflika. Je parie que s’il ne vous a pas limogé vous serez à ce jour son plus fidèle soutien. Laisser le peuple décider de son propre avenir loin de vos jérémiades, d’ailleurs personne ne croit en vous et je vous donne un conseil de simple citoyen, laissez votre veste tranquille ça ne sert à rien de la retourner. Tout le monde ici vous connait et connait vos semblables.

    15
    5
    Nasser
    16 mars 2019 - 20 h 47 min

    Benflis est libre de parler, de « philosopher », de jouer au sauveur ! Il est l’un des acteurs actifs de ce qui se déroule dans la gouvernance de l’Algérie! Il fait dans la revanche et non dans l’innovation! Il a été Premier Ministre! Il rejette aujourd’hui ce auquel il a participé a instaurer en tant qu’acteur principal de la Gouvernance! Il est inapte à gouverner avec de nouvelles idées! Classons-le dans le même camp du « système ». Il ne peut être président de l’Algérie moderne!

    9
    3
    TOLGA - ZAÂTCHA
    16 mars 2019 - 20 h 29 min

    TROP TARD POUR TOI PÉPÉ ! LE TRAIN EST DÉFINITIVEMENT PASSÉ POUR TOI… IL FAUT QUE TU COMPRENNES CELA.
    L’ALGÉRIE APPARTIENT, DÉSORMAIS, AUX JEUNES !!! PLACE A NOS JEUNES !!! A NOS CHERCHEURS ! A NOS SCIENTIFIQUES ! A TOUS NOS INTELLECTUELS SINCÈRES ! A TOUS NOS ENFANTS FILS DU PEUPLE ! QUI VOUS DISENT UN SEUL MOT : DÉGAGE !!!!!

    8
    4
    Anonyme
    16 mars 2019 - 20 h 14 min

    Malheureusement beaucoup regretteront les années Bouteflika, Bouteflika avec un fauteuil roulant et malade. Les cadres qui l’entourent seront aussi regrettés. Ben Ali est regretté en Tunisie. Ils verront dans quelques années même si je ne le souhaite pas et espère sans illusion un avenir sécuritaire et économique radieux pour mon pays.

    Malgré tout, tout a une fin et espérons un dirigeant digne de ce nom pour notre pays, que l’armée nous préserve des traîtres, des narcissiques et des mégalomanes, ils sont nombreux ceux qui vont se représenter…

    L’armée doit impérativement préserver les intérêts supérieurs de l’Algérie.

    Tahya El Djazayer

    9
    3
      Quelqu'un
      17 mars 2019 - 1 h 12 min

      Pour une fois je lis un commentaire raisonnable, qui prend de la logiciel une source d’inspiration pour une issue a notre situation.

      1
      1
    selma
    16 mars 2019 - 19 h 22 min

    Benflis sent la naphtaline du système, il fera comme fakhamatouhou, s’il accède au pouvoir , il se vengera comme lui aussi comme son prédécesseur, l’Algérie ne l’intéresse pas puisqueil a eu l’audace de se liguer au diable de Djaballah

    5
    1
    Jazayria
    16 mars 2019 - 19 h 20 min

    Encore un vieux de la vieille, non merci Mr Benflis on n’en veut pas ! C’est kif-kif bourricot. On enlève Kaddour pour mettre Hamou. Prenez une retraite anticipée Monsieur et laissez la place aux jeunes !

    Jamal
    16 mars 2019 - 19 h 03 min

    Benflis Dégage,
    Vous avez été directeur de Campagne de Bouteflika, son chef de cabinet, son ministre et son premier ministre
    Vous n’avez rien fait pour le pays
    Vous êtes responsable de la centaine de mort en Kabylie
    Vous êtes responsable des 6 morts de la marche de Juin 2001 à Alger
    C’est vous qui avez interdit les marches à Alger
    Maintenant vous voulez passer pour un opposant? Saha Ennoum
    Vous avez 76 ans, bonne retraite à vous aussi, à Louisa Hanoune, à Said Saadi, à Djaballah, à Ghozali, à Mokri, aux ex du FIS et toute votre opposition des années 80

    8
    1
    Vroum Vroum 😤..
    16 mars 2019 - 18 h 53 min

    Mr Benflis se retire et annule sa Candidature lui et Mokri et Djabalah , de même que le Directeur de Campagne Maître Ait Larbi qui lâche près du But son Candidat Ali Ghediri qui se retrouve Seul alors que la Candidature de Mr Bouteflika est annulée …Conclusion Le retrait des 3 Candidats « Opposition  » Mr Benflis et Mokri et Djabalah ainsi que le retrait de Maitre Ait Larbi offre sur un plateau au Pouvoir Mr Bouteflika d’annuler l’élection et la Reporter ..quand le Prochain président ???…Donc pour Mr Benflis la Campagne électorale est terminée , Il ne reste en course pour la Présidence que Mr Ghediri le seul à avoir maintenu sa Candidature .alors faut le soutenir..

    9
    4
      Tredouane
      16 mars 2019 - 22 h 04 min

      Vroum vroum,nous vivons une situation exceptionnel,il n’est plus question d’un vote pour le moment,cela dit et mon avis les deux hommes ne peuvent être,de concoure en cette situation,Fraternellement

    Lahouaria
    16 mars 2019 - 18 h 46 min

    Partez, vous faites partie de l’opposition vieille, obsolète personne ne vous croit et vous cherchez à chasser Bouteflika pour y prendre sa place. Jamais vous n’aurez sa place, la Président doit se mériter, votre imposture ne mérite pas ce poste de Président de la République Algérienne Démocratique Et Populaire.
    Bouteflika s’en va, l’opposition dégage et au plus vite, personne de doit rester accroché comme une punaise de lit.
    Pas besoin de gonfler votre torse dans un jardin public… Partez chez vous! Notre avenir n’est pas avec vous.

    Si Bouteflika s’en va on veut un changement drastique doit s’opporer, l’opposition doit dégager, se barrer, la purge.

    17
    16
    Zombretto
    16 mars 2019 - 18 h 33 min

    J’espère que 40 millions d’algériens ne sont pas sortis dire barakat pour que quelqu’un comme Benflis s’installe au pouvoir, sinon tout sera à recommencer.

    18
    5
    Chelabi
    16 mars 2019 - 18 h 08 min

    L’opposition politique actuelle me semble, elle aussi, dépassée par les évènements. Tétanisée par 20 ans de Bouteflikisme, elle se confine dans un attentisme qui ne dit pas son nom. Le constat, c’est bien mais une fois fait, il doit nécessairement déboucher sur des initiatives. Sinon. cela reste du bavardage!!!!!
    L’opposition doit au moins demander à rencontrer le président Bouteflika pour 2 choses:
    1) s’assurer d’abord qu’il est en vie (ce qui n’est pas sûr). S’il a bien reçu Gaid Salah, Lakhdar Brahimi, Ouyahia, Lamara et Bedoui, il peut bien recevoir 2 ou 3 représentants de la classe politique ou de la société civile.
    2) lui porter directement le message du peuple car il se peut très bien que son entourage lui raconte des histoires.
    Nous connaissons tous le narcissisme de Bouteflika et son envie insatiable de mourir président de la république. Nous connaissons aussi son entêtement maladif à n’en faire qu’à sa tête. Mais là, franchement, même Kafka aurait eu du mal à imaginer une histoire à la mesure du personnage de Bouteflika. Unbelievable!

    11
    4
    Mahboul
    16 mars 2019 - 16 h 49 min

    Tres bien vous êtes un champion de la politique mais que nous proposer vous pour transformer les slogans et comment traduire en acte politique la demande de la rue et comment concretiser cette demarche de la rue en acte institutionnel … C est cela le rôle d un homme politique un homme d etat…….

    8
    2
    Anonyme
    16 mars 2019 - 16 h 44 min

    M. Benflis il faut être offensif et ne pas donner flanc aux opportunistes de tous bords qui se sont déjà infiltrés dans ce mouvement populaire pour le remettre aux mains du clan au pouvoir. Ça peut être un octobre 88 bis.

    6
    4
    co5
    16 mars 2019 - 16 h 40 min

    « Le BP s’est félicité de la participation des militants du parti aux marches populaires pacifiques, leur demandant de rester vigilants contre toute provocation et tentative de dévier le mouvement populaire  » ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.