Consultations pour la formation du nouveau gouvernement

BedouiLamamra
Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra. D. R.

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a entamé avec le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, des consultations tendant à la formation du nouveau gouvernement de «compétences nationales avec ou sans affiliation politique», à la lumière des orientations du président de la République Abdelaziz Bouteflika, indique l’APS qui rapporte l’information.

La nouvelle équipe gouvernementale comporterait, précise la même source, «des compétences nationales avec ou sans affiliation politique et reflétant de manière significative les caractéristiques démographiques de la société algérienne». Une séance de travail, tenue par Bedoui et Lamamra, a porté notamment sur la structure du prochain gouvernement. Les consultations en cours, ajoute-t-on, s’étendront aux représentants de la société civile et aux formations et personnalités politiques qui en exprimaient le souhait en vue d’aboutir à la mise en place d’un «gouvernement de large ouverture», précise également cette source.

R. N.

Comment (29)

    Brahms
    18 mars 2019 - 17 h 10 min

    Il y a trop de pauvres en Algérie pour rester dans un tel statu quo. Tous les citoyens souffrent de quelque chose. C’est donc une preuve suffisante que la situation économique reste catastrophique. Il faut éradiquer complètement ce système et poursuivre en justice ceux qui ont acquis des biens de façon malhonnête. A défaut, il y aura une cassure.

    Badre
    18 mars 2019 - 13 h 10 min

    Notre pays est dépourvu de gouvernance , dont l’Etat est profondément et irreversiblement désorganisé , sans oublier que celui ci est illégitime
    Le Peuple a montré plus de maturité et conscience politique que Cette meute d’ignares et d’incompétents .
    Néanmoins nos problèmes proviennent de l’extérieur. De ces puissances qui ne recherchent que leurs intérêts au préjudice du Peuple

    1
    3
    Anonimaoui
    18 mars 2019 - 9 h 31 min

    Bourde après bourde ce pouvoir autiste va droit au mur et mènera le pays vers une catastrophe majeure. Dans ce cas ils auraient pu garder le même personnel et continuer comme si de rien n’était jusqu’à ce que la révolution populaire vienne les déloger de leurs bunkers de club des pins et d’ailleurs. Mais qu’est ce qu’on a fait au bon dieu pour qu’une telle calamité prenne l’Etat national en otage depuis 20 ans.

    El H'memdji
    18 mars 2019 - 3 h 04 min

    il nous faut un Gouvernement de Sauvegarde Nationale qui soit dirigé par l’ANP pour une durée transitoire n’excedant pas les trois années , le temps necessaire pour rediger une nouvelle constitution dans le calme , et proposer a referendum pour consultation au peuple …..dans le meme temps permettre a de nouvelles formations politiques d’apparaitre , certaines formations politiques existantes doivent disparaitre tel le FLN RND TAJ MPA PT ,avec comme condition : TOUT MEMBRE de ces formations n’aura plus droit a l’exercice d’une fonction politique ou meme fonction publique…….. le reste des formations existantes tout comme celles nouvelles seront appellé a preparer des candidats valables avec des programmes valables a presenter au peuple ! car cela eviterait a l’algerie de basculer dans le vide et de maintenir toujours intacts ses contacts avec les partenaires etrangers …mais dans tout cela IL FAUT QUE L’EQUIPE ACTUELLE DEGAGE et reste au pays a la disposition de la justice !!!!!
    ce n’est qu’un avis !!!!!!

    3
    5
    Anonyme
    17 mars 2019 - 23 h 51 min

    certains médias annoncent la démission du président!!a vérifier :::

    Mokrane Djouadi
    17 mars 2019 - 23 h 30 min

    Sincèrement, j’ai du mal à comprendre l’utilité de recourir à la formation d’une équipe gouvernementale présentement, puisque une écrasante majorité du Peuple Algérien, composée principalement de jeunes, vient d’exprimer de manière des plus pacifique son rejet sans équivoque de toutes les dernières mesures de replâtrage avancées dans le but d’endiguer la colère populaire.
    Le renoncement au cinquième mandat, c’est bien! Mais le départ à la retraite de tout le système, c’est beaucoup mieux.

    4
    1
    Kahina-DZ
    17 mars 2019 - 23 h 05 min

    Franchement, c’est une perte de temps totale. L’Algérie n’a pas besoin de fausses stratégies et des décisions du bricolage ou des bricoleurs. Ce n’est vraiment pas le moment pour bricoler.
    Bedoui est fortement contesté par le peuple. Il faut qu’il dégage. Autrement, c’est de la provocation.

    16
    1
    Rayah
    17 mars 2019 - 22 h 48 min

    Un gouvernement qui est rejete par la majorite de la population n’est pas en mesure de proposer un autre gouvernement puisqu’il fait partie du probleme. On ne peut eliminer le mal par le mal . Ce gouvernement incompetent avait l’opportunite pendant le 4e mandat de preparer son depart a la douce, mais il a prefere comme un meurtrier qui revient sur les lieux du crime, exiger un 5e mandat et retenir le coursi a tout prix. Malheureusement maintenant il n’y a rien a denouer , il faut tout couper , la corde est totalement pourrie, le fosse est tres profond . Ce gouvernement s’est revele tel qu’il est , un faux.

    Hamlaoui
    17 mars 2019 - 21 h 04 min

    Le peuple lui demande de videz le lieux « degage ». Il invite , dans un espace qui ne lui appartient pas, les fils du peuple le propriétaire des lieux

    Kameo
    17 mars 2019 - 20 h 36 min

    Le peuple est plus fort que tout.LAmerique suit et d autre pays suit seulement la logique de la force.comme dit le dictons la raison du plus fort est la meuilleur.le peuple algeriens ne jamais baisser les bras et il se lever des siecles contre tous qui ne reconnais pas.les romains les vandales les turcs.les francais .et enfins les annes 80.puis les annes 1988.et enfin 2019.a cause de ses personnes en connaitre jamais le repris.alors degager toute suite .

    3
    2
    TOLGA - ZAÂTCHA
    17 mars 2019 - 19 h 49 min

    En premier lieu – NEUTRALISER – la garde « prétorienne » de Bouteflika à savoir : Louh, Belaize, Zerhouni, Bensalah et consorts… si jamais un de ces affreux personnages est maintenu dans la prochaine équipe gouvernementale : LE PEUPLE NE SERA PAS CONTENT DE NOUVEAU…..

    Il y a dans notre pays de RÉELLES COMPÉTENCES DES JEUNES CAPABLES DE RELEVER LE DÉFI POUR RECONSTRUIRE LE PAYS.

    POUR CELA, IL FAUT AGIR VITE, TRÈS VITE POUR ÉVITER LE VIDE CONSTITUTIONNEL, QUI NOUS GUETTE PRÉSENTEMENT, DE NOS INSTITUTIONS. CE QUI POURRAIT NOUS ÊTRE FATAL, A DIEU NE PLAISE.

    QUE DIEU SOIT AVEC NOUS ET AVEC L’ALGÉRIE L’AÂZIZA !!!

    La Viriti
    17 mars 2019 - 19 h 20 min

    Belaiz doit dégager il est derrière la systématisation du viol de la constitution.
    Il a pris le relais de feu Medelci qui n’était là aussi que pour valider les nombreuses violations de la constitution.
    Bensalah est un proche et un membre de la tribu des bouteflika il est la carte joker en tant que président du sénat ( un sénat mis au pas et façonné depuis 20 ans par les bouteflika!!!)…Le conseil de la nation est encore dirigé par un autre membre de la tribu des bouteflika. TOUT EST VERROUILLÉ DEPUIS 20 ANS !!!

    Donc en résumé on cherche du larbin de 2e catégorie pour enfumer les algériens.
    Le sale boulot pour Bedoui et Lamamra.

    Les leviers institutionnels ( institutions au passage ravagées par bouteflika qui les a noyauter avec ses larbins pour qu’ils exécutent toutes ses forfaitures contre un salaire confortable et des bourses à l’étranger pour leurs rejetons…) sont toutes entre les mains des larbins de 1ère catégorie ( ceux de la tribu qui obéissent à leur chef et idole ).

    En conséquence le futur gouvernement sera une énorme farce pleine de mépris et BELAIZ BENSALAH LOUH OULD ABBES doivent impérativement dégager car ils sont illégitime et au service d’une famille et non pas du pays.

    Sonatracht doit dégager Ould Kadour un autre complice tribal des bouteflika car il est en train de signer pleins de contrats qui répondent uniquement à des critères de complaisance pour maintenir bouteflika au pouvoir.

    27
    6
    Anonyme
    17 mars 2019 - 18 h 56 min

    Je ne vois pas quel algérien digne acceptera de siéger dans un gouvernement fantoche rejeté par le peuple.
    Même avec une tonne de cachir ils leur sera difficile de trouver des candidats.

    43
    5
      Nora
      17 mars 2019 - 21 h 33 min

      Ils vont ramener leurs grand mères et les idiots de leurs ‘dechrates’ respectives pour sièger avec eux! Ca va le faire!!!!

    La Viriti
    17 mars 2019 - 17 h 18 min

    Une chose est sûre : le mépris des Bouteflika ne faiblit pas..au contraire ils vont aller au bout de la cassure.
    Les nouveaux larbins jetables (ceux de la seconde catégorie c’est à dire ceux qui n’appartiennent pas à la tribu des bouteflika) vont continuer à faire de la figuration et à obéir au doigt et à l’oeil. A commencer par Bédoui et Lamamra qui doivent proposer des noms qui conviennent à la famille prédatrice. Ils sont là pour le sale boulot.

    La garde pretorienne : Louh Belaiz Zerhouni Ould Abbas Bensalah etc…sont toujours les véritables courroies de transmission des injonctions de Bouteflika. On va avoir droit à de pauvres exécutant de pacotille avec, chose inédite depuis 20 ans, moins de ministres visibles issus de la région transfrontaliere. C’est juste pour l habillage grossier et faussement trompeur.

    Rien ne changera dans les mécanismes décisionnels absolument rien et Bedoui en est le limpide exemple. Ils veulent voler l’espoir du peuple algérien coûte que coûte.

    Quelle est la légitimité de Bédoui ? Bouteflika et Belaiz? Aucunes.
    Ils nous conduisaient à l’abattoir et veulent nous faire le coup du pompier sauveur… Hallucinant de mépris jusqu’au boutiste.

    P.s : Attention au discours qui consiste à dire Bouteflika ou le chaos… ou qui consiste à dire que c’est un bon début de changement… Or le chaos c’est Bouteflika et rien n’a changé depuis les manifestations de millions d’Algériens…ils veulent miser sur notre lassitude ces traîtres!!

    43
    8
    Non c'est non , Niet !
    17 mars 2019 - 16 h 20 min

    Tout ce qui est fait pour nous, sans nous, est fait contre nous

    53
    20
    Bozscags
    17 mars 2019 - 16 h 19 min

    Vous n’avez pas compris on vous demande de dégager c’est tout on ne vous demande rien d’autre.

    56
    19
      Youcef Hadj Kaddour
      17 mars 2019 - 18 h 51 min

      Le pouvoir en place doit arrêter de manoeuvrer.une Algérie nouvelle ne peut se faire avec une équipe au pouvoir depuis 1962 et qui à érigé le clanisme, le népotisme en système de gouvernance. On ne fait plus confiance à ce régime déspotique qui spolié la population de notre pays de tous ces droits.on veut un changement radical et une rupture totale avec le système mafieux des Bouteflika . Toute initiative de sortie de crise doit être l’émanation de la volonté populaire et de la société civile.

      24
      2
    Anonyme
    17 mars 2019 - 16 h 04 min

    il est souhaitable de nommer une personnalité crédible afin de gagner la confiance des jeunes

    17
    20
    Brahms
    17 mars 2019 - 15 h 10 min

    Il faudrait déjà supprimer toutes les lois anti – économiques comme l’interdiction d’importer un véhicule d’occasion. En effet, chaque citoyen doit rester libre de disposer de son argent comme il l’entend pour acheter un véhicule selon son budget et ses aspirations. Je rappelle que cette loi anti – économique avait été mise en place en 2005 par les barons de l’import – export afin de faciliter leurs transactions avec des concessionnaires étrangers car les enfants d’oligarques algériens géraient les concessions et empochaient 30 % de commissions sur chaque véhicule vendu, le tout sans impôt à payer. Regardez en France, en Suisse, en Allemagne n’importe quel citoyen peut importer ou vendre un véhicule de
    1 à 30 ans d’âge sans aucun souci. Arrêtez donc de mettre des bâtons dans les roues des citoyens.

    65
    7
      elgat
      17 mars 2019 - 17 h 30 min

      rai el far el moul dar : » bi3 el gatt wechri mzaoud ». je traduis : le conseil de la souris au maître de maison : « vends le chat et achètes des sacs de blé ».
      c’est le moment ou il est nécessaire de bloquer toutes les importations superflus on ne sait jamais ce que nous réserve l’avenir.

      32
      4
        Brahms
        17 mars 2019 - 19 h 58 min

        A l’internaute Elgat,

        Pour calmer la grogne sociale, il faut que les émigrés demeurant à l’étranger puissent exporter vers l’Algérie des véhicules d’occasions de 1 à 30 ans d’âge en payant une taxe de 500 €, au Trésor public algérien avec leurs deniers personnels. De cette façon, ce sera tout bénéfice pour l’Etat algérien et cela permettra à ceux qui sont en Algérie d’acheter des véhicules d’occasions à des prix très abordables afin de trouver une activité professionnelle ou pour leur trajet privé. C’est du gagnant, gagnant. L’Etat empochera une taxe de 500 €, sur chaque véhicule, l’émigré verra le pays et pourra soit garder son véhicule, soit le vendre en Algérie et le citoyen algérien pourra acheter ce véhicule d’occasion à un prix abordable. A côté de cela, l’émigré chargera son véhicule de marchandises ce qui permettra de dispatcher ces marchandises dans des foyers algériens permettant aux citoyens de colmater les brèches. Puis, l’émigré algérien consommera son argent dans la construction, le carrelage, des meubles, immobilier, artisan, plomberie, peinture faisant travailler des chômeurs. De plus, les bateaux seront chargés ce qui générera des achats de billets donc du chiffre d’affaires en plus. Il faut donc supprimer ces loi anti – économiques qui ne servent qu’à plomber les citoyens.

    Anonyme
    17 mars 2019 - 14 h 48 min

    sans membres ou ex membres du clan et de l ancien système ???

    30
    4
    Abou Stroff
    17 mars 2019 - 14 h 45 min

    moua, je ne donnerai pas cher de la peau de ceux qui accepteraient de siéger dans un gouvernement que le « peuple » rejette déjà.
    mon conseil « fraternel » à lamamra et à bedoui est de prendre leurs valises et de déguerpir au plus vite avant qu’il ne soient « neutraliser » par la plèbe

    50
    46
      Numi
      17 mars 2019 - 15 h 19 min

      Faut avancer pour sortir de cette crise.
      Rejeter tout en bloc ne mène nul part

      C’est une transition. Le changement se prépare pasdans la paralysie mais le travail.

      J’attends de voir une opposition rassurante. En dehors de gens qui marchent (hamdoullah pacifiquement) je vois rien…

      Le monde continue de tourner et les autres pays avancent..

      52
      21
    MELLO
    17 mars 2019 - 14 h 23 min

    Existent ils encore des Algériens et des Algériennes qui puissent casser cette volonté populaire pour aller s’accoquiner avec ce qui reste d’un pouvoir moribond. Toutes ces têtes , sans exception , sans aucune explication, veulent mener l’Algérie vers le chaos. Sans exception , ils trahirons le peuple , les services de sécurité , et tous ceux ,pour qui, le vendredi est un jour de libération .
    Imaginez que personne ne puisse répondre à cette manoeuvre dilatoire du pouvoir, c’est carrément la fin d’un régime.

    24
    9
    Rayés Al Bahriya
    17 mars 2019 - 14 h 02 min

    Rendons au peuple ce qui appartient au peuple, la république.
    Le peuple doit imposer un manifeste démocratique et républicain, seule feuille de route pour engager le destin national vers la 2e république.
    Le pouvoir doit cesser de faire durer le risque d’une autre dérive… anti démocratique….
    C’est ce nouveau manifeste populaire et citoyen qui sera la plateforme de la nouvelle république en marche.
    Faire confiance à la jeunesse est salvateur et un signe d’écologie politique.
    Vive l’Algérie.
    Vive la république.
    Allah yarham Achouhada.

    32
    6
    anonyme
    17 mars 2019 - 13 h 55 min

    Tout ceux qui rejoignent ce nouveau gouvernement de cette secte prédatrice sont traîtres
    Le peuple demande votre départ

    55
    53
    El pueblo
    17 mars 2019 - 13 h 52 min

    Votre pseudo nouveau gouvernement est illégitime et ne sera pas reconnu par Echaab
    Dégagez

    56
    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.